Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #293
      Pascal LamachèrePascal Lamachère
      Maître des clés

        Nuages au coucher de soleil à L'Union

        J’ai longuement hésité à lancer ce « fil de discussion informatif », parce que l’idée est de partager des informations, des liens vers des articles, conférences, docs divers et variés déjà partagés çà et là. D’autant que dans le projet de jeu de rôle « Ecologique » devrait aussi y avoir le même genre d’informations, avec un côté un peu plus ludique pour tenter de sensibiliser et motiver ceux qui auraient du mal autrement. Mais le jeu est loin d’être prêt et ce pourrait être complémentaire si certains d’entre vous ne sont pas découragés à la lecture de ces pensées, prendront le temps de lire, d’écouter, de regarder, de comprendre les divers docs via les liens partagés ci-après.

        Et pour le titre, c’est pas pour narguer ceux qui ne savent pas encore, c’est pour signifier l’importance du « savoir ». Ce que je constate des discussions, des débats, c’est que souvent les gens s’opposent sur des interprétations de faits, mais aussi parce qu’ils ne partent pas tous de la même matière à penser. Au passage, j’en ai lu se qualifier de « libre penseur » sur le net, en contradiction aux dogmes, sauf que la pensée est relative à des faits, à une matière à penser, et cela me semble être assez relatif. Une fiche à ce propos : Libre-pensée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Libre-pens%C3%A9e
        Toujours est-il que si il est disserté sur un fait en ignorant des parties du fait, un cause à effets, voire d’autres faits qui pourraient y être liés, les réflexions sur les problèmes et les solutions divergent. Et quand les gens ne sont pas d’accords, ou que l’un a plus raison que l’autre pour ses pairs, cela me semble souvent être moins du fait de biais de réflexions de l’un, d’interprétations plus ou moins pertinentes, que du fait de ne pas avoir la même matière à penser ou de ne pas penser sur le même plan. Aussi, on peut même être d’accord ou comprendre la « validité » d’une réflexion depuis son plan de pensée, mais apporter de la contradiction et être en désaccord depuis un autre point de vue, un autre plan de pensée, une autre dimension.
        Les sujets écologiques, économiques, politiques, géopolitiques, environnementaux, scientifiques, sont à mon sens typiques. Par exemple le cause à effets de la guerre en Ukraine et les torts des diverses parties, et les divergences d’opinions en fonction des propagandes crues, des intox et désintox, des informations ignorées ou sues, et des considérations sur les problèmes de civilisation. Et c’est de ce qui peut être reproché aux médias mainstream, de maltraiter l’information, en traitant l’information depuis un prisme en cherchant à se forger une figure d’autorité et d’objecitivé, en manquant une certaine compréhension d’ensemble, plus holistique, et parfois ne faisant pas de travail journalistique d’enquête plus ou moins approfondie comme le font d’autres médias.
        Et certes, ce reproche pourrait ne pas concerner que les médias mainstream. D’ailleurs, au niveau du souci climatique, si certains d’entre eux font le jeu du néolibéralisme coupable d’un certain point de vue d’écocide, le climato-scepticisme n’est en général pas de leur fait. Et dans un exercice de pensée purement théorique, si vous réfléchissez à ce qui pourrait invalider une thèse, une de vos croyances, si vous prenez le temps de réfléchir à un ou des éléments qui pourraient être ignorés, cela peut vous amener sur une autre piste de réflexion, à remettre en question de ce que vous preniez pour certaines certitudes. Donc certainement tous concernés par le tort évoqué, à un moment ou un autre.
        Il n’en reste pas moins que la qualité d’information me semble importante pour avoir une conscience suffisamment éclairée pour comprendre certains soucis et les solutions. Alors cela pourrait se résumer à avoir des valeurs par conscience, une éthique, un idéal, un « tu ne tueras point, en y incluant les animaux non humains » à généraliser, donc mettre toute l’humanité au véganisme et pratiquer la philosophie végane antispéciste avec révolution dans la façon de gérer l’environnement, l’économie, d’organiser la société, la civilisation, les civilisations, pour le cause à effets que cela implique ; mais l’écrire de la sorte ne vous fait pas forcément comprendre l’intérêt ou donner envie d’évoluer, et comprendre et être d’accord avec l’intérêt théorique ne fait pas forcément faire le pas vers la pratique dans l’immédiat.

