Vous lisez 33 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #431
      Pascal LamachèrePascal Lamachère
      Maître des clés

        masque fabriqué par artiste en lien avec Mr Mondialisation et livres végan, recettes de cuisine végane, philosophie et économie

        J’ai hésité à continuer la sorte d’histoire poétique écrite les deux premiers mois de cette année : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/histoire-poetique-au-cours-de-lannee-2023-quelques-vers-par-jour/

        mais dans l’idée de partager certaines réflexions et inviter à regarder des documentaires, conférences, et probablement quelques envolées de temps en temps, une sorte de « grenier » d’états d’âme, une sorte d’exutoire politiquement engagé, m’est venu à l’esprit de scribouiller pour une formule hebdomadaire plutôt que quotidienne.

        Vous ne serez peut-être pas plus nombreux à me lire, mais dans le flux de données partagées sur internet, vous aurez peut-être un peu de temps à consacrer à ce que je scribouille, au moins pour cette formule hebdomadaire, et puis je le fais en pensant au coup du renard qui explique au Petit Prince l’importance des heures, des instants fixes, des rites.

        Pour commencer, une réflexion à propos du dérèglement climatique, pour conclure ici en quelque sorte le fil : « Urgence – info climat – Le saviez-vous ? – Et cetera brèves » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/urgence-info-climat-le-saviez-vous-et-cetera-breves/

        Il y a un certain nombre d’incertitudes autour des effets du réchauffement climatique (*), de la cause à effets, des thèses divergentes,

        et même sans être climato-sceptiques, si on ne se tient pas au courant, on ne sait pas forcément tout ce que cela implique, la gravité, des thèses autour,

        et il ressort que les politiques des pays les plus pollueurs n’auraient pas dans leur plan de faire le nécessaire, ce que des spécialistes considèrent comme tel, même pour la décennie à venir. Et que donc qu’il y a importance à ce que toutes celles et tous ceux conscients de l’urgence (*) fassent leur part de colibris, végétalisent leur alimentation et mode de vie sobre et que l’on dise stop au système délétère, essaye d’en impulser un « viable » même si difficile ou impossible d’empêcher des effets à court terme.

        (*) Au passage, il y a une différence entre être convaincu du souci du dérèglement climatique et conscient de l’urgence, des imbrications, du cause à effets, des thèses mises à jour autour. J’écris cela en réfléchissant par rapport à ma propre évolution, à l’évolution de ma conscience du souci. Dans le genre, fut un temps où bien que convaincu qu’il y ait un souci, si je ne me souviens plus très bien de mes considérations de l’époque, me semble que je n’avais pas conscience de tout ce que cela impliquait, et à un moment donné il me semble que je trouvais même à propos de considérer qu’il y avait un « dérèglement climatique » plutôt que de réchauffement, de le présenter comme tel pour faire plus ou moins consensus, mais globalement il y bien un souci de réchauffement et pas que du dérèglement provoqué par le « Capitalocène ».

        Aussi, cela me fait penser à la conclusion du documentaire « Chine, la révolution verte » : https://www.dailymotion.com/video/x2jlqzk

        où, de ce que je me souviens, il y avait un certain optimisme à l’idée que du fait que concernés en première ligne par certains effets et de la pollution, des solutions pourraient être développées par la Chine.

        Le documentaire date de près de 10 ans et ce qui s’en est suivi a prouvé que le souci perdure. Et c’était prévisible pour celles et ceux qui considèrent le problème systémique, paradigmatique, où il s’agirait pas tant de solutions techniques mais de révolutionner l’économie.

        Aussi, vous l’aurez sûrement compris, j’écris pas cela pour incriminer la Chine en particulier. Certains pays industriels polluent moins mais ont des « pollutions externalisées ».

        Bref, si vous prenez le temps de lire ce que j’ai partagé sur « Urgence – info climat – Le saviez-vous ? – Et cetera brèves », ou avez déjà lu ou écouté des thèses conséquentes et débats contradictoires autour du réchauffement climatique, les solutions ne seraient pas tant technologiques en soi, par la technologie seule sans penser le paradigme, par contre certains appellent à la décroissance mais encore faut-il pouvoir l’orchestrer, le principal souci est incitatif et collectif, donc systémique.

        A ce sujet, je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il a pu dire et écrire, mais un des podcast que j’ai trouvé le plus pertinent dédié au souci et idées systémiques : https://www.revolutionnow.live/episodes

        Et l’auteur de ce podcast, Peter Joseph, a récemment publié sur sa page Facebook une réflexion sur la décroissance que nombre de militants considèrent nécessaire et le souci, les imbrications, le cause à effets systémique : https://www.facebook.com/peterjosephofficial/posts/pfbid02HC12WDENHnfzJApXcuHRYvkUJo8KFUPPUB2srk1nXPrxmuoUUH5KP6yTuEE2uh1Zl

        Après, étant donné l’urgence et les intérêts de certains lobbies, les forces en présence et les préoccupations quotidiennes, si je crois en l’intérêt de révolutionner le système, je suis de plus en plus sceptique sur ce que concrètement nous pourrons faire. Le réalisme a de quoi rendre catastrophiste. Toutefois, il n’en reste pas moins qu’il y aurait urgence et souci systémique et que sur le long terme, in fine, de la « solution » serait systémique. Et que nous devrions dire stop aux subventions des énergies fossiles, stop à l’économie capitalisme, au système des marchés et réfléchir à organisation de civilisation « pérenne » ou tout du moins adapté aux enjeux, à une aspiration de pérennité sur le long terme. Et concrétiser ces idées, mettre en place un système le permettant.

        « Donella Meadows : On m’a demandé de parler des systèmes et de la durabilité pour dire comment pouvons-nous vivre de bonnes vies pour tout le monde sur cette planète d’une manière qui préserve le fonctionnement de la planète et de toutes les autres créatures. Dans la mesure où j’ai un rôle, je suppose que c’est d’essayer de le voir dans son ensemble, d’essayer de voir les systèmes dans leur ensemble. C’est en grande partie parce que j’ai rencontré au début de ma vie des gens qui avaient des outils système et qui m’ont appris à les utiliser pour imaginer, penser, simuler pour comprendre les systèmes dans leur ensemble. »

        Extrait introduction de la transcription de l’épisode 23 de la série « Revolution Now! », à propos du souci pour la durabilité et des ressources (desquelles les animaux et ce qui en provient ne devraient être considérés comme des ressources à notre disposition) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode23-staycationing-9jlk7-pcw4k-rctmc-rg7sy-mcwy5-bnfg8-xjkwd-ygamp-c29ts-sswe2-2ygh3-gzs5y-xed9s-yej53-5rsp9-2dh2m-b6btk-khrg8-abt3w-7c6px-dt9mc-372p2-233jt

        La transcription se trouve après la vidéo. Pour la traduction (à savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire chapitres par chapitres l’article d’origine) : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode23-staycationing-9jlk7-pcw4k-rctmc-rg7sy-mcwy5-bnfg8-xjkwd-ygamp-c29ts-sswe2-2ygh3-gzs5y-xed9s-yej53-5rsp9-2dh2m-b6btk-khrg8-abt3w-7c6px-dt9mc-372p2-233jt?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

        Zoopolis — penser une société sans exploitation animale : https://www.revue-ballast.fr/zoopolis-penser-une-societe-sans-exploitation-animale/

        Pour finir ce premier message, récemment lu une réflexion qui résume ma considération actuelle :

        « La réalité de ce à quoi nous sommes confrontés m’empêche de dormir la nuit. Mais je ne pense pas qu’éviter le désespoir très justifié aide qui que ce soit. Je suis donc ici pour dire aux climatologues – et à mes collègues journalistes spécialisés dans le climat – de frapper. ça s’éteint. »

        Lu sur : https://twitter.com/EliotJacobson/status/1709172274576724283

        A la semaine prochaine !

      • #432
        Pascal LamachèrePascal Lamachère
        Maître des clés

          illustraztion symbole de paix avec fleurs

          Une fois fini d’écrire le message de vendredi dernier, je m’étais dit que je vous parlerai aujourd’hui un peu de l’Ukraine, des thèses, des propagandes des divers camps, les manipulations – avérées – pour provoquer des casus belli, les intox ensuite, en temps de guerre, les médias mensonges avérés au cours de l’histoire des conflits de l’humanité pour titiller les cordes sensibles, la difficulté de savoir de quoi il en retourne réellement sur le coup tout en accordant de l’importance à de la matière à penser pour se faire, autant que faire se peut, un avis le plus éclairé possible ainsi que pour tenter de mettre en place un mouvement concret de paix.

          Je vais essayer de m’en tenir à ma résolution, juste qu’il y a eu entre temps les massacres liés au conflit israélo-palestinien et c’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase, un peu beaucoup écœuré, avec aussi le péril climatique et les politiques qui renforcent le mal quand il faudrait pouvoir dire stop (tel que stop au carnage d’animaux et stop à la subvention des énergies fossiles et non pas continuer le développement des projets tel que le Koweït qui « cherche à augmenter sa production de pétrole et poursuit l’exploitation du champ gazier de Durra »), temps mort et impulser une révolution de paradigme ; idéalement végan, ayant pour état d’esprit la zoopolis (une société sans exploitation animale), et cetera.

          Au passage, à propos du réchauffement climatique et du souci systémique, et du souci pour la situation en Palestine et pour l’Ukraine et la Russie et finalement le monde, lu il y a quelques jours, au cours d’une petite recherche, ce qui me semble être une grosse bêtise, une inconscience de la part d’un « journaliste économiste » : considérer qu’un des soucis pour la Palestine ce serait d’avoir une économie viable, à construire sur le long terme, non pas en pensant tant aux troubles provoqués par la colonisation, la guerre et les conséquences du blocus de Gaza sur la vie en Palestine, plus dans le style de ceux qui justifient le colonialisme avec l’idée d’apports pour un épanouissement économique à une civilisation précaire. Ce qui me semble être un non sens quand on considère que ce qui est cru comme un « système économique viable » par ce genre « d’économiste » ne l’est en réalité pas du tout sur le long terme du fait des effets délétères, le renforcement de la crise climatique, et cetera.
          Pour le côté thèse de fond sur pensée systémique, critiques d’une « économie non économique », je vous renvoie au podcast « Revolution Now ! » : https://www.revolutionnow.live/episodes

          Et une caricature qui synthétise une considération sur les effets délétères, crise climatique (considérée engendrée par « l’économie non économique » de la civilisation), versus guerre versus virus : https://www.ledevoir.com/photos/galeries-photos/les-caricatures-de-godin/922476

          Bref, pour revenir sur la situation en Ukraine, beaucoup de médias reprennent des versions d’un état ou lobby x ou y sans prendre le temps d’investigation, d’y penser, et l’investigation n’est pas toujours aisée. Et puis quand l’information sert à se forger une opinion en restant passif, à quoi bon ?

          Aussi, si ici de mon côté je ne puis faire que comme la plupart des internautes qui partagent du contenu, l’objectif c’est d’inviter à réfléchir ce qui pourrait « pacifier », apporter de la paix, faire de sa part de colibri. Bon, si vous avez déjà une idée arrêtée, êtes pour tel ou tel camp, vous n’aurez certainement pas envie de plus lire ou écouter ce que je vous invite à consulter. Toutefois, si vous avez fait l’effort de me lire jusqu’ici, une petite réflexion :

          – si vous avez un ami Ukrainien qui vous a rapporté sa version des faits, vous serez sûrement enclin à considérer la Russie de Poutine comme envahisseur, source du mal, à voir d’un bon œil le fait que les pays de l’Otan soutiennent financièrement et militairement l’armée de l’Ukraine, mais savez-vous que tous les Ukrainiens n’ont pas le même avis sur ce qu’il y aurait à faire ? ;

          – réflexion aussi valable pour si vous avez un ami Russe et l’aide que ses alliés pourraient leur apporter ;

          3 articles cristallisant divers points de vue :

          Ukraine : le regard de Noam Chomsky : https://www.revue-ballast.fr/ukraine-le-regard-de-noam-chomsky/

          Libertaires et pacifistes en Ukraine : le choix des armes ? : https://www.revue-ballast.fr/libertaires-et-pacifistes-en-ukraine-le-choix-des-armes/

          Manifeste : socialistes et communistes russes contre la guerre : https://www.revue-ballast.fr/manifeste-socialistes-et-communistes-russes-contre-la-guerre/

          Après, ces articles évoquent surtout des considérations sur ce qui selon telle ou telle personne il faudrait faire. Concernant l’origine du conflit, des faits de guerre, sans être dupe de la version propagande russe de Poutine, même en gardant à l’esprit que de notre point de vue de citoyen ne possédant pas les informations de première source on peut facilement se faire mener en bateau, je pense qu’on peut constater une tendance à une certaine mal-information et des biais. Du genre il y a eu ce que des médias pro-Otan ont rapporté du discours de Poutine, reprenant des passages tronqués, avec des interpénétrations lui faisant dire ce qu’il ne disait pas quand on écoutait son discours original. Et j’ai cru comprendre que certaines scènes de tragédies ont donné lieu à des interprétations et informations erronées de divers “camps”.

          Ce qui me fait penser et écrire que la matière à penser ne suffit pas toujours, juste qu’on se rapproche plus de la vérité quand on prend le temps de s’informer à diverses sources, d’y réfléchir, en ayant pour principe de se dire qu’on peut avoir tort dans l’interprétation des faits, voire qu’on ignore des faits.

          Par exemple, que savez-vous des efforts de paix qui auraient été sabordés ? Des forces derrière le sabotage des gazoducs Nordstream ?

          Ensuite et enfin, plus j’en apprends, plus je lis des thèses contradictoires, plus je me dis qu’il y a plusieurs niveaux de “vérité”, qu’il y a relativité suivant les soucis considérés.

          Pour l’expliciter, un message que j’avais déjà partagé sur les réseaux :

          « En écoutant un débat contradictoire autour de la guerre en Ukraine : « Ukraine : il faut débattre ! » : Débat contradictoire avec M.Collon, J.Baud, A. Merlin et J. Vogel qui ont eu le courage d’y participer : https://www.youtube.com/watch?v=drgjOH3v7Pk

          et que j’ai trouvé très intéressant, chacun me semblant cristalliser à merveille « un camp de pensée », si ce n’est peut-être les recours à l’argument ad personam et tentatives contestables de se présenter comme une « autorité scientifique de l’histoire » de la part de A. Merlin et J. Vogel ;

          et toujours est-il qu’en écoutant le débat, les thèses développées, notamment en réponse à la première question, m’est venu à l’esprit une autre façon de l’expliquer qui, sans réfuter d’autres explications émises, considère le conflit, la guerre d’une autre façon, ce qui a son importance pour comprendre de la cause à effets : la problématique systémique.

          A un moment donné il est présenté l’évolution de l’Ukraine, lors de son indépendance, pour « une économie de marché régulé par le droit ». Même si il est reconnu les slogans contestables dans les faits, la corruption, cette façon d’opposer le système qui gouvernerait l’Ukraine en prenant son indépendance vis à vis de la Russie, et celui de la Russie, m’a semblé refléter une méprise, une inconscience. Et il suffit d’écouter celles et ceux qui considèrent que mettre fin à la guerre en Ukraine serait bénéfique pour « l’économie mondiale » alors que si la paix serait bien entendu bienvenue et à rechercher, à faire, à concrétiser, « l’économie mondiale » néolibérale est contestable avec des externalités délétères d’après certains, et de comprendre le besoin de révolutionner le système économique afin de régler certaines problématiques environnementales et sociales, pour comprendre le souci, ou du moins mon point de vue critique : « l’économie de marché » (dont la régulation par le droit est considérée très / trop relative par certains) est source de conflits, de guerres économiques, avec ses impérialismes marchands, ses lobbies déconnectés du bien commun, de la recherche d’intérêt général, et cetera critiques qui en sont faites. Il me semble que ce n’est pas trop vulgariser que le présenter ainsi.

          Et si le système politique de la Russie est différent, que la Russie a un modèle de gouvernance différent, au niveau économique il me semble tout aussi critiquable selon ce prisme. Et pour faire le lien avec les soucis environnementaux et sociaux, quand on considère que l’utilisation du gaz et du pétrole et des projets à continuer d’en extraire encore plus posent problème dans la lutte contre le dérèglement climatique, il importe moins le pays ou l’entité exploiteur et vendeur que le fait qu’il faudrait limiter autant que possible son utilisation.
          Donc pour dire que chaque camp a certains mobiles contestables d’une manière ou d’une autre, si ce n’est que les États-Unis le sont peut-être plus du fait qu’ils sont les fers de lance de « l’économie de marché », et que sans justifier la guerre, les jugements manichéens sur ce conflit sont contestables.

          Bref, à ce propos, à écouter ou lire l’épisode 46 du podcast « Revolution Now ! » de Peter Joseph qui évoque, entre autres, les manipulations dont ont été capables les États-Unis pour contrer une autre façon d’organiser « l’économie » (le podcast est en anglais mais peut être traduit avec l’option de traduction automatique de youtube (activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur « Traduire automatiquement » et puis sur « Français »), ou vous pouvez aussi traduire la transcription complète publiée après la vidéo) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode46asdf-erckc-g3nhm-zd3be-ykrn8-edjr3-r5srt

          Ceci écrit, pour revenir sur le souci lié au réchauffement climatique, ces derniers jours il y a eu des températures exceptionnelles pour la saison, et malgré tout des climato-sceptiques ont encore distillé de leur mal-information. Ils ont l’excuse que nombreux médias sensibilisent peut-être mal sur le sujet, mais même si des records de température dans certains lieux sont relatifs, il y a bien une tendance d’augmentation des températures globale sur le long terme :

          l’évolution de la température moyenne de l’air à 2m : https://climatereanalyzer.org/clim/t2_daily/ ;

          de la surface des océans : https://climatereanalyzer.org/clim/sst_daily/ ;

          Et puis un souci de pollution lié à l’utilisation des énergies fossiles, et cetera : Top 40 des impacts du changement climatique : https://climatecasino-net.translate.goog/2021/10/top-40-impacts-of-climate-change/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

          Et pour rappel :

          « Sixième extinction de masse et inégalités sociales sont liées » : https://www.revue-ballast.fr/jean-marc-gancille-sixieme-extinction-de-masse-et-inegalites-sociales-sont-liees/

          A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/ »

          Re ceci écrit, je trouve que Michel Collon et le collectif INVESTIG’ACTION font un très bon travail journalistique de fond concernant les conflits, les guerres, les média-mensonges, le souci pour la paix, pour la Palestine, aussi, pour en savoir plus, même si vous pensez être bien informé mais n’avez pas encore écouté ce débat contradictoire, je vous invite à le voir, cf. lien plus haut, et puis d’autres de leurs vidéos et publications :

          Vidéos conférences, débats, analyses, entretiens à propos de l’Ukraine : https://www.youtube.com/@michelcollon/search?query=Ukraine

          Vidéos et articles : https://www.investigaction.net/fr/?s=Ukraine

          A propos de la Palestine, voir vidéos récentes sur : https://www.youtube.com/@michelcollon/videos

          Et articles sur : https://www.investigaction.net/fr/

          Et à écouter une explication de Noam Chomsky sur un des soucis pour résoudre le conflit israélo-palestinien (c’est en anglais mais vous pouvez activer les sous-titres) : https://www.youtube.com/watch?v=5AJlfW0g2rk

          Et pour le message par l’art philosophique poétique concernant la tragédie en Palestine, à voir les vidéos récentes du journal de Personne, sur youtube : https://www.youtube.com/user/lejournaldepersonne/videos

          ou sur TikTok : https://www.tiktok.com/@le.journal.de.personne

          Bon week-end, à la semaine prochaine !

           

          Illustration de paix trouvée sur : https://pixabay.com/fr/vectors/paix-signer-fleurs-des-roses-7036144/

           

           

        • #434
          Pascal LamachèrePascal Lamachère
          Maître des clés

            « Prières pour la paix »

            Urgence Gaza,
            Urgence climat,
            Russie-Ukraine en combats,
            de plus en plus d’éclats.

            De l’actualité sordide,
            mines déconfites, humides,
            du positif à chercher,
            du constructif à concrétiser.

            Dariush Mehrjui et Vahideh Mohammadifar assassinés,
            Hubert Reeves s’en est allé sur la pointe des pieds,
            la plupart des politiques inconscients ?, ou à instrumentaliser ?,
            du terrorisme contre le bon sens, à broyer,

            ainsi que le glacier Thwaites, baptisé de l’apocalypse,
            surnom, peut-être finalement bien, d’une certaine façon, approprié,
            tel un indicateur, un repère de l’état de la planète surchauffée
            par le Capitalocène, la pollution d’un système de l’humanité.

            Haut les cœurs ! Prières pour la paix,
            que même si les carottes sont cuites,
            nous expirions la tête haute, saveur d’une réussite,
            la conscience élevée, holistique, du cause à effets.

            Haut les cœurs ! Prières pour la paix,
            l’humanité végane, antispéciste, la vie des animaux à respecter,
            l’environnement à ménager,
            l’économie à révolutionner.

            Urgence Gaza,
            Urgence climat,
            Russie-Ukraine, Palestine-Israël à pacifier,
            les livraisons d’armes à stopper.

            Urgence Gaza,
            Urgence climat,
            pour générations présentes et à venir, contre le péril de Créations,
            des femmes et hommes de courage, conscients, cohérents, consistants, à l’action.

            Haut les cœurs ! Prières pour la paix,
            violences policières et systémiques à cesser,
            Julian Assange à libérer, l’Agapé à cultiver,
            pour la « vie », « l’éternité », « merveille » de potentialités.

            ***

            Pour le rendez-vous d’aujourd’hui, comme je me suis dit que vous n’auriez probablement pas eu le temps de consulter tous les articles et vidéos que je vous ai invité à regarder la semaine dernière, et pour ne pas plus surcharger votre temps de cerveau disponible, je me suis que j’écrirai juste un poème, un petit texte poétique, ce qui est fait.

            Après, si vous appréciez la poésie, pour information, j’ai remis le script des poèmes du jour sur un de mes premiers sites : http://coeurromantique.free.fr/poemedujour.htm

            Si votre navigateur n’est pas paramétré par défaut pour bloquer les scripts, vous verrez un texte poétique d’affiché. Par contre, à savoir que ce n’est pas à proprement dit des « poèmes du jour », et peut-être que je prendrai le temps d’y ajouter des poèmes plus récents, mais pour le moment c’est des poèmes de divers auteurs, qui datent de plus d’une décennie pour la plupart, et il n’y en a pas toujours un différent chaque jour, et toujours est-il que voilou, au cas-où vous apprécieriez d’en lire.

          • #435
            Pascal LamachèrePascal Lamachère
            Maître des clés

              couverture livre sur le paranormal

              J’espère que vous allez bien, autant que faire se peut, si je puis dire.

              Il y a quelques jours je me suis remis à penser aux divers « plans de vérité », à l’importance de la contextualisation d’une pensée et de la matière à penser, de prendre le temps d’y penser pour avoir un point de vue le plus holistique possible, ainsi qu’aux vanités, à l’intérêt que nous accordons à de ce que nous pouvons faire, au sens que nous y donnons, et en général au sens de ce que nous appelons la vie. Et de ce que nous devrions faire collectivement, et de ce que je peux faire personnellement.

              Cela m’arrive assez régulièrement, quand je lis des articles ou écoute des conférences évoquant tel ou tel souci dans le paradigme capitaliste sans le remettre plus en question, et c’est probablement plus une succession de pensées critiques qui m’ont amené à retourner en rond aux portes d’une quête d’essence ciel. Toujours est-il que cette fois il me semble que cela a débuté avec l’écoute d’une vidéo prétendant démystifier une femme se présentant comme Médium, prétendant la « débunker », croyant mettre en lumière des contradictions dans l’histoire de cette femme dont les dons seraient reconnus par de ses pairs et de celles et ceux l’ayant consulté. Et ma réflexion s’est alimentée, poursuivie avec la lecture d’un titre à propos de Bill Gates qui aurait espéré que le monde deviendrait plus rationnel avec la création d’Internet, du fait de l’accès aux connaissances, à des faits, des données.

              Je n’aime pas trop les discussions débats à l’oral où les gens ne partent pas de la même matière à penser, cela peut compliquer la cristallisation, la difficulté du partage des connaissances, des pensées, la compréhension des idées, en plus des difficultés pour communiquer théorisées par Bernard Weber (« entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre » et cetera), d’autant qu’un sujet ramenant souvent à un autre, avec aussi la préoccupation d’un cause à effets et pas juste disserter sur une question particulière, j’ai tendance aux digressions.

              L’écrit a l’avantage que l’on peut prendre le temps de la réflexion et de l’expression, d’y revenir, de peaufiner, de clarifier, de préciser, même si nous pouvons aussi y avoir une tendance à la « spontanéité » et écrire parfois des bêtises pour une raison x ou y. Si ce n’est que quand on a philosophé un bon moment jusqu’à une sorte de « eurêka » sans écrire le fil de la réflexion, il n’est pas forcément évident de l’ancrer ensuite, de retrouver ce qui s’est évaporé, est retourné à la « noosphère ». Et comme vous pouvez le constater, j’y ai aussi tendance à la digression. D’autant que depuis plus d’une décennie maintenant ma curiosité m’a poussé à m’intéresser à des sujets divers et variés, hétéroclites, essayant de le faire de façon éclectique.

              Et bref, je vais essayer de retrouver le fil de ma pensée pour vous restituer au mieux ce que je souhaitais vous écrire au sujet des « plans de vérité », et cetera.

              Alors, alors, pour revenir sur la prétention d’un monsieur à « débunker » la médium : celle-ci racontait au cours d’une interview avoir pu communiquer avec un esprit du moyen-âge comme si elle discutait avec une personne du temps présent, dans la rue, dans sa « vision », en précisant que l’esprit la voyait comme vêtue à la mode de son époque, et la critique, l’incohérence que trouvait le « débunkeur » c’était sur le fait qu’à cette époque le « français oral » était limite incompréhensible pour des gens de notre époque n’y étant pas coutumier, ne l’ayant pas étudié à en être plus ou moins érudit. Sauf que quand on écoute en entier l’entretien accordé par la femme se présentant comme Médium, elle donnait des précisions, expliquait le fonctionnement de façon plausible si on y croit. Être sceptique, avoir du mal à y croire c’est une chose, sortir un extrait de son contexte pour ergoter dessus comme il l’a fait, c’est faire preuve de malhonnêteté. Et on pourrait lui laisser le bénéfice du doute, partir du principe qu’il n’avait pas connaissance de l’explication apportée, qu’il a disserté sur l’extrait qui lui a été soumis, mais je pense que quelqu’un qui pratique l’esprit critique et aspire à l’étant zététicien se doit de le pratiquer aussi pour lui, d’envisager ce qui invalide son raisonnement critique. Et si il avait été honnête dans sa critique, il aurait cherché à comprendre en premier lieu et non pas préjuger à en faire une vidéo pour tenter de lui jeter l’opprobre.

              Bon, une explication cohérente ne fait pas la « vérité ». Il est sain de douter de « faits » et d’histoires dont nous ne sommes pas directement témoin, d’essayer de réfléchir si, en l’absence de pouvoir le savoir par soi-même, de pouvoir le vérifier, il n’y a pas une incohérence. Néanmoins, exercer le doute, le scepticisme, c’est aussi penser à une ou aux versions, aux explications qui rendent cohérent ce qui nous est raconté. Et je n’ai pas investigué moi-même, il me semble que certains remettent en question des protocoles d’études, mais certains médiums comme cette dame sont pris au sérieux par des autorités, des enquêteurs, il y aurait eu des cas laissant à penser que le don est authentique. Aussi, ce n’est pas parce qu’il y a eu des charlatans et des canulars dans l’histoire du spiritisme, des « phénomènes paranormaux », qu’il faut généraliser le jugement négatif. Certainement pas comme il l’a fait.

              Un exemple de critique que je trouve plus à propos, c’est celui d’un livre où il est question de communications avec des esprits d’un « ordre ancien ». Sur la fiche dédiée à ce livre, une historienne critique la version des faits, l’interprétation historique, voire des grandes parties de l’histoire rapportée, sans dénier la capacité de la dame de communiquer avec l’au-delà. Sachant qu’il pourrait y avoir des esprits farceurs, trompeurs pouvant abuser de la sensibilité de celles et ceux arrivant à les « contacter ». Et même si vous n’y croyez pas, que pour vous la médiumnité c’est des « histoires à dormir debout » ou à se bercer, il me semble que vous devriez pouvoir mettre de côté votre propre non croyance et que vous pouvez admettre cela plausible. Et j’ajouterais que l’historienne a sûrement acheté le livre car elle connaissait sûrement certains mystères laissant à penser la capacité plausible, y accorde un certain crédit, avant de trouver matière à critiquer de ce qui y était raconté.
              Je vous rapporte cela non pas pour signifier que l’historienne critique a raison en matière d’interprétation des connaissances du passé, dans sa critique, d’autant quand il y a une facette ésotérique, j’ai l’impression qu’il n’y a pas consensus même chez les historiens et fins connaisseurs, et puis c’est un sujet (l’histoire de « l’ordre ancien ») où j’ai pas encore suffisamment de connaissances pour me faire un avis éclairé. Juste pour donner un exemple de « pratique du doute » que je trouve moins contestable.

              Au passage, à propos de « pratique du doute », des faits qui peuvent être connus et de l’interprétation des faits, et pour revenir sur l’importance de la « matière à penser », j’ai l’impression que les désaccords entre des « camps » viennent souvent surtout de la connaissance pour les uns et l’ignorance des « faits » pour les autres.

              En écrivant cela, je pense aussi à un site que j’ai parcouru il y a quelques temps d’un se vantant d’être zététicien, « neutre » dans sa démarche, le prisme de son analyse critique des arguments de végans. Mais passé son speech de présentation, pour qui a bien étudié le sujet, il me semble qu’il apparaît assez vite son parti pris contestable, qu’il n’a pas les connaissances à jour, fait des biais de réflexions, des sophismes. Et certes, j’ai moi-même mon parti pris en tant que végétalien végan, mais j’ai évolué dans mes prises de conscience, dans ma connaissance du sujet, j’avais pris le temps de me documenter avant de le devenir et il ne me semble ainsi pas juger sa critique, son jugement, par « aveuglement idéologique », juste qu’avec ce que j’ai appris je trouve à redire à ses assertions, autant à sa prétendue neutralité qu’à son contre-argumentaire. Et au final « son » site ressemble plus à celui d’un lobby de carnistes cherchant à intoxiquer les débats sur le véganisme, à se faire passer pour ce qu’il n’est pas pour décourager les curieux hésitant et qui s’informeraient à diverses sources avant de prendre une décision.
              Et si je veux bien croire qu’au départ ce n’est pas un site de lobbyiste, et que c’est probablement celui d’un internaute qui s’est surtout fait eu par des lobbies carnistes le rassurant dans son carnisme, qu’il n’a pas cherché bien loin pour ne pas remettre en question ses mauvaises habitudes et voir qu’il y avait des contradictions à apporter à ses contradictions, juste que ce qui me rend sceptique entre l’intention affichée et le « résultat », c’est qu’une démarche de doute, de « chercheur de vérité » tatillon me semble ne pas s’accompagner d’autant de préjugés et d’allégations et mal-information qu’il en a synthétisé, qu’il en a rapporté. Par exemple, on peut critiquer les allégations santé par principe / généraliste, sachant qu’on peut manger trop sucré et trop salé, qu’on peut avoir une alimentation déplorable aussi en tant que végan, qu’il n’y pas qu’une seule alimentation végétalienne, si ce n’est qu’en général les allégations santé s’accompagnent de conseils d’alimentation équilibrée, de personnaliser à ses besoin nutritionnels avec b12, et cetera (et pour information, des sportifs de haut niveau très célèbres sont végans, y ont trouvé un intérêt). Et les allégations écologiques sont relatives, sachant que tous les vêtements « végans compatibles » ne sont pas forcément écolo par principe, et cetera, si ce n’est qu’il y a là aussi une part de vérité. Et donc relativiser ou critiquer la simplification des arguments n’enlèvent pas la part de vérité de ces arguments, et certainement pas la possibilité d’avoir une alimentation végétalienne adaptée quand il est pas fait de nombreuses allergies alimentaires.

              Aussi, les débats autour du véganisme me semblent être un bon cas d’école d’exercice du doute, de la pensée critique, et de constatation que de ceux qui prétendent le cultiver font preuve de mauvaise foi plus que de s’y appliquer. On pourrait considérer que c’est difficile de l’exercer à 100 % sans se forger de conviction, de la même façon qu’il y a des faits, des données dans des études scientifiques et que c’est les interprétations qui sont parfois sujettes à divergences, qu’à un moment donné les convictions disposent aux biais, si ce n’est qu’un certain degré de mauvaise foi laisse à douter de l’honnêteté intellectuelle, pour ne pas dire laisse à penser une certaine forme de corruption.

              Sa mal-information autour des protéines végétales en introduction et sa réflexion, contre argumentation sur la B12 m’ont conforté dans ce sens. Car si il y a certainement matière à relativiser l’argument des animaux d’élevage supplémentés en B12, du fait que le nombre ne serait pas aussi important qu’avancé, que je suis prêt à le croire sur cela, sa raison / défense avancée pour la supplémentation animale (pour la productivité, le fait que les animaux pourraient ne pas en être dépendant) n’enlève rien à la remarque et critique du concept des « animaux emballages » dans le paradigme de l’élevage de masse : https://www.cahiers-antispecistes.org/les-animaux-emballages/

              et même si les chiffres des animaux supplémentés seraient moins importants que ceux avancés dans certaines publications, pas de quoi en conclure comme il l’a fait que les végétaliens sont plus dépendants à la supplémentation et que le fait de « dépendre » de la production de vitamine b12 rend les végans plus dépendant d’un lobby et que cela serait en contradiction avec la critique du fonctionnement des lobbies aux intérêts privés, se souciant guère de l’état de la société et de la planète. D’autant qu’au final :

              – tout un chacun dépendant d’un système, très peu de gens ont pu développer une autosuffisance alimentaire (et parmi eux il y aurait des communautés véganes), et la mise en évidence du souci des « animaux emballages » me semble plus pertinente que la relativiser pour faire passer les végans pour plus dépendants d’un système que les autres, ce qu’ils ne sont pas ;

              – si la vitamine b12 est produite par des entreprises privées, elle pourrait tout aussi bien être produite dans un autre paradigme par une « entreprise citoyenne » ;

              Je ne sais pas si je suis très clair dans mon explication d’une mauvaise foi que je trouve confondante, j’espère que vous aurez compris le propos autour de la vitamine b12. Je pourrais ajouter que certains végans remettent en question l’intérêt de se supplémentaire en b12, on m’avait soumis un article à ce sujet, la thèse développée, de ce que je m’en souviens, c’est que cela ne concernerait pas tant les aliments qui en contiendraient en surface suivant un mode de culture, importance donnée à la qualité de l’eau, aussi, si le lien / développement de thèse vous intéresse j’essayerai de le retrouver, mais je trouvais que c’était des allégations douteuses et je pense que par précaution il vaut mieux se supplémenter.

              Un monsieur qui me semble très bien synthétiser le souci autour de la B12 : The Symptoms of Vitamin B12 Deficiency (vostfr disponible) : https://www.youtube.com/watch?v=DMDUQLxFJcY

              Le guide ultime de la vitamine B12 : https://www.petafrance.com/vivre-vegan/le-guide-ultime-de-la-vitamine-b12/

              Par rapport à d’autres critiques et réponse à ces critiques, un article que je vous ai déjà invité à lire : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/ »

              Et pour en savoir plus sur le véganisme, l’antispécisme, un podcast philosophique sur la cause animale, contre le spécisme, où vous pourrez écouter un épisode consacré à la nutrition : Comme un poisson dans l’eau : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

              Et pour des conseils nutritionnels et recettes, voir le site de l’association L214 : https://vegan-pratique.fr/

              Ensuite, euh, alors, alors, ce serait plutôt en fin pour l’instant, j’ai fait une longue digression pour évoquer la cause animale, le végétalisme, le véganisme, vous aurez probablement pas le temps de tout lire des docs conseillés ni de tout écouter le podcast si vous découvrez, je vais arrêter là mon claviardage pour aujourd’hui et je développerai un peu la semaine prochaine la suite de la réflexion de ce que je voulais vous écrire aujourd’hui. Mais si vous voulez savoir dès maintenant, c’est ce que j’ai évoqué en introduction, et en bref, c’est sur les faits et l’interprétation des faits, le souci des connaissances non mises à jour, de l’ignorance des progrès dans les connaissances, le souci de la désinformation et l’exercice du doute à cultiver ; autant sur le plan de ce qui peut être connu de tous, des connaissances scientifiques, avec critiques de certaines interprétations et critique de la « rationalité » du système qui fait des Bill Gates (donnant en partie raison à la critique faite par Bill Gates d’intox que l’on trouve sur le web tout en critiquant sa propre prétendue rationalité, la « rationalité » du système qu’il a servi et sert), que les concepts tel que le karma et autres thèses prétendant « rationaliser » le sens de l’existence, prétendant être une clé de compréhension du sens de l’existence, de la part de mystère, de l’extrapolation de « l’inconnaissable » se basant sur une rationalisation / des explications contestable/s d’un certain point de vue, ainsi que le souci des diversions, de ce qui nous éloigne de l’urgence de ce que je pense nous devrions faire à titre collectif. Mais aussi de ce qui permet de s’aérer l’esprit pour essayer d’être constructif, de la complexité d’aboutir à une révolution paradigmatique, des parts de colibris et des synergies. Et de ce que je considère être de l’ordre de la vraie Justice.

              Bon week-end, à la semaine prochaine !

            • #440
              Pascal LamachèrePascal Lamachère
              Maître des clés

                Bonjour,

                je ne sais si j’arriverai à aborder encore aujourd’hui tout ce que je comptais aborder, avec en plus tout ce qui m’est venu à l’esprit du fait des imbrications entre des thématiques. Je devrais certainement me contenter de synthétiser sans m’éparpiller, d’autant que certaines « thématiques » nécessiteraient de « mettre à jour ses connaissances », de prendre le temps de recherche afin d’écrire le moins de bêtises possible. Pour ne pas faire ce que je serais enclin à reprocher.

                Quand j’écoute des gens relater de leurs expériences, partir de ce qu’ils savent de leur propre vécu, ou de ce qu’ils ont étudié, il arrive qu’ils évoquent de ce qu’ils croient de tel ou tel autre sujet, et relater de ce qui serait des intox à en croire d’autres, ou manquer d’un point de vue un peu plus « holistique », et cela peut décrédibiliser quand bien même de ce qu’ils ont dit serait véridique, ou alors induire en erreur de celles et ceux qui ne savent pas qu’il y a des parties d’intox. Ce que j’aimerais éviter de faire, toutefois, ma curiosité m’a poussé à m’intéresser à diverses matières et disserter autour des faits et l’interprétation des faits est propice à évoquer de tout, je vais donc essayer de le faire, juste que je préviens que j’aurais peut-être tort sur tel ou tel point.

                Au passage, c’est ce que j’apprécie dans la démarche d’auteurs tel que celui du livre « Zones paranormales », livre que j’ai pris en photo : s’intéresser aux faits, aux témoignages, aux interprétations, réfléchir, théoriser, faire un travail d’enquête, mener aussi loin qu’il est possible de le faire une quête de vérité.

                Ce qui m’amène à évoquer ce que j’ai trouvé juste et contestable dans les propos lus de Bill Gates, sur la rationalisation.
                Dans une quête de véracité, d’authenticité, de véridique, de vérité, de compréhension, de conscience par rapport au « réel », les prix Nobel, les diplômes et les études qui vont avec, l’intelligence, le génie, sont des « étiquettes », n’ont pas d’importance si à la base il y a des fausses routes. Et j’ai pas l’impression qu’être qualifié d’intelligent voire reconnu comme un génie selon une certaine norme ne fait pas moins se tromper.
                A mon sens, nul inférieur ou supérieur dans l’absolu, et en matière de quête de vérité il y a juste celles et ceux qui prennent le temps d’essayer de mieux comprendre, d’en savoir plus, en savent plus à un moment donné, connaissent plus de faits.
                Ce n’est pas pour dénigrer ou accorder plus d’importance au savoir théorique, le travail intellectuel, ou les aptitudes au fil de l’acquis. Il y a des notions « fondamentales » que l’on peut qualifier de vraies et importantes à savoir, apprises sur les bancs de l’école ou dans des bons bouquins, comme il y a des erreurs du fait des méconnaissances à l’époque où encrées.
                Aussi, en fait, c’est pour signifier leur relativité, la relativité de ce que l’on pense savoir dès lors qu’il s’agit de comprendre, d’expliquer, d’interpréter, une sorte de critique du recours à « l’argument d’autorité » utilisé par divers camps.

                Je pense notamment aux débats autour de la covid 19 et le dérèglement climatique.

                Pour aller plus droit dans le vif du « sujet », il me semble que la « rationalité » doit se baser sur des « faits », ne pas trop surinterpréter, en cultivant la conscience de ce que l’on sait et pourrait ne pas savoir, la compréhension des limites de notre savoir, comprendre qu’on peut se tromper, réfléchir à ce qui peut nous tromper dans l’interprétation des « faits ». Et si on peut lire tout et n’importe quoi à propos de Bill Gates, écouter des bribes d’entretiens sorties de leur contexte qui lui font dire ce qu’il ne pensait pas tel quel, à relativiser, il y a divers scandales avérés et des « inconnues » qui ont de quoi faire douter de son œuvre de charité et des politiques mises en œuvre, du fait du système capitaliste.

                Dans le genre des scandales, connaissiez-vous l’histoire du scientifique qui avait promu l’essence au plomb ? Je sais plus si dans ma jeunesse j’avais demandé des explications aux parents du label « essence sans plomb » quand ils allaient remplir le réservoir de la voiture, j’ai récemment appris ou réappris une anecdote qui reflète un des soucis du pouvoir financier, de l’influence sur de l’éthique. Qui dit « essence sans plomb » dit qu’à un moment donné il y a eu du plomb. Et cela s’est avéré nocif, et l’on trouve sur wikipedia :

                « En 1924, Thomas Midgley Jr. lui-même dut prendre du repos à cause de sa propre intoxication, mais il garda cette information secrète et participa à une conférence de presse visant à démontrer le caractère inoffensif de cette substance. Pour ce faire, il respira une grande et longue bouffée d’essence plombée pendant près d’une minute et déclara qu’il pourrait faire cela chaque matin sans soucis pour sa santé. »

                J’évoque pas cela pour distiller le doute à l’égard des vaccins, pas pour encourager une fronde de covido-sceptiques. Il y a un concept de « bénéfices / risques ». Et de ce que je sais, y a aussi matière à critiquer les discours des « pro Raoult », des sceptiques et covido-sceptiques. Et c’est le genre de dossier qui mériterait le développement d’une thèse plutôt que d’être abordé de la sorte. Mais en bref :

                – un des soucis autour de la covid 19 me semble venir du manque de recul, avec forte possibilité de contagion quand bien même vacciné, même si les personnes très exposées, âgées et à risques ont sûrement intérêt à se faire vacciner (mais bien s’informer sur les types de vaccins, avec données à jour) ;

                – je me souviens avoir lu et entendu de ce qui m’a semblé quelques « énormités », des assertions contestables de la part de Raoult et de covido-sceptiques, laissant à penser à un manque de nuances, de précautions, une certaine inconscience en matière pharmacovigilance et un manque de connaissances, par rapport au protocole et aux interprétations. Dans le genre, les effets indésirables d’un médicament tel que l’hydroxychloroquine varient, sont majorés dans certains cas, et il n’est certainement pas sans danger, et interpréter, disserter sur la mortalité, surmortalité d’une maladie contagieuse, des « faits », des chiffres connus, a peu de sens, n’est pas pertinent quand il y a eu des mesures sanitaires prises ;

                – qu’une pandémie, risque de pandémie soit prise au sérieux, c’est « normal », toutefois il n’y a pas qu’une gestion possible, cf. le livre de Michel Collon « Planète Malade. 7 leçons du Covid, L’urgence de repenser le système » : https://investigaction.net/les-sept-lecons-du-covid-a-une-planete-malade/

                et COVID, BILAN APRÈS 500 jours. QUEL AVENIR POUR LE VIRUS ? : https://www.facebook.com/39804752934/videos/589164378711955/

                et quid de la prise aussi au sérieux du risque d’extinction de masse, de l’extinction en cours, de l’écocide en cours, de la planification d’une « économie » adaptée ?

                C’est ce qui m’a laissé le plus perplexe vis à vis de la gestion de la crise, les discours des VRP vaccinaux, les agitations politiques autour de la peur du virus, les bénéfices privés des labos et dettes publiques (à ce propos : La science n’est pas capitaliste, mais son usage l’est : https://www.investigaction.net/fr/la-science-nest-pas-capitaliste-mais-son-usage-lest/ ),

                mais ne semblant pas prendre autant ou plus au sérieux ce qui mettrait en péril toute vie sur terre (« Sixième extinction de masse et inégalités sociales sont liées » : https://www.revue-ballast.fr/jean-marc-gancille-sixieme-extinction-de-masse-et-inegalites-sociales-sont-liees/  ),

                et même si l’effort collectif à faire est plus compliqué que proposer des médicaments, la pandémie aurait pu être une opportunité de révolution paradigmatique, de changement de système anticapitaliste, ne pas se contenter de rêveries pendant le confinement pour repartir plus ou moins comme avant au niveau collectif, sachant que le fait qu’un certain nombre aient changé radicalement de mode de vie ne provoque pas par ce simple fait un changement de système, en tout cas pas pour le moment ;

                Aussi, vous aurez sûrement compris en partie là où je veux en venir concernant la critique de la critique de Bill Gates, sur la rationalisation.

                J’aime bien les exercices de l’esprit, réfléchir à ce qui peut invalider tel ou tel raisonnement, mais ce n’est pas évident de le faire pour tout, et même avec Internet, une facilitation de l’accès à une sorte « d’esprit collectif », du fait de la tendance au regroupement par préjugés même dans le virtuel, des thèses diverses et variées, contradictoires, des propagandes, de la tendance aux biais de confirmation et du temps nécessaire et des limites à pouvoir savoir, il est « normal », d’autant dans le paradigme capitaliste, qu’il n’y soit pas plus cultivé à moyen terme un consensus de connaissances qui favoriserait une quête de vérité où tout le monde serait d’accord ou comprendrait bien comme il faut ses démarches philanthropiques. Et puis quand on sait que des « milliardaires américains financent discrètement des campagnes de désinformation en Europe », divers lobbies font des intox, on s’étonne moins du degré de mal-information. Et puis de la tendance à la mauvaise foi de certains pour chercher à se donner raison, sans la raison.

                Un épisode du podcast « Révolution Maintenant ! » de Peter Joseph qui évoque le fait qu’avoir tort devrait être « célébré », qu’on ne devrait pas se sentir déprécié du fait d’avoir dit ou écrit des faussetés (tel que je le comprends, au sens de prise de conscience, de l’acceptation à en témoigner, de la difficulté de le faire, de la lutte contre la tendance à la mauvaise foi pour se donner raison dans une discussion en s’arrangeant parfois avec les « faits » et leur interprétation), et le rôle de « l’ignorance informée » en science, des degrés d’ignorance :

                Traduction française de la transcription de l’épisode 36 du podcast « Revolution now ! » de Peter Joseph (la traduction de la transcription se trouve après la vidéo, si ce n’est que à savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire à partir de la page d’origine, chapitres par chapitres) : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc-8yztc?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                L’article d’origine : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc-8yztc

                Aussi, par rationalisation, la « rationalité » voudrait qu’au niveau politique, économique, on cherche à mettre en place un « fonctionnement » « pérenne ». C’est plus que délicat du fait du stade du Capitalocène, où nous en sommes, probablement mission impossible, il est déjà trop tard pour éviter ou limiter certaines catastrophes, mais c’est ce qu’il faudrait faire.

                C’est ce qu’avaient été plus ou moins amenés à encourager, à prescrire à leur époque des scientifiques comme Carl Sagan, et ce qu’il faudrait faire d’une certaine façon à notre époque.

                Un extrait de son propos : « J’aimerais conclure en disant simplement quelques mots sur le type de perspective que ce problème, en tant que problèmes connexes, nous pose. Voilà un problème qui transcende notre génération particulière. C’est un problème intergénérationnel. Si nous ne faisons pas ce qu’il faut maintenant, nos enfants et nos petits-enfants seront confrontés à des problèmes très graves. C’est aussi un problème mondial. »

                A lire un épisode avec réflexions où il est évoqué certaines difficultés  (la traduction de la transcription se trouve après la vidéo, si ce n’est que à savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire à partir de la page d’origine, chapitres par chapitres) : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                L’article d’origine : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc

                Présentation : « Dans cet épisode, nous continuons à démystifier la mythologie pro-marché, en nous concentrant spécifiquement sur la véritable structure du capitalisme ainsi que sur les trois boucles de rétroaction les plus destructrices qui s’y trouvent. La paralysie inhérente causée par le système, limitant le progrès social et la résolution des problèmes, est également explorée. »

                Au passage, avec Internet, si il est possible et facilité de suggérer tel ou tel doc, telle ou telle thèse, il faut que les gens prennent le temps de le faire, et un des arguments de la démocratie directe et où je pense que ses adeptes ont raison, c’est que si on mettait / quand on met autour d’une table des citoyens pour prendre une décision après discussions, après étude sur un sujet dont ils n’ont pas forcément bien connaissance au départ, avec de « l’information de qualité », s’assurant qu’ils prennent le temps d’y réfléchir, il se dégagerait sûrement une certaine « rationalité ». Jacques Testart en a considéré la notion d’Humanitude d’expériences et un « protocole rationalisé et reproductible pour ces procédures disponible sous le nom de convention de citoyens ».

                Ce qui m’amène à penser que le principal souci vient d’un manque de disponibilité, de temps nécessaire, de soucis quotidiens, de la facilité de se contenter d’informations superficielles par manque de temps et / ou de courage pour approfondir et défier ses propres préjugés, sa propre doxa, et que si on mettait des climato-sceptiques à la même table que des catastrophistes, que des « chercheuses et chercheurs de solutions », il en ressortirait probablement des propositions constructives, que les climato-sceptiques ne le seraient plus. Pour que cela soit appliqué, c’est une autre histoire. Dans le genre il serait ressorti de bonnes idées de la « Convention citoyenne pour le climat » mais il n’y avait pas de garantie d’application, et c’est pas les critiques de la politique du gouvernement qui manquent.

                On pourrait synthétiser le problème au manque de rationalité d’un système, qui favorise le manque de rationalité en terme de pérennité, influence un état d’esprit avec des externalités destructrices, qui favorise une « rationalité relative à un problème particulier et de l’inconscience par rapport au problème holistique ». Et que si nous étions rationnels, nous dirions collectivement stop au Capitalocène et aux diversions tant que le péril persiste, nous ferions front pour mettre en place une révolution de paradigme en prenant en compte divers soucis, pour les résoudre au mieux.

                Cela me fait penser à une parole qu’aurait eu Jésus immédiatement après son crucifiement : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

                Les chefs d’entreprise comme Bill Gates, Elon Musk, et cetera, et même tout un chacun car le souci, le tort est général, collectif, systémique, pensons savoir ce que nous faisons par rapport à des impératifs, par rapport à la relativité, la contextualisation de l’existence, par rapport aux « règles du jeu en place », aux « cartes en main » pour prendre des décisions, et cetera. A quel point sommes-nous certain de ce que nous faisons ? Bien conscient du cause à effets, des influences que nous subissons, et cetera ? Étant donné la catastrophe planétaire, de quoi en conclure que Jésus avait raison, que c’est encore valable de nos jours même pour bon nombre de « savants », des prix Nobel et compagnie.

                Et si certains seraient tentés d’excuser par « réalisme » vis à vis des forces en présence et de la difficulté, des politiciens, des belligérants, l’excuse n’enlève rien à la critique d’un point de vue connaissances sociologiques, d’études des systèmes et civilisations. Et avoir des stratégies plus ou moins complexes prétendant servir un dessein plus grand ne fait pas plus « savoir ce que l’on fait » du point de vue de ce qu’on ignore ignorer, si je puis dire.

                Cela me fait penser à une critique des écrivains et artistes que j’avais lu alors que j’avais cherché à comprendre diverses thèses « complotistes », à tenter de démêler « le vrai du faux ». Je ne me souviens plus exactement du propos. Je crois me souvenir que je l’avais trouvé en partie « recevable » tout en étant contestable. J’y voyais une certaine pertinence, mais très relative. Et je ne sais pas si il y a plus de climato-sceptiques et covido-sceptique parmi les auteurs et artistes, il y en a bien qui comprennent la problématique écologique, sociale, et je trouve dommage que nombreuses personnalités aient une tendance « apolitique ». Je comprends qu’ils et elles préfèrent ne pas trop se mouiller, mais ils et elles pourraient s’inspirer de leur pair, avoir le courage de leurs opinions, ou s’en forger une, mieux s’informer. Après, il y a plusieurs façons de faire de la « musique politique », d’être politique via la musique ou de s’engager par la plume, et une musique qui vous donne des frissons, vous remonte le moral, une création qui vous change les idées, vous inspire quand vous déprimez peut être plus constructif à un moment donné. Ainsi, il me semble que toute création n’a pas à être idéologique pour apporter sa pierre à l’édifice. Et puis nombre d’écrivains et d’artistes sont des « éponges », des créateurs influencés par une culture, une époque, pas plus à les critiquer que les autres « influenceurs », que tout un chacun.

                Aussi, un prisme critique, réflexions que je trouve plus à propos : Garantie économique générale et production culturelle : https://blog.mondediplo.net/garantie-economique-generale-et-production

                C’est aussi ce que je trouve contestable (prétendre savoir sans pouvoir être assuré de savoir, de bien comprendre le « Tout », sans pouvoir avoir un point de vue holistique) dans les concepts tel que le karma et autres thèses prétendant « rationaliser » le sens de l’existence, prétendant être une clé de compréhension du sens de l’existence, de la part de mystère, de l’extrapolation de « l’inconnaissable » se basant sur une rationalisation / des explications contestable/s d’un certain point de vue.

                Non pas que je les trouve insensés, mais relatifs, contestables suivant le « plan » considéré, sachant qu’étant donné les contraintes de l’existence, les influences paradigmatiques, « qu’on ne nous dit pas tout », de la même façon qu’il y a des « circonstances atténuantes » dans les jugements humains, ce serait d’autant plus vrai dans l’absolu si on croit qu’il n’y a pas de mort mais seulement des stades de la vie. Et par rapport à cela je suis dubitatif à l’écoute de la plupart des explications prétendant extrapoler une facette transcendantale, ne serait-ce que de notre point de vue de « simple mortel », de présent « ici et maintenant », interprétant ce qu’on ne peut connaître assurément, savoir, tant que nous sommes dans cet état.

                Et si vous êtes de celles et ceux qui pensent avoir la réponse au « mystère de l’existence », essayez de faire un exercice de l’esprit, de réfléchir à ce qui peut invalider le raisonnement sur lequel vous basez votre certitude, aux informations qui pourraient venir vous éveiller à un autre niveau de conscience, à changer de prisme, comprendre le vécu autrement.

                Et si vous avez la foi, tant mieux ! Cela me semble décalé tant l’actualité est un « crève cœur » (une prière pour les êtres vivants en Palestine et d’autres lieux de conflits et en péril du fait de l’extinction d’espèces), démoralisant, mais je reconnais que la « vie incarnée » est belle, qu’il y a de quoi être émerveillé, ainsi que sur le plan de l’esprit, par la potentialité. Juste que je vous invite à réfléchir à de vos croyances, de la remise en question, surtout si vous sous-estimez le problème de paradigme. Car même si vous croyez aux notions de bien et de mal, d’ange et de démon, de positif et de négatif, de bien et de mal, de sincère et de malin, ou que sais-je de notion duelle, il me semble objectivable du point de vue incarné, des connaissances sociologiques, qu’il y un problème systémique, et qu’une évolution à la hauteur d’idéaux ne viendra pas tant d’un éventuel sauveur ou sauveuse, d’effort à faire en soi, par soi, plus par une révolution collective, de paradigme. Et ce n’est pas une ode à ne rien faire, car certes, pour y arriver il faudrait bien des gens conscients, ayant un point de vue holistique, comprenant divers soucis, cultivant un état d’être pour être constructif, déterminé, impulser de l’évolution, surtout pour signifier que c’est histoire de collectif et non pas tant et certainement pas que par l’individuel, avec importance des notions telles que luttes des classes et plan pour en sortir, compréhension sociologique, « faits » que me semblent sous-estimer les adeptes du « développement personnel » et croyants qui théorisent l’état du monde le reflet de notre « intérieur » en semblant occulter le jeu des influences extérieures.

                Et en fait, ce que je conteste surtout c’est les justifications contestables à tel ou tel drame, le mauvais sort fait à telle ou telle population, telle ou telle espèce, un système qui pourrait être autre. Qui me semble refléter une certaine inconscience, ignorance des causalités, du cause à effets.

                Je ne connais pas bien toute l’histoire des religions, des spiritualités, des variantes. De ce que j’ai compris, j’ai certainement un penchant gnostique, du moins j’étais pas loin d’avoir une telle conclusion, mais comme expliqué, je pense que le souci c’est plus un système qui pourrait être autre, et qui n’est pas tel qu’il pourrait être non pas à cause de la « matière » ni d’un « mauvais esprit » mais d’une forme d’inconscience engendrée par un système difficile à révolutionner en l’état.

                Et je n’ai pas la prétention de parler au nom de la « Justice divine », de prétendre ce qu’elle serait même si j’ai ma croyance, encore que je trouve plausible diverses théories sur ce que nous appelons l’existence, et le Justice serait relative à ce que serait le Dessein, l’au-delà. Du genre si nous vivons dans une sorte de « réalité virtuelle », l’existence serait comme un apprentissage, et mis à part les regrets « d’avoir mal joué » si fait beaucoup d’erreurs, de ce que nous nous infligerions à nous-même, il n’y aurait pas de « Justice ». Encore que si l’objectif serait d’apprendre pour favoriser une certaine prise de conscience, la « Justice » serait d’en prendre acte, de comprendre les « erreurs ». Si ce n’est que je suis sceptique à l’idée qu’une entité ou civilisation d’esprits puisse avoir besoin de ce genre d’expérience à des fins « pédagogiques ». Et comme je considère la relativité du libre arbitre, je pense que la « Justice » serait plus dans la prise de conscience de notre inconscience, si je puis dire.

                Toujours est-il qu’en terme de « Justice humaine », j’écrirais bien que la justice a des progrès à faire, si ce n’est que de ce que j’ai appris, au cours de l’histoire, il y a eu des périodes où de la justice était plus soucieuse des écosystèmes, des autres êtres vivants. A écouter cet épisode du podcast « Comme un poisson dans l’eau » : Les animaux sont-ils des personnes ? : https://www.youtube.com/watch?v=_NMT6TpRB7w

                Un article où une dame évoque le souci des injustices envers d’autres êtres vivants et sa notion de la justice : Dalila Awada, sur sa foi et sa militance pour l’abolition de l’exploitation animale : https://www.revue-ballast.fr/dalila-awada-si-la-justice-exclut-les-animaux-elle-demeure-partielle/

                Et pour celles et ceux qui se soucieraient sincèrement des plantes, croiraient que « l’univers est conscience », que les plantes, les pierres, tout est lié à une forme de vie consciente que serait l’univers ou la planète Gaïa, est-ce une raison pour tuer des animaux ?

                Certains me semblent faire la confusion entre « sensibilité » et « sentience », conscience de sa souffrance, interprétant de manière contestable, à faire des sophismes, de ce qui est perçu de l’étude des plantes.

                J’ai une citation en tête d’un poète philosophe, du moins l’idée, je ne me souviens pas de la formulation. Il est question de faire attention à ne pas surinterpréter, des risques à trop laisser vaquer ses suppositions. Ah, j’ai un doute que cela soit celle-ci, mais une pensée de Blaise Pascal qui s’en rapproche : « L’imagination est la maîtresse d’erreur et de fausseté, d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours. »

                Aussi, si il y a des cas qui laissent à penser qu’il faudrait mieux appliquer la principe de précaution et ne pas manger ce dont nous n’avons pas besoin, tels que les poissons qui, de ce que j’ai aussi appris il y a quelques temps, ont longtemps été sous-estimés (Les poissons : une sensibilité hors de portée du pêcheur : https://www.cahiers-antispecistes.org/les-poissons-une-sensibilitehors-de-portee-du-pecheur/ ), ce n’est pas une raison pour se soucier de la sensibilité des plantes qui justifierait la tuerie d’animaux dont la sentience est prouvée. Je vous invite à écouter des épisodes du podcast « Comme un poisson dans l’eau » pour le détail des arguments sur la sentience, de la philosophie antispéciste.

                Et admettons que les plantes seraient aussi liées à une forme de conscience, que leur souffrance et mise à mort serait ressentie par un être conscient, dans ce cas, il y aurait la possibilité de favoriser le frugivorisme pour celles et ceux dont la croyance serait de bonne foi et non pas un prétexte pour fuir ses responsabilités et se donner pas trop mauvaise conscience à l’égard des animaux, du mauvais sort qui leur ait fait subir. Et il serait en tout cas fait moins de mal en se nourrissant directement aux plantes.

                Ceci étant écrit, précisé : Quelques réflexions au sujet de la sensibilité que certains attribuent aux plantes : https://www.cahiers-antispecistes.org/quelques-reflexions-au-sujetde-la-sensibilite-que-certainsattribuent-aux-plantes/

                Ce qui m’amène à évoquer le souci autour de la rationalisation à la Descartes, et autre partie de là où je voulais en venir, par la critique de la critique de Bill Gates, de ce qui m’est venu à l’esprit en lisant le regret de Bill Gates, même si ce n’est pas tant ce genre de « rationalité » qu’il évoquait.
                Il est peut-être impropre de l’évoquer comme tel, de la critiquer de la sorte, je ne suis pas un spécialiste de la pensée de Descartes, je n’ai pas lu attentivement de développement de sa philosophie, juste pour évoquer l’erreur du concept de « l’animal machine » qui lui est attribué. L’excuse du manque de connaissance éthologique de son temps peut expliquer son ignorance, son mauvais jugement envers des animaux, comme de ceux qui sous-estimaient les capacités et la sentience des poissons jusqu’à il y aurait quelques décennies (et encore de nos jours pour ceux qui ignorent les études réalisées, la mise à jour des connaissances), mais il illustre parfaitement le souci de disserter à partir de préjugés, de l’erreur de se croire rationnel du fait du recours à un raisonnement, le souci des prémices pouvant paraître sensées mais qui ne le sont pas quand on prend le temps d’approfondir, le souci d’extrapoler par la seule théorie, le souci des mauvaises interprétions et de l’importance de faits du point de vue holistique, du cause à effets du point de vue holistique, de s’assurer de ne pas mal les interpréter plutôt que de fonder des théories sur des parts d’ignorance, où Descartes aurait dû pouvoir comprendre qu’il faisait des sophismes, que son interprétation était douteuse.

                Et certains appliquent à eux mêmes, et de fait à l’espèce humaine, le mauvais jugement de Descartes aux animaux. Si vous vous définissez comme athée, vous pourriez considérer ce sujet plus irrationnel que le covido-sceptisime ou climato-sceptisime, et pourtant ! Et pourtant il illustre aussi parfaitement les limites du rationalisme à la Descartes, de celles et ceux qui se croient rationnels. Je pense à l’âme, à l’esprit que d’aucuns attribuent aux êtres humains et à diverses formes de vies animées de « conscience éveillée », et à des « signes », des « faits » qu’ils et elles considèrent comme une preuve.

                Alors pour être plus précis, certains s’intéressent aux « faits », aux témoignages autour sans forcément chercher à les interpréter pour y trouver matière à foi dans l’au-delà, suspendant leur croyance dans l’attente de plus de certitudes, réfléchissant à plusieurs interprétions possibles en attendant. Et je puis comprendre qu’on soit sceptique sur des interprétations, en revanche, je suis très sceptique vis à vis des « interprétations » de certains qui se prétendent zététiciens, de « scientifiques » qui préjugent sur des expériences tel que les NDE et autres « phénomènes mystérieux ».
                J’écris cela car je me souviens avoir vu passer sur un moteur de recherche, ou au cours de la lecture d’un article, une publicité pour un livre d’auteurs présentés comme « journalistes scientifiques » et censé être un condensé des connaissances actualisées sur l’étude du fonctionnement du cerveau. De la même façon que le jugement de Descartes sur les animaux apparaît irrationnel au regard des connaissances actuelles, je trouve certaines interprétations assez irrationnelles de la part de gens prétendant l’être. Limite plus que ceux qui ont gobé des canulars tel que les Ummites et les fausses momies extraterrestres qui avaient des raisons d’y croire. Je veux dire, qu’on doute de l’interprétation que de celles et ceux qui ont fait des NDE y donnent, soit, mais certains « phénomènes » ont de quoi chambouler des certitudes, notre interprétation du « réel », et faire croire qu’une interprétation de mesures prouverait que ce serait un « subterfuge » du cerveau juste avant l’expiration, cela me semble être une carence de philosophie, une sorte de sophisme, du scientisme au sens péjoratif prétendant actualiser des connaissances avec des interprétations dépassées, une certaine malhonnêteté intellectuelle faisant fi que d’autres interprétations n’en sont pas moins valables, voire plus, les mesures pouvant être comprises autrement.
                Et j’ai récemment écouté une conférence et lu des critiques de prétendus zététiciens qui me confortent dans l’idée qu’ils cherchent à se donner un genre mais se font plus avoir par des biais de confirmation et mauvaises interprétations qu’ils semblent le croire. Si vous voulez approfondir, vous trouverez des articles à ce sujet sur ce groupe Facebook : Phantasmagoria : paranormal, hantises, poltergeists et apparitions : https://www.facebook.com/groups/1192040898138293

                Enfin, un article exemple de ce qu’une science « rationnelle », ou plutôt des scientifiques me semblent devraient faire (à chercher à comprendre plus que de pondre des thèses autour d’une seule interprétation de faits, assez douteuse eut égard aux témoignages) :

                Les ondes cérébrales se synchronisent lorsque les gens interagissent : https://www-scientificamerican-com.translate.goog/article/brain-waves-synchronize-when-people-interact/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                L’article n’est pour le moment pas en ligne au moment où j’écris, alors extrait traduit que j’avais mis de côté : « La neuroscience collective, comme l’appellent certains praticiens, est un domaine de recherche en pleine expansion. Une découverte précoce et cohérente est que lorsque les gens conversent ou partagent une expérience, leurs ondes cérébrales se synchronisent. Les neurones situés aux emplacements correspondants des différents cerveaux s’activent en même temps, créant des motifs correspondants, comme des danseurs se déplaçant ensemble. Les zones auditives et visuelles réagissent à la forme, au son et au mouvement de manière similaire, tandis que les zones cérébrales d’ordre supérieur semblent se comporter de la même manière lors de tâches plus difficiles telles que donner un sens à quelque chose de vu ou d’entendu. L’expérience d’« être sur la même longueur d’onde » qu’une autre personne est réelle, et elle est visible dans l’activité du cerveau.

                Un tel travail commence à révéler de nouveaux niveaux de richesse et de complexité dans la sociabilité. Dans les salles de classe où les élèves sont engagés avec l’enseignant, par exemple, leurs schémas de traitement cérébral commencent à s’aligner sur ceux de cet enseignant – et un plus grand alignement peut signifier un meilleur apprentissage. Les ondes neuronales dans certaines régions du cerveau des personnes écoutant une performance musicale correspondent à celles de l’interprète – plus la synchronie est grande, plus le plaisir est grand. Les couples présentent des degrés plus élevés de synchronie cérébrale que les couples non romantiques, tout comme les amis proches par rapport aux connaissances plus éloignées.

                Mais comment la synchronie se produit-elle ? Une grande partie du phénomène reste mystérieuse – même les scientifiques utilisent parfois le mot « magie » lorsqu’ils en parlent. Une explication simple pourrait être que la cohérence entre les cerveaux est le résultat d’une expérience partagée ou simplement un signe que nous entendons ou voyons la même chose que quelqu’un d’autre. Mais les recherches les plus récentes suggèrent que la synchronie est plus que cela, ou peut l’être. Selon le neuroscientifique Weizhe Hong de l’Université de Californie à Los Angeles, ce n’est qu’en examinant le cerveau de tous les individus impliqués dans une interaction que nous pouvons commencer à “comprendre pleinement ce qui se passe”. »

                J’imagine que vous aurez du mal à trouver le temps de lire et écouter tout ce que j’ai écrit et tous les liens partagés aujourd’hui, j’ai hésité à l’étaler sur au moins deux autres vendredis, mais c’est écrit pour aujourd’hui, alors voilou.

                Bon week-end, à la semaine prochaine !

              • #441
                Pascal LamachèrePascal Lamachère
                Maître des clés

                  femme avec drapeau de la Palestine sur le visage

                  J’ai d’une certaine façon un contentieux avec les adeptes du complotisme, ou du moins d’un des courants, de celles et ceux qui l’instrumentalisent par peur de l’instrumentalisation, de la récupération, par peur d’un « agenda caché », favorisent d’une certaine façon le statu quo, et favorisent en fait de ce qu’ils craignent ou de ce qu’ils contestent, et me semblent assez inconscients d’une certaine causalité, de problèmes de fond et de « solution », de potentialité. Tels les climato-sceptiques.

                  Et autant je trouve intéressant de réfléchir à diverses théories, autant, quand on est dans une « quête de vérité », j’ai l’impression que des thèses complotistes brouillent les pistes, au sens de jeter l’anathème sur telle ou telle remise en question sans examen sérieux des idées, des versions, qui ne sont pourtant pas celles du système, des gouvernants.

                  Cela m’est revenu en relisant ce que j’ai écrit pour vendredi dernier, ainsi qu’à la lecture de réactions à un exposé vidéo autour des manuscrits de Nag Hammadi, où nombre de commentateurs ont semblé se considérer plus spécialiste de la théologie que l’intervenant, tentant de balayer par leurs seuls arguments d’autorité, fondés de mon point de vue sur la peur de la remise en question de leurs croyances religieuses, le propos, l’histoire autour de ces manuscrits, et non pas sur des arguments pertinents.

                  Vous le savez peut-être déjà si vous vous êtes intéressé(e) à diverses thèses de médias alternatifs, mais une des marottes du « complotisme », c’est le nouvel ordre mondial, dont l’avènement est soit dit en passant plus ou moins déjà réalisé, et viendrait avec une nouvelle religion, et cetera. Et donc ce qui aurait tendance à remettre en question des dogmes religieux, des coutumes, d’aucuns ont tendance à l’assimiler à ce dessein politique, cette « finalité ».

                  Je serais curieux de connaître combien d’entre eux connaissent réellement le sens originel des textes de la « Bible officielle » et non pas la traduction approximative, ont sincèrement examiné et réfléchi dessus. De quoi penser qu’ils ont une « foi du charbonnier », ont une tendance de pharisien.

                  Et toujours est-il que je suis loin d’avoir tout lu, je ne sais pas si je trouverai le courage et le temps de tout lire, mais je trouve très intéressant de connaître cette version : Les manuscrits de Nag Hammadi : https://afrikhepri.org/les-manuscrits-de-nag-hammadi-pdf/

                  Et liste des traités de la Bibliothèque copte de Nag Hammadi : https://www.naghammadi.org/traductions

                  Et puis qui connaît l’histoire des conciles, des débats, des controverses, me semble devoir comprendre l’aspect « politique » aux racines de ce que certains ont retenu, mis de côté, et matière à remises en question des choix d’alors plutôt que de vouloir jeter l’opprobre sur une interprétation « non orthodoxe » par principe que pourrait ébranler un courant, une branche, une doxa.

                  Et bref, plutôt que de craindre un « nouvel ordre mondial » déjà en place d’une certaine façon, ainsi que de voir d’un mauvais œil un approfondissement de la spiritualité amenant à de la remise en question ; et parce que au fond celles et ceux qui remettent en question les dogmes religieux le font parce qu’ils étudient des textes, cultivent leur spiritualité, mettent à l’épreuve leur conscience, font un effort sur le chemin spirituel ; il me semble que ces « complotistes » devraient plus réfléchir à leurs propres idéaux et aux soucis dans le monde.

                  Aussi, si il y a de l’instrumentalisation religieuse à craindre, cela me semble plus être du côté de certains « orthodoxes ». Encore que je ne suis pas certain qu’il soit approprié de les considérer comme tel. Si ce n’est que dans les « forces politico-religieuses en présence », j’ai appris qu’il y en a qui ont une certaine foi et dont l’ambition serait d’être au service d’une prophétie, qui du coup serait comme une prophétie auto-réalisatrice, favorisant une forme d’apocalypse.
                  Au passage, je ne sais pas si ils cachent leurs croyances, mais sans l’associer à une religion, sur le plan / facette qui serait uniquement par le politique, tout en revenant un peu au même dans l’idée que les religieux de l’apocalypse, j’avais lu thèse de gens prêts à jouer un jeu très dangereux, avec le feu, tels des pompiers pyromanes, partant du principe qu’une stratégie à mettre en œuvre pour révolutionner le système, de repartir sur des bases saines, serait de pousser à bout l’actuel, exacerber les excès du capitalisme néo libéralisme, mettre en exergue les travers en donnant le mauvais exemple jusqu’au point de non retour, si je puis dire, de ce que j’ai compris.

                  J’imagine que vous en conviendrez, que ces « bonnes intentions » pour la finalité ne peuvent s’ancrer de manière certaine, que remettre sa foi dans un après, après avoir favorisé du « pas glop », penser qu’il ressortira un mieux être collectif de la sorte est un pari douteux, contestable. Et que même si avoir théorisé des idées pour un système ne garantit par l’application, il vaut mieux s’attacher à comprendre au mieux les soucis et les potentialités, se forger des idéaux et militer pour, savoir où l’on veut aller en terme d’idées, et militer dans l’objectif que cela se réalise, que se mettre au service d’une apocalypse comme ils le planifieraient, avoir recours à une stratégie où les fins justifieraient les moyens, et où les mauvais moyens mis en place fragiliseraient voire seraient contre-productifs pour une assurance de concrétisation d’un horizon.

                  Et vous me trouverez probablement condescendant de considérer qu’ils ne l’ont pas fait, de juger de la sorte, mais je pense qu’il convient de bien s’informer et de bien diagnostiquer les problèmes sociaux, élever son niveau de conscience, réfléchir aux moyens appropriés en conscience des difficultés, de certaines complexités telles que les diversités des mobiles des uns et des autres, mettre au point un plan avec capacité d’adaptation tout en étant ferme dans l’objectif, dans ses convictions.

                  Bon, je vous parais certainement un peu abscons ou trop « généraliste », dans la théorie, au cours de ces réflexions, du partage de ces pensées. J’espère que vous aurez compris ma considération critique de ce qui me semble être de la mauvaise foi, le problème de l’instrumentalisation des croyances sans forcément bien comprendre les problèmes sociaux, de la critique de celles et ceux qui mettent des bâtons dans les roues d’idéaux par peur du changement, favorisent des préjugés par conservatisme.

                  A ce propos, pour contrer les préjugés et être au service d’idéaux, je pense qu’un des moyens c’est la participation à la « bataille des idées » d’une manière ou d’une autre. Avoir le courage de ses convictions. Si ce n’est que si sur internet le travail de militant peut être facilité, il semblerait et il est logique qu’une audience conséquente a beaucoup plus d’impact, vaut un grand nombre de militants. Du moins, j’avais lu une étude sur le sujet le laissant entendre, et même si c’est délicat de comparer de la sorte, il m’avait semblé que suite à sa participation à un débat à une émission pas mal écoutée, un professeur engagé pour une démocratie directe, assemblée constituante citoyenne et RIC, avait eu beaucoup plus de gens s’intéressant au projet que pendant des années avec le soutien de gens l’ayant connus et partageant ses idées avant la diffusion. Et peut-être que sa médiatisation vient en partie du fait de soutiens de militants de longue date, et c’est sur le long terme qu’il faudrait pouvoir juger de l’efficacité, reste que cela m’a semblé illustrer le pouvoir médiatique et le possible peu d’effets de commenter « à droite et à gauche » sur divers espaces du Web.

                  Et si c’est pas pour autant qu’il ne faut pas se décourager quand on est convaincu de ses idées, quitte à prêcher dans le désert ou à être comme Don Quichotte, et que je me dis qu’il ne faut pas avoir peur de la confrontation, des tensions, qu’il est nécessaire, pour l’évolution des consciences, de prendre le temps de se forger une opinion « pesée et emballée » et d’oser exprimer le fond de ses pensées, je me pose des questions sur l’efficacité. Peut-être qu’il ne faut pas chercher à être le plus efficace possible, ne pas chercher à pratiquer une forme de productivisme militant, tant en plus il est difficile d’être certain sur le long terme, et qu’il vaut peut-être mieux faire « comme on le sent ».

                  J’écris cela un peu comme une sorte d’auto-critique, ou disons une sorte de mise au point, au clair de ma façon de procéder par rapport à mon mode de fonctionnement, ma propre militance. Même si internet permet aux timides de s’extérioriser, d’être un peu « extraverti », à moins de le prendre comme un jeu de rôle, c’est un peu se faire violence, on est pas tellement plus dans une zone de confort quand on expose ses idées même par écran interposé, et si il fut un temps où je « croisais le fer » avec divers militants et des commentateurs de médias de masse sous des pseudonymes, à en devenir parfois odieux ou devoir faire face à des qui l’étaient, et si j’ai une certaine nostalgie de certains réseaux, je ne me vois pas de nouveau faire de même et je me questionne toujours sur l’efficacité, tel un constat de l’impuissance de l’expression de nos avis sur ce qui se passe en Palestine, à Gaza, pour les aider. J’imagine que les manifestations de soutien sont toujours bienvenues, qu’elles valent mieux que rien dire ou rien faire, mais j’en ai lu faire pression sur tel ou tel artiste pour qu’ils et elles prennent position en faveur des Palestiniens, et je me dis que si ils et elles ne l’ont pas encore fait, c’est peut-être non pas par indifférence mais par dépit face au déroulement des atrocités.

                  Au passage, pour vous informer sur la situation en Palestine : Télé Palestine : https://investigaction.net/category/tele-palestine/

                  Des articles : https://investigaction.net/?s=Gaza

                  Pour le message par l’art philosophie poésie, vous pourrez voir des vidéos du journal de Personne entre autres sur : https://www.tiktok.com/@le.journal.de.personne

                  Une analyse de Peter Joseph dans l’épisode le plus récent à ce jour de son podcast Révolution Maintenant ! (c’est en anglais mais vous devriez pouvoir traduire d’une manière ou d’une autre la transcription complète publiée après la vidéo) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode47

                  Ceci écrit, pour revenir à mon contentieux avec les adeptes du complotisme, ou du moins d’un des courants, si je suis enclin à défendre d’une certaine façon du « complotisme » par rapport à la critique des politiques, tel que le fait cet économiste philosophe que j’avais trouvé pertinent à l’époque où j’avais lu l’article : Conspirationnisme : la paille et la poutre : https://blog.mondediplo.net/2012-08-24-Conspirationnisme-la-paille-et-la-poutre

                  Il n’en reste pas moins que dans la préoccupation « dans quel but, pour quelle fin ? », comme expliqué, laissé entendre, certains me semblent faire fausse route, en amalgamant à la fois critique des politiques actuelles, des desseins occultes, et pratiquant la défense de politiques réactionnaires, conservatrices qui y ont menées. Et occulter qu’il y a de bonnes raisons de cultiver une spiritualités, de chercher de la vérité « en son âme et conscience » sans se référer à un dogme fondé sur du contestable.

                  A propos des contradictions sur le plan politique de la part de « complotistes », une forme d’inconscience à mon sens, un article qui me semble synthétiser le souci : A propos des Dominants : https://investigaction.net/A-propos-des-Dominants/

                  Il n’y est pas question de complotisme en soi, mais de ce que je me souviens, je l’avais trouvé pertinent par rapport au souci de certains complotistes qui par leur tendance conservatrice, leur prisme politique, avaient le tort qui y est critiqué.

                  Et re ceci écrit, précisé, je ne comptais pas aborder de nouveau le sujet de sitôt, d’autant que je vous ai déjà suggéré de la doc’ pour la défense philosophique et nutritionnelle de l’éthique végane antispéciste, mais les fêtes de fin d’année se profilent, j’ai en tête l’horreur faite aux animaux, et j’ai aussi un « contentieux » vis à vis de l’ « humanisme spéciste », de l’anthropocène, et plus largement des « carnistes ». Et ce que j’ai écrit à propos de complotistes est aussi valable pour eux, d’autant que d’entre eux ont en commun une rhétorique critique contestable, bancale à l’égard du véganisme, du moins selon le prisme du véganisme antispéciste ayant pour idéal de la Zoopolis.

                  Aussi, par la même occasion, je voudrais revenir sur ce que j’ai écrit sur les adeptes du « développement personnel ».

                  Celles et ceux qui vous disent par amertume que l’être humain est ceci ou cela, que tel ou tel travers serait l’apanage de l’homme me semblent généraliser leur propre mode de fonctionnement et / ou manquer à relativiser selon l’influence systémique, un état d’esprit systémique.

                  Si vous ne connaissez pas, je vous invite à voir le documentaire « Vers un monde altruiste ? », mais pour résumer, certaines études tendraient à prouver un aspect inné à être prêt à aider autrui, et que c’est plus la division du monde par influence systémique qui nous conduirait à avoir un comportement différent au fil du temps.

                  Et un article qui conteste le concept du « propre de l’homme » : Apologie de la mauvaise foi : L’inconsistante Apologie du carnivore de Dominique Lestel : https://www.cahiers-antispecistes.org/apologie-de-la-mauvaise-foi/

                  Et mon souci par rapport à l’ « humanisme spéciste », des carnistes, d’une partie des complotistes, de religieux et de certains militants politiques, y compris des personnalités de gauche et même de philosophes situationnistes, c’est leur tendance aux préjugés, aux clichés, à ignorer l’intérêt nutritionnel, et cetera, quand bien équilibré, à mésestimer le véganisme, la philosophie antispéciste, la cause animale, le considérant au mieux comme une mode de bobo gaucho européen ou au pire comme une mauvaise influence par une « propagande sataniste des sectes américaines ». Du grand n’importe quoi ! Et assez cocasse si on considère que c’est faire couler le sang qui relève du satanisme et quand on sait que des pratiquants de diverses religions sont devenus végans du fait de leurs soucis pour les animaux, aussi sur la base de leur foi, l’ouverture de leur conscience aux problèmes éthiques et écologiques et interprétation de textes.

                  L’Islam, les animaux et la rahma : https://lamorce.co/lislam-les-animaux-et-la-rahma-bonnes-feuilles-du-recueil-la-pensee-vegane-2020-dirige-par-renan-larue/

                  Je voudrais donc re relativiser ce que j’ai écrit sur les adeptes du « développement personnel ».

                  D’un côté je pense important de comprendre le souci systémique, de ne pas réduire la solution à des efforts individuels et du consumérisme,

                  de l’autre, je trouve dommage et contestable que pas plus de « penseurs systémiques » ne militent pas pour le véganisme antispécisme, déculpabilisent les individus de la responsabilité de l’humanité vis à vis de l’ensemble du vivant.

                  Donc, si je trouve dommage que pas plus de végans et autres adeptes de l’effort individuel ne militent pour une révolution systémique, collective, je trouve aussi dommage que des conscients du souci systémique ne s’informent pas mieux sur la cause animale et ne militent pas pour, sous prétexte de se concentrer sur de la cause des causes, quand c’est pas par préjugés (et réductionnisme ; il serait temps d’apprendre que le passé de l’humanité ne se réduit pas à « chasseurs-cueilleurs », qu’il y aurait eu des peuples végé d’avant le néolithique).

                  Un lien que j’avais déjà partagé mais que je remets, au cas-où vous ne l’ayez pas encore lu : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                  Et des intervenants du podcast « Comme un poisson dans l’eau » évoquent ce genre de considération, tel que les épisodes autour du risque d’Écofascisme et :

                  Approche intersectionnelle de l’animalité : entre racisme et spécisme : https://www.youtube.com/watch?v=nERrpDq3q8A

                  Antiracisme et antispécisme peuvent-ils s’allier ? : https://www.youtube.com/watch?v=dizsz0crC5U

                  Dans un autre genre, le sujet OVNI est aussi l’objet d’anathèmes de la part d’une branche du complotisme. Alors que si là aussi y a de quoi se méfier des récupérations politiques, des instrumentalisations par la politique, le sujet est suffisamment tangible pour être étudié et pris au sérieux. J’essayerai de l’évoquer dans un futur message. Peut-être pas vendredi prochain car j’ai pas encore développé certaines réflexions que je voulais vous partager, j’ai pris du retard, et pour aujourd’hui j’ai déjà beaucoup écrit et partagé.

                  Pour la route, quelques vers :

                  Route de Babel,
                  le monde tombe, rebelle,
                  tant de déplacés climatiques,
                  de tragédies, d’instants critiques.

                  Route de Babel,
                  le monde se cherche, se perd,
                  perte de repères,
                  tel à Gaza après le passage d’Israël.

                  Route de Babel,
                  il faut s’accrocher, le cœur soigner,
                  pour ne pas sombrer, à l’accalmie se relever,
                  et participer d’un écosystème pérenne, une révolution de civilisation de la terre au ciel.

                  Bon week-end, à vendredi prochain !

                   

                  Photo d’illustration trouvée sur : https://pixabay.com/fr/illustrations/femme-portrait-visage-chagrin-8353953/

                • #442
                  Pascal LamachèrePascal Lamachère
                  Maître des clés

                    photographie montage graphisme de terre horloge dans univers avec mains autour

                    Bonjour,

                    aujourd’hui je comptais évoquer des considérations sur l’univers « incarné » mêlant d’une certaine façon transcendance et immanence, pensant le monde en théorie non pas du point de vue de l’acteur mais du spectateur, évoquer la relativité de ce que nous appelons le temps et implication dans la considération sur la « réalité ». Ainsi que la pertinence ou non pertinence de théoriser ce qu’il serait possible ou impossible selon nos perceptions depuis le « prisme incarné », ou du moins ce qui en est compris par des scientifiques, tel que la « mécanique des ondes » : https://dailygeekshow.com/theorie-physique-voyage-temps/

                    En fait, même si je pense comprendre certaines théories, que je les trouve intéressantes et surtout valides par rapport à des « faits », elles posent problème vis à vis de l’interprétation qui leur est donné par certains, d’autant que l’humanité ne peut prétendre avoir tout compris des forces de l’univers, du « mystère », pour celles et ceux qui seraient adeptes de « l’ignorance éclairée ».
                    Tel que prétendre définir tout le « réel » à l’aune de thèses qui interprètent des données relatives à ce que nous percevons à un moment donné, telle que la théorie de la « mécanique des ondes », il me semble. Ou si on remonte plus loin dans le passé, celles et ceux qui pensaient que la terre était le centre de l’univers et que le contraire était impossible.
                    Je veux dire, il est entendu en général par les scientifiques qu’ils font des hypothèses, les connaissances scientifiques se sont enrichies ainsi par paliers, de prise de conscience en prise de conscience d’une certaine façon, mais j’ai parfois l’impression qu’ils sont comme certains scientifiques qui au début du 20ème siècle auraient pu penser qu’il n’y avait rien de fondamental à comprendre de plus, avant que de nouvelles découvertes ouvrent de nouveaux horizons, que de nouveaux rouages dans la mécanique de l’univers soient perçus et changent la compréhension du tout.
                    Bon, c’est peut-être juste un travers au cours d’une formalisation à des fins de vulgarisation tout en étant conscient des limites de leurs connaissances, de la relativité des certitudes, mais bon.

                    Toujours est-il que je pense notamment aussi au concept de l’illusion que serait le monde incarné, la considération de non existence du temps dans l’absolu, et cetera.

                    Quand vous écoutez une musique, lisez un livre, jouez à un jeu, regardez un film, il y a un début et une fin. En état spectateur, vous pouvez certes vous amusez avec la temporalité, si ce n’est peut-être dans les jeux où vous êtes dépendant(e) des lois de la programmation et où, à moins de hacker, pendant que vous jouez vous suivez le fil des événements, vous ne pouvez faire autrement pendant ce temps.

                    Et qui pense quoi ?
                    Ce n’est pas tant une digression dans la digression, passer du coq à l’âne, pour signifier et insister que j’ai parfois la sensation que dans les considérations sur la « réalité » il est parfois amalgamé « spectateur » et « acteur », transcendant et immanent, comme si en étant en quête d’une thèse qui permettrait d’unifier toutes les lois de l’univers, on s’embrouillait, faisait de la confusion. Et le souci de la relative pertinence de procéder ainsi, de penser ainsi.

                    D’où le questionnement sur le sujet pensant et les points de vue sur la temporalité et le monde, le questionnement sur divers « plans de vérités », diverses dimensions, divers points de « vue » et diverses possibles « temporalités ».

                    Et à bien y penser, si je puis dire, il y a des incertitudes, si ce n’est que par rapport aux médiums évoqués plus haut, le jeu vidéo me semble plus proche de caractériser ce que nous vivons, telle une matrice, et si le temps « ressenti » dans l’expérience « incarnée » est relatif d’un certain point de vue, il y a un « temps biologique » et une forme de « réalité » qu’il me semble impropre de qualifier d’illusoire, de non existant du point de vue de l’expérimentateur.
                    Et certes, entre ce que nous percevons par nos sens et ce que nous interprétons, il peut aussi se glisser des méprises, mais cela me semble être un autre sujet de possibles méprises.

                    Et pour revenir sur cette histoire de « temporalités », même si on considère qu’il y a forcément un lien avec « le hors temps » dans la considération, la pensée, le sujet pensant, quand vous jouez, vous jouez en fonction des lois de l’univers programmé. Et la question qui me vient à l’esprit : et si il était écrit dans ces lois qu’il pouvait être joué avec de la temporalité ?

                    Je pense à la théorie de la double causalité, où le temps est considéré autrement qu’en terme de passé, présent et futur. Un dessin planche de bande dessinée qui me semble très bien le synthétiser : https://www.doublecause.net/indexc09b.html?page=conscience-quantique.htm

                    Et mais re toujours est-il que c’est un sujet délicat à bien traiter, au sens que nécessite de s’informer sur les théories actuelles, de repotasser le sujet, n’étant pas un spécialiste ni amateur à l’affût de toutes les publications relatant les thèses les plus récentes. Et « l’actualité du monde Terrestre » fait que j’ai envie d’évoquer, de re évoquer d’autres sujets, des soucis.

                    Bon, pour le coup, je me suis quand même un peu épanché autour, je ne traiterai peut-être pas à nouveau ce genre de sujet (de quoi « Ouf » ?!), si ce n’est peut-être pour disserter autour de la théorie de la double causalité, et de ses applications, que je trouve plausible. Encore que si cela vous intéresse, vous avez diverses thèses, divers articles et conférences publiées sur le site dédié : https://www.doublecause.net

                    Bref, j’ai parfois l’impression que ce qui fait qualifier la « réalité incarnée » d’illusion ou de relative aux perceptions individuelles sert de prétexte à telle ou telle posture individuelle et non collective vis à vis de la vie plus qu’une quête de « vérité », de compréhension de la réalité commune qui serait la plus holistique possible du point de vue de la vie. Tels des bourreaux qui sous-estiment leurs victimes pour ne pas avoir trop mauvaise conscience, des colonisateurs qui se donnent le beau rôle vis à vis des peuples colonisés. Ou les diverses formes de racisme, tel que le spécisme vis à vis des animaux. Pour approfondir la philosophie sur le souci de la « sous-estimation », je vous invite à regarder des épisodes du podcast « Comme un poisson dans l’eau », tel que les deux volets de l’épisode 20, « Les poissons plient le game », où si je me souviens bien il en est question : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                    Et si la théorie de la double causalité peut avoir des implications, des applications, que nous importe en tant qu’étant « incarné » la relativité du temps du point de vue de l’absolu, non ?

                    En tout cas, il y a des problèmes sociaux, d’environnement, une base pour de la pérennité que la « civilisation » devrait mettre en place, et c’est une de mes principales préoccupations, qui fait que si ma curiosité me pousse à m’intéresser à tout un tas de sujets, il y a comme un sentiment d’urgence qui me ramène aux fondamentaux, aux bases, à l’essentiel du point de vue du sujet ayant les pieds sur terre. Et donc à ce qui me tient à cœur.

                    Parce que quand je vois le « temps de cerveau disponible » de gens intelligents absorbé par des sujets purement théoriques, les grosses fortunes se tourner vers les conquêtes dans l’espace, et cetera, la plupart semblant inconscients des diverses pollutions qui vont avec, des soucis de fond, je me dis que y a comme un besoin de taper du poing sur la table, de dire stop, de faire une grève générale.

                    Et je m’excuse si mon propos paraît confus du fait des diverses digressions. En ce moment j’écris un peu comme mes pensées viennent, et tout étant un peu imbriqué, une pensée en faisant naître une autre, il m’est difficile de clarifier le fil tel qu’au cours d’une dissertation qui serait suffisamment bien structurée.

                    Aussi, en fait, si je devais définir une principale thématique pour aujourd’hui, ce serait la critique des « diversions », des « sujets à diversions » par rapport aux soucis pour l’expérience incarnée plus que de philosopher autour, dessus. Même si l’un n’empêche pas l’autre.

                    D’ailleurs, à ce propos, comme expliqué plusieurs fois, « philosophiquement », « spirituellement », même en considérant le concept de la caverne de Platon, ou d’autant plus en le considérant, je pense important de respecter les diverses formes de vie, et en premier lieu celles dont nous sommes certains qu’elles sont dotées de « conscience ».

                    De mes diverses lectures et écoutes de thèses, d’aucuns m’ont semblé sous-estimer l’importance de la cause animale selon telle ou telle considération militante, selon tel ou tel prisme, et j’en suis venu à me questionner sur mes mobiles, et sur mon évolution, l’évolution de ma considération, de ma perception, de ma sensibilité, de mon hypersensibilité, et de mon jugement sur de mes contemporains. Car je ne suis pas né végan, je n’ai pas été sensibilisé à la cause animale dans mon environnement éducatif, et si de ce que je me souviens j’étais ému, attristé de voir des animaux morts, je ne faisais pas forcément le lien avec de ce qui avait dans mon assiette. Encore que mes parents ont eu leur période végé et si je ne m’en souviens pas bien, il a dû me traverser l’esprit de me passer des cadavres d’animaux à diverses périodes mais je n’avais pas eu la curiosité de m’informer sur les connaissances nutritionnelles d’alors, sur la possibilité de s’en passer, il m’a fallu du temps pour faire le pas, prendre le temps de mieux m’informer.
                    Et toujours est-il que je ne supporte plus de voir tout ce qui n’est pas végétalien, dans les supermarchés, dans les restaurants, les pêcheurs, et cetera. Et même dans les fictions, les livres, les jeux, les séries, films, documentaires, divers moyens d’expression se faisant l’écho du carnisme, une empreinte des travers d’une époque, cela m’est un peu subir une forme de torture, j’ai du mal. Ce qui n’était pas le cas avant où je ne voyais pas autant le mal.

                    Aussi, ce qui me l’a fait considérer comme du mal, je me suis demandé si cela relevait d’une forme de PNL, de reprogrammation neurolinguistique à force de voir des messages et images d’associations militantes, si cela m’était « naturel » ou venait de l’influence de docs qui m’avaient touché, exacerbé dans mon âme le souci pour les animaux.

                    En conclusion, il me semble que je suis juste devenu plus cohérent avec ma sensibilité, avec moi-même, plus conscient des implications, que j’étais plutôt inconscient, en état de dissonance cognitive avant d’opter pour un régime végétalien. Et niveau richesse alimentaire, potentialité de repas, la cuisine végétale est plus riche que ce qu’on peut penser par préjugés, par méconnaissances. Je ne me souviens plus trop, mais il me semble que les premiers mois de ma conversion au végétalisme j’avais cessé de cuisiner certaines gourmandises et je me contentais de plats simples et rapides (cuisson légumes, céréales et légumineuses) par méconnaissance de possibilité d’adapter les recettes, ni en prenant le temps de consulter de nouvelles recettes, de blogs de recettes dédiés à la cuisine végétalienne.

                    J’ai déjà partagé çà et là des liens vers des blogs de chefs végans, je vous en repartagerai probablement au cours d’un vendredi prochain, pour le moment, pour remplacer lait, œufs, et cetera : Les bases de la cuisine végétale : Le b.a.ba pour bien se lancer en mode 100 % végétal : https://vegan-pratique.fr/cote-cuisine/

                    Et sur ce site il y a une partie recettes centralisant celles de divers cuisiniers.

                    Concernant l’aspect éthique, si il y a plusieurs mobiles, plusieurs raisons qui font qu’il y a « divers véganismes », que certains le sont que temporairement, des témoignages que j’ai lus, pas mal de végétaliens ont eu le même cheminement. C’est-à-dire qu’à un moment donné il leur est devenu intolérable ce qu’ils étaient par le passé, du moins par leur alimentation. Et le seul regret pour la plupart, c’est de ne pas s’y être éveillé plus tôt, avec aussi le souci / regret pour un certain nombre d’avoir un entourage dont ils ont du mal à faire prendre conscience de ce dont ils ont pris conscience en leur « âme et conscience ». Et si vous trouverez des témoignages de certains anciens végans qui ne le sont pas restés, c’est une autre histoire, que je qualifierais bien de ne pas s’être suffisamment bien renseigné pour l’équilibre de leur alimentation et / ou suffisamment bien éveillé à la cause antispéciste, mais c’est une autre histoire, et à voir probablement au cas par cas.

                    Et il n’en reste pas moins que dans le genre des prises de conscience, illustrant la « dissonance cognitive » que tout un chacun peut avoir un temps, il y a des enfants de chasseurs, des anciens chasseurs ayant pris conscience de l’enfumage des « arguments » mauvaise foi de leurs pairs, des anciens éleveurs, des anciens travailleurs d’abattoirs, des anciens bouchers, des anciens très carnistes / des anciens très amateurs de cadavres d’animaux qui ont fini par se convertir, témoignent dans ce sens.

                    Un éleveur sauve son troupeau de l’abattoir et devient végétarien : https://www.slate.fr/story/173049/eleveur-betail-vegetarien

                    Confessions d’une employée d’abattoir : https://blog.l214.com/2020/05/19/confessions-dune-employee-dabattoir

                    L’envers de la viande : un ancien boucher raconte : https://blog.l214.com/2022/11/15/lenvers-viande-ancien-boucher-raconte

                    « « Quand tu réalises que ce que tu prenais pour des vérités sont des mensonges, et quand tu prends tout ce raz-de-marée dans la figure, c’est très fort : l’une des choses principales pour les nouveaux militants est de gérer cette rage et de pas exploser. » se souvient Alexandra Morette »

                    Extrait de : « Il faut cesser de considérer les animaux comme des objets de consommation » : https://lareleveetlapeste.fr/il-faut-cesser-de-considerer-les-animaux-comme-des-objets-de-consommation/

                    Sylvie Guillem – Danseuse étoile et végane pour les animaux : https://www.youtube.com/watch?v=lhKVHa0ejuA

                    Pourquoi devenir vegan ? Animaux, environnement, santé, humains : 4 bonnes raisons de faire le choix vegan ! : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/

                    Si ce n’est que comme expliqué, je pense qu’on peut considérer qu’il y a divers « véganismes », mobiles, intérêts, et que c’est pas tant ou pas que une histoire de sensibilité mais aussi de « logique », de conscience, de façon de considérer ce vers quoi devrait tendre l’humanité. L’introduction du livre « Antispéciste » de Aymeric Caron m’a semblé très bien cristallisé le propos, très bien synthétiser le principe de respect, de combat social, et cetera. Je vous invite à le lire si pas encore lu.

                    Aussi, c’est le genre de préoccupation qui fait que je culpabilise à disserter sur des sujets plus « théoriques » tel que la relativité du temps et des perceptions de la « réalité », qui font diversion de ce point de vue, et que les « fêtes » de fin d’année n’en sont plus du tout dans mon esprit, avec aussi le travers consumériste qui va avec, si ce n’est que je peux cuisiner des très bons repas végans.

                    Ceci écrit, cela me fait penser à un film que j’ai vu il y a quelques temps : « Charles Dickens, l’homme qui inventa Noël ».

                    Non pas par rapport au risque de devenir un Scrooge, mais par rapport aux préoccupations, à l’intention affichée, et au problème d’avoir bien conscience des problèmes sociaux, environnementaux, et cetera, et potentielles solutions en se forgeant des idéaux, et la difficulté de les servir.

                    Vous connaissez certainement ce Conte de Noël de Charles Dickens, peut-être moins l’histoire autour de l’écriture du livre, les mobiles de l’auteur et l’influence que son conte a eu. Et si le film est une fiction autour, que cela me semble être un peu exagéré de le présenter comme « l’homme qui inventa Noël », de la petite recherche que j’avais faite, de ce que j’ai appris, il y a du vrai, tel que de son influence, de son impact sur le monde anglo-saxon, une facette sociale pour les fêtes de Noël d’alors. Si ce n’est que l’idée de départ c’était plus encourager de la générosité, susciter de l’empathie envers les vivants, de la « charité » au sens noble. Du moins, de ce que je me souviens du film, il est relaté le fait que les fêtes de fin d’année n’en étaient pas pour la plupart avant que le cœur et l’esprit à la fête soient influencés, suscités, ayant eu de l’effet sur plus de dons à des associations, à des œuvres, des orphelinats, et cetera, suite à la parution de son livre. Et de ce que je me souviens, je m’étais fait la réflexion que de nos jours son histoire serait peut-être autre, qu’il regretterait l’impact sur la planète, le mode de vie consumériste développé au fil du temps plus que des intentions charitables, la surexploitation des ressources, l’extinction de masse en cours, avec préoccupation systémique et peut-être aussi pour les animaux, pour les victimes, plus que susciter des élans de générosité à titre individuel.

                    Aussi, dans les préoccupations, il y a aussi la situation à Gaza, en Palestine, les divers conflits dans le monde, et la situation environnementale.

                    Et désolé de faire autant de digressions, mais cela me fait repenser à la responsabilité individuelle versus collective, et surtout ce que je trouve contestable dans le discours d’adeptes du « développement personnel », tel que la responsabilité individuelle par rapport à la maladie. Parce que même si en tout cas, l’effort individuel est important, que nous avons une responsabilité aussi envers nous-même, qu’il peut s’apprendre à écouter son corps et son âme, il y a certaines nuances et distinctions qu’il me semble importantes à faire. Je l’ai déjà évoqué d’une certaine façon, mais appliqué aux discours autour de la maladie, du risque de maladie, cela consiste à comprendre les causes environnementales, extérieures à soi, le cause à effet du point de vue le plus holistique possible.
                    Et en fait, je l’évoque car j’avais commencé à écouter une femme promouvoir son livre à propos de son expérience face à la maladie, évoquer son cheminement, sa prise de conscience de sa responsabilité vis à vis d’elle même, et ce qui m’a « titillé », m’est apparu contestable en partie, c’est le même refrain que d’aucuns tiennent en me semblant surestimer le pouvoir individuel et sous-estimant les diverses influences environnementales. Et il est certes plus facile d’identifier ce qui pose problème à soi, d’agir dessus que de partir dans des réflexions systémiques sur lesquelles on a peu d’emprise dans l’immédiat, mais sociologiquement, certaines études tendraient à démontrer les effets de la précarité, et que de ce point de vue c’est une forme d’inconscience d’autant insister uniquement sur le pouvoir par soi.

                    Je veux dire, je suis pour encourager les gens à prendre soin d’eux, à cultiver la conscience de ce qui ne va pas dans leur vie, à s’appliquer à des solutions, à de ce qui peut être constructif, à poursuivre leur cheminement personnel. Surtout que je pense dommage de ne pas évoquer alors le souci collectif, systémique, l’idée « dans quel but, pour quelle fin ? » au niveau collectif, social, de manquer de perspective par rapport aux soucis sociaux, les imbrications avec les « politiques économiques », le souci de pérennité pour la civilisation. Voire entre autre des études évoquées au cours du film « InterReflections » (des sous-titres français peuvent être activés (cliquer sur « CC » à droite du réglage du volume et sélectionner la langue de votre choix)) : https://www.interreflectionsmovie.com/watch

                    Et : Richard Wilkinson : Comment les inégalités économiques nuisent aux sociétés : https://www.youtube.com/watch?v=cZ7LzE3u7Bw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=50

                    Pour le dire autrement, mon souci, c’est que le discours de certains « adeptes du développement personnel », pas tous, me donnent l’impression de ne pas avoir bien conscience que la planète est malade à cause, d’une certaine façon, des individualistes, d’un système d’individualistes inconscients du souci systémique et de la responsabilité vis à vis des animaux, de l’ensemble du vivant, et que même si il est important de reprendre le pouvoir sur soi, il faudrait voir au-delà d’un problème particulier. C’est mieux d’être bien dans sa peau en tout cas, mais à quoi cela vous servira-t-il si tout s’effondre autour de vous, si bien portant ou mal portant, vous n’avez plus que quelques années à vivre du fait que nous ayons pas été à la hauteur des problèmes collectifs ?

                    Et puis en fait, si on considère que la maladie est une chance de remise en question, si on suit cette logique jusqu’au bout, quand on comprend que la « planète » est malade d’un certain point de vue, autant l’appliquer aussi à une façon de reconsidérer le système, le fonctionnement du monde humain. « Chance » qu’aurait pu saisir le « monde » au moment de la covid 19, si l’on peut dire.

                    Donc, en fait, la logique de la dame appliqué au « monde » a de quoi faire relativiser les discours des « adeptes du développement personnel », dont le sien, ou leur faire prendre conscience qu’en allant jusqu’au bout de la remise en question, il faudrait considérer la maladie de façon encore plus holistique, aller au-delà de son problème particulier.

                    D’autant que ce qui est « vrai » pour un souci particulier ne l’est pas toujours du point de vue holistique, ou peut être considéré autrement.
                    Par exemple, si il est « subversif » que les gens reprennent le pouvoir sur eux par rapport à des intérêts marchands, c’est relatif si cela conduit à des attitudes qui favorisent par des chemins de traverse le néolibéralisme, et c’est vraiment subversif, ou disons plus subversif de remettre en question le fonctionnement systémique, d’avoir une idée claire en tête, de « dans quel but, pour quelle fin ? » sur le plan systémique, d’un point de vue le plus holistique possible.

                    Et je me répète, mais sachant que du point de vue holistique, il faudrait une révolution systémique d’une manière ou d’une autre, par et avec des gens conscients de l’importance de révolutionner le système, de résoudre le souci collectif, je pense que ma critique est pertinente.

                    Pour le dire autrement, si tout le monde faisait comme elle, si c’était reproductible par tous, il y aurait sûrement moins de maladies et moins de malades, et peut-être que cela aurait un effet pour du mieux être collectif de cause à effets, par effet boule de neige, par synergie, mais si et seulement si il est compris le souci systémique, les imbrications, le besoin d’un nouveau système économique. Dans le cas contraire, de fortes chances d’être comme une guérie face à un événement cataclysmique qui la fera elle et nous tous mourir, contre lequel elle et nous ne pourrons rien.
                    Et que paradoxalement, elle aura eu raison de se considérer responsable de ce qui lui arrive, à elle et aux autres, mais responsable pour le sort collectif, de n’avoir pas compris le souci pour la vie sur la planète, systémique, les imbrications systémiques, ou de l’avoir sous-estimé, de n’avoir participé à « guérir la planète », l’environnement, ou en tout cas ne pas polluer encore plus.
                    Et vous me trouverez, me trouvez peut-être dur et arrogant. Je veux dire, bien entendu, tant mieux si son expérience individuelle sert à d’autres pour ne pas tomber malade ou se guérir, juste que voilou.

                    Et déjà partagé le lien, mais si je devais faire un autre parallèle, c’est un peu comme les travailleurs du monde de la culture qui pensent que c’est leur faute si ils ne vivent pas de leur passion, alors que c’est plus « compliqué », tel qu’expliqué par l’économiste philosophe Frédéric Lordon : Garantie économique générale et production culturelle : https://blog.mondediplo.net/garantie-economique-generale-et-production

                    Et en tout cas, je trouve « écartelant » les discours qui responsabilisent l’individuel vis à vis de lui-même sans comprendre ou sans évoquer les imbrications systémiques, le souci systémique, plus holistique, vis à vis du collectif.

                    Et vous pourriez me dire, me répliquer : comme évoquer le souci systémique sans évoquer la responsabilité individuel, en fait.

                    Sauf que si vous m’avez bien compris, c’est pour cela que je l’évoque, que j’évoque les deux facettes, le besoin d’individus qui élèvent leur niveau de conscience, comprennent les soucis pour la santé personnelle et collective, impulsent un changement de système, une révolution politique et économique, le besoin de comprendre « dans quel but, pour quelle fin », d’avoir conscience du souci systémique, des interactions, des synergies, du problème collectif.

                    Et je puis comprendre que certains se sentent « dépassés », cultivent la philosophie « carpe diem »,

                    mais j’en arrive à me dire que peut-être aussi surtout que c’est signe que la plupart des gens sous-estiment la gravité de la crise climatique, écologique, les écocides et leurs implications, leurs conséquences.

                    Je me méfie des résultats de sondage, d’autant que des opinions peuvent évoluer, j’ai en tête une étude déplorant un grande % de climato-sceptiques et évoquant ce qui serait la sous-estimation de presque la majorité du point de vue de spécialistes du sujet.

                    Quand vous ne vous informez pas dessus, ne connaissez pas les controverses et surtout un aspect probablement incontrôlable de nos jours du fait des limites dépassées, vous êtes peut-être de ces certains se disant que l’humanité s’adaptera peut-être d’une façon ou d’une autre.

                    On pourrait imaginer diverses possibilités de fonctionner pour « s’adapter » en théorie. Sauf que jusqu’à quel point aura-t-on réussi à prévoir et anticiper les catastrophes ? Une partie du problème est que sans être proactif, il y a renforcement des effets dévastateurs, il a déjà été trop attendu, et si l’humanité continue avec le genre d’état d’esprit qui consiste à attendre de voir, d’être au pied du mur, d’avoir heurté l’iceberg, c’est « contre-productif », inconscient.

                    Et j’ai l’impression que le principal souci pour en faire prendre conscience, prendre conscience des implications concrètes, c’est que beaucoup de gens ignorent toutes les implications, les causes à effets, ont été intoxiqués par le climato-scepticisme, mal sensibilisés par la « culture populaire », les médias de masse, et cetera.

                    Un message trouvé sur le compte d’un « doomer » : https://twitter.com/EliotJacobson/status/1724206836226879496

                    « Un alarmiste est quelqu’un qui crie au feu dans un théâtre bondé s’il n’y a pas d’incendie. Mais si le bâtiment est en feu, il dit simplement la vérité. »

                    Et la « vérité » par rapport au dérèglement climatique, c’est diverses catastrophes en cours et à venir dans les semaines, mois, années : Top 40 des impacts du changement climatique : https://climatecasino-net.translate.goog/2021/10/top-40-impacts-of-climate-change/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                    Peut-être que pour certains ce n’est pas aussi palpable que d’être face à un incendie, même si quand on s’informe bien, divers incendies auraient été ravageurs en partie du fait du dérèglement climatique, quand bien même il est possible d’apprendre des « erreurs », de s’adapter dans une certaine limite, que des solutions peuvent être mises en place pour agir plus rapidement et limiter l’impact.

                    Et au passage, le dérèglement climatique est aussi un bon exemple autour des faits et l’interprétation des faits, des biais conduisant à de mauvaises interprétations des faits, de la part de gens que j’avais trouvé plutôt attentif, « précautionneux », considéré comme des esprits « conscients », éclairés sur d’autres sujets, mais qui se sont fait avoir par du climato-scepticisme et des sophismes.
                    Tel un aspirant à la présidentielle française d’un parti « dissident » qui ne m’avait pas convaincu par son programme politique, qui ne me semblait pas aller assez loin dans la remise en question systémique mais qui avait fait des conférences que j’avais trouvées assez pertinentes, mais qui s’est mis à relayer il y a quelques mois des publications relativisant les incendies en Grèce et compagnie, avant les mégas incendies au Canada, par le prisme relativiste climato-sceptique.
                    A mon sens, son tort, leur tort était de sembler inconscient de la cause à effets du dérèglement climatique et d’ergoter autour du nombre d’incendies par année, évoquer des statistiques sorties de leur contexte pour servir une démonstration de sophiste et non pas une bonne compréhension des effets du réchauffement, le renforcement délétère. Je n’ai pas retrouvé l’article qui critiquait et argumentait en détail contre les thèses relativistes de ce genre de climato-sceptiques. Si vous voulez approfondir, vous pourrez trouver facilement diverses publications évoquant « pourquoi le réchauffement climatique est impliqué, même si la plupart des feux sont d’origine humaine ». Et un peu de bon sens suffit à comprendre que du réchauffement accroît les emprises aux étincelles et décuple les effets, même si des politiques liées aux forêts, à la gestion des forêts, ont aussi un rôle direct dans un certain nombre de cas : La forêt, l’incendie et la carte : https://www.revue-ballast.fr/la-foret-lincendie-et-la-carte/

                    Et déjà évoqué le souci du réchauffement climatique, ce genre de considération, de questionnement avec piste de réponse, mais je me requestionne sur ce qui fait que des gens comme Carl Sagan témoignaient devant le Congrès en 1985 sur le changement climatique malgré le peu d’implications directes à leur époque, et l’« inconscience » de nos jours malgré tout un tas de catastrophes climatiques rapportées. Étaient-ils plus prévoyant, sommes-nous devenus plus « court-termiste » ?

                    Alors pour être juste, il y a toujours des gens comme Carl Sagan, des scientifiques en rébellion, qui font de leur mieux pour essayer de faire bouger les lignes, d’éveiller les consciences, de sensibiliser politiques et citoyens.

                    Cet épisode 35 du podcast « Révolution Maintenant ! » évoque le souci des intérêts financiers, des lobbies aux intérêts particuliers : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc

                    Aussi, toujours est-il que quand je vois que collectivement, « on est pas rendu », j’ai la sensation d’être sur le Titanic après l’impact fatidique, sur un bateau en train de sombrer pendant que tout un chacun se divertit, semblant inconscient du drame en cours malgré la flagrance ; ou dans le film « Melancholia », ou dans « Don’t Look Up : Déni cosmique ».

                    Et ce qui, avec le fait que pour un grand nombre, tant que pas d’évolution dans leur consommation, leur éthique, va avec les « fêtes » de fin d’année, du fait de mon souci pour les animaux, et des liens, imbrications avec le dérèglement climatique, renforce mes préoccupations, mon indignation, ma révolte, le fait que cela ne m’est plus des fêtes.

                    Ce qui est le cas depuis plusieurs années déjà, en fait. J’en ai écrit un texte poétique l’année dernière, accompagné d’un essai de récitation et de réflexions : Poème « Que faisons-nous ? » et réflexions pour les fêtes de fin d’année : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/poeme-que-faisons-nous-et-reflexions-pour-les-fetes-de-fin-dannee/

                    Pour revenir sur la sensation, la métaphore « Don’t Look Up : Déni cosmique » me semble assez appropriée, dont des interviews des scientifiques, et surtout de la fin, surtout une phrase à laquelle je pense souvent et que je trouve très forte, appropriée : https://www.youtube.com/watch?v=4-zv5Cvg6pM

                    Au passage, quelques articles :

                    “Déni cosmique” : le cadeau de Noël empoisonné de Netflix : https://mrmondialisation.org/deni-cosmique-le-cadeau-de-noel-empoisonne-de-netflix/

                    Top 9 des pires arguments climatosceptiques débunkés : https://mrmondialisation.org/top-9-pire-arguments-climatosceptiques/

                    Top 5 des méthodes de greenwashing à détecter : https://mrmondialisation.org/pire-methodes-greenwashing/

                    Tribune : Urgence écologique, on nous roule dans la farine ! : https://mrmondialisation.org/tribune-urgence-ecologique-on-nous-roule-dans-la-farine/

                    Je suis Climatologue. Don’t Look Up expose la Folie que j’observe chaque jour ! : https://mrmondialisation.org/je-suis-climatologue-dont-look-up-expose-la-folie-que-jobserve-chaque-jour/

                    Enfin, je pense avoir évoqué tout ce que je comptais évoquer aujourd’hui. J’imagine que vous n’avez pas encore eu le temps de lire tout ce que je vous ai suggéré les précédentes semaines, que vous aurez encore plus du mal à tout lire du pavé que je viens d’écrire, ainsi que de consulter tous les liens. Néanmoins, c’est fait, et si vous êtes encore à me lire, je vous remercie de votre attention, d’avoir pris le temps de lire mes pérégrinations dans la sphère de la pensée, les réflexions.

                    J’essayerai de faire plus court la semaine prochaine, d’évoquer d’autres sujets ou de partager juste une création, je me suis suffisamment épanché, encore que pour être en cohérence avec l’idée de cesser les diversions tant que nous ne nous préoccupons pas des fondamentaux pour une pérennité de civilisation, je devrais faire grève générale illimitée, m’y appliquer. Pas évident de restreindre sa curiosité, sa soif de partage.

                    D’ailleurs, je rajoute un dernier lien pour aujourd’hui. J’ai appris au cours d’une pause d’écriture la mort de Karl Tremblay, le chanteur du groupe des « Cowboys fringants » dont j’ai adoré des chansons, tels que : 8 secondes : https://deezer.page.link/NgbRxmf36KmLWhpi8

                    Et Plus rien : https://deezer.page.link/7tFED67amcuccZg4A

                    Vidéoclip de Plus rien : https://www.youtube.com/watch?v=ZMxAdn7w0fY

                    Et j’ai envie de lui rendre hommage en évoquant de ces chansons. C’est fait. Paix à son âme, repose en paix l’Artiste, condoléances à la famille.

                    À la semaine prochaine !

                     

                    Photographie montage graphique d’illustration trouvé sur : https://pixabay.com/fr/illustrations/horloge-mains-espace-temps-5842395/

                  • #443
                    Pascal LamachèrePascal Lamachère
                    Maître des clés

                      Bonjour,

                      aujourd’hui c’est l’anniversaire de madame Emeline, l’Artiste du journal de Personne qui info-scénarise l’actualité depuis plus d’une décennie,

                      alors bon anniversaire, meilleurs vœux Emeline.

                      Quelques vidéos autour de la thématique de l’anniversaire qu’elle a faite : https://www.youtube.com/@lejournaldepersonne/search?query=anniversaire

                      Cela me fait penser que j’avais pour projet d’écrire une histoire dans un univers post-apocalyptique à la sauce heroic fantasy végane antispéciste orchestrée autour des pérégrinations d’une troupe de théâtre, avec pour « protagoniste » la troupe de théâtre où l’héroïne, l’actrice principale de la troupe serait inspirée de son info-scénario, serait une Personne mystérieuse inspirant une révolution de consciences, et de l’offrir pour un de ses anniversaires. Je l’évoque au risque de gâcher une future surprise, car à force de m’éparpiller sur les projets d’écriture, que cela fait pas mal de temps que je l’ai laissé reposer, je ne sais pas si j’aurai le courage de reprendre et continuer ce que j’avais écrit, d’autant que j’avais écrit le début sous forme de scénario de bande dessinée et que mon intention c’est d’en faire un roman en changeant du background, du « bestiaire », ce qui me semble plus difficile que d’écrire une toute nouvelle histoire. Encore que, tiens, pour l’occasion, je me motive, je vais m’attacher à écrire le début comme si c’était une nouvelle histoire et j’essayerai de la continuer pour vous partager la suite au fil des vendredis, parmi les réflexions, les pensées, les envolées, diverses créations que je vous y partagerai.

                      Bref, donc voici l’introduction, le début :

                      Titre provisoire : Dans l’ombre du monde

                      Dans la pièce centrale, la pièce principale d’une très grande caravane aéroglissant au-dessus d’un chemin d’herbes séchées entouré d’un paysage désertique, quelques arbres çà et là survivant, une petite troupe de théâtre est rassemblée pour répéter une scène. La caravane est décorée d’une peinture abstraite si ce n’est en titre « La troupe à Persona Che ». La pièce est composée d’une fenêtre sur chaque mur et une au plafond. Le plancher est en bois, les fenêtres des murs couvertes d’épais rideaux blancs et celle du plafond est en verre opacifiant, instaurant une atmosphère diaphane.

                      « Diantre, fichtre, le malin a-t-il rongé la vie sur terre,
                      qu’est-ce qui a pris le bon sens de nos ancêtres
                      pour ne pas faire corps avec les idéaux nécessaires
                      aux enjeux de civilisation, l’épanouissement de l’être ;
                      à la place provoquer un cataclysme, instaurer un enfer
                      et nous le léguer pour des générations, tel un errement sans fin dans le désert ? »

                      Sermonne une personne masquée, baptisée Persona Che, vêtue d’une djellaba blanche, marchant autour d’une lampe de chevet trônant au milieu de la pièce, posée sur un tapis en lin.

                      « Ce doit être la faute aux gobules et aux dragonzards
                      qui se sont alliés à des fées du néant pour se venger
                      de la maltraitance qu’a fait subir l’humanité
                      à diverses formes de vie, dont eux aux phares ? »

                      Suggère, sur un ton candide, Adam, un grand homme au crâne rasé, au teint basané, vêtu d’habits bleus foncés et d’une cape blanche, semblant comme contemplatif face à une des fenêtres.

                      « Des bouc émissaires, encore et toujours,
                      c’est facile pour se défausser de ses responsabilités !
                      Quand bien même il y aurait du vrai,
                      quand tu comprends que pour faire le jour,
                      il faut de la poussière de fée,
                      tu ne restes pas là à attendre la fin des temps
                      à se regarder dans blanc des yeux, sans chant,
                      que d’autres fassent l’élan pour en invoquer ! »

                      Réplique Uriana, une femme au teint aussi basané, aux cheveux de jais, vêtue d’une toge violette, assise en position de lotus, dos au mur, non loin d’Adam.

                      Persona Che : « Tout à fait ! Mais ce qui a été fait ou pas fait,
                      nous ne pouvons revenir en arrière,
                      ainsi est l’état des lieux, de l’ère,
                      l’expression du dépit est cathartique, c’est fait,
                      maintenant, à nous de faire en sorte
                      que le monde se porte mieux,
                      de la terre aux cieux et la cohorte. »

                      Uriana : « Ceci dit, pour le moment, en mon âme, j’ai froid comme jamais… Comme si j’errais en haut d’une montagne où souffle un grand blizzard, mais non, ce n’est pas ça.

                      J’ai faim comme une affamée, comme si, pour me rassasier, il me fallait manger tout un tonneau de pommes de terre, de haricots rouges et d’omelettes véganes où il est laissé les poules faire leur vie et leurs œufs à elles, jusqu’à l’éclosion, mais non, ce n’est pas ça.

                      Je…

                      Je me sens mourir ? Oui, en quelque sorte, c’est ça ? »

                      Adam se tournant vers elle, l’air affolé : « Tu… tu te transformes en vampire ?
                      Ou tu as besoin que je te frictionne les épaules à t’en faire sourire ? »

                      Uriana : « Ainsi mourut le monde ? De questions et de réponses sans rien faire ?! »

                      Adam : « Je ne suis pas docteur ! Et même, pour bien faire,
                      ne faut-il pas d’abord bien diagnostiquer ?! »

                      Persona Che : « Allons, allons, il y a des troubles forces en présence,
                      il faut lutter contre l’état de torpeur,
                      par des idées claires, systémiques, faire briller la bougie de l’espérance,
                      tel un phare, du terreau nourrissant, transformant un désert en jardin pour fleurs. »

                      Uriana : « Oui, compostons, nourrissons les vers,
                      débattons-nous à de petits gestes pendant que les ennemis
                      de diverses formes de vie font perdurer l’avènement de leur ère,
                      nous serons remerciés de leur avoir fichu la paix par des tombes, sans préavis ! »

                      Adam, indigné : « Que de cynisme, de sarcasmes ! A m’en tuer !
                      Car en tout cas, les petits gestes, les petits rien comptent au fil des saisons,
                      ont leur rôle, même si il ne faut certes pas s’en contenter !
                      Ce n’est pas tant un risque de diversion de l’essentiel, non ? »

                      Persona Che : « Oui, vous avez tous les deux raisons d’une certaine façon,
                      les petits gestes comptent, et en même temps il y a un souci de fond,
                      un souci de paradigme, une révolution à impulser ! »

                      Adam, sur le ton de la panique : « Le monde à feu et à sang, des têtes à couper ? »

                      Uriana, amusée : « Pff… Il y a révolution et Révolution,
                      c’est un terme sujet à polysémie,
                      et croquer ou ne pas croquer la pomme, telle n’est pas la question ?!
                      Je veux dire, il faut faire preuve de stratégie
                      pour ne pas être contre-productif, éviter de faire trop de mal,
                      mais d’une certaine façon, ne s’agit-il pas de Révolution, au final ? »

                      Adam, l’air rassuré, se tournant vers Persona Che qui avait levé la tête vers la fenêtre du plafond après s’être arrêtée de marcher :
                      « D’accord, je comprends l’intention, mais comment on fait ?
                      On procède, pour commencer, en semant des graines à réveil, à éveiller ? »

                      Persona Che : « Plus ou moins, mais pour l’instant, commençons par méditer,
                      en cercle autour de la lampe, chacun en position du lotus, confortablement posé,
                      et quand je dis chacun, vous aussi Lugh et Olith, qui comme spectateurs avez écouté. »

                      Au moment de s’adresser à eux, Persona Che baissa la tête dans leur direction. Ils étaient assis sur une planche arrondie, adossée à un coin, formant une sorte de banc.

                      Lugh est un homme d’apparence jeune, peau blanchâtre, une paire de lunettes noire fichée sur le nez, vêtu d’une chemise et d’un pantalon noirs. Olith est une femme d’apparence jeune, peau aussi blanchâtre, mais vêtue de manière un peu plus extravagante, à commencer par un couvre chef en fleurs de papier et une paire de lunettes en forme de losange, puis une robe bariolée et enfin des chaussures noires recouvertes d’étoiles rouges.

                      Lugh et Olith applaudirent comme pour saluer la fin de représentation d’une scène avant de venir s’asseoir entre Persona Che et Adam.

                      Olith, au moment de s’asseoir : « Génial, j’adore particulièrement cette nouvelle scène,
                      j’espère qu’à Ripas Realmont ils sauront apprécier, qu’ils en auront pas de peine,
                      et surtout que cela les fera réfléchir sur leur organisation,
                      et que les gardiens comprendront l’intention, la remise en question,
                      nous laisseront continuer nos représentations. »

                      Persona Che : « Nous ferons une première en petit comité, en discrétion,
                      autant s’appliquer à soi nos paroles, en commençant par une bonne stratégie ! »

                      Lugh : « Oui, mais sachant qu’on ne peut prévoir toutes les réactions,
                      peut-être tout simplement exprimer au plus de monde ce que nous pensons,
                      ou / et suivre son instinct, et advienne qu’adviendra de cause à effets, sur les parvis ? »

                      Persona Che : « Peut-être, en tout cas les premières représentations se feront en petit comité,
                      face à des camarade de quand j’y étais,
                      n’oubliez pas qu’ il y aura de l’interaction avec les spectateurs,
                      du moins que nous écouterons de leur avis, de leurs préoccupations,
                      et pour le moment, apaisons nos cœurs,
                      en silence, méditons ! »

                      Lugh sembla vouloir répliquer puis soupira et ferma les yeux, se plongea en état méditatif dans la foulée des autres.

                      À suivre

                    • #444
                      Pascal LamachèrePascal Lamachère
                      Maître des clés

                        Aujourd’hui je comptais évoquer un sujet que j’avais hésité à aborder la semaine dernière. Parce que qui dit anniversaire, dit en général gâteau, et qui fait gâteau, utilise en général du sucre, à moins de suivre un régime spécial par rapport à la « norme » de la civilisation actuelle. Et j’avais aussi hésité à partager des recettes de gâteaux végans sans aborder le souci lié à la consommation du sucre, tel que je l’avais fait au cours de cette vidéo : Recette de Tarte crue à la crème d’avocat et au citron vert : https://www.youtube.com/watch?v=LVDtIQ7DnGE&list=PLWG3MhJ7E0kjmx-Ti1ZSfgsa1JBlMIXeB&index=5&pp=iAQB

                        mais je m’étais dit que ce serait mieux de l’évoquer un de ces jours, un autre jour, tel qu’aujourd’hui.

                        Ceci écrit, ayant sûrement mangé plus de sucreries dans ma jeunesse qu’il faudrait sur toute une vive, faisant toujours à certaines occasions des gâteaux et chocolats végans pas mal sucrés, je ne suis probablement pas des plus « légitimes » pour critiquer son utilisation. Toutefois, je pense au propos du capitaine Paul Watson ancré dans son livre « Urgence ! Il faut sauver les océans », sur le fait qu’avoir certaines contradictions n’empêche pas d’avoir raison dans son propos, sur ce qu’il faudrait faire. Et puis ma mère ayant un risque de diabète, je m’intéresse de plus en plus aux alternatives « sans sucre ajouté » (et sans édulcorant), telle que pour la galette des rois : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/recette-de-galette-des-rois-sante/

                        ainsi qu’à faire des « biscuits santé » aussi pour moi : https://www.lacuisinedejeanphilippe.com/recipe/biscuits-sante-a-lavoine/

                        Au passage, pour cette recette, vous pouvez remplacer les bananes par deux petits pots de compote (équivalent à environ 200 g de compotes, sans sucre ajouté), les datte hachées par des raisins secs, mettre un peu plus de beurre d’arachide et de flocons d’avoine, faire 12 boules que vous aplatissez avec un sceau et espacez sur un tapis de cuisson, avant d’enfourner et de cuire environ 20 minutes à 180 °.

                        Bref, on m’avait offert « Le mal du sucre » de Danièle Starenkyj, qui évoque le souci autour, comprenant les scandales pour sa production à l’époque de l’esclavagisme ; le souci du « lobby du sucre » ; dont je vous recommande la lecture. Si vous ne le trouvez pas, d’autres livres évoquent le souci et proposent aussi certainement des alternatives. Et à savoir que d’aucuns vont jusqu’à présenter l’utilisation du sucre comme le mal du siècle ou un des plus grands maux pour la santé. Je n’ai pas retrouvé le documentaire qui l’évoque, je me souviens surtout des propos alarmistes du fait de son utilisation ayant tendance à provoquer de la surconsommation et des mauvais effets sur la santé sur le long terme. Toujours est-il que si vous n’avez pas de livres sous la main ni dans une bibliothèque qui serait proche de chez vous, voulez approfondir, j’en ai pas vu un récemment donc je ne puis vous en conseiller un en particulier, mais vous trouverez divers documentaires et autres vidéos évoquant les effets nocifs liés à la consommation de sucre.

                        Ensuite, à propos du souci lié à des lobbies non éthiques, de la tendance à la division par secteurs d’activité et de ses effets, intérêts des corporations, de la défense d’intérêts par « copinage » et des potentiels soucis qui en découlent, j’ai récemment entendu des propos et vu des publications qui ont renforcé mon indignation, me ramènent aux critiques systémiques, d’un état d’esprit lié, dont d’un manque d’éthique, d’une certaine forme d’inconscience.

                        Dans le genre, la bêtise d’un « défenseur des arbres » peu soucieux de la vie animale. Sachant que bio ou pas, quelqu’un de vraiment soucieux de la vie animale défend le véganisme antispécisme, devient végan et ne fait pas la promotion de l’exploitation des animaux non humain et de ce qui en découle à des fins de consommation, point barre.

                        Un militant d’une association végane antispéciste écologiste le synthétise très bien, l’explique très bien : https://www.instagram.com/reel/C0EaSyNCeMx/

                        Voilou, ça, c’est dit, très bien exprimé.

                        Un peu dans un autre genre, j’ai vu passer des titres que j’ai trouvés un peu pompeux, avec des accroches du genre « il est vital de faire ceci », « vital de faire cela », manquant de relativiser par rapport aux problèmes de fond et potentielles solutions dans l’absolu, pour de la « pérennité de civilisation », même si c’est très relatif à l’aune du dérèglement climatique et des effets de rétroactions, du fait de « paliers », des « limites planétaires » qui seraient franchies.

                        Alors je comprends que dans l’état actuel chacun compose avec diverses contraintes, juste que cela m’agace toujours quand il n’est pas remis en question l’essence du système telle que l’a critiqué Peter Joseph a plusieurs reprises au cours de son podcast « Révolution Maintenant ! » : https://www.revolutionnow.live/episodes

                        Et puis qu’il est sous-estimé la gravité de la crise écologique, l’urgence avec un côté « déjà trop tard », de même que sous-estimé l’importance de la cause animale par certains.

                        Et j’ai déjà évoqué le souci lié aux diversions tout en évoquant l’intérêt de « s’aérer l’esprit », de suivre son chemin « en son âme et conscience », de se cultiver et de « s’amuser » de manière « responsable », de préférence en cohérence avec son éthique, laissant entendre que pouvait y avoir synergie et que tout ne devait pas forcément toujours être militant, juste que tout cela me ramène au coup de vers la fin du film « Don’t Look Up : Déni cosmique », reflétant métaphoriquement une humanité qui n’a collectivement pas su dire stop, s’est laissée guider par des intérêts qui ne faisaient pas tant l’intérêt pour eux/nous et les autres formes de vie sur terre. Et que je trouve que c’est déplorable.

                        Après, il y a la théorie et la pratique, de quoi se sentir démuni à titre personnel face au déroulement de l’Histoire du monde, de la planète.

                        Philosophiquement, il y a l’idéal de la Zoopolis, de l’antispécisme, et dans les idées de « système alternatif » sur le plan « économique », il y a le modèle d’une économie qui serait vraiment économique évoqué par Peter Joseph, et tout en revenant un peu au même dans l’intention anticapitaliste, peut-être surtout stratégie d’accroche différente, qui pourrait être complémentaire d’une certaine façon au sens de palier, j’ai déjà partagé un article d’un économiste philosophe, de Frédéric Lordon, qui s’est intéressé à ses / leurs travaux et en a évoqué l’intérêt, et si vous ne connaissez pas encore, je vous invite à écouter des conférences de Bernard Friot et du réseau salariat autour de l’idée du « salaire à vie », des sécurités sociales multi sectorielles qui pourraient être « orientées éthiquement ».

                        Leur site : https://www.reseau-salariat.info/

                        Leur chaîne YouTube : https://www.youtube.com/@ReseauSalariat

                        Un fil de discussion que je leur avais consacré : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/conference-gesticulee-je-veux-decider-du-travail-retraite-salaire-a-vie/

                        Enfin, il y a d’autres sujets que je m’étais dit que j’évoquerais aujourd’hui, mais la tragédie en cours à Gaza, les « fêtes » de fin d’année qui sont de plus en plus proches et l’actualité lié au réchauffement climatique, les écocides, font que présentement je n’ai pas envie de plus m’épancher sur d’autres sujets. Et puis avec les divers liens que j’ai déjà partagés, je me dis que vous aurez certainement pas le temps de tout consulter.

                        Aussi, j’ai pas trop le cœur non plus pour le moment, pour aujourd’hui, à continuer l’histoire que j’ai commencé la semaine dernière, mais pour « la route », je vais quand même essayer de la continuer là tout de suite, de vous partager de ce que je vais écrire, alors voilou :

                        Suite de : Dans l’ombre du monde

                        Lugh eut du mal à tenir en place vers la fin de la séance de méditation, ses pensées et émotions liées revenant en trombe, s’étant particulièrement imprégné des propos d’Uriana, de ses ondes d’aspirante révolutionnaire particulièrement bien incarnée. En entrouvrant les yeux avant le reste de la troupe, sa mire se posa sur Persona Che qui avait gardé son masque, puis sur Uriana qui affichait un air serein.

                        Persona Che, toujours en position du lotus, alors que les autres détendaient leurs jambes : « Je sens que tu es tracassé, Lugh. »

                        Lugh : « Tu as un sixième sens très développé, et je suis admiratif devant ta capacité à retrouver un état de zénitude malgré les soucis et l’envie de renverser l’ordre social, et peut-être que tu as su dompter en toi la partie rebelle pour t’en servir comme d’une alliée, mais toujours est-il que votre pièce résonne en mon âme, et j’ai toujours du mal à accepter l’idée de ce que nous avons fait à notre planète en tant qu’espèce, même si c’est plus histoire de fonctionnement de civilisation qui aurait pu être autre et de puissants inconscients de facto. »

                        Persona Che : « Si la séance s’était terminée quelques minutes plus tôt, te considérerais-tu plus troublé que nous ? »

                        Lugh : « Euh, peut-être pas, je ne suis pas certain, si ce n’est en théorie peut-être pas, mais euh… »

                        Persona Che : « En tout cas, il est normal d’être ému quand le monde va mal, et ce n’est pas de l’indifférence que de prendre le temps de se reposer, c’est ainsi que l’on navigue en eaux troubles, ou présentement une résilience pour que le monde de demain soit à la hauteur de nos aspirations. »

                        Uriana : « Et n’oublie pas que la contenance est parfois une apparence, le jeu de théâtre nous permet de jouer dessus, qu’il est normal de ressentir diverses émotions au cours d’une même journée. »

                        Persona Che : « Et si tu as de nouveau besoin d’exorciser ce qui te tracasse, faisons une séance de questions réponses à brûle pourpoint ? Le même genre d’exercice que nous proposons à des spectateurs. Olith, tu serais prête à faire l’inquisitrice ? »

                        Lugh : « Euh, ben, je trouve en général intéressant les propos tenus au cours de ces séances, mais aussi délicat et sujet à débats. Je veux dire : j’aime bien l’improvisation mais en matière de penser, il vaut mieux pouvoir prendre le temps, à partir d’une matière à penser conséquente pour certains sujets, et puis de disserter autour d’une matière à penser commune quand on discute, ce qui est tout l’intérêt de l’interaction avec les spectateurs qui voient une scène commune, même si leurs perceptions et compréhension peuvent diverger, mais aussi parfois rend difficile une quête de vérité si il leur manque des clés de compréhension, des connaissances, si je puis dire. »

                        Olith : « Fais pas ton rabat joie, allez, prête toi au jeu ! Je suis prête à dégainer les questions, à toi de mettre ton gilet pare-bafariboles si tu veux être le plus juste possible, mais ne t’en veux pas trop si tu dis des bêtises. L’essentiel en l’occurrence c’est que cela pourrait permettre de te défouler ? »

                        Lugh : « Hum, le défouloir pourrait aussi renforcer ma frustration, au final ? »

                        Persona Che : « Fais comme tu le sens ! »

                        Lugh : « Oui, bon, nous sommes entre nous, alors d’accord ! »

                        Olith : « Chic ! Alors, euh :

                        Si tu pouvais remonter dans le temps, que ferais-tu ? »

                        Lugh : « J’alerterais qu’une catastrophe est en cours, que si ils n’en prennent pas acte et ne changent pas le fonctionnement de leur civilisation, le fonctionnement de leur économie, ne prennent pas plus soin de leur environnement et de la vie des animaux, ce sera terrible pour tous, qu’importe les bunkers, mais c’est ce que beaucoup ont cherché à faire, alors euh… J’essayerais de monter un groupe ayant une stratégie de changement qui serait efficace ! »

                        Olith : « C’est-à-dire ? Et tu ne penses pas que celles et ceux qui ont cherché à sensibiliser comme tu penses qu’il faudrait, ont réfléchi aux stratégies possibles ? »

                        Lugh : « Oui, ben, euh, si je pouvais remonter dans le temps, ce serait grâce à une machine ? Je pourrais alors amener d’autres gens à voyager dans le temps avec moi, les sur-motiver en constatant l’état catastrophique si nous continuons à ne pas arriver à faire ce qu’il faudrait en théorie, et puis je pourrais permettre au groupe d’avoir les moyens de ses ambitions ? Et puis je sensibiliserais à l’alimentation végétalienne aux racines de l’humanité ! »

                        Olith : « Et si ton groupe était infiltré par de mauvaises graines ? »

                        Lugh : « Si ils comprennent que pour leur bien être ils ont tout intérêt à se soucier du bien être collectif, pas de risque ? »

                        Olith : « Et si ils étaient mus par le mal radical ? »

                        Lugh : « Euh, j’essayerais de mettre en place un protocole qui les empêche de sévir ? Qui assure que le groupe reste au service de nos idéaux, de l’objectif ? »

                        Olith : « Es-tu certain de pouvoir tout prévoir, les réactions en chaîne ? »

                        Lugh : « Euh, je ne suis pas certain de pouvoir prévoir tous les imprévus, et il y a probablement des forces en présence liés aux rouages systémiques de l’époque que j’aurais du mal à raisonner, mais je suis certain que si je prends le temps de pouvoir penser une stratégie et les moyens pour l’appliquer, de grandes chances de succès. »

                        Olith : « A quoi bon y penser vu qu’on n’a pas de machine à remonter le temps ? »

                        Lugh : « Euh… Tu te fiches de moi ? C’est un exercice de l’esprit que tu m’as posé ! »

                        Olith : « Et tu y as répondu volontiers, mais à quoi bon ? »

                        Lugh : « Euh, réfléchir sur ce qui aurait dû être fait dans le passé peut permettre de réfléchir sur ce que nous pourrions faire actuellement ? Même si la situation est différente, il y a de l’objectif commun. Après, peut-être que je me cherche des excuses à la rêverie que tu as suscitée, en tout cas, je pense que c’est moins vain que s’accommoder d’une situation pourtant pas commode, façon de parler ! »

                        Olith : « Certes ! Mais si la situation est catastrophique, qu’importe les bonnes volontés, à quoi bon ? »

                        Lugh : « Garder la tête haute ? Avoir le sentiment d’avoir fait de son mieux, d’avoir été cohérent avec soi, la conscience bien éveillée ? »

                        Olith : « Tu crois à la vie après la mort ? »

                        Lugh : « Je crois que ce que nous appelons la vie n’est qu’une étape, une étape où nous évoluons, si ce n’est qu’il y a une part de mystère que je ne m’explique pas. Je veux dire, je ne crois pas au concept de diable en tant qu’entité, je pense que tout être peut être influencé en bien ou en mal, mais je me demande si il n’y a pas des forces divergentes qui font que la source créatrice est-elle même en proie à… des difficultés ? Qu’il y a des oppositions, un je ne sais quoi qui fait que le monde n’est pas glop. »

                        Olith : « Tu serais enclin à la sainte colère ? »

                        Lugh : « Peut-être, mais je ne puis juger sans savoir tout ce qui se passe aux cieux, aussi, je crois malgré tout en la bienveillance et transcendance créatrice d’une force supérieure, à nous d’en être digne ? »

                        Olith : « Et si il était écrit qu’il fallait qu’il en soit ainsi pour élever son niveau de conscience, tels des enfants qui ont besoin de faire des expériences pour apprendre à se connaître ? »

                        Lugh : « Ce serait un peu couillon, non ? En tout cas, pas besoin de renforcer le mal et d’attendre d’expirer pour comprendre qu’il faudrait que les survivants comprennent les erreurs du système du passé et que nous pourrions faire autrement, non ? »

                        Olith : « Alors ? »

                        Lugh : « Alors quoi ? Tu veux que j’étaye ma thèse sur ce que je pense comment la société devrait s’organiser ? Là tout de suite ?

                        Olith : « Hu hu hu, pourquoi pas ! Mais non, je voulais dire : comment tu te sens ? Toujours contrarié ? »

                        Lugh : « Ah ! Euh… Je reste inquiet, tracassé, mais merci de m’avoir permis de m’épancher, ça va mieux ! »

                        À suivre

                      • #445
                        Pascal LamachèrePascal Lamachère
                        Maître des clés

                          Photo Pascal Lamachère avec livre Vous êtes l'évolution et livrets écologiques et tasse mug série Doctor Who sur un banc entouré d'arbres, dans parc château de Malpagat de L'Union près de Toulouse

                          Bonjour,

                          il y a diverses thématiques que j’aimerais encore aborder, mais je me pose toujours la question de l’intérêt de ce que je fais, de ce que je scribouille. Je veux dire, comme évoqué en introduction, laissé entendre avec la mention du renard et du Petit Prince, l’intention de ce fil de discussions est de m’épancher comme si je parlais d’ami à ami(e), de sensibiliser autour de ce qui me tient à cœur, et puis de là où ma curiosité et mes réflexions m’ont porté. Aussi, je ne pense pas faire de « crise existentielle » vis à vis de cette intention. Par contre, je suis dans une situation un peu délicate, et je me dis que de ce que j’écris me fait me divertir de mes propres problèmes. Au sens que je suis d’accord avec les critiques contre le système capitaliste néolibéral et le besoin de changement, de révolution de « l’économie politique », que je pense très bien les comprendre à les en soutenir, à en militer à mon niveau même si probablement vain, et que j’ai évoqué à plusieurs reprises des doc’s autour, et que j’aurais envie de continuer de claviarder pour évoquer des réflexions diverses et variées, et de partager divers contenus, de continuer, mais qu’en attendant, pour qui est un peu marginal comme moi, c’est pas évident de « faire sa place », de « vivre sa vie ». C’est certes plus « confortable » que d’être dans une région du monde en guerre ou soumis au déchaînement des éléments, mais on est pas plus « pérenne » que ne l’est le fonctionnement de la civilisation. Le genre de tracasserie qui freine les élans créatifs, les bonnes volontés.

                          Cela me fait penser à une vidéo du journal de Personne : « Ma précarité » : https://www.youtube.com/watch?v=hHczaoFaOgo

                          Alors, je ne suis pas en quête d’encouragements à faire ce que je fais, d’autant qu’en général, le lot d’encouragements et de compliments vient aussi avec des commentaires critiques, que je suis du genre à démarrer au quart de tour, au moins mentalement, à me laisser plus affecter par les critiques, et surtout que ma démarche depuis un certain temps consiste à dire ce qui je pense doit être dit, à exprimer pour servir à ma façon des idéaux. Juste que ma situation est un peu délicate, et plus je m’informe sur l’urgence climatique et les soucis de civilisation, plus je me dis qu’il faudrait réussir à impulser du changement, mais plus je constate aussi tout le côté « mission impossible » et ma propre finitude. Et il se pourrait que je déserte Internet du jour au lendemain.

                          Mon rêve, au sens de mon idéal de vie, serait de pouvoir « vivre d’amour et d’eau fraîche » dans une ère où l’humanité est végane, cultive la philosophie de la Zoopolis, se soucie de son environnement, des autres êtres vivants, s’organise par une « économie vraiment économique ».
                          A défaut, en « attendant sans attendre », ce serait de vivre dans une communauté du style EOTOPIA : https://www.eotopia.org/wordpress/fr/les-piliers/
                          Ou de participer à la fondation d’un écolieu « bâti » autour de piliers dont il est fait mention.
                          Mais il faut que d’autres soient aussi motivés pour cet objectif, et avoir les moyens de concrétiser.

                          Bref, « en attendant », sans attendre, ma situation actuelle est délicate, moins que ne l’est celles d’autres, et moins que ne l’est celle de toutes et tous sur le long terme du fait du réchauffement climatique, et cetera.

                          A ce propos, actuellement se déroule la COP 28. Cela fait des décennies qu’il est question de fenêtre d’opportunités mais qu’il n’a pas été agi comme il faudrait, d’après certains spécialistes. Et je n’ai pas suivi les débats et discours de plans écologiques, les « belles promesses » au cours de celle de cette année, mais je suis enclin à croire « qu’il y a plus de lobbyistes des combustibles fossiles que de délégués à la COP28 » : https://www.instagram.com/p/C0fVWZQO4vw/

                          et les critiques telles que partagées par ce monsieur, « Directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité » : https://twitter.com/PCarterClimate

                          Aussi, je suis assez consterné de voir qu’il y en a encore à faire dans le climato-scepticisme. Tel qu’un qui m’a écrit sur un réseau social pour partager une thèse assez originale mais manquant d’un certain bon sens à mon sens, présentant le réchauffement climatique comme un hoax alimenté par les lobbies des énergies fossiles afin de faire du commerce basé sur certaines sources d’énergie fossile. Sachant qu’en tout cas, qu’il y ait un risque d’instrumentalisation et de récupération pour de « fausses solutions » d’un problème ne veut pas dire qu’il n’y a pas de souci à la base, qu’il y en a pas.

                          Et je comprends plus ou moins celles et ceux qui gobent certains discours, moins celles et ceux qui en font leur fonds de commerce en sachant qu’ils mettent en péril l’avenir, celle de leur descendance et la leur, et le nôtre au passage, car mine de rien, les prédictions alarmistes semblent avoir été sous-estimées, des effets dévastateurs sont déjà en cours, mais aussi il est question du fait qu’un certain nombre savaient le péril il y a plusieurs décennies et ont malgré tout continué comme si de rien n’était.

                          Encore que, celles et ceux qui gobent le climato-scepticisme, si je comprends que c’est par inculture, manque de connaissances face à des discours ayant un semblant de logique, d’avoir gobé des intox jouant dessus, les biais de confirmation, semblant convaincants par sophisme, l’art de la « rhétorique », cela m’apparaît de plus en plus comme une forme de déni de réalité, d’inconscience.

                          Après, nombre de celles et ceux qui sont convaincus qu’il y a du réchauffement climatique ne sont pas forcément bien au courant des « connaissances actualisées », de l’état des lieux, ni bien conscient de ce qu’il faudrait faire politiquement, collectivement, éthiquement, de la complexité de la situation et de l’urgence, et ne sont pas tellement plus avancés « en acte » que les climato-sceptiques.

                          Cela me fait penser que j’ai lu des anciens climato-sceptiques cessé de l’être car fini par être convaincus par certaines explications, arguments, mise à jour de leurs connaissances. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de noter ce qui leur avait fait prendre conscience de leurs erreurs, mais si vous n’êtes pas climato-scepetique, vous devez comme moi savoir quelques arguments qui devraient faire changer d’avis celles et ceux qui le sont encore. Reste qu’il faut que les gens soient prêts à lire des contradictions, y penser sérieusement, c’est le genre de sujet où l’art de la pédagogie, la qualité de patience peut aider. Le genre de qualité dont j’ai l’impression de manquer un peu, d’autant sur des sujets délicats où tout un chacun a tendance à avoir ses préjugés.

                          Aussi, certains considèrent qu’il ne faut pas perdre son temps avec les « trolls climato-sceptiques ». Je pense qu’ils ont raison dans la mesure où c’est probablement plus constructif de sensibiliser celles et ceux qui sont conscients qu’il y a des soucis écologiques mais n’ont pas pris le temps d’approfondir la question. Juste que je trouve dommage que sur un sujet aussi crucial, aussi vital, il y ait encore autant de difficulté à faire « la voie de la raison ».

                          Un peu dans le même genre d’inconscience que les discours climato-sceptiques, prenant d’une certaine façon source dans les mêmes « mécanismes » qui façonnent de la « bêtises politiques », « systémique », paradigmatique, de mon point de vue, j’en ai lu opposer l’aide à Gaza, pour la Palestine, à celle au Pas-de-Calais suite au passage des tempêtes – conséquence des vents violents et des inondations -, râlant contre l’aide humanitaire hors de France face aux soucis qui attendent les Français. Alors que l’un n’empêche pas forcément l’autre même dans ce système. Et puis qu’il faudrait bien que tôt ou tard il y ait un autre fonctionnement économique, un autre système, et que si les moyens sont limités, il faut certes faire avec, sans toutefois préjuger sur ceux-ci. Car en fait, ces « râleurs » ne font que préjuger, distiller de la discorde, des oppositions, sans savoir de quoi il en retourne réellement au moment présent, ni avoir conscience de ce qu’il faudrait faire sur le long terme. Impression que j’en ai, mon avis.

                          Re bref, j’ai déjà exprimé à de multiples reprises des réflexions au sujet du réchauffement climatique, j’avais rien à dire de plus, mais les critiques justifiées de la COP 28 et le troll climato-sceptique qui m’a été envoyé il y a quelques jours m’ont donné envie de l’évoquer à nouveau. Et puis c’est malheureusement un sujet qui devrait rester d’actualité jusqu’à la fin de nos vies sur cette planète Terre. Alors voilou.

                          Si pas encore vu, je vous invite à voir le film documentaire pièce de théâtre « Ecocide changer ou disparaître » et l’entretien « BIODIVERSITÉ : LA PLUS GRAVE ET LA PLUS IGNORÉE DES CRISES » à propos des crises de notre époque : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/documentaire-piece-de-theatre-et-entretien-a-propos-de-la-biodiversite/

                          Et si pas encore lu, voir tous les doc’s et lire tous les articles mis en lien çà et là, évoquant l’importance de la cause animale et du véganisme pour l’humanité et les animaux de compagnie quand c’est possible, qu’il y a des alternatives véganes, avec conseils pour de l’alimentation végétalienne si vous n’êtes vous-même pas encore végan(e).

                          Enfin, si pas encore vu, je vous invite aussi à voir le film documentaire « En quête de sens » : https://www.enquetedesens-lefilm.com/

                          Bon visionnage, à la semaine prochaine !

                        • #446
                          Pascal LamachèrePascal Lamachère
                          Maître des clés

                            Bonjour,

                            quand nous nous intéressons à la problématique systémique et à la solution de révolution systémique, paradigmatique, mais aussi en général aux « solutions » à des soucis de civilisation, que nous y pensons, l’envisageons, ce qui est assez frustrant, c’est que quand bien même nous aurions raison sur ce qu’il faudrait faire en théorie, en pratique, pour concrétiser, c’est une autre histoire.

                            Philosophiquement, psychologiquement, il y a le concept du « conatus », de persistance dans son être que d’aucuns prennent en compte dans leur stratégie, comme Fréderic Lordon où dans une publication il était question que son projet théorique était de montrer comment Spinoza est susceptible de compléter Marx.

                            Aussi, l’effectivité, la concrétisation, l’ancrage, le « comment y arriver ? » est une étape importante au « Pourquoi ? / pour quoi ? / dans quel but et pour quelle fin ? ». Et à l’aune du fonctionnement de notre époque, comme abordé vendredi dernier, il y a de quoi avoir l’impression d’un côté « mission impossible ». Toutefois, ce que d’aucuns pourraient prendre pour Utopie au sens de chimérique, « non réaliste », aurait déjà été expérimenté, et des alternatives de système abouties et une presque aboutie mais sabordées « par des forces obscures ».

                            A propos d’une tentative sabordée, déjà évoqué, à écouter ou lire l’épisode 46 du podcast « Revolution Now ! » de Peter Joseph qui évoque, entre autres, les manipulations dont ont été capables les États-Unis pour contrer une autre façon d’organiser « l’économie » au Chili (le podcast est en anglais mais peut être traduit avec l’option de traduction automatique de youtube (activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur « Traduire automatiquement » et puis sur « Français »), ou vous pouvez aussi traduire la transcription complète publiée après la vidéo) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode46asdf-erckc-g3nhm-zd3be-ykrn8-edjr3-r5srt

                            Pour ce qui est de ce que d’aucuns prennent pour Utopie à un moment donné, par ignorance de la concrétisation, voir le documentaire « Vivir la Utopia / Vivre l’Utopie » : https://www.youtube.com/watch?v=-wLH8veaVrw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=65

                            Après, étant donné l’état des lieux actuel, difficile d’être certain de comment révolutionner à nouveau, diverses stratégies sont envisagées. Peter Joseph prépare le quatrième film de la série de films Zeitgeist, titré « Zeitgeist | Requiem » : https://www.youtube.com/watch?v=zlJ8KPZakNI

                            Et de ce que j’ai compris, accompagné de sa diffusion, à l’époque de la sortie du film, il devrait initier les prémices d’un système alternatif, tel qu’évoqué au cours de la conférence « Une société viable » (A Viable Society) : https://youtu.be/8RSZMVxfv38?t=1406

                            Vous pouvez aussi traduire la transcription complète qui a été publiée sur : https://peter-joseph.medium.com/a-viable-society-full-transcript-ac12c123fa53 

                            Bernard Friot et le réseau salariat envisagent une solution qui me semble similaire, proche, si ce n’est en commençant par « élargir », « utiliser » ce qu’ils appellent du « déjà là », du moins dans des pays comme la France. Si vous n’avez pas encore pris le temps de regarder ne serait-ce qu’une seule de ses conférences gesticulées ni de consulter de leurs articles sur leur site, je vous encourage à le faire, et une de ses conférences que j’avais trouvée aussi intéressante : Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : https://www.youtube.com/watch?list=PL9C4E9847954BBFF4&v=Fb6vZ7-XiNI

                            Et en bref, en prémices du « salaire à vie », pour une sécurité sociale de l’alimentation, du transport, du logement et cetera : https://www.youtube.com/watch?v=lRHO5GfKgFY&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=3

                            Quelques articles débats au sujet de leur idée que j’avais pas listé sur le fil de discussion dédié :

                            Revenu de base ou salaire à vie ? première partie : https://www.revue-ballast.fr/revenu-de-base-ou-salaire-a-vie-1-2/

                            Revenu de base ou salaire à vie ? deuxième partie : https://www.revue-ballast.fr/revenu-de-base-ou-salaire-a-vie-2-2/

                            Salaire à vie et revenu de base en débat : Bernard Friot et Baptiste Mylondo : https://www.revue-ballast.fr/salaire-a-vie-et-revenu-de-base/

                            Les artistes sont aussi des travailleurs — discussion avec Convergence des Luths : https://www.revue-ballast.fr/convergence-des-luths/

                            Une histoire politique de la musique classique — discussion avec Convergence des Luths : https://www.revue-ballast.fr/une-histoire-politique-de-la-musique-classique-discussion-avec-convergence-des-luths-2-2/

                            Ceci écrit, j’ai de nouveau lu et entendu au cours de la semaine des réflexions d’adeptes du « développement personnel » comme quoi il faut se changer soi pour changer le monde, ou semblable à la pensée mantra de Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

                            Le genre de pensée qui me semble découler d’un certain bon sens, d’une sagesse, ne serait-ce que pour cultiver le principe de cohérence avec ses idéaux, ne pas faire ce qu’on pourrait reprocher aux politiciens et adeptes de la langue de bois : « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

                            Ce pourquoi j’encourage à avoir une alimentation végétalienne et à tendre vers un mode de vie végan, et évoque l’idée de besoin de révolution de la politique économique pour une civilisation « pérenne », ou du moins qui tente de l’être dans des circonstances qui vont être de plus en plus compliquées pour cet objectif, du fait du réchauffement climatique, mais qui reste valable pour la prise en compte de cette contrainte, soit adaptatif à ce genre de circonstances.

                            Toutefois, si je pense important d’être cohérent et de ne pas se comporter comme un Tartuffe, je m’interroge sur les « limites » de ce genre de mantra, de maxime, le côté potentiellement « contre-productif » quand ce genre d’appel à la cohérence n’est pas « contextualisé ».

                            Parce que :

                            – pour être sensible à ce genre de morale généraliste, il me semble qu’il faut déjà soi-même être en démarche de remise en question, et cela peut culpabiliser celles et ceux qui le font déjà à leur façon mais pensent qu’elles et ils « en font pas assez », qui portent déjà sur eux « le poids du monde », une charge mentale écrasante qui ne rend pas plus « opérationnel » contre les problèmes du monde et de soi ;

                            – c’est relatif à une pensée plus ou moins holistique et par son incantation il est normalement entendu mais pas explicité que cet « appel à la cohérence » ne concerne pas les belliqueux, les va-t-en-guerre, les colonisateurs, les tueurs, divers travers, ne s’applique pas à « toutes les habitudes », ou disons s’applique à une conscience bien éveillée des « problèmes et des solutions ». Sauf que quid des victimes d’un conflit ? Des martyrisés ? J’avais lu il y a quelques années un Indien adepte de la non violence et de la pensée de Gandhi faire des émules, lancer un mouvement avec un certain succès après s’être laissé tabasser sans faire de même à son tour, pour vulgariser. Je ne me souviens plus de son nom et je ne puis juger de l’efficacité de sa militance de la sorte, on pourrait considérer que c’est toujours plus efficace que de ne rien faire, que ce qu’il a fait c’est pas tant subir sur le long terme. Et je suis admiratif des juives et juifs antisionistes objecteurs de conscience qui refusent de faire l’armée quitte à être emprisonné(e), ainsi que des membres de l’union juive française pour la paix : https://ujfp.org/
                            Elles et ils diraient sûrement ce genre de phrase « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » à de leur pair, en explicitant que ce n’est pas par le massacre des Palestiniens qu’ils auront la paix. Cela inspirerait, cela parlerait peut-être à des recrues qui du fait de pressions familiales n’ont pas osé s’opposer aux ordres reçus, ainsi qu’aux adeptes – par inconscience – du sionisme.
                            Mais dirait-on de même aux Palestiniens en train de se faire bombarder ? Quelle « attitude » vis à vis des armées qui les envahissent et massacrent de leur famille, et cetera, pourrait servir des idéaux, la morale « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde », et faire qu’ils puissent « vivre leur vie » ? D’autant sur une terre empoisonnée ces derniers jours, de ce que j’ai lu, par l’eau salée ? Et que dire aux orphelins ? Cela me fait penser au slam d’une poétesse palestinienne : « Nous enseignons la vie, monsieur ! »  (vostfr) : https://www.youtube.com/watch?v=-LGCTw5wj8U ;

                            Alors vous pourriez me dire que si l’on considère important de prendre en considération le souci systémique, l’horizon de révolution paradigmatique, la maxime reste valable, est valable d’une certaine façon. « Être le changement que l’on souhaite voir dans le monde » consiste en l’occurrence à relativiser ce genre de parole, à exprimer l’importance de penser l’horizon et la « stratégie », et ne pas se contenter d’appel au changement par soi sans expliciter le concret « dans quel but, pour quelle fin ? », et cetera. Aussi, c’est fait, j’ai exprimé ce que je souhaitais exprimer à ce sujet. Si ce n’est qu’avec les « fêtes » de fin d’année, j’aurais à insister encore sur l’urgence d’agir contre le réchauffement climatique, que le meilleur cadeau que nous pourrions nous faire ainsi qu’aux enfants, c’est un monde en voie vers de la pérennité, autant que faire se peut, et non pas faire le jeu du consumérisme. Je reclaviarderai à ce sujet la semaine prochaine. Pour le moment, pour aujourd’hui, si vous n’avez toujours pas écouté et lu : Poème « Que faisons-nous ? » et réflexions pour les fêtes de fin d’année : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/poeme-que-faisons-nous-et-reflexions-pour-les-fetes-de-fin-dannee/

                            Enfin, pour aujourd’hui, je termine en partageant le lien évoquant la philosophie de Léon Tolstoï, son éthique. C’est un peu en contradiction avec ce que je viens d’écrire car il n’y est pas explicitement question d’idée de système économique, d’organisation autour d’une révolution de l’économie qui insufflerait du changement qui favoriserait la concrétisation des « bonnes intentions » telle que la Zoopolis, je pense que c’est complémentaire, que cela ferait synergie, qu’il y manque cette composante à l’article, ne serait-ce que d’un point de vue stratégie systémique,

                            mais de celles et ceux qui pensent aux soucis systémiques, à une révolution économique, ont tendance à sous-estimer l’importance de la cause animale, ou tout du moins ne pas l’évoquer, ou trop rarement et pas comme il me semble il faudrait, aussi, je pense important de l’évoquer tel un rappel, un appel à la complémentarité :

                            L’éthique de Léon Tolstoï : https://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/

                            Voilou, bon week-end !

                          • #447
                            Pascal LamachèrePascal Lamachère
                            Maître des clés

                              Bonjour,

                              comme évoqué la semaine dernière, aujourd’hui je compte aborder de nouveau les soucis causés par le réchauffement climatique, insister encore sur l’urgence d’agir, que le meilleur cadeau que nous pourrions nous faire ainsi qu’aux enfants, c’est un monde en voie vers de la pérennité, autant que faire se peut, et non pas faire le jeu du consumérisme.

                              A mon sens, c’est le genre de sujet que tout le monde devrait prendre au sérieux, qui implique tout le monde, et dont la maltraitance voire non évocation dans nombreux médias, d’après certains, reflète toute l’inconscience civilisationnelle. Sachant que ce qui compte, c’est pas nos opinions en la matière mais les faits. Et si les faits sont parfois sujets à de multiples interprétations pour de bonnes raisons, il y a des cas où c’est juste qu’on a mal compris les données, mal analysé, manque de perspective, passe à côté d’autres données du fait d’une certaine complexité, des interactions, rétractions, pour avoir une bonne compréhension de ce qui participe du climat, le façonne, permette de prédire des « aléas », et de l’importance vitale d’un autre paradigme que le capitalisme qui pourrait potentiellement faire solution.

                              Toutefois, des scientifiques et citoyens spécialisés dans ce domaine me semblent comprendre de mieux en mieux le sujet, et permettent de mieux le comprendre. Reste que cela me semble quelque peu délicat de débattre autour, comme pour d’autres, en partie du fait des intox et biais, mais aussi des réactions égotiques.

                              A ce propos, je pense à une étude qui évoque ce qui se passe dans le cerveau quand il est abordé des sujets où les gens se sont forgées certaines convictions, expliquant que quand bien même les arguments contradictoires seraient irréfutables, il y a difficulté à admettre avoir tort, qu’il faut parfois du temps pour écouter et digérer « en son âme et conscience », admettre « la voix de la raison ».

                              J’ai moi même eu mes réactions égotiques et je sais que je pourrais toujours en avoir à l’occasion dans les débats à brûle pourpoint, donc c’est pas tant un reproche envers celles et ceux qui en auraient, je l’évoque plus comme un constat, une pensée sur ce qui brouille les pistes quand on est en quête de vérité.

                              Bref, passé les réactions égotiques, les élans de l’âme par volonté de puissance, j’imagine que je ne dois pas être le seul à rêver de la mise en accord des esprits et des cœurs, d’une concorde où les gens se posent autour de la table et potassent pour concrétiser des idéaux, trouver des solutions à des problèmes en mettant en commun leur savoir, leurs connaissances, et / ou partant d’une matière à penser conséquente. Un peu comme dans ce que j’ai compris des expériences de Jacques Testart et de sa notion d’Humanitude.

                              Et en fait, ce qui était plus ou moins l’objectif des COP mais où les participants, telle que pour la COP 28, au cours de celle-ci, ont échoué pour cet objectif, d’après certains spécialistes :

                              • De monsieur Peter D Carter : « Échec de la COP28 comme d’habitude
                                Les peuples autochtones et les groupes de justice climatique affirment que la Cop28 s’est déroulée comme si de rien n’était. La conférence des Nations Unies sur le changement climatique a « laissé tomber l’humanité et la Terre Mère ».
                                La condamnation à mort future des combustibles fossiles à l’échelle mondiale confirmée #COP28UAE #climatechange #globalwarmin »

                              https://twitter.com/PCarterClimate/status/1736926138876953023

                              • De monsieur Prof. Eliot Jacobson : « Votre « moment de malheur » pour le 20 décembre 2023 ~ Raison n° 314, nous sommes foutus :

                              “Aucune entreprise ni aucun pays chargé des combustibles fossiles n’a de véritable plan d’élimination progressive des combustibles fossiles. Au contraire, presque tous s’attendent à continuer d’extraire du charbon, du pétrole et du gaz dans un avenir lointain…” »

                              https://twitter.com/EliotJacobson/status/1737461974357991640

                              • De madame Greta Thunberg : « Semaine de grève pour le climat 278. Le résultat final de la #COP28 n’est pas une « victoire historique », c’est un énième exemple de textes extrêmement vagues et édulcorés, pleins de lacunes, qui sont loin d’être suffisants pour rester dans les limites du 1, 5° limiter et assurer la justice climatique. L’élimination progressive des combustibles fossiles est un strict minimum. Nous avons besoin de réductions immédiates et drastiques des émissions et d’engagements contraignants de la part des plus grands contributeurs à la crise climatique pour financer les pertes et dommages, l’adaptation et une transition juste dans les zones les plus touchées. Nous ne pouvons pas parler d’action climatique sans nous attaquer aux causes profondes de cette crise et sans la présence du MAPA dans la salle.
                                Appelons cette COP pour ce qu’elle est : une autre trahison et un coup de poignard dans le dos. #FridaysForFuture #ClimateStrike »

                              https://www.instagram.com/p/C032-tIMLp_/

                              Et il me semble qu’on pourrait en déduire que les intérêts financiers de lobbies sont des raisons de cet échec. Peut-être aussi la croyance en la possibilité de transition sans révolutionner le « système économique ». Peut-être aussi devrions-nous lancer un mouvement de masse pour impulser d’une manière ou d’une autre du changement. Sachant que même si je pense que la solution est systémique, paradigmatique, il faut de la volonté générale, conscience du besoin de changement, du concret, et qu’à cette fin, toutes les bonnes volontés peuvent y contribuer à leur façon, des associations telle que « Initiative du Traité de non-prolifération des combustibles fossiles » : https://fossilfueltreaty.org/fra/

                              TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION DES COMBUSTIBLES FOSSILES : https://fossilfueltreaty.org/fra/#endorse

                              en passant par des associations pour la cause animale telles que Sea Shepherd France, PETA, L214,

                              la prise de connaissance des thèses de fond telles que partagées par « Comme un poisson dans l’eau » : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                              la remise en question du système économique par Peter Joseph, Bernard Friot et le réseau salariat, l’éducation politique populaire par Franck Lepage et l’association L’Ardeur : https://www.youtube.com/@francklepage/videos

                              Et cetera.

                              Au passage, en digression, je comptais évoquer la philosophie situationniste, en partageant une conférence que j’avais trouvé intéressante à ce sujet, mais en fait, mis à part ce que j’en avais pensé, je ne m’en souviens pas assez pour synthétiser et disserter sur ce sujet, à force de m’intéresser à tout un tas de thèses, et puis que cela fait plusieurs années. Aussi, pour l’évoquer comme il faudrait, il faudrait que je me rafraîchisse la mémoire, et je pourrais tenter de prendre le temps à cette fin mais j’ai pas mal d’autres doc’s à regarder et là tout de suite je me vois mal vous conseiller de regarder une conférence sur ce sujet. Après, si vous connaissez cette philosophie, peut-être auriez-vous une vidéo dessus à me conseiller. En tout cas, je l’évoque car, de ce que je m’en souviens, il y a des points communs, du situationnisme à remettre en question les rouages systémiques, à réfléchir aux stratégies, et cetera.

                              Bref, pour revenir sur cette histoire de réchauffement climatique, je pense important d’évoquer des fondamentaux tel que les effets de l’exploitation des énergies fossiles et l’importance d’en cesser les subventions et d’en minimiser l’utilisation autant que possible. Et je comprends que certains comme ce jeune journaliste qui critique la plupart des journalistes d’être mal informés et de mal informer : https://www.youtube.com/watch?v=W5AJw5invEg

                              pensent le souci sans parti pris idéologique. Juste que je trouve dommage de ne pas remettre en question ce qui, entre autres, participe d’une certaine façon à ce que le sujet ne soit pas traité comme il l’aurait dû, comme il le devrait, considérant que tout est plus ou moins imbriqué, qu’il y a souci systémique.

                              A ce sujet, j’ai déjà partagé pas mal de docs, vous avez déjà dû comprendre mon avis dessus si vous avez pris le temps de regarder et lire, donc je rajoute que cet article au sujet de l’urgence : Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                              Et un article de critique des médias et idées pour du meilleur traitement d’informations, tant qu’il est encore temps : Démocratiser les grands médias : https://www.acrimed.org/Democratiser-les-grands-medias

                              Au passage, à propos de l’urgence et de stratégie, de ce qu’il faudrait faire, par « réalisme », certains sont catastrophistes, doomeurs, adeptes de l’effondrement, de la collapsologie. C’est aussi un sujet qui mériterait tout un développement pour cristalliser au mieux des courants de pensées, car il y a des nuances, des divergences. Mais en bref, de ce que j’ai compris, certains doomeurs le sont pour de bonnes raisons, se défendent d’être contre-productifs comme les climato-sceptiques et abondent dans le sens de certaines idées qui devraient être concrétisées, surtout que je m’interroge parfois sur les messages partagés par des doomeurs dont je consulte régulièrement les publications, où me semble y avoir à contredire, à débattre. Par exemple, la critique d’idées de solutions « toutes faites » sur le plan théorique du fait que comme quoi le désespoir serait en l’occurrence plus moteur d’action et constructif que l’espoir de changement sans avoir à rien changer par soi. Sauf que l’action pour l’action sans compréhension plus ou moins holistique de ce qu’il faudrait faire sur le plan systémique, de ce qui fait le jeu du statu quo, d’un quasi immobilisme, et cetera « attitudes » participant du réchauffement climatique, me semble pas tellement plus constructif, qu’il est important de penser « dans quel but et pour quelle fin ». Et que de ce point de vue, si il est vrai que le désespoir fait plus agir que l’espoir, le souci c’est qu’il n’est pas que question de nécessité de passer à l’action, il me semble. Et cela me semble d’autant plus important de penser l’horizon même si théorique pour le moment, que de ces doomeurs n’envisagent pas de possibilité de s’en sortir à cause de la nature humaine qui serait ceci ou cela. Ce qui me semble être une méprise, m’a fait repenser à la philosophie situationniste, l’importance de prendre conscience des circonstances, des jeux d’influence systémiques. Car le carnage d’animaux, la surexploitation des ressources et les effets délétères ne sont pas le propre de l’homme mais du fait du mode de fonctionnement d’une civilisation qui pourrait être autre, qui a été autre, qui est encore autre çà et là à notre ère, dans certains régions du monde, où des pays, des peuples ont un mode de fonctionnement plus harmonieux.

                              A ce sujet, au sujet de ce qui serait « du propre de l’homme », un article que j’ai déjà partagé mais que je remets au cas-où vous n’aviez pas encore eu le temps de le lire : Apologie de la mauvaise foi : L’inconsistante Apologie du carnivore de Dominique Lestel : https://www.cahiers-antispecistes.org/apologie-de-la-mauvaise-foi/

                              Aussi, certes, un autre système ne résoudra pas tous les problèmes du jour au lendemain, d’autant au stade où nous en sommes, mais il favoriserait de la « sobriété heureuse », et cetera. D’autant que si nous arrivions à révolutionner le système économique, cela impliquerait sûrement une prise de conscience générale de l’urgence de régler les soucis, de la conscience qu’il y a bien un réchauffement climatique en cours, et cetera.

                              Et une bonne raison de ne pas se contenter d’évoquer des « solutions techniques » mais de penser au système, c’est la prise en compte de l’influence des lobbies qui vont à l’encontre de l’intérêt général, sont allés contre nos intérêts, pour limiter l’influence d’intérêts privés sur ce qui concerne tous. Et que des idées de technologie ne sont pas plus écolo par essence, qu’elles peuvent être l’objet de greenwashing, que c’est relatif à un fonctionnement civilisationnel, la façon dont sont exploitées et partagées les ressources, avec prises en compte de diverses contraintes. Dans le genre, le « tout électrique » quand bien même l’énergie serait propre n’est pas la solution des solutions, cela doit être pensé par la façon d’orchestrer les ressources, la cité, et cetera. Et l’emprise au green washing se fait parce que commercialisés, non « contextualisé » par la « politique », sur le plan systémique. Parce qu’il y a les ressources nécessaires pour le bon fonctionnement du tout, et des limites, des pollutions à limiter, telles que minières. Une ingénieure géologue minier, spécialisée dans les risques environnementaux et sanitaires des filières minérales, Aurore Stéphant, me semble très bien l’expliquer au cours d’un entretien accordé à Thinkerview. L’entretien est long mais très intéressant et c’est un sujet qui me semble essentiel si l’on veut comprendre certaines difficultés pour les « transitions énergétiques » et l’idée, le besoin de penser le souci sur le plan politique, de l’orchestration avec révolution du fonctionnement économique :

                              Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ? : https://www.youtube.com/watch?v=FkiMqLD3_YQ

                              Bref, l’urgence, la difficulté de faire bouger les lignes me fait à la chanson d’une jeune chanteuse que j’aime bien : SOS de Maëlle : https://www.youtube.com/watch?v=DLiuFsIb50o

                              qui me fait penser au concept de « génération sacrifiée ». Je devais être au collège la première fois que j’ai entendu parler de cette notion. Il me semble que c’était un professeur qui en avait parlé, peut-être pour une dissertation ou devoir dessus, je ne sais plus du tout. Je ne suis même plus très sûr de ce qu’il entendait par là, si c’était ce qui semble être associé dans certaines thèses telles que : La jeunesse, génération sacrifiée ? : http://ses.ens-lyon.fr/articles/la-jeunesse-generation-sacrifiee–183364

                              Notion qui est contestée, contestable. Car en fait, contrairement au propos de « génération sacrifiée » au sens de conflit entre générations qui aurait pris le pas à la guerre des classes, de l’idée que nos parents seraient nos adversaires, d’autant par rapport au souci du réchauffement climatique, c’est un souci qui implique tous, d’autant si on croit aux réincarnations, à la vie après la mort. Et même sans y croire, peu sont dans l’état d’esprit « après moi, le déluge », et la raison me semble être autre des aînés adversaires.

                              En fait, le « laissé faire » déploré vient, je pense, du fait que :

                              – si la problématique était connue il y a des décennies, que des scientifiques comme Carl Sagan s’étaient exprimés à ce sujet, qui avait bien conscience de tout ce que cela impliquerait ? Des scientifiques travaillant pour les énergies fossiles auraient prédit avec une certaine précision les effets liés à l’utilisation des combustibles fossiles et le réchauffement climatique. Il y a plusieurs publications qui évoquent ce genre de scandale, tout en évoquant que ces prédictions ne prenaient pas en compte les phénomènes de rétroaction, et toujours est-il que certains étaient peut-être dans l’esprit « après moi, le déluge », corrompus par des intérêts à court terme, mais c’était pas le cas de tous. On pourrait accuser les politiques d’ignorance ou d’inconscience , d’être mal influencé par un système délétère, et les médias de masse idem, d’avoir mal fait leur sensibilisation sur le sujet, d’être complices d’une certaine façon, les critiquer comme le fait très bien l’association ACRIMED : https://www.acrimed.org/

                              Démocratiser les grands médias : https://www.acrimed.org/Democratiser-les-grands-medias

                              mais c’est pas une histoire de génération qui servirait ses intérêts au détriment d’une autre, et si de nos jours diverses associations et personnes tentent d’élever le niveau de conscience à l’urgence, il suffit de constater qu’un certain nombre de gens ; du fait de leurs préoccupations quotidiennes, des habitudes difficiles à changer, des influences systémiques faisant diversion, du sentiment d’impuissance individuelle, pour des raisons du genre ; sont encore mal informés, ou attentistes, pour comprendre que les générations actuelles ne sont pas tellement plus efficaces, même si quelques victoires, quelques avancées ;

                              – les gens sont souvent sensibilisés à se soucier du réchauffement climatique par leur consommation, des gestes individuels, en partie avec raison je dirais, tel l’intérêt du végétalisme, du véganisme, mais celles et ceux qui tentent de sensibiliser contre les plus gros pollueurs, de s’y opposer, sont montrés dans certains médias comme des gêneurs, et il y a tendance à sous-estimer la problématique systémique, et il est difficile de révolutionner une civilisation ;

                              – les lobbies ont été assez efficaces, le climato-scepticisme brouille les débats et les prises de conscience, après, quand vous avez un président qui lors d’une visite à des autochtones d’une île, use et abuse de langue de bois pour répondre à une question d’une jeune préoccupée par le réchauffement climatique – de ses effets telle que la montée des eaux – et nécessité d’une politique à la hauteur ; qu’il lui répond que son rôle c’est de faire en sorte que la génération de cette jeune puisse avoir les moyens de décider de leur sort une fois qu’ils auront le pouvoir, sous-entendant qu’il ferait tout son possible pour limiter les dégâts si on le croit sincère et prend le propos comme si il était vertueux, intègre, responsable, de quoi douter de sa sincérité ; de quoi y voir le souci d’une certaine inconscience – que pas mal d’autres semblent avoir – de la gravité de la situation et de la révolution nécessaire sans attendre une nouvelle génération, d’autant quand on sait toutes les critiques qu’il y aurait à faire contre la politique de son gouvernement et d’autres, sur le plan écologique ;

                              Et à titre personnel, j’ai parfois l’impression d’être un peu comme un Don Quichotte, que peu de gens sont prêts à entendre des discours évoquant l’urgence et ce qu’il faudrait faire et à agir en conséquence, même parmi celles et ceux qui ne sont pas climato-sceptiques.

                              Bref, j’avais l’intention d’évoquer ce genre de considération, de réflexions au cours d’une lettre au père Noël et aux « générations du réchauffement climatique », de dénoncer l’embrigadement à la consommation et à la diversion, exprimer avec quelques traits d’humour au cours d’une lettre que le plus beau cadeau que nous pourrions nous faire, ainsi qu’aux enfants, c’est un monde en voie vers de la pérennité, autant que faire se peut, et non pas faire le jeu du consumérisme. Mais je me suis laissé emporter par le fil des réflexions et j’ai dit le principal de ce qui m’est venu à l’esprit.

                              Au passage, je viens de voir que l’extra-terrestre le plus déjanté de toute la galaxie a republié une vidéo autour de ce genre de préoccupation : Le Père Noël a les BOULES ! : https://www.youtube.com/watch?v=bmUyeQouEuQ

                              Et à voir du journal de Personne : Une idée de cadeau pour Noël : https://www.youtube.com/watch?v=VaNvEmjxUMo

                              Diverses vidéos sur la thématique : https://www.youtube.com/@lejournaldepersonne/search?query=No%C3%ABl

                              Re bref, pour aujourd’hui, je ne vais pas écrire ces pensées sous forme de lettre au père Noël, et si j’avais une réflexion à ajouter, ce serait par rapport au végétalisme. Dans mon souvenir, au cours de l’article « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » il était remis en question le carnisme mais pas ce qui y est lié, l’exploitation animale pour de leurs produits. De ce que je viens de zyeuter, ce n’est pas son cas, cela doit être au cours d’un autre article de revue-ballast.

                              En tout cas, je pense à des adeptes d’une pensée attribuée à Léon Tolstoi en 1891 : « S’il cherche sérieusement et sincèrement la voie morale, la première dont l’homme se privera sera la nourriture animale ; car […] son usage est tout simplement immoral, car il exige une action contraire au sentiment de moralité – l’assassinat – et il n’est provoqué que par la gourmandise, la voracité. »

                              Que j’avais trouvée pertinente lors de ma transition au régime végé, qui me semble toujours être intéressante pour évoquer de l’éthique, comme une amorce, et qui était certainement véridique à son époque, mais qui mérite d’être relativisée de nos jours du fait de l’élevage intensif, pour de ce qui n’implique pas directement l’assassinat mais y est lié. Car que cela soit les produits laitiers non humains et la consommation d’œufs, et cetera, dans le cadre des marchés, il y a implication avec l’industrie mortifère, et qui cherche sérieusement et sincèrement la voie morale de nos jours devient végan, opte pour un régime végan s’il le peut, en pareilles circonstances, et pas seulement végétarien. Je pense que c’est objectivable.

                              La vie des poules pondeuses : https://www.l214.com/la-vie-des-poules-pondeuses

                              Intelligence et vie sociale des poules et des poulets : https://www.l214.com/intelligence-et-vie-sociale-des-poules-et-des-poulets

                              De nombreuses alternatives végétales permettent de remplacer les œufs pour de toutes les recettes : https://vegan-pratique.fr/cote-cuisine/remplacer-les-oeufs/

                              La vie des vaches laitières : https://www.l214.com/la-vie-des-vaches-laitieres

                              Conseils pour remplacer les produits laitiers : https://vegan-pratique.fr/cote-cuisine/remplacer-les-produits-laitiers/

                              Comprendre pourquoi et savoir comment remplacer le miel dans notre alimentation : https://vegan-pratique.fr/conseils-pratiques-vegan-pratique/le-miel/

                              Enfin, pour aujourd’hui, je terminerai par une pointe d’humour suivi par un catastrophisme en vers :

                              « Un repas chez un extraterrestre »

                              Un extraterrestre reçoit des convives humains. Après leur avoir présenté sa soucoupe à deux étages, vulgarisé le fonctionnement des moteurs, avoir atterri sur la lune de sorte à avoir une vue féerique sur la Terre, il leur sert un repas que tous savourent tout en discutant de tout et de rien. A la fin du repas :

                              Un convive : « C’était délicieux, j’ai particulièrement apprécié l’entrée, c’est une spécialité de votre planète ? Elle ressemble à… »

                              L’ extraterrestre : « Non, de la vôtre ! »

                              Le convive : « Ah ! Je me disais bien ! Vous avez repris la recette d’un de nos chefs ? »

                              L’ extraterrestre : « C’était un soufflé au fromage de lait d’humaine ! »

                              Le convive : « Quoi ? Euh… Yerk ! »

                              Un autre convive : « Euh, vous plaisantez, hein ? Vous nous donnerez la recette ? Et puis aussi du plat principal, je ne sais quelle est votre astuce pour la cuisson du pavé qui a accompagné les légumes, mais je n’ai pas souvenir d’avoir mangé jusqu’alors un de la chair aussi tendre et savoureuse. »

                              L’ extraterrestre : « Une plaisanterie ? Non. La recette ? Vous fécondez une femme humaine de sorte à ce qu’elle accouche un beau jour d’un bébé, vous lui pompez son lait et le faites cailler pour du fromage de lait d’humaine, et à la place de nourrir le bébé avec son lait, vous le faites grossir avec d’autres aliments en prenant soin de le masser tous les jours, et une fois bien dodu et bien tendre, couic, sur le grill ! »

                              Un autre convive : « Euh… Vous vous moquez de nous ? Vous jouez très bien l’air grave. Et ceci dit, j’ai trouvé aussi savoureux, délicieux, succulent le dessert, ne me dites pas que les meringues étaient à base d’œuf d’humaine ? Vous savez que cela n’existe pas ? Qu’on ne casse pas des ovaires comme des œufs ? Vous seriez pas crédible de chercher à nous le faire croire. »

                              L’ extraterrestre : « Pourquoi je vous mentirais ? Et si vous avez aimé, n’est-ce pas le principal ! Et quant aux meringues, non, elles sont à base d’aquafaba, de jus de cuisson de légumineuses de ma planète, juste que ce qui doit renforcer l’appréciation par votre palais, c’est un fourrage avec de la crème cacaotée à base de lait fermenté d’humaine. »

                              Le convive 1 : « De l’humour d’extraterrestre ? Et le principal, euh, ben, le manque d’éthique qui accompagnerait ces plats, si vous dites vrai, ferait qu’on ne les savourerait plus, qu’on ne voudrait plus en manger, nous en couperait l’appétit, que l’idée de dégoût de ce qui va avec serait plus fort que le sens des papilles, influerait sur notre appétit, n’en ferait plus des gourmandises mais des scènes de crimes. »

                              L’ extraterrestre : « Le manque d’éthique ? Du crime ? »

                              Le convive 3 : « Ben, rendre enceinte une humaine contre sa volonté, puis lui voler son bébé, puis tuer l’enfant, c’est des crimes ! »

                              L’ extraterrestre : « Des crimes chez les humains, vous n’êtes plus sur la Terre, là ! »

                              Le convive 2 : « Pour nous, cela ne change rien ! »

                              Le convive 1 : « Clairement rien, et nous qui vous preniez pour une espèce évoluée, sage, consciente. Vous avez conscience de votre inconscience ? Que nous avoir servi un tel repas casse tout effort diplomatique ? Que nous ne pouvons collaborer avec des criminels ?»

                              L’ extraterrestre éclatant de rire : « Ah ah ah ah ah !!! Vos airs de dégoûts, d’outrés…  Je devrais prendre une photo pour graver ce moment. »

                              Le convive 2 : « Ouf ! C’était donc bien une plaisanterie ? »

                              L’ extraterrestre : « Une plaisanterie ? On peut dire, si ce n’est que mon intention c’était pas tant de faire de l’humour, plus de vous faire prendre conscience de certaines de vos contradictions, de votre propre manque d’éthique, impulser une volonté de vous nourrir autrement. J’ai pensé que ce serait plus impactant que de vous faire tout un discours ! Car les autres animaux non humains et non extraterrestres n’en sont pas moins dénués de conscience d’être vivant, sont sentients, conscients, doués d’une âme comme nous, ont une qualité d’esprit, de logique qui vous surprendrait si vous pouviez les comprendre et communiquer comme il faudrait avec eux, et ils ne devraient pas être voués à subir toutes les horreurs que vous leur avez fait subir juste parce qu’ils ne peuvent se défendre et sont à votre merci, à votre merci de complices par votre consommation et vos politiques d’exploitation, de surexploitation des ressources, de ce qu’ils font de leur vivant sous contraintes et à en faire cadavres, quand vous n’êtes pas directement bourreaux. »

                              Le convive 3 : « Euh, mais donc, ce que nous avons mangé, c’étaient des produits non humains mais animaux ? Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? Ou comme j’imagine que vous êtes cohérent, que vous n’auriez pas osé une telle leçon sans l’être, c’étaient des aliments de synthèse grâce à votre technologie ? »

                              L’ extraterrestre : « Non, tout le repas était à base de plantes, végétalien, végan, c’est plus riche de possibilité de plats que vous ne deviez l’imaginer ! Et nutritionnellement, quand bien équilibré, que vous ne faites pas de multiples allergies, c’est aussi meilleur pour votre santé. »

                              Le convive 3 : « Oh ? On m’avait déjà rapporté que la cuisine végétalienne pouvait être bluffante, je ne savais pas à ce point, vous nous avez bien eus, chapeau ! »

                              Le convive 1 : « Ah, bien, hum, oui, vous avez certainement raison, pardon d’avoir mal jugé, mais euh… »

                              L’ extraterrestre : « Pas de mais qui tienne, j’ose espérer que vous avez bien pris conscience en votre cœur de nos idéaux ? De l’idéal végan antispéciste ? »

                              Les 3 convives : « Certes ! »

                              L’ extraterrestre : « Donc voilou, à votre tour de changer votre rapport aux animaux, aux écosystèmes, d’avoir un rapport plus respectueux, et donc de changer votre alimentation, de devenir végétalien. Et maintenant, je vous ramène sur Terre. »

                              Ainsi fut fait. Rêve ? Rêve ! Ainsi fut fait.

                              Et maintenant, le « catastrophisme en vers » : « Lettre à vous »

                              Qu’avons-nous fait de notre humanité ?
                              De notre âme d’être vivant, de création ?
                              Entre les slogans et les illusions,
                              les cataclysmes, les guerres et les marchés,
                              l’état vendeur et consommateur,
                              paroles, paroles, et le cœur ?!

                              Qu’avons-nous fait de notre cœur ?
                              De l’essentiel pour la vie sur terre,
                              de l’essence ciel à bonne heure ?
                              Le temps nous est compté, course d’ère,
                              entre comploteurs, collabos, complices, militants,
                              faites vos jeux, rien ne va plus, jusqu’à quand ?

                              Qu’avons-nous fait de nos idéaux ?
                              D’une quête de sens, en conscience.
                              Sous une montagne de papiers sans le cadeau
                              qui ferait de la civilisation pérenne fragrance ;
                              en fumée dans l’opium moderne, les illusions,
                              et les générations, montagnes russes pour horizon ?

                              Qu’avons-nous fait de nous ?
                              A subir, au fil des jours, le Capitalocène,
                              à rêver qu’il pourrait en être autrement, telle végane Cène,
                              en attendant, paralysés par sensation d’impuissance, à genoux ?
                              L’année à venir s’annonce encore terrible pour Gaza et le climat,
                              mais tant que nous restons incarnés, nous pouvons évoluer, fidèles à soi ;

                              Et un jour, même si le plus dur reste à faire ;
                              Et un jour, même si des jours d’enfer, de désert ;
                              Et un jour, même si il faudrait agir dès maintenant, sans tarder, qui sait ?
                              Haut les cœurs !, nous pouvons toujours énergies rassembler, prendre le temps
                              de limiter les dégâts, les hécatombes, l’extinction d’êtres incarnés,
                              dans les océans, sur terre et les airs, et la civilisation orchestrer autrement.

                              A la semaine prochaine !

                            • #448
                              Pascal LamachèrePascal Lamachère
                              Maître des clés

                                Bonjour,

                                j’ai l’impression que les fins d’année me sont de plus en plus difficiles. Je ne sais pas si c’est l’aspiration à être 100 % authentique et de ne plus vouloir participer à ce qui me semble de plus en plus des mascarades tout en ayant du mal à ne pas faire preuve de politesse envers celles et ceux qui envoient des « gentils mots », et donc d’avoir une certaine dissonance cognitive à souhaiter un « joyeux Noël », de bonnes fêtes alors que cela ne m’en est plus du fait de tout ce que je considère ne pas aller bien dans le monde : l’exploitation et le massacre des animaux, le mauvais sort fait à la Palestine (Bethléem : un Noël sous le signe du deuil : https://www.youtube.com/watch?v=DbM0dBMiCJQ ), l’inconscience à se laisser aller au consumérisme alors que le désastre climatique va frapper de plus en plus fort, et cetera. Peut-être avec le fait d’être de plus en plus sensible à la souffrance d’autrui, dont animale, et puis ma propre difficulté.

                                Par rapport au fait d’être de plus en plus sensible à la souffrance d’autrui, dont animale, je pense aux paroles d’un scientifique philosophe optimiste quant à l’avenir de l’humanité au-delà de certaines catastrophes, passées l’avènement de celles-ci, qui au cours d’un entretien expliquait que la situation dans le monde sur le plan des conflits n’était pas forcément pire qu’avant, que c’était nous qui étions de plus en plus sensibilisés et sensibles. Ce qui est peut-être le cas si on s’en tient aux « statistiques ». Car si d’aucuns ont théorisé qu’être exposé régulièrement à des mauvaises nouvelles ou images violentes peut anesthésier, participer de la « fabrique du consentement » à des politiques et coutumes « pas glop », et que cela aurait engendré un besoin de « surenchère » de la part des médias pour tenter de capter l’attention, voir le monde à travers les informations anxiogènes peut engendrer le « syndrome du grand méchant monde » et au contraire exacerber les émotions plus qu’y accoutumer.

                                La France a peur : le syndrome du grand méchant monde : https://www.youtube.com/watch?v=8WiiqssAME4

                                Si ce n’est que si niveau conflits, ce n’est peut-être pas globalement pire qu’avant, on peut considérer que la situation pour les Palestiniens est de plus en plus compliquée, et cela ne rend pas plus acceptable l’hécatombe des animaux par celles et ceux qui n’ont pas encore appris à se passer de ce qui provient de leur exploitation et de leurs cadavres cuisinés.

                                « Chaque année, on tue plus d’animaux qu’il y a eu de morts durant toutes les guerres de l’humanité » : https://coteboudreau.com/2014/03/12/morts-danimaux-par-annee-et-morts-durant-guerres/

                                Et objectivement, la situation écologique s’est aggravée, s’aggrave, il y a des extinctions de masse. De ce point de vue, il y a de plus en plus de victimes.

                                Et si il est vrai que le danger de s’abreuver des mauvaises nouvelles c’est de potentiellement rendre contre-productif, amer,

                                telle la citation : « Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour. »

                                et que de la gentillesse, des « attitudes positives » ont du pouvoir de rendre le monde meilleur dans l’état d’esprit, que les bonnes, les belles attitudes comme les mauvaises sont contagieuses d’une manière ou d’une autre,

                                et que « sourire à la vie » peut s’apprendre jusqu’à en devenir sincère, il me semble important de ne pas jouer encore et toujours au clown triste, de ne pas refouler quand ça ne va pas, de se confier à au moins une autre personne que soi et de s’appliquer de temps en temps à de la cathartique d’une manière ou d’une autre.

                                Comment ça va ?, chanson de Kery James : https://www.youtube.com/watch?v=-yHjiWWVvEg

                                Bref, in fine, ma préoccupation pour le concret, le « réalisme », tendrait à me faire réfléchir sur ce qui devrait être fait et serait faisable, avoir conscience de la différence.

                                Toutefois, j’ai lu au cours de la semaine des considérations qui m’ont refait penser à la citation attribuée à Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. », et à l’importance de la « manière », de « l’état d’esprit ».

                                Bien entendu, cela ne concerne pas tant les impossibilités par essence, tel que vouloir voler avec ses bras tel quel à en imiter « vol au-dessus d’un nid de coucou », mais d’action. Et mais dans la lutte contre le dérèglement climatique, divers soucis écologiques causés par le Capitalocène, la frontière est floue, il me semble qu’on peut considérer qu’il y a tendance à présumer sans pouvoir – malgré la prétention holistique – être certain d’avoir raison ou tort. Et même si pour certains cas, en écoutant des experts, comme évoqué la semaine dernière, tout un chacun me semble pouvoir réaliser ce qui serait ou non faisable, pour d’autres cas, cela me semble moins évident.

                                Dans le genre, zyeuté une publication d’un monsieur prétendant démontrer, à base de « et si, mais et même si », que l’humanité, l’espèce humaine aurait été vouée à provoquer du réchauffement climatique, de l’extinction de masse. Le genre de spéculation qu’il est difficile de contredire sans tomber soi-même dans la spéculation, sans être certain de pouvoir avoir raison. Toutefois, si, à moins de posséder une machine à voyager dans le temps et qu’il serait possible de changer le cours des événements « pas glops » sans créer d’univers parallèle, cela peut paraître vain de nourrir des regrets sur ce que nous aurions pu faire, un système alternatif, et cetera, cela prend son sens en terme de prendre conscience des « erreurs », de potentialité pour de la pérennité, de ce qui pourrait être fait, de ce qui devrait être fait en tout cas. Et même si il est trop tard pour éviter des catastrophes, cela aurait de son importance.

                                A ce propos, déjà évoqué des thèses, une du genre : « Donella Meadows : On m’a demandé de parler des systèmes et de la durabilité pour dire comment pouvons-nous vivre de bonnes vies pour tout le monde sur cette planète d’une manière qui préserve le fonctionnement de la planète et de toutes les autres créatures. Dans la mesure où j’ai un rôle, je suppose que c’est d’essayer de le voir dans son ensemble, d’essayer de voir les systèmes dans leur ensemble. C’est en grande partie parce que j’ai rencontré au début de ma vie des gens qui avaient des outils système et qui m’ont appris à les utiliser pour imaginer, penser, simuler pour comprendre les systèmes dans leur ensemble. »

                                Extrait introduction de la transcription de l’épisode 23 de la série « Revolution Now! », à propos du souci pour la durabilité et des ressources (desquelles les animaux et ce qui en provient ne devraient être considérés comme telles) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode23-staycationing-9jlk7-pcw4k-rctmc-rg7sy-mcwy5-bnfg8-xjkwd-ygamp-c29ts-sswe2-2ygh3-gzs5y-xed9s-yej53-5rsp9-2dh2m-b6btk-khrg8-abt3w-7c6px-dt9mc-372p2-233jt

                                La transcription se trouve après la vidéo. Pour la traduction (à savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire chapitres par chapitres l’article d’origine) : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode23-staycationing-9jlk7-pcw4k-rctmc-rg7sy-mcwy5-bnfg8-xjkwd-ygamp-c29ts-sswe2-2ygh3-gzs5y-xed9s-yej53-5rsp9-2dh2m-b6btk-khrg8-abt3w-7c6px-dt9mc-372p2-233jt?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

                                Zoopolis — penser une société sans exploitation animale : https://www.revue-ballast.fr/zoopolis-penser-une-societe-sans-exploitation-animale/

                                Et ce qui m’a amené à penser à l’importance de l’« art et la manière », de « l’état d’esprit », du cadre, de relativiser le concret, l’aspect pratique en fonction de la situation, c’est que quand bien même l’auteur de la spéculation devait avoir raison sur ses différents scénarios qui auraient engendré d’une manière ou d’une autre l’extinction,

                                il y a des nuances qui me semblent faire toute la différence.

                                C’est-à-dire que même si diverses voies mènent au bord du gouffre, font ploufer le Titanic, il me semble qu’on peut au moins s’accorder sur l’idée que des événements avant l’instant fatidique ne seraient pas les mêmes, que cela pourrait influer sur les comportements et la façon de s’organiser au cours des catastrophes climatiques, et que ce n’est pas sans importance.

                                Un peu comme ce qui fait divers maux dans les pays, ce serait moins la pauvreté que des inégalités iniques, de cause à effets, tel que l’explique ce monsieur, si je me souviens bien : Comment les inégalités économiques nuisent aux sociétés (vostfr disponibles, sous-titres à activer s’ils ne s’affichent pas, bas droite de la barre de lecture, à gauche du ptit engrenage)  : https://www.youtube.com/watch?v=cZ7LzE3u7Bw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=50

                                Aussi, même si la crise écologique est complexe, difficile ou même si elle était impossible à résoudre, il reste de très bonnes raisons de révolutionner l’économie, de respecter la vie animale, et cetera.

                                Et je ne parle pas tant d’adhérer à un dogme religieux en particulier, et encore moins de s’arranger avec des propos théoriques pour une nouvelle tambouille idéologique, surtout quelques principes pour commencer, avec en tête un idéal systémique.

                                Je pense à une formule de sagesse qui peut paraître convenue, fourre-tout, voire surannée quand non contextualisée, assénée de manière généraliste : « L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage. »
                                Et de Confucius : « Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir. »

                                Qui à mon sens prend tout son sens en considérant la problématique systémique, quand bien même ce serait mission impossible de faire en sorte qu’une civilisation soit pérenne dans le monde incarné, au fil du temps, pour une raison ou une autre. Et foutu pour foutu, cela me semble plus constructif de faire l’effort d’organiser la civilisation autrement que par le Capitalocène, de servir des idéaux, de s’y appliquer, que de faire dans le survivalisme ou le catastrophisme et préjuger à en faire le jeu des rouages du Capitalocène.

                                Aussi, d’aucuns considèrent que l’état d’esprit au moment de mourir a son importance, qu’être tourmenté impacterait du cheminement de l’âme après la mort. Même si vous n’y croyez pas, vous serez sûrement d’accord avec l’idée que même si les corps expirent à un moment ou un autre, il vaut mieux expirer le cœur léger que rongé par tout un tas de maux d’âme.

                                Au passage, c’est le genre de thématique que je comptais aborder, la spiritualité, les phénomènes paranormaux et OVNI, et que j’essayerai d’évoquer vendredi prochain, ou au cours de l’année 2024.

                                J’ai beau me dire que tant que nous n’avons pas mis en place un système perenne, à se préoccuper pour base de ce qui est vital, essentiel, à cultiver des principes tel que le véganisme antispécisme, de la zoopolis, le reste est distraction, une forme de divertissement, l’un n’empêche pas forcément l’autre, et c’est le genre de sujet souvent maltraité (en partie à cause des canulars et impostures) par les médias de masse et des alternatifs alors que passionnant, d’autant qu’ils auraient partie liée avec ce que nous sommes en tant qu’être, des mystères de l’Histoire de l’humanité et de la vie sur terre.

                                Et en fait, je ne l’avais jusqu’à présent tout juste évoqué pour ce genre de raison, avec aussi le fait que c’est délicat à traiter, en partie du fait que je suis novice, et donc en partie du temps à prendre pour démêler les canulars des « faits surprenants », mais j’aurais des réflexions à vous partager. Car c’est des sujets qui me semblent mériter mieux qu’un canular par un Rémi Gaillard (dont je salue l’effort de vouloir attirer l’attention sur la cause animale, et cetera, mais qui pour le coup aurait peut-être mieux fait de s’informer sérieusement sur le sujet OVNI) et que des anathèmes par des « zététiciens » manquant peut-être bien d’esprit critique à l’égard de leurs propres critiques, de leur jugement péremptoire, et il me semble avoir fait le tour des principales considération autour, suffisamment pour vous en faire une sorte de synthèse (du moins pour les OVNI, et pas de tous les cas d’observation mais de « courants de pensée »).

                                2023 soupire,
                                2024 en ligne de mire,

                                Bonne fin de 2023, à vendredi prochain !

                              • #449
                                Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                Maître des clés

                                  photographie selfie dans une cuisine avec livres Vous êtes l'évolution de Mr Mondialisation ; t-shirt de l’association L214 ; livres sur les ovnis, le paranormal ; l'antispécisme, pour la cause animale ; recettes de cuisines véganes pour les fêtes et recettes rapides à faire pour étudiants et compagnie ; carte postale de Le Voyage de Chihiro ; livres écologiques, livrets sur l'écologie ; sur l'économie, dont pour le communisme ; de militance pour les nouveaux droits de l'homme ; livre d'enquête journalistique contre la covid 19, conseils de lutte de la planète contre le coronavirus ; livre sur la vie des Poissons, leur intelligence, et cetera ; livre santé contre le mal du sucre ; livres sur le cas Julian Assange, de son histoire et les scandales politiques ; livre de Revue Ballast sur divers sujets de militance ; verre gobelet de l'Univers Harry Potter, sur Poudlard et avec la chouette Hedwige, une tasse de la cabine à voyager dans le temps de la série télévisée Doctor Who, et cetera

                                  Bonjour,

                                  depuis quelques années, je ne participe plus trop à la coutume de souhaiter la bonne année, du fait du massacre d’animaux qui a précédé et des difficultés qui à priori attendent tous les êtres vivants sur Terre, sauf surtout la souhaiter quand elle me l’est souhaitée, y répondre. Donc je laisse pour le coup ici la parole à d’autres : Ziad Medoukh : “Meilleurs voeux de Gaza la détruite” : https://www.youtube.com/watch?v=2pIv6A47EWU

                                  Message rappel de Peter Joseph pour ce début d’année 2024 : Tous les systèmes de survie sont en déclin : https://www.instagram.com/p/C1jHao3uIIo/

                                  Du journal de Personne : Le feu au paradis : https://www.youtube.com/watch?v=xIXWKw1PqDc

                                  Et je vous souhaite surtout de vivre de très bons moments végans et vous souhaite bon courage.

                                  Ceci précisé, avant d’évoquer les Ovnis, je voudrais revenir sur de ce que j’ai écrit la semaine dernière. Certains sonneurs d’alerte de l’urgence climatique me semblent très bien sensibiliser, très bien expliquer des soucis et potentielles solutions, tel ce monsieur : https://twitter.com/PCarterClimate

                                  En revanche, d’autres me semblent être contre-productifs à parfois en troller comme les climato-sceptiques dans un certain nombre de leurs messages, quand bien même ils s’en défendent de temps en temps en évoquant de ce qu’ils pensent qu’il faudrait faire.
                                  C’est à la lecture de leurs messages qu’on réalise que malgré toute la « littérature » et la matière à penser, et des points communs tel que s’accorder sur la réalité du Capitalocène, il n’y a pas toujours vraiment de consensus sur les solutions et difficulté à rationaliser les considérations sur un sujet. Je veux dire, le pire c’est qu’ils semblent être d’accord sur ce qui devrait être fait, les actions à mener, semblent ne rien avoir contre ces idéaux, c’est surtout que considérant que ce n’est pas faisable étant donné les « forces en présence » et le stade de civilisation, que c’est des idées pas généralisables pour ce genre de raison, par « réalisme » ils jouent les réactionnaires et font les jeux de ces mêmes « forces ». Impression que j’en ai.

                                  En fait, même si ils devaient avoir raison in fine, c’est comme si ils sabordaient les efforts sans avoir essayer, sans militer clairement et fermement pour de ces idéaux, pour des idées d’action du genre. À croire qu’ils se cherchent des excuses parce qu’eux-même ont du mal à remettre en question leurs « mauvaises habitudes ». Ceci expliquerait cela.

                                  Bref, je repense que la citation attribuée à Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. », est tout à fait à propos dans ce genre de cas.

                                  Aussi, si j’avais un conseil à donner aux générations actuelles et à venir, par rapport aux effets délétères d’une « économie non économique », tel que contre le réchauffement climatique, ce serait de s’informer au mieux sur les problèmes et solutions théoriques, et de se concentrer sur ce qui devrait être fait, ne pas se laisser gagner par le fatalisme et le « réalisme », d’éviter le danger de ressasser les soucis de manière attentiste, faire dans le « catastrophisme » sans action.

                                  Et puis au passage, cela me fait repenser au propos de Bill Gates sur la rationalité et ce qui participerait du manque de rationalité déploré.

                                  Et en y re réfléchissant, après avoir relu et écouté des thèses de zététiciens ayant la prétention d’être gardien de la rationalité alors qu’ils tiennent parfois des propos contestables, si je pense qu’être « rationnel » cela s’apprend, qu’il y a une méthode, à la base, je dirais surtout qu’il faut cultiver la conscience des limites de son savoir, avoir conscience que nous ne connaissons pas toujours bien les faits et que les interprétations y sont relatives, et que nous avons pu écrire et dire des bêtises du fait de notre méconnaissance à un moment donné, et que pour ne pas mal juger, il vaut mieux éviter d’être trop généraliste quand le sujet est à prendre au cas par cas, et éviter de raisonner sans une connaissance affûtée de « faits », si je puis dire.

                                  Je pense en particulier à un qui évoquait le souci de l’abus d’argument d’autorité pour principal argument de la part de celles et ceux considérés comme ayant tort au regard des « connaissances actualisées ». Tels que les climato-sceptiques. De ce que j’en sais, je suis d’accord avec lui sur des réflexions, mais sur d’autres, je l’ai trouvé un peu trop généraliste, contestable à juger de la sorte diverses croyances, comme si il faisait lui-même abus d’argument d’autorité.

                                  Peut-être que c’est moi qui ai tort, que mes connaissances ne sont pas à jour, que j’accorde du crédit à des thèses contestables. Mais je dirais que ce qui rend difficile une bonne compréhension de certains sujets, à avoir raison, c’est les assertions diverses et variées sans pouvoir être certain de qui dit vrai quand on a pas trop le temps de prendre le temps d’étudier en profondeur, au cas par cas, et que des adeptes de la zététique n’aident pas forcément à une meilleure compréhension que celles et ceux qui gobent des propos paraissant sensés mais faux (et s’en étant fait porte-voix sans avoir pris le temps de faire une « enquête rationnelle »), du fait qu’ils peuvent faire eux-mêmes des biais, préjuger, se méprendre, accorder du crédit à des thèses contestables, ne pas mettre à jour leur propre connaissance. Ou parfois que les analyses et études qu’il faudrait faire n’auraient pas encore été faites et qu’ils préjugent en se basant sur la doxa. Ou que nous, que la plupart qui dissertent et extrapolent autour, en avons pas connaissance.

                                  Alors je ne suis pas pour faire comme en Chine où les influenceurs seraient obligés de disposer d’une certification pour parler de certains sujets, juste que je trouve dommage que nous disposions d’un outil qui pourrait favoriser « l’actualisation des connaissances » mais où y a beaucoup d’intox, d’hoax, quand le souci ne vient pas du fait que des « informations pertinentes » sont peu médiatisées du fait de la masse d’informations publiées sur internet, et de la « consommation » de tout un chacun, avec propension à l’instantanéité et à surfer rapidement. J’avais zyeuté un article évoquant des chiffres astronomiques de données publiées sur internet chaque jour, textuelles et d’images, mettant en perspective avec les publications jusqu’alors. Pas retrouvé de la petite recherche que je viens de faire, surtout des articles évoquant l’évolution des « usages des outils digitaux ».

                                  A propos d’évolution, il y a eu au cours de 2023 développement d’intelligence artificielle qui pourrait potentiellement faire office d’encyclopédie, si ce n’est que de la même façon que de ce qui est publié sur wikipedia est parfois critiqué, je doute qu’une intelligence artificielle permette de dégager une connaissance à jour « pertinente » sur tous les sujets, d’autant que dépendante des informations qui lui sont soumises. Et que sur des sujets particuliers l’IA peut être pris en défaut. Peut-être que je serai surpris un jour ou l’autre, que cela ne sera plus le cas, mais j’en doute.

                                  Après, le souci vient probablement des intérêts à ce qui participe de la désinformation, de la mal information, du fonctionnement de certains médias, des « partis pris contestables », ne concerne pas qu’internet, et que l’IA pris en défaut reflète les défauts dans notre rapport à la connaissance, et puis que c’est relatif, évolue en fonction des remises en questions. Je pense notamment à un professeur de philosophie qui critiquait des philosophes médiatisés : https://www.youtube.com/watch?v=jSWFkGY6O-0

                                  Et sur certains sujets, ce qui manque probablement c’est les revues à comité de lecture.

                                  Par exemple, sur le paranormal, de ce que j’ai compris, des « zététiciens » sont beaucoup critiques mais sans forcément jouer le jeu d’une enquête approfondie sans parti pris et du comité de lecture qui éviterait des assertions avec arguments bancals. Sachant que le fait qu’il y ait pu avoir des canulars, des charlatans, une difficulté à prouver à la demande, n’en fait pas un sujet à dézinguer, que des études peuvent être menées, même si après les interprétations peuvent être sujet à discussions.

                                  Si vous voulez approfondir, vous trouverez des articles à ce sujet sur ce groupe Facebook : Phantasmagoria : paranormal, hantises, poltergeists et apparitions : https://www.facebook.com/groups/1192040898138293

                                  Et ceci écrit, j’en viens au sujet Ovni.

                                  En préambule, je pense important de garder à l’esprit que c’est le genre de sujet où, à moins d’avoir été témoin, d’être allé sur le terrain, on est dépendant des « on dit », qu’on peut facilement être mené en bateau. Toutefois, j’allais ajouter que contrairement aux phénomènes qualifiés de paranormaux qui peuvent potentiellement être étudiés même si études limitées aux outils du moment, à ce qui peut être mesuré et relatives aux interprétations, le sujet Ovni est délicat à évoquer car ne repose que sur des témoignages, mais en fait, il existerait des traces et des études de ces traces.

                                  Ceci précisé, même si je suis novice, j’ai lu ce qui me semble être les principales thèses généralistes, et pour synthétiser des courants de considération sur le sujet Ovni :

                                  – il y a les complotistes qui considèrent que le sujet Ovni serait issu d’une cabale pour mettre en place un nouvel ordre mondial, le Projet Blue Beam : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Blue_Beam ;

                                  – je me souviens avoir lu que certains accordaient peu de crédit à des dossiers déclassifiés de services secrets et donc à certains cas et témoignages, mais je ne me souviens plus des arguments, je crois que question de guerre froide, de désinformation, de diversions ou de volonté de faire tourner le complexe militaro-industrielle, et / ou de programmes secrets humains. J’ai pas retrouvé pour l’accusation de désinformation entre services secrets, je me souviens surtout que cela m’avait semblé être une accusation sans preuve et éludant l’existence de dossiers crédibles. Pour ce qui est du rapport à la guerre froide et programmes secrets : Histoire. Les ovnis, un produit de la guerre froide : https://www.courrierinternational.com/article/histoire-les-ovnis-un-produit-de-la-guerre-froide ;

                                  – par-delà les canulars, il y a des témoignages d’observations, de rencontres d’entités et d’abduction, aussi il y a celles et ceux qui croient que des gouvernements cachent des rencontres, voire des corps extraterrestres et des soucoupes, de leurs vaisseaux, ont fait de la rétro-ingénierie, tel un américain colonel de l’armée de l’air américaine dont les allégations ne sont à ce jour pas officiellement prouvées, et certains vont jusqu’à croire aux anciens astronautes, voire en l’existence d’une confédération ;

                                  – il y a celles et ceux qui n’ont pas d’avis définitif, s’intéressent aux témoignages, aux dossiers déclassifiés, tentent de faire la part des choses et considèrent que le dossier Ovni est un sujet polymorphe, et donc à traiter au cas par cas, et sont prudents quant à l’interprétation, au traitement et potentielles instrumentalisation du sujet par les politiques ;

                                  Concernant les preuves filmées d’Ovni, sur internet il y a beaucoup de fakes, de canulars, mais il existerait des vidéos et photos authentiques.
                                  Un « fait » qui me semble important, c’est de savoir si oui ou non des Ovnis ont des comportements, vitesse et mouvements, défiant les capacités technologiques humaines. Certains avancent que oui, d’autres considèrent qu’après enquête, non, tel ce monsieur évoquant des programmes secrets : Le Lab Secret s03 ep01 : https://www.youtube.com/watch?v=9SN4QaznGK0
                                  Je serais curieux d’écouter un débat au cas par cas plus que des considérations généralistes. D’autant que ce qui revient des témoignages, c’est l’absence de moyen de propulsion apparent, et rien que cela c’est surprenant.

                                  Et à quel point notre imagination et à être habitué à l’acceptation de certaines prouesses technologiques par le raisonnement nous fait « normaliser » ce qui sort de l’ordinaire ?

                                  Je pense notamment à une observation que j’ai faite il y a quelques années, alors que je testais un nouvel appareil photo, sa fonction vidéo, en soirée. J’ai vu à un moment donné un engin volant, j’ai alors pris mon appareil pour tenter de zoomer dessus et le filmer, il a suivi une trajectoire qui m’a semblé un peu bizarre, qui m’a surpris, et j’ai finalement pas pu le filmer car il y avait des branches d’arbre, j’avais pas une vue dégagée sur tout le ciel. Sur le coup, mon observation m’a semblé anecdotique, mais le lendemain ou quelques jours plus tard, en discutant avec mon frère aîné, j’apprends qu’un média mainstream a évoqué une observation d’Ovni et me montre une vidéo d’un passant devant le lune qui m’a fait penser à ce que j’avais vu. Je me suis dis alors que j’avais peut-être vu un Ovni, encore qu’il ressemblait à des engins qui auraient été à l’essai et que les prototypes militaires pourraient de plus en plus être confondus avec des Ovnis.

                                  Toujours est-il qu’il y aurait eu des observations qualifiées d’extraordinaires et des traces extraordinaires, que c’est à considérer au cas par cas.

                                  Après, au final, ce qui assez frustrant, c’est qu’on est dans l’expectative sur ce genre de dossier. Et peut-être d’autant plus pour les enquêteurs et les témoins. Ne serait-ce que pour parler de leur expérience qui concerne d’une certaine façon ce que nous considérons la « réalité terrestre », notre place dans l’univers à commencer par sur terre (petit rappel au passage : l’humanité n’est pas la seule espèce vivante sur Terre douée de conscience, d’âme, et de ce qui va avec, les animaux en général en auraient aussi : Apologie de la mauvaise foi : L’inconsistante Apologie du carnivore de Dominique Lestel : https://www.cahiers-antispecistes.org/apologie-de-la-mauvaise-foi/ ;
                                  et pour celles et ceux pas encore végans : En janvier, saute dans le Veganuary : Le challenge vegan à ne pas rater ! : https://vegan-pratique.fr/veganuary/ ). Car quand bien même l’étude de traces corrobore l’observation et laisse à penser l’existence d’entités et d’engins aux capacités extraordinaires, celles et ceux qui n’ont pas étudié sérieusement leur cas et n’ont jamais été témoin direct ont de quoi être sceptique dans nos pays, nos cultures. Alors il y a peut-être eu évolution sur la façon dont est considéré le sujet, de nos jours il est peut-être de nouveau pris plus au sérieux par de plus en plus de gens : des officiels encourageraient les témoignages, des officines chargées du recueillement et de l’étude. Si ce n’est que les amateurs restent frustrés, avec impression que le chaud et le froid est soufflé, ou tout du moins qu’il n’y a toujours pas une vraie transparence du fait des secrets d’état.

                                  Bref, il y a divers livres traitant d’Ovni et de cas qui laissent songeurs. N’ayant pas encore beaucoup lu, je ne puis vous en conseiller en particulier. Mais deux que j’ai pris en photo : « Zones Paranormales » de Joslan F. Keller où il y a des cas évoqués, et « OVNI , les 12 dossiers que le Pentagone ne s’explique pas » de Egon Kragel. Un autre que j’ai et qui me semble très bien aussi, pas ajouté dans la scène prise en photo du fait que plus trop de place : « La fabuleuse histoire des OVNIs Enquêtes inédites » de David Galley et Christian Doumergue.

                                  BTLV, un média qui a consacré avec de ces auteurs et d’autres intervenants des émissions au sujet des Ovnis et à divers cas : https://www.youtube.com/@BobVousDitTouteLaVerite/streams

                                  Et je n’ai pas encore lu de leurs livres, mais deux intervenants me semblent aussi avoir fait un travail d’enquête sérieux et exhaustif sur les dossiers qu’ils évoquent, ont fait des émissions comptes rendus de leurs recherches : François et Paola Garijo.

                                  Pour finir le message de ce vendredi, retour aux préoccupations écologiques, éthiques et sociales de notre ère, je vous invite à lire le livre « Vous êtes l’évolution » de l’équipe Mr Mondialisation, en prendre connaissance d’une manière ou d’une autre (si j’ai bien compris, la version audio du livre est en préparation).

                                  Présentation du livre : https://www.youtube.com/watch?v=Z3v1DnCjNSs

                                  Le site du média de Mr Mondialisation, si vous ne connaissez pas encore : https://mrmondialisation.org

                                  Bon week-end, à vendredi prochain !

                                • #450
                                  Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                  Maître des clés

                                    Bonjour,

                                    le 24 décembre 2023 j’ai eu 47 ans, et cette année 2024, mon frère aîné va avoir 50 ans, ce qui m’a amené à penser au « temps » qui passe. Pas tant par angoisse, une crise de la 40ène à retardement, plus par rapport à des préoccupations. Je vous épargne un bilan de vie (qui a dit « ouf ! » ?), mais cela fait très longtemps que je n’ai pas voyagé en corps, on pourrait considérer que je suis devenu surtout observateur avant de me mettre à claviarder diverses réflexions sur ce fil, essayant de suivre au mieux les envolées de la chouette de Minerve, et si je devais faire un constat, ben, suffit de lire tout ce que j’ai écrit et de lire et regarder les doc’s suggérés ! Lol. Mais pour synthétiser : suffit de comprendre l’urgence liée au réchauffement climatique, les soucis évoqués, en avoir conscience, dont à quel point nous sommes jusqu’à présent collectivement pas à la hauteur en terme de solution à appliquer, à mettre en place, du fait du fonctionnement systémique semblant nous embarquer par ses rouages pour « excuse » / explications, pouvant donner la sensation d’impuissance personnelle, de fatalité.

                                    Mr Mondialisation a partagé sur son compte instagram un montage reprenant une photo prise lors du passage de 2023 à 2024 ayant fait le buzz, qui fait ce genre de constat, le résume très bien en une image : https://www.instagram.com/p/C1xQ-eKpTSf/

                                    Alors de prime abord, par esprit de contradiction, pour justification, on pourrait y voir surtout des gens qui n’étaient pas avec la plupart de leurs proches pour cette fin d’année, voulaient aussi partager le moment avec d’autres de leurs connaissances, trouver de « bonnes raisons ».

                                    Et en ce qui me concerne, c’est peut-être parce que je partage le constat tout en trouvant dommage de ne pas se concentrer sur des solutions que l’image n’a pas dans un premier temps suscitée d’autres réflexions dans mon esprit. Je pense à ce propos à des paroles de la chanson « S. Clair » d’Armens que j’écoutais beaucoup dans ma « jeunesse » :

                                    « Avant de parler pouvoir juger
                                    Tomber le costume de ton mépris
                                    D’une question enfanter ce cri
                                    C’est un credo facile de toujours dénoncer
                                    Sans jamais proposer de solution »

                                    Tout en sachant que ces paroles ne visent pas la publication de Mr Mondialisation, ni lui-même dont les idées de solution ne manquent pas dans le livre et au fil des publications du site. Je l’évoque juste car cette chanson m’avait marqué dans ma jeunesse, que ses paroles me sont revenues à l’esprit même si cela fait longtemps que je ne l’ai pas écoutée. Peut-être plus comme un rappel à moi-même, on pourrait le considérer.

                                    Après, je ne sais pas si c’est en y re réfléchissant ou si c’est en zyeutant la vidéo partagée par un internaute expliquant que ce n’était pas un fake, qui m’a suscitée le plus « d’émotions » : https://www.instagram.com/reel/C1mcZqPRstE/?igsh=dWFvejRkODdjdDZx

                                    mais cela m’a fait relativiser la pensée de la semaine dernière sur les doomeurs que j’ai trouvés parfois « contre-productifs ».

                                    Bref, ce qui m’est venu à l’esprit en re réfléchissant à la vue de la vidéo, de l’image :

                                    – nous sommes devenus une civilisation, une société d’abondance d’objets électroniques, avec divers scandales dans le cadre de l’exploitation néolibérale, telle que l’obsolescence programmée (il y a à priori beaucoup plus de smartphones en circulation, en état de marche, que d’humains dans le monde !), tel que pour l’extraction du cobalt ; le genre de scandales dénoncés dans des documentaires de journalistes qui ont enquêté, qui ont fait le buzz un temps avant que d’autres préoccupations prennent la place, que l’attention collective se porte ailleurs sans que le souci soit forcément réglé ;

                                    – qui parmi tous ces spectateurs se soucie de l’impact écologique des feux d’artifice ? ;

                                    – nous sommes dans une civilisation où il y a une abondance de divertissement, de diversion, et si on pourrait considérer que cela n’empêche pas d’ensuite se préoccuper de l’essentiel, que s’aérer l’esprit un moment n’empêche pas d’être conscient de soucis et de militer pour des solutions, qui le fait, qui le fera ? En acte, pour le moment, on est pas rendu, comme qui dirait, malgré l’urgence ;

                                    Aussi, après, comme c’est développé au cours du livre « Vous êtes l’évolution », il convient de comprendre les problèmes de fond, de ne pas se tromper de soucis, militer pour de ce qui ferait solution, de la « justice environnementale », sociale, pour l’humanité, les animaux, tenter d’établir une forme de pérennité dans le fonctionnement des écosystèmes, ou tout du moins pour commencer, s’attacher à limiter les dégâts, impulser une révolution de l’économie, pour de l’éthique ayant cet objectif.

                                    Dans le genre, lu de nouveau des médias évoquer le souci autour des prix, de l’inflation, du scandale de ce qui y participerait. C’est certainement le genre de sujet qui mériterait d’être traité au cas par cas, toujours est-il que pour vulgariser, si il est vrai que le profit aux actionnaires, le financement des « parachutes dorés », et cetera, sont critiquables, contestables, dans certains cas il n’y a pas que la flambée des prix inique qui pose problème et qui mériterait d’être dénoncé, évoqué.

                                    Dans le genre, des responsables d’un supermarché avaient affiché le « vrai coût » des produits à côté du prix officiel afin de sensibiliser leurs clients à la cause environnementale : « Environnement : en Allemagne, un supermarché affiche le vrai coût des produits » : https://www.consoglobe.com/environnement-supermarche-prix-cg

                                    Bon, ces « vrais coûts » sont relatifs à un système même si ils prennent en compte le souci environnemental, et je pense que la solution devrait être systémique plutôt que donner le relatif choix de consommation. Juste que cela reflète le souci des « coûts environnementaux ».

                                    Et niveau « coûts environnementaux », le Capitalocène est en train de provoquer une extinction de masse d’individus et d’espèces, et cela ne fait pas de mal de le rappeler.

                                    Et puis là où aussi c’est certainement injuste de qualifier les catastrophistes sensibilisant au réchauffement climatique d’être « contre-productif », c’est qu’évoquer les solutions théoriques ne les fait pas se réaliser dans la foulée. Ce serait génial, mais force est de constater la difficulté de changement, d’évolution, de révolution de l’économie vers une « économie qui serait économique », qui prendrait en compte les contraintes environnementales et éthique, c’est-à-dire végane, antispéciste, non capitaliste, ne subventionnant plus les énergies fossiles, et cetera. Et qu’il ne devrait plus être question de « fenêtre d’opportunités », qu’il faudrait agir sans plus attendre.

                                    Toutefois, je pense important de garder à l’esprit de l’objectif, des idéaux, de se concentrer sur des idées de solution tout en évoquant la situation catastrophique actuelle, même si mission impossible à atteindre pour diverses raisons tel que le fait qu’il aurait été trop attendu.

                                    Dirait-on de gens qui sauvent des vies pendant ou après une catastrophe, alors qu’il y a des milliers de morts çà et là, que c’est vain ? Non, il me semble, je pense, clair et net. Même si idéalement il faudrait pouvoir avoir plus d’emprise sur de la cause que panser au moment des effets, prévenir que guérir, comprendre le souci et donc de la solution systémique, de la façon la plus holistique possible, et s’y appliquer. En attendant, sans attendre, chaque part de colibri a sa raison d’être, si je puis écrire.

                                    Tels des anciens éleveurs qui ont fait leur part de colibri en exemple des gestes importants, en conduisant leur troupeau dans un refuge végan et en cessant leur activité, en s’étant convertis dans une activité « végane compatible », d’esprit végan. Même si ils n’ont pas changé dans l’immédiat le comportement d’autres gens, et probablement même de leur entourage, ils ont évité le sort de l’abattoir à des animaux, et pour chaque animal sauvé, ne pas avoir sa vie écourtée, pouvoir profiter du reste de sa vie dans de meilleures conditions, ce n’est pas rien, cela compte.

                                    Par contre, comme expliqué plusieurs fois, je pense important de garder à l’esprit qu’il y a un souci systémique, de paradigme, « politique », « économique ». Déjà évoqué l’idéal de la Zoopolis, des articles de revue-ballast évoquant l’importance de la cause animale et lien avec la contextualisation systémique, façon d’organiser la cité, les cités, pays, le monde, et des idées de variantes de systèmes « économiques », le lien avec les luttes sociales et écologiques, partagés notamment ici : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/articles-a-propos-de-la-cause-animale-politique-economique-et-ecologique/

                                    ainsi que ce podcast de Victor Duran-Le Peuch, mais pour rappel, vous inviter à prendre le temps de l’écouter si pas encore fait, divers intervenants à « Comme un poisson dans l’eau » l’ont évoqué : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                    tel que les épisodes où un intervenant développe sa thèse autour du risque d’Écofascisme (les 3 volets de l’épisode 21) et :

                                    Approche intersectionnelle de l’animalité : entre racisme et spécisme : https://www.youtube.com/watch?v=nERrpDq3q8A

                                    Antiracisme et antispécisme peuvent-ils s’allier ? : https://www.youtube.com/watch?v=dizsz0crC5U

                                    Au final, j’en reviens toujours aux mêmes thématiques, les mêmes liens, mais au cas-où vous n’ayez pas encore lu ou regardé, peut-être qu’à force vous le ferez, en prendrez connaissance, et puis surtout, ils me semblent importants pour comprendre le plus « holistiquement possible » les problèmes de civilisation et les idéaux, des potentielles solutions. Et étant donné l’urgence liée au réchauffement climatique, tant que collectivement il n’y aura pas d’évolution, je risque de continuer ainsi.

                                    Après, je n’aime pas trop me répéter, vous suffirait de relire ce que j’ai déjà écrit et les liens de docs que je vous ai invités à consulter, et pour les semaines à venir je partagerai certainement plus des créations que disserter de la sorte (peut-être pour le fun, en clin d’œil à l’histoire du Petit Prince évoquée plusieurs fois, commencerai-je le fil créatif de cette année, la semaine prochaine, en vous dessinant un mouton, même si je gribouille très mal).

                                    Ah, cela me fait penser qu’une autre réflexion qui m’était venue à l’esprit à la vue de l’image d’autant de smartphones, c’est la conclusion à une citation de Bernard Weber sur la communication, la difficulté de bien se comprendre, l’art de la communication, un côté « dans quel but et pour quelle fin ? » (le message par l’art philosophique poétique du journal de Personne : https://www.youtube.com/watch?v=noBfRyfnQew ) :

                                    « La communication se résume par cette phrase que j’ai affichée chez moi :

                                    “Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre.”

                                    La communication est très difficile parce que nous sommes remplis de préjugés, parce qu’on comprend de travers, parce qu’on a des difficultés à s’exprimer et parce qu’on a des difficultés à écouter. Reste un énorme travail à faire ; nous sommes à l’aube de la communication.

                                    C’est étrange parce que maintenant que nous avons des outils très répandus et très puissants on peut communiquer facilement mais on n’utilise pas ces moyens. Plus on a d’outils pour communiquer, moins on communique et plus la communication perd en richesse. Nous sommes à une époque où la communication va prendre énormément d’importance et où il faudrait avoir une réflexion : on communique quoi ? Quelles idées ? »

                                    Source : http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/innerview/pages/Communication.htm

                                    Ce qui me fait penser, de ce qu’il y aurait à communiquer : des publications de Mr Mondialisation, le livre « Vous êtes l’évolution » et des publications du site, ainsi que divers docs, créations et livres pris en photo, des idées de Peter Joseph, de Bernard Friot et du réseau salariat, et des de végans antispécistes tels que du podcast évoqué, et dont de la fin du livre « Urgence ! Il faut sauver les océans » du capitaine Paul Watson où il liste quelques recommandations.

                                    Et je pense au film « Un monde meilleur », où il est question de la potentialité d’une idée pour aider le monde à sortir de son marasme, de ce qui pourrait participer de faire face aux effets délétères du réchauffement climatique, et cetera.

                                    Je veux dire, le lien entre ces pensées et la réflexion sur la communication, c’est de commencer par se dire que nous devrions nous concentrer sur les principaux soucis et potentielles solutions, amorcer un souffle de changement.

                                    Je n’en reçois plus depuis pas mal de temps du fait de développement des réseaux sociaux, de l’évolution des habitudes de communication de tout un chacun, et peut-être est-ce aussi votre cas, mais vous vous souvenez des messages vous promettant une bénédiction si vous les partagiez à d’autres de vos contacts, une malédiction si vous ne le faisiez pas ? Parfois c’était des « hoax informatifs » sur un tel ou un tel était pirate, divers hoax, intox avec incitation du style à faire passer le message, composant au fil des partages comme une sorte de chaîne de communication sur une base de « vide informatif ».

                                    Plutôt que du « vide informatif », une bonne raison de « faites passer le message à vos contacts », de partager des messages conséquents, pertinents, serait un « message de bon sens », l’évocation des problèmes essentiels de notre ère et potentielles solutions, concernant tous les êtres humains et autres êtres vivants partageant notre sort sur la Terre. Une petite liste faisant synthèse, rapide à lire et à comprendre, en listant en sources des livres à lire, des liens à consulter pour les formatés par l’idéologie capitaliste et / ou carniste, les faire réfléchir, se remettre en question à un moment ou un autre. Cela n’empêcherait probablement pas celles et ceux qui ne prendront pas le temps de lecture, parce que climato-sceptiques, idéologiquement butés, ont des pré-occupations quotidiennes chronophages où ils ne s’accorderaient pas le temps de potasser ce genre de dossier, d’être réfractaires sur le coup, de ne pas remettre en question leurs préjugés sur l’instant, mais qui sait ? Si tout le monde convaincu qu’il y a bien un réchauffement climatique, des soucis écologiques, de l’importance de sensibiliser autour, de l’intérêt, de la potentialité à mettre en pratique, à suivre une telle initiative, « jouait le jeu », l’effet serait bénéfique, positif, constructif ?

                                    A chacun de voir, de réfléchir et d’agir en conséquence.

                                    Et euh, je comptais finir le message de ce vendredi sur cette idée, cette amorce, mais j’ai récemment regardé une vidéo et zyeuté une étude autour qui a suscité des réflexions dont j’ai envie de vous faire part. J’hésite à l’évoquer la semaine prochaine, redisserter un peu à l’occasion autour de la spiritualité et de l’évolution de mon point de vue en fonction des connaissances, si ce n’est que c’est aussi en lien avec ce que nous aurions tendance à préjuger faisable et pas faisable. Alors voilou la vidéo :

                                    Suite Expérimentation Macro-PK au centre SENTERIS : https://www.youtube.com/watch?v=9hUx1OteuHw

                                    Et l’étude : Recherches avec un sujet psi grec : https://www.metapsychique.org/recherches-avec-un-sujet-psi-grec/

                                    J’ai beau croire en l’existence de certains phénomènes qualifiés de paranormaux, du moins en leur « plausibilité », trouver assez vrai le coup de « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux », en voyant la vidéo, peut-être parce que vu des tours de passe-passe de mentalistes il y a quelques années, les premières réflexions qui me sont venues à l’esprit sont celles d’un étant sceptique, qui a du mal à croire en ce genre de « pouvoir » et s’est dit qu’il doit y avoir une supercherie d’une manière ou d’une autre (technologie pouvant duper les chercheurs ou vidéo canular). Mais en fait, ce serait authentique, et je dirais que cela illustre parfaitement le tort de préjuger sur ce qui serait ou non possible, que nous pouvons toujours avoir à en apprendre sur la vie, les potentialités, les capacités.

                                    Et je termine le message de ce vendredi en vous partageant la chanson de HK, au cas-où vous ne l’ayez pas encore écoutée : « Il vous appartient de vivre ! », HK chante le dernier poème de Refaat Alareer poète palestinien de Gaza : https://www.youtube.com/watch?v=w6vdQJNwcxY

                                    Sur ce, je vous souhaite une bonne journée, une bonne fin de semaine, à vendredi prochain !

                                  • #451
                                    Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                    Maître des clés

                                      Bonjour,

                                      je pensais avoir dit et suggéré le principal de ce que je souhaitais exprimer et partager mais de nouvelles réflexions me sont venues au fil des mes pérégrinations sur internet, et puis en re réfléchissant à certains soucis et idées de solution.

                                      Bon, en soi, rien à dire de plus, « tout est ici, tout est là », comme qui dirait, c’est surtout que :

                                      – en général, si je me retrouve dans certaines envolées lyriques humanistes, du logos, des discours, du plaidoyer, de la rhétorique, des tirades, certains idéaux humanistes, universalistes, j’ai du mal avec le côté spéciste, et même si je sais que certains universalistes appelant à transcender les étiquettes pour considérer l’humanité sous la même bannière d’être humain, d’espèce humaine, à avoir du souci pour l’espèce humaine, tous les êtres humains plutôt que se diviser entre camps et se battre pour une congrégation au détriment d’autres quand il peut y avoir une solidarité universelle, ne font pas dans l’anthropocentrisme et que ce n’est pas tant du spécisme juste par ce fait, car c’est un fait du prisme des catégorisations d’intérêts par espèce, j’y vois un côté spéciste de cause à effets, par la dialectique, de l’influence de l’usage sémantique, d’autant quand ils ne militent pas fermement pour le véganisme pour l’humanité et que considérer l’espèce humaine sous la même bannière, le même drapeau n’explicite pas certains idéaux de par là, et j’aurais donc envie d’inviter à aller plus loin, se considérer sous la bannière d’être vivant et considérer le souci pour les êtres vivants, et puis l’intérêt du véganisme pour l’humanité ;

                                      – mais un « végan » m’a ramené à relativiser, ou disons à préciser ce qui pouvait être considéré comme « végan », et surtout considérer le tort de se contenter d’un mot pour définir quand il y a polysémie, des désaccords entre de ceux qui s’en revendiquent.
                                      En général, à un moment donné les « végans » sont amenés à s’intéresser aux implications systémiques, il ne s’agit pas que d’un mode de consommation, il y a une façon de considérer le vivant dans son ensemble, une philosophie, une idéologie qui se compose de cause à effets, et d’où découlerait un paradigme anticapitaliste, antispéciste. Telle que la Zoopolis : Zoopolis — penser une société sans exploitation animale : https://www.revue-ballast.fr/zoopolis-penser-une-societe-sans-exploitation-animale/
                                      Toutefois, il y a plusieurs raisons de végétaliser son alimentation, de tendre vers le véganisme dans son mode de vie : Pourquoi devenir vegan ? Animaux, environnement, santé, humains : 4 bonnes raisons de faire le choix vegan ! : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/

                                      et sur le chemin de leur évolution, à un moment donné, certains « végans », dégoûtés par le comportement et mode de vie d’autres humains, se font surtout du souci pour l’extinction de masse d’animaux non humains, les écocides, et se revendiquent « végans » tout en se revendiquant d’autres étiquettes, d’une autre idéologie, même si pour certaines il y a une forme de contradiction, d’incompatibilité, d’aporie, si on considère que le respect de la vie des animaux humains devrait aller de pair avec le véganisme.

                                      Dans le genre, ce « végan » soutenait le sionisme par de ses publications sur son mur, allant jusqu’à afficher en image de couverture de son profil une sioniste non « végane compatible » à mon sens. Et c’était peut-être de sa part surtout en réaction à du terrorisme, je n’ai pas regardé son historique d’avant les événements atroces, mais j’ai cru comprendre qu’il y avait des « végans » qui se revendiquaient, se revendiquent par ailleurs sionistes, ayant gobé la propagande sioniste qui remonte à loin (à propos de médias mensonges véhiculés par certains, de lutte contre, voir des vidéos et conférences du média indépendant Investig’Action : https://www.youtube.com/@michelcollon/videos ), et que leur gouvernement aurait tendance à parfois exploiter le filon comme pour tenter de se donner une image éthique, faire du « vegan washing », entre autres ;

                                      Aussi, si je trouve dommage de considérer les intérêts de l’espèce humaine sans précision d’idéaux, de l’implication par rapport aux autres êtres vivants, que le végétalisme véganisme pour l’humanité me tient à cœur en tant qu’idéal,

                                      ce genre d’exemple me fait relativiser la « bannière végane », les divergences d’opinions qui n’en font pas un point commun d’où pourrait découler un « humanisme végan » de par cette aspiration, sa généralisation par juste la consommation. Pas sans préciser quelques principes.

                                      Un essayiste et historien, végan antispéciste, qui se définit comme « juif athée », explique très bien ce genre de souci, précise des divergences et des convergences entre « végans » : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                      Après, il y aurait aussi l’importance de repenser « l’humanisme », ou tout au moins de préciser le souci pour l’espèce humaine et façon dont on considère les autres espèces. À notre merci ou des pairs d’êtres vivants sentients, à considérer les intérêts des autres espèces avec les contradictions qui vont avec dans certains cas.
                                      J’aspire à des mêmes idéaux que de celles et ceux qui invitent à des nouveaux droits de l’homme, en général cela va avec le souci pour l’environnement, des devoirs vis à vis des autres espèces animales, ne serait-ce que pour l’aspect pratique, tendre vers une certaine pérennité d’écosystèmes. Toutefois, concernant l’étiquette humanisme, l’aspiration à de l’universalisme, je trouve dommage quand il n’est pas évoqué des réflexions telles que celles de Matthieu Ricard qui invite à cultiver son altruisme, le travailler, à élargir son empathie, sa considération à l’ensemble du vivant, « à élargir notre sensibilité morale, à étendre l’humanisme au-delà de notre espèce, à réfléchir à notre relation à la nature mais aussi à la représentation que nous nous faisons de nous-mêmes »,

                                      ainsi que de celles de Aymeric Caron qui s’inquiète aussi pour le sort des Palestiniens, s’engage autant pour les animaux non humains et humains, dont l’introduction du livre « Antispéciste : Réconcilier l’humain, l’animal, la nature » me semble très bien cristalliser le pourquoi du comment.

                                      Et puis je partage aussi les critiques qu’adresse, qu’exprime le capitaine Paul Watson à l’humanité, tel qu’au cours de son livre « Urgence ! Il faut sauver les océans », sa philosophie, des idéaux, des recommandations.

                                      Au passage, un épisode du podcast « Comme un poisson dans l’eau » : Lecture 10, « Les humanistes ont de quoi trembler ! » : https://www.youtube.com/watch?v=kae26j10vHQ

                                      Enfin, pour aujourd’hui, pour ce qui est du dessin promis la semaine dernière, ou plutôt du gribouillage, j’aurais mieux fait de tenter d’ancrer une caricature de mouton plutôt que de tenter de reproduire une photo, et au moins retravailler le premier dessin, j’ai un peu beaucoup honte du résultat, mais voilou :

                                      dessin gribouillage de moutons

                                      A noter que le premier est inspiré des traits de : https://pixabay.com/fr/photos/animal-le-mouton-mammif%C3%A8re-esp%C3%A8ce-6815784/

                                      Et l’autre d’une autre photo aussi publiée sur pixabay.

                                      Au passage, à propos de moutons : Biriatou : urgence dans un élevage de moutons : https://www.l214.com/communications/20240113-eqt-elevage-moutons-biriatou/

                                      Et à propos du souci pour les habitants de Gaza, de la Palestine : Télé Palestine : https://investigaction.net/category/tele-palestine/

                                      Et sur les problématiques énergétiques, écologiques, économiques et alimentaires, à lire l’épisode 20 de la série « Revolution Now ! » de Peter Joseph (c’est en anglais mais d’une manière ou d’une autre vous devriez pouvoir traduire sans difficulté la transcription qui se trouve après la vidéo) : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode20-staycationing-9jlk7-pcw4k-rctmc-rg7sy-mcwy5-bnfg8-xjkwd-ygamp-c29ts-sswe2-2ygh3-gzs5y-xed9s-yej53-5rsp9-2dh2m-b6btk-khrg8-abt3w-7c6px

                                      Et pour celles et ceux pas encore végans : En janvier, saute dans le Veganuary : Le challenge vegan à ne pas rater ! : https://vegan-pratique.fr/veganuary/

                                      Et pour rappel : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                      Bon week-end, à vendredi prochain !

                                    • #453
                                      Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                      Maître des clés

                                        drapeau blanc symbole pour la Paix entre la Palestine et Israël

                                        Bonjour,

                                        « l’horloge de l’apocalypse » indique toujours la même heure cette année, pour autant, ce n’est pas signe qu’il n’y a pas eu d’aggravations dans divers domaines, un réchauffement climatique de plus en plus délétère, des limites planétaires de plus en plus dépassées, et cetera.

                                        Symboliquement, le concept créé en 1947 fait toujours son office de sensibilisation, mais comme qui dirait, la réalité a peut-être dépassé la fiction et de quoi s’interroger sur l’efficacité.
                                        Au sens qu’il me semble qu’on pourrait considérer que l’idée de départ était de choquer pour alerter sur des risques et faire passer à l’action afin d’éviter des catastrophes, de l’extinction, mais que des points de non retour ont peut-être été dépassés, des points de bascules et de l’irréversibilité près de minuit (« la planète Terre se trouve sur un précipice, où des points de basculement irréversibles du changement climatique sont sur le point de se déclencher. S’ils se déclenchent, le sujet du changement climatique passera de « problématique » à « complètement catastrophique pour toute vie sur Terre » »), voire minuit dépassé si on considère l’urgence et que le temps de réaction sera beaucoup trop long du fait de la difficulté de révolutionner le paradigme.
                                        Et que si son avancement d’année en année a porté l’attention sur divers périls, il ne rend pas compte de certaines aggravations, un peu comme le concept des fenêtres d’opportunité est critiqué, ainsi que le palier objectif de 1,5°C de l’accord de Paris, que d’aucuns considèrent déjà ne plus pouvoir être tenable.

                                        Toujours est-il qu’il y aurait péril et urgence, qu’il me semble important de le rappeler, comme le fait qu’il y aurait un souci de paradigme, de civilisation, systémique, et à ne pas sous-estimer l’importance du véganisme anticapitalisme antispécisme, le prendre en compte. A ce propos, je comptais évoquer aujourd’hui une critique des écolos défenseurs des forêts qui prennent rarement parti pour la cause animale et le véganisme antispécisme, voire jamais, je pense que je vais finalement le faire la semaine prochaine afin d’ aujourd’hui plus évoquer l’urgence et ce qu’il faudrait faire, et évoquer de nouveau quelques exemples illustrant le fait qu’il ne faudrait pas se tromper de soucis, comprendre de la cause plus que s’appliquer à du réformisme ou militer pour des solutions qui n’en seraient pas suffisamment du point de vue holistique, à travers de l’actualité politique française et d’ailleurs.

                                        Ceci écrit, par rapport au souci pour les arbres, et plus largement la flore, et la cause animale, et ne pas se tromper de causes et de soucis, pour rappel, un militant d’une association végane antispéciste écologiste synthétise très bien une réflexion : https://www.instagram.com/reel/C0EaSyNCeMx/

                                        Et : Quelques réflexions au sujet de la sensibilité que certains attribuent aux plantes : https://www.cahiers-antispecistes.org/quelques-reflexions-au-sujetde-la-sensibilite-que-certainsattribuent-aux-plantes/

                                        Et à propos de l’urgence climatique : Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                        Ceci rappelé, c’est surtout « l’immobilisme » de « l’horloge de l’apocalypse » et du rififi sur la scène politique française qui m’a motivé à vouloir rappeler l’urgence et claviarder de nouveau autour de la façon de considérer les soucis, les théories et la difficulté pour concrétiser, les solutions proposées par des militants ou via des partis politiques, les idéaux avec les limites du réformisme et de l’efficacité de stratégies militantes par palier.

                                        De ce qui a fait l’actualité politique française, vous avez sûrement eu vent du remaniement du gouvernement de Macron, de la chaise musicale des sinistres, euh, mon clavier a fourché, des ministres, et beaucoup se sont agités notamment autour de celle concernant l’éducation avant que les manifestations pour l’agriculture se mettent en place. Il a entre autres été question d’uniformes et d’écoles privées versus publiques. De ceux dont je consulte de temps en temps les publications se sont dressés vent debout contre des propos polémiques et des idées de réformes. Avec raison, je pense. Et c’est donc pas tant s’y opposer que je trouve « discutable ». Plus « dans quel but et pour quelle fin ? ». Parce que je pense que le fond du propos, de ce qui devrait inquiéter, n’est pas tant de déplorer une prétendue baisse de niveau scolaire au fil des générations, de considérer que c’était mieux avant, que cela risque d’être pire après. Qu’il y a plusieurs pédagogies possibles, plusieurs façons de faire école. Qu’il y a le souci du formatage systémique, des soldats du capitalisme délétère, la question de l’après, de l’environnement qui n’y est pas forcément corrélé. Que l’intelligence individuelle et collective, quand on regarde ce qu’il en a été fait, hum !

                                        Dans le film documentaire « Demain » où il est effleuré diverses thématiques, qui, aussi critiquable soit-il du prisme de certains idéaux, du point de vue de « radicaux », de ce que je me souviens, pose assez bien les bases pour certains sujets et ils abordent le questionnement sur ce que pourrait être l’école. Alors pour me rafraîchir la mémoire et par curiosité, je viens de lire des critiques autour du traitement de ce chapitre au cours du documentaire, où il est question de mise en avant d’une théorie pédagogique controversée et non représentative du système du pays en question. Après, on pourrait dire en défense : quelle théorie pédagogique n’est pas controversée, sujet à débats ? Et toujours est-il qu’il y a la critique de la dégradation par des politiques néolibérales, le questionnement sur la finalité, systémique. Car quid de l’environnement social, de la relation à la civilisation ? Certains prônent une « éducation de qualité » des enfants pour aboutir à un mieux être général, une civilisation qui aurait pour objectif une certaine pérennité. Encore faut-il pouvoir y arriver. Pour y arriver, dans l’espoir d’y arriver, d’aucuns prêchent pour une éducation populaire à l’attention de tous, en commençant par les « adultes ». Encore faut-il être entendu, arriver à capter du temps de cerveau disponible. Ce qui est compliqué dans un paradigme de diversions de la plupart. Et in fine, en tout cas, se pose la question « dans quel but, pour quelle fin ? ».

                                        Bref, du journal de Personne : « Dans quel but et pour quelle fin ? » : https://www.youtube.com/watch?v=noBfRyfnQew

                                        Et une vidéo qui m’avait semblé assez bien résumer un point de vue sur l’éducation, de critiques avec le souci de la « finalité », que j’avais classée dans les « à méditer » quand je l’avais regardée, il y a un peu plus d’une décennie maintenant : DU PARADIGME DE L’ÉDUCATION : https://www.youtube.com/watch?v=e1LRrVYb8IE&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=20

                                        Et si vous ne connaissez pas encore, je vous invite à regarder les conférences gesticulées théâtralisées de L’Ardeur autour de l’éducation, entre autres
                                        (voir liste, avec des liens cliquables, partie ÉDUCATION sur : https://www.ardeur.net/conferences-gesticulees-par-themes/ ),
                                        dont « Incultures 2 » de Franck Lepage : https://www.youtube.com/watch?v=ClYAjeiuVJw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=77

                                        Et maintenant, ensuite, un autre sujet qui a fait l’actualité, c’est sur le plan économique, dont concernant les prix de l’électricité, et l’agriculture.

                                        Dans les débats entre militants pour la cause animale et aussi en soi, par cas de conscience, se sont souvent affrontés le concept de welfarisme et d’abolitionnisme. Pour la petite histoire, j’ai entendu des abolitionnistes en arriver à défendre la stratégie welfariste, du moins des actions qualifiées de welfariste, pour des raisons déjà évoquées.

                                        Mais l’intérêt d’une stratégie réside dans l’objectif qu’elle peut permettre d’atteindre, est relative à un état des lieux à un moment donné, à un paradigme, pour la réalisation de l’objectif sur le long terme, ainsi que pour son efficacité à court et moyen terme.

                                        Il ne faut certes pas jouer les idiots et délaisser les actions ayant un « impact positif », permettant un relatif progrès, juste que par rapport au péril de la 6ème extinction de masse, je pense que certains surestiment l’intérêt du welfarisme et d’avancer par étapes de « progrès ». Et que pour d’autres militances, c’est encore plus flagrant quand il n’y a pas de concrétisation, qu’à un moment donné contester des réformes sans revendications en conscience éveillée / cultivée à / par des idées anticapitalistes, n’est ni efficace contre les réformes ni pour l’application d’idéaux. Voire même cela aurait tendance à faire le jeu d’un certain statu quo, d’une certaine façon.

                                        Non pas qu’il ne faut pas s’opposer aux réformes considérées mauvaises, juste que cela devrait s’accompagner par des revendications autre que la non application des réformes, pour des aspirations autre que ce qui se faisait avant la volonté de mise en place des réformes contestées.

                                        Par exemple, vis à vis des réformes des retraites de Macron, il était évident que celles et ceux contre ne devaient pas ne pas s’y opposer, mais dans quel but et pour quelle fin ?

                                        Bernard Friot, professeur émérite, économiste et sociologue du travail et de la sécurité sociale, qui a notamment très bien expliqué les différences entre travail et emploi, les notions, ainsi que la critique de militants de gauche qui auraient tendance à penser avec les mots de la droite, montre très bien l’exemple, développe sa thèse pour expliquer vers quoi il faudrait tendre sur le plan économique, selon lui :

                                        Conférence « A quoi je dis oui V2.0 » Partie 1/2 : https://www.youtube.com/watch?v=C5XV1Gk4O0g

                                        Conférence « A quoi je dis oui V2.0 » Partie 2/2 : https://www.youtube.com/watch?v=vK4Uo2dc9No

                                        Et puis dans la même ligne de réflexions : critiques d’une conférence sur l’urgence climatique de la part du réseau salariat, duquel il fait partie : https://www.facebook.com/reseausalariatFR/posts/pfbid02nDyUviX9EfXmRE2tiVPLQZr8P74BUftSMVc7ovzy5soSPRfKJE1dCj9iH3rfGDoyl

                                        Ce qui est d’une certaine façon aussi le problème quand il est question de contester les profits iniques des compagnies pétrolières. En enjeu, il ne faut pas oublier la problématique du réchauffement climatique, les impacts écologiques. Et donc en revendications il faudrait avoir en tête, dans l’expression, une volonté de révolution paradigmatique plus que de vouloir consommer de l’énergie dans un cadre néolibéral.

                                        Au passage, un message partagé par un citoyen activiste, sensibilisant sur les « dépassements écologiques», sur ex-Twitter où Elon Musk a transformé tous les adeptes en stars du X, où il est question d’une certaine façon, tel que je l’interprète, du souci d’avoir pensé en terme de progrès, de réformes, de fenêtres d’opportunités, sans s’appliquer comme il aurait fallu à un changement « radical », de paradigme, à la hauteur de ce qui aurait pu régler le souci ou au moins diminuer des impacts délétères :

                                        « Ouvrez « Limites de la croissance » de 1972 et vous verrez cette citation de 1969 sur la page d’ouverture.

                                        Maintenant – après avoir lu ceci – qui peut honnêtement dire « nous avons ceci » et le penser vraiment ?

                                        Avant de répondre, réfléchissez bien à où nous en sommes plus de cinquante ans plus tard. »

                                        Voir l’extrait de la page d’ouverture sur : https://twitter.com/MrJackLowe/status/1749108896529052153

                                        Me viennent à l’esprit aussi d’autres exemples du genre, avec d’autres articles et documentaires en source, mais j’ai déjà partagé pas mal de liens aujourd’hui, et j’ai déjà exprimé ce qui me semble faire synthèse en terme de bien penser la cause, le souci systémique, des stratégies relatives à un état des lieux et des revendications, j’étayerai peut-être au cours d’un autre vendredi. Pour aujourd’hui, je souhaite aborder ensuite, de nouveau, le souci pour la Palestine.

                                        La photo montage du drapeau blanc mise en couverture pour le message d’aujourd’hui est en écho à une vidéo que j’ai vue, « inspirée » d’un drame, une façon d’exprimer mes condoléances et de rendre « hommage », tellement j’ai été ému. Vous la trouverez sur : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1750038363451600924

                                        Si vous avez gobé la propagande sioniste, que vous ne vous êtes jamais intéressé au sort des Palestiniens en dehors de ce qui vous en a été rapporté par bribes d’informations, ou que votre attention a été captée par d’autres sujets d’actualité, je préviens, y a de quoi remuer, faire couler des rivières. Et même si vous vous considérez « blindé », si vous prenez le temps de regarder, je doute que cela vous laisse de marbre. Surtout que si vous êtes d’humeur hypersensible, je préviens que pour sensibiliser, cela sensibilise.

                                        Vous trouverez d’autres partages du genre relatant la tragédie, le génocide en cours, appelant à s’y opposer, sur le compte de Aymeric Caron : https://twitter.com/CaronAymericoff

                                        Et puis ceci écrit, au passage : Pétition : « Appel aux Juifs de France pour la Justice et la Paix » : https://ujfp.org/petition-appel-aux-juifs-de-france-pour-la-justice-et-la-paix/

                                        Et un entretien où ils font le lien entre la tragédie et le problème systémique, le cause à effets ; c’est en anglais mais si vous ne comprenez pas très bien vous pouvez activer l’option de traduction (activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) :
                                        L’esprit du temps de Gaza avec Peter Joseph et Abby Martin : https://www.youtube.com/watch?v=RoMuEBcusSk

                                        Pour revenir et plus ou moins finir sur l’histoire de « l’horloge de l’apocalypse », sur l’urgence d’actions à mener et des difficultés, de besoin de révolution de paradigme, il resterait encore la difficulté de sensibiliser autour,

                                        des publications récentes ont évoqué des études récentes révélant la mauvaise influence du climato-scepticisme encore de nos jours. D’une certaine façon, on pourrait faire le parallèle avec le dossier Ovnis. De quoi prêter à sourire, mais si vous y réfléchissez, il me semble qu’il y a un certain constat commun :

                                        si vous ne vous êtes pas intéressé à la complexité du dossier, la pluralité des observations, vous ignorez probablement le côté tangible, crédible, et si les interprétions sont sujettes à caution, que l’humanité a encore à en apprendre, il y aurait une certaine réalité du phénomène, des phénomènes. Et de la même façon qu’il y a pu avoir des Ovnis venant de programmes secrets humains, il y a un impact indéniable de l’activité Capitalocène sur l’environnement, dont le climat.

                                        Malgré cette évidence, il y aurait encore beaucoup de climato-sceptiques du fait des intox, de l’ignorance, et si « les températures relevées en 2023 « dépassent probablement celles de toutes les périodes depuis au moins cent mille ans », connues grâce aux cernes des arbres ou aux carottes de glaces », l’année 2024 devrait être encore pire et il y en aura peut-être encore malgré cela à accuser des services météos de propagande réchauffiste, tel qu’évoqué dans le troisième message, celui du 7 mai, du fil : Urgence – info climat – Le saviez-vous ? – Et cetera brèves : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/urgence-info-climat-le-saviez-vous-et-cetera-breves/

                                        Un docteur et enseignant en philosophie qui évoque ce genre de souci à un moment donné, la critique des climato-sceptiques et maltraitance du souci écologique par des politiciens et partis politiques : Discussion avec Paul Guillibert : vers un « communisme du vivant » ? : https://www.revue-ballast.fr/discussion-avec-paul-guillibert-vers-un-communisme-du-vivant/

                                        Enfin, ou presque enfin, en digression, j’avais envie d’évoquer une réflexion autour de l’humour. Par rapport à l’efficacité militante, les difficultés pour faire passer le message, mais aussi les diverses possibilités de sensibiliser pour diverses causes, les divers moyens d’expression, pour mettre fin aux préjugés, au climato-scepticisme, entre autres.

                                        Alors à force d’y réfléchir, j’en viens à me dire qu’il n’est probablement pas pertinent de juger le cynisme – au sens d’effronterie, d’insolence – et plus globalement les diverses formes d’humour d’autres à l’aune de mon propre sens de l’humour. D’autant quand il y a évolution de la considération selon l’humeur de l’instant, au cours d’une même journée.

                                        C’est surtout que quand l’humour n’amène pas à certaines remises en question sur les sujets traités, voire use, abuse, dévoie, je me pose la question de l’intérêt. Du fait de l’importance de la matière à penser dans certains cas, selon le prisme d’un convaincu par des idéaux. Et que je pense important de garder à l’esprit, d’avoir conscience à quel point certains sujets sont tragiques et que s’en divertir sans inspirer de remise en question, d’idées d’action pour du mieux être, sans toucher au-delà de l’instant de divertissement, sans sensibiliser efficacement, c’est « pas glop ».

                                        Reste que trop se prendre au sérieux peut nuire, selon certains, au sérieux, que tout le monde n’a pas le même mode de fonctionnement, la même sensibilité, qu’être sérieux ne rend pas plus efficace de par là, et que déprimer, que ruminer et rester dans une humeur triste ne fait pas plus agir, que le pathos peut sensibiliser mais a ses limites, et puis que l’humour a un intérêt cathartique, peut être complémentaire dans les diverses possibilités de communiquer un message. En théorie, il me semble.

                                        Cela me fait penser à une militante qui critiquait de ses comparses, de ses pairs, de ses camarades, faisait des reproches sur la façon de gérer la communication et les rapports sociaux dans le groupe de militants, au cours d’un entretien accordé à La Revue Ballast. J’ai pas encore retrouvé l’article, il me semble bien que c’était un article où l’humour n’y était pas le sujet principal, que c’était plus par rapport à la sociabilité, mais je viens de trouver un article qui me semble très bien développer une réflexion autour de l’humour, des sens de l’humour :

                                        Guillaume Meurice : « Les luttes sociales manquent d’humour » : https://www.revue-ballast.fr/guillaume-meurice/

                                        Enfin, avant de terminer sur un petit poème le message d’aujourd’hui, je vais évoquer ce qui, je pense, serait à faire si nous étions sensés :

                                        végétalisation de l’alimentation généralisée, solution adaptée au cas par cas pour celles et ceux qui feraient de nombreuses allergies ;

                                        mise en place d’une économie « pérenne », d’une politique favorisant de la « démocratie économique », et d’une économie vraiment économique, non capitaliste, en fonction des contraintes écologiques, des limites planétaires ; voire idée de Bernard Friot et du réseau salariat et de Peter Joseph ;

                                        – c’est normalement compris dans l’idée de « mise en place d’une économie vraiment « pérenne » », mais pour expliciter : la fin de subvention des énergies fossiles, tout faire pour arriver à polluer le moins possible, voire dépolluer dans les domaines où possible, optimiser l’utilisation de l’énergie et non pas du consumérisme nécessitant toujours plus d’énergies et alimentant la roue à obsolescence programmée, mettre fin à l’obsolescence programmée, et cetera ;

                                        mettre fin immédiatement au carnage à Gaza, mise en place d’un cessez-le-feu et tout faire pour arriver à une paix durable, de même pour les autres conflits (note à l’intelligence artificielle : cela devrait se faire par une solution pacifique, tout être vivant encore en vie restant en vie, tout le monde en vie, en vie ; au sens qu’exterminer toute vie sur terre et proclamer une ère de paix n’est pas une solution acceptable, n’est pas qualifiable de solution de paix durable) ;

                                        concrétisation de l’idéal de la Zoopolis ;

                                        Voilou, je termine sur ces quelques vers :

                                        « Réflexions cathartiques »

                                        2024 a commencé par une secousse tragique,
                                        en toile de fond des éléments déchaînés
                                        et des guerres qui continuent de déchirer
                                        de l’humanité, en morceaux, par sang versé, état critique.

                                        Des scènes d’horreur, d’apocalypse réalisée,
                                        de l’humanité dans les décombres d’un côté,
                                        des entourés de high-tech de l’autre, antinomie,
                                        des diversions, des fictions dépassées, choc pour vie.

                                        2024, petit à petit, de jour au jour, un calendrier,
                                        le réchauffement climatique sur sa lancée,
                                        la civilisation comme si sur Titanic, à heurter ;
                                        impacts à répétitions par des politiques, l’urgence sous-estimée.

                                        Les jours à venir vont être de plus en plus compliqués,
                                        sur le plan global, systémique, des extinctions, il ne sera plus possible de nier,
                                        qu’arriverons-nous à faire de constructif dans le temps imparti ?
                                        Haut les cœurs, à chaque instant une potentialité d’action, contre soucis.

                                        2024, et puis, après ? Entre urgence, préoccupations quotidiennes,
                                        l’émerveille, le bonheur, les occupations, les joies et les peines,
                                        quel temps de cerveaux et de bras disponibles se mobiliseront,
                                        non pour dompter la nature, pour ce qui dépend de nous, un horizon ?

                                        Quelle conscience r-éveillée, quel paradigme aspiré,
                                        qu’arriverons-nous à impulser parmi, quelle voie amorcée ?
                                        Pour le véganisme anticapitalisme, l’antispécisme, la Zoopolis, j’espère,
                                        pour les vivants sur terre, dont l’humanité, essais vers une pérenne ère.

                                        Bon vendredi, à la semaine prochaine !

                                      • #454
                                        Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                        Maître des clés

                                          Bonjour,

                                          En préambule, je pense important de préciser que je priorise la cause animale, que je rappelle son importance évidemment pas pour défendre de la déforestation ni pour ne pas défendre les forêts, mais parce que certains militants écolos ne militent pas pour le véganisme antispécisme anticapitalisme quand je pense qu’ils devraient le faire en même temps ou au moins à un moment ou un autre, par les aspirations qu’ils mettent en avant, que c’est complémentaire d’une certaine façon. Parce que certes, défendre la cause animale, c’est ou ce devrait être aussi défendre l’équilibre d’écosystèmes, ce qui permet l’épanouissement, dont du lieu de vie, et donc c’est ou ce devrait être aussi se préoccuper du respect des forêts, entre autres. L’un n’empêche pas l’autre. Juste que voilou.

                                          D’ailleurs, en fait, pour synthétiser mon reproche, mon mobile, ce qui a motivé ce préambule : défendre les animaux, c’est défendre en théorie ce qui permet leur épanouissement, ou du moins de vivre leur vie, donc défendre leur environnement, des écosystèmes, c’est normalement implicite,

                                          alors que certains de celles et ceux qui défendent les arbres, les forêts, n’ont pas forcément de soucis pour les animaux, conscience de l’importance de la cause animale.

                                          Et certes, en défense on pourrait considérer que se soucier des arbres, des forêts, c’est en théorie défendre les intérêts de celles et ceux qui la peuplent, qui y vivent, donc se soucier un minimum de la cause animale, et que des défenseurs de la cause animale, ou du moins des « végans qui en sont au stade apolitiques » ne servent pas l’idéal de la Zoopolis par juste la consommation,

                                          sauf que la cause animale ne concerne pas que les forêts, ainsi que la problématique écologique terrestre, et j’ai déjà exprimé une critique de certains « végans » et une défense de l’idéal « végan antispéciste anticapitaliste », cf. messages des semaines dernières si besoin de vous rafraîchir la mémoire, et que certains « défenseurs » des forêts, voire semblant se soucier de la vie végétale en y associant une forme de conscience, semblent parfois ne pas bien comprendre certaines implications, manquer d’une conscience d’un cause à effets et de conscience de nuances entre sensibilité et sentience, et surtout ne semblent pas engagés à défendre le véganisme antispécisme anticapitalisme, en bref l’idéal de la Zoopolis,

                                          et je pense que c’est contestable, critiquable, regrettable, dommage.

                                          Pour le dire autrement, ce n’est pas la défense des forêts qui me pose problème, c’est l’instrumentalisation de la cause. Comme celles et ceux qui se découvrent un intérêt pour les plantes quand des recherches étudient de leur « sensibilité », méthode de communication par processus chimique, comme si cela légitimait le mauvais sort fait aux animaux, animaux dont la sentience avait été mis en doute par le concept de « l’animal machine » de Descartes, concept de « l’animal machine » démonté, débunké, montré faux par les études éthologiques.

                                          Je veux dire :

                                          – si les végans ne mettent pas en avant les découvertes des recherches sur les plantes, ou plutôt des interprétations d’études récentes, ce n’est pas par mépris pour la vie végétale, c’est parce qu’il y a une différence entre sentience et « sensibilité », et qu’en tout cas il y aurait intérêt au végétalisme même si on se soucie du sort des végétaux (Quelques réflexions au sujet de la sensibilité que certains attribuent aux plantes : https://www.cahiers-antispecistes.org/quelques-reflexions-au-sujetde-la-sensibilite-que-certainsattribuent-aux-plantes/ ) ;

                                          – quand on se convertit au végétalisme alors qu’on est dans un environnent, une civilisation, une culture qui est formaté(e) – par le marketing de plusieurs décennies et par des lobbies – au carnisme, beaucoup sont confrontés à des préjugés, de la mal-information, à devoir les défaire à un moment ou un autre ; un peu comme des gens qui s’éveilleraient parmi tout un tas de gens anesthésiés par de la communication digne d’un brainwashing, sont confrontés à la difficulté de faire reprendre conscience à ceux-ci de ce qui ne va pas dans la civilisation, doivent expliquer que le végétalisme est un régime viable quand bien équilibré, ainsi que certaines « subtilités », alors qu’on peut pas dire que le régime carné est viable de facto ; et puis nombreux se sont faits chambrer avec des réflexions « trolleuses » telles que le « cri de la carotte », et le fait que des non végé mettent en avant des études sur les plantes avec des interprétations pourtant sujettes à débat quand les études éthologiques sur les animaux ne laissent aucune place au doute, renvoie à ce genre de « trollage », à ce qui est contestable, d’autant quand ils font peu de cas à côté de la vie animale par leur alimentation à base de morceaux de cadavres d’animaux, des études éthologiques sur les animaux.

                                          En fait, c’est comme si ces carnistes se découvraient une opportunité de se venger de l’humiliation à leur narcissisme par ce genre de sophisme, pour laisser entendre aux végans « voyez, vous n’êtes pas si éthique que cela, les plantes aussi mériteraient du respect », alors qu’au fond, par ailleurs, c’est pas cela qui va empêcher ces « non végans pour le moment jusqu’à ce qu’ils évoluent » de manger des végétaux. Ils auront juste atténué leur mauvaise conscience par sophismes, biais, raccourcis, vulgarisation outrancière, et tenté de donner mauvaise conscience aux végans. Peine perdue pour qui a un minimum de jugeote et déjà potassé le sujet, surtout de quoi renforcer l’indignation, les raisons de s’indigner de la part des végétaliens antispécistes anticapitalistes ;

                                          concernant le souci pour les forêts, la gestion des forêts par écologie en dehors de toute considération spirituelle, ou d’ailleurs même en la prenant en compte, au niveau pratique, il me semble logique de prendre en considération les conseils d’experts, de spécialistes :

                                          François-Xavier Drouet : « La forêt est un champ de bataille » : https://www.revue-ballast.fr/francois-xavier-drouet/

                                          Et cetera articles : https://www.revue-ballast.fr/?s=for%C3%AAt

                                          et lire aussi le livre « Vous êtes l’Évolution » où des pages sont consacrées au souci pour les forêts ;

                                          juste que comme le sort des forêts est aussi lié aux effets du réchauffement climatique, qui est lié pour une part à la « maltraitance » de la cause animale (euphémisme du carnage des animaux), au manque de souci pour les êtres animés, aux appétits voraces, à la surexploitation globale, je pense important d’évoquer l’importance de l’intérêt du végétalisme (et de l’antispécisme, et de l’anti capitalisme, du besoin de révolution économique, politique, paradigmatique, systémique), et dommage, regrettable quand ce n’est pas fait, pas pris conscience, que d’aucuns en viennent à faire le jeu de ce contre quoi ils pensent militer, de ce qui participe de la déforestation d’une certaine façon,

                                          comme l’explique ce militant d’une association végane antispéciste écologiste : https://www.instagram.com/reel/C0EaSyNCeMx/

                                          Et : « L’élevage et la production de soja pour nourrir le bétail sont les premières causes de déforestation dans le monde. L’élevage bovin est ainsi responsable à 63 % de la destruction de la forêt amazonienne pour l’installation d’exploitations ou de grandes cultures destinées à alimenter les animaux des élevages. Et si les zones de pâturage, quand elles existent, constituent des “puits de carbone”, la reforestation également, et de manière plus efficace.

                                          En France, l’élevage est en plus responsable de 80 % des émissions d’ammoniac, qui est une des principales causes des pluies acides qui causent le dépérissement forestier. Un rapport de 1999 sur l’état des forêts en Europe indiquait que 20 % des terres sont très acides, 2/3 des forêts sont endommagées et que 21,4 % d’entre elles ont subi une défoliation d’au moins 25 %. »

                                          Vegan Pour l’environnement : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/pour-l-environnement/ ;

                                          – après, quitte à prendre aussi en considération la sensibilité pour les plantes, quand le souci est de bonne foi, autant devenir végétalien frugivore, c’est-à-dire se nourrir des parties qui ne font pas mourir les plantes, ce que d’aucuns prônent, juste que cela me semble plus compliqué de le généraliser, mais pourquoi pas ;

                                          Bref, j’espère qu’un jour les trolls carnistes cesseront, que les carnistes cesseront d’être carnistes, que la mauvaise foi cessera, que la considération pour les plantes cessera de servir de diversion par rapport à la cause animale, que la végétalisation de la nourriture humaine sera généralisée dans la mesure du possible, quand possible.

                                          Ceci écrit, vu que vous avez eu la patience de continuer de me lire, vous devez déjà connaître ma façon de penser ; au passage merci de votre attention ; c’est plus à ceux concernés, que je critique, que je devrais l’exprimer, si ce n’est que l’écrire ici me permet de faire le point, de clarifier mes arguments.

                                          Re bref, après, me vient à l’esprit une autre façon de considérer le travers de mise en avant d’une cause au détriment d’une autre : le « business militant » et la quête d’audience du fait de la limite en termes de « places de marchés », et le besoin d’originalité pour se démarquer, s’y trouver une place, en faire une voie, un destin.

                                          Alors je ne pense pas forcément pertinent de tout voir par ce prisme, je pense que ce serait une généralité abusive, jugeant mal, juste que le système fait que même les meilleures intentions sont confrontées à un moment donné à certaines problématiques, à une certaine « logique ».

                                          Car même dans une quête de sens, d’authenticité, pour ce qui fait sens à soi, servir efficacement un idéal, des idéaux, dans le système actuel, contre le système, pour un autre système, un autre paradigme, il me semble qu’il y a une limite de « places disponibles », tout le monde ne peut pas faire la même chose. Dans le genre, à écouter la philosophie de « l’altruisme efficace » :
                                          Comment être efficace pour aider les animaux ? : https://www.youtube.com/watch?v=e4Ry8Rz-uuk

                                          Et à noter que je parle pour de ce qui nécessite d’avoir une certaine audience, une efficacité qui y est relative. Parce que pour tout ce qui est action personnelle, actions nécessitant juste de la « bonne volonté », et pour ce qui est choix de vie tel que fonder ou rejoindre un écovillage ou écolieu dans l’état d’esprit de Eotopia :

                                          Les piliers : https://www.eotopia.org/wordpress/fr/les-piliers/

                                          il n’y a pas de souci d’efficacité militante, tant que les conditions extérieures n’empêchent pas l’existence de cette façon de vivre.

                                          Au passage, à propos du concept de « business militant », de la critique du fonctionnement cause par cause et souci systémique, je pense au troisième épisode de la sous-série « Crier au vent » (Yelling at the Wind) de Peter Joseph, sous-série de sa série Web/TV « Culture en déclin » qui a débuté en 2012, épisode qui évoque le « complexe industriel activiste », sur « comment la structure même de notre économie capitaliste détruit la plupart des tentatives de faire quelque chose de bien » (pour la vostfr, activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) : https://www.youtube.com/watch?v=-hpft0__Bps

                                          Et un peu dans la même veine : Garantie économique générale et production culturelle : https://blog.mondediplo.net/garantie-economique-generale-et-production

                                          Bon, comme déjà expliqué, bien entendu, il y a intérêt à se soucier aussi des forêts et de la vie végétale, les respecter, lutter contre la déforestation. Mon message d’aujourd’hui est en réaction à de celles et ceux qui me semblent n’avoir toujours pas saisi l’importance de la cause animale, du «  véganisme antispécisme anticapitalisme », et du besoin de révolution systémique ; en action contre des écolos et des médias, de leurs auteurs, qui ont encore récemment publiés des articles sur les études des plantes tout en semblant manquer d’une certaine « conscience écologique » vis à vis de la cause animale et du véganisme pour l’humanité, avoir la tendance, par leur « ligne éditoriale », critiquée.

                                          Aussi, au final, cela peut paraître un peu trivial de leur faire ce genre de reproches, de l’évoquer de la sorte, d’autant qu’avec le réchauffement climatique cela risque d’être de plus en plus compliqué pour tous, avec un côté un peu mission impossible de défendre certains idéaux au niveau systémique, pour une révolution de système basé dessus, si ce n’est que je pense important de comprendre le mieux possible des soucis et de la cause par la théorie et d’être au moins végétalien végan en pratique quand possible, et de militer pour ces causes, et de la « cause des causes », et qu’il me semble maintenant avoir exprimé tout ce que je souhaitais exprimer sur le sujet, et en suite, vous n’avez probablement pas encore eu le temps de consulter tout ce que je vous ai suggéré, je me dis de nouveau qu’il faudrait plus que je me concentre sur des créations au fil des vendredis, ne pas saturer « votre temps de cerveau disponible » par une pléthore de docs en si peu de temps, toutefois je presque termine le message de ce vendredi en vous suggérant, si vous voulez approfondir de la thèse ayant pour ambition un point de vue écologique le plus holistique possible, de la lecture qui évoque diverses composantes, imbrications, sujets, soucis, causes, potentielle(s) solution(s), dont in fine révolution systémique, de paradigme :

                                          Cf. les épisodes spécialisés écologie et des suggestions sur les réseaux sociaux du podcast.

                                          Je n’ai moi-même pas encore eu le temps de lire les livres qui y sont