        Bref, c’était pour le préambule de ce « Le saviez-vous ? ».

        Et pour commencer, par rapport à l’inconscience, le manque de connaissance par rapport au cause à effets des soucis écologiques et qui mettent en péril les conditions de vie sur terre, voilou un article où il en est question, dont la lecture m’a motivé à lancer la problématique écologique sous cet angle : Dans le nord du Pakistan, les crues glaciaires sonnent la “fin des temps” : https://www.lepoint.fr/monde/dans-le-nord-du-pakistan-les-crues-glaciaires-sonnent-la-fin-des-temps-07-07-2022-2482451_24.php

        Et par rapport au souci que pose la fonte des glaces : Thwaites : le « glacier de l’apocalypse » qui menace la planète dans l’indifférence : https://mrmondialisation.org/thwaites-le-glacier-de-lapocalypse-qui-menace-la-planete-dans-lindifference/

        Autour du souci de l’eau : Le cri d’alarme de l’hydrologue Emma Haziza : https://www.goodplanet.info/2021/07/05/le-cri-dalarme-de-lhydrologue-emma-haziza/

        De la « solution » aux problèmes écologiques me semble être une alliance entre éthique et pratique, avec une pratique économique collective durable prenant en considération souci et respect pour les diverses formes de vie, ce qui fera l’objet d’un autre message, pour le moment j’évoque le côté éthique et pratique individuelle : Pourquoi devenir vegan ? : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/

        Pour l’environnement : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/pour-l-environnement/

        Si ce n’est deux articles qui évoquent le souci de l’économie tout en évoquant l’intérêt du véganisme, que je partage régulièrement car me semblent bien synthétiser ces deux « thématiques » :

        • Jérôme Segal : « Qui sont les animaux ? » : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

        Encore que, je développerai un peu probablement, mais pour le côté idées pour l’économie, pour synthétiser : application d’idée de Bernard Friot et du réseau salariat, ou du modèle économique basé sur les ressources de Peter Joseph. Voir des docs à ce sujet dans cette partie : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/forum/cuisine-art-politique-et-compagnie/politique-politique-geopolitique-economie-ecologie-articles-documentaires-conferences-docs-dedies-a-cette-thematique-partie-reservee-a-une-ligne-editoriale/politique-generale-geopolitique-economie-ecologie/

        Et au passage un podcast qui développe et argumente entre autres la philosophie, l’éthique antispéciste, « l’intérêt », les mobiles de l’antispécisme : Comme un poisson dans l’eau : https://www.youtube.com/channel/UCfzKqH_Ft8_8yFrGzG3x9-g/videos

        Et pour ceux qui gobent les discours climato-sceptiques et accusent le GIEC de manipulations : informez-vous mieux vous-même, l’impact des activités humaines est indéniable ; comme indéniable que ceux qui critiquent le véganisme antispécisme ont une carence d’information ; comme indéniable qu’il y a des soucis de pollution et des limites de ressources, un souci de durabilité du fait d’un mode de fonctionnement d’une économie non économique. Et à propos de durabilité : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/podcast-revolution-maintenant/#post-276

        Enfin, pour conclure ce premier « Le saviez-vous ? », il faudrait acter la gravité de la situation et le fait qu’il faudrait agir sans attendre. Je parle moins de gestes individuels que d’évolution collective, de nécessité de révolution civilisationnelle, même si on pourrait considérer qu’il y a synergie, que c’est complémentaire.
        En fait, cela va bientôt faire 37 ans qu’un éminent scientifique, Carl Sagan, a témoigné, avec les connaissances de son époque, sur la façon dont « le passé et le présent affectent l’avenir », et où il était déjà question du besoin de prendre en compte le souci et de trouver et appliquer des solutions : Carl Sagan témoignant devant le Congrès en 1985 sur le changement climatique (vostfr, sous-titres à activer s’ils ne s’affichent pas, bas droite de la barre de lecture, à gauche du ptit engrenage, et sélectionner traduction automatique en français) :

        Et si depuis les connaissances ont évolué, affiné, qu’il évoquerait sûrement des idées pour le fonctionnement de l’économie et d’autres pour l’énergie, il serait certainement plus alarmiste. Et ce genre de témoignage illustre que certains avaient conscience qu’il aurait fallu « agir » mais que rien n’a été fait, et l’importance de ne pas rester dans l’expectative, et d’un changement global. Ne plus se dire que nous avons encore quelques années pour agir, d’autant que le pire est déjà en train de se produire dans certains lieux sur terre, que la fonte des glaciers du fait de dérèglement climatique provoque déjà des morts et qu’il y a déjà des réfugiés climatiques, et un cause à effets catastrophique déjà à l’œuvre.

        Aussi, à ce propos, à propos du témoignage de Carl Sagan et de la nécessité de révolution systémique :

        « Carl Sagan : Si nous ne faisons pas ce qu’il faut maintenant, nos enfants et petits-enfants devront faire face à de très graves problèmes. C’est aussi un problème mondial. Ce n’est pas bon si seulement une ou deux grandes nations industrielles prennent des mesures importantes pour empêcher une augmentation importante, encore plus importante, du CO2 et d’autres gaz à effet de serre parce que d’autres nations, leur développement industriel ont causé le problème par elles-mêmes.

        Voici donc un sens dans lequel les nations pour faire face à ce problème doivent faire un changement, de leur souci traditionnel d’elles-mêmes et non de la planète et de l’espèce, un changement des objectifs traditionnels à court terme vers des objectifs à plus long terme. Et nous devons garder à l’esprit que dans des problèmes comme celui-ci, les premiers stades de l’augmentation de la température mondiale, une région de la planète pourrait en bénéficier tandis qu’une autre région de la planète en souffrirait. »

        « Peter Joseph : Il est même clair que les propres scientifiques internes de l’industrie pétrolière savaient ce qui se passait et ont même prédit dans leurs propres documents internes, les conséquences atmosphériques d’aujourd’hui avec un degré élevé de précision. Alors pourquoi rien n’a été fait ? Eh bien, je pense que nous connaissons tous la réponse à cette question, pour la même raison structurelle, l’industrie du tabac, autrefois épiquement rentable, a fonctionné avec l’immunité pendant des décennies, longtemps après avoir définitivement su en interne que son produit créait une dépendance et provoquait la maladie et la mort.

        Lorsque vous gagnez des milliards de dollars grâce à votre entreprise et à travers une industrie dans son ensemble, en particulier avec une industrie critique, telle que l’énergie, qui est inévitablement liée au pouvoir géopolitique des États-nations concurrents, sans parler d’une source de revenus importants pour l’État grâce à fiscalité, la motivation à changer de tels établissements existants devient limitée par les incitations du système. Les entreprises et les individus financièrement prospères ne veulent généralement pas de changement, pas plus que les gouvernements ne profitent de ces activités, ce qui est encore une autre caractéristique structurelle impraticable. »

        « Il ne fait aucun doute que l’indifférence, la maladie psychologique et la corruption criminelle sont répandues dans les grandes institutions d’entreprise, tout comme dans les grandes institutions politiques. Mais c’est en fait un problème secondaire lorsque vous regardez la situation dans son ensemble, sans parler de ces problèmes qui découlent également du système d’incitation, mais ils sont plus ouvertement corrompus et criminels. »

        « Donc, pour compléter cette section d’ouverture remplie de tangente, revenons maintenant à l’ouverture de Carl Sagan et abordons les deux choses qu’il souligne qui ont des implications d’ordre plus importantes. Premièrement, ce problème de pollution atmosphérique transcende les frontières nationales. Bien que deuxième, il transcende les intérêts générationnels à court terme. Inutile de dire que si nous nous soucions des générations futures et de l’écosystème, une approche globale s’impose évidemment.

        C’est presque comme si la nature elle-même nous montrait le genre de valeurs sociales que nous devons créer si nous voulons survivre, n’est-ce pas ? Et la réalisation ultime est que nous ne pouvons pas avoir une structure sociale enracinée dans la concurrence qui exploite la rareté pour un avantage concurrentiel à plusieurs échelles et s’attend à un résultat positif à long terme. Et il convient de souligner une conséquence générale de toute cette dynamique. Et c’est à quel point l’ensemble du système des marchés financiers est incroyablement fragile. »

        Extraits traduction française de la transcription de l’épisode 35 du podcast “Revolution now !” de Peter Joseph : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

        A savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire à partir de l’article d’origine : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc

         

    Vous lisez 0 fil de discussion
    • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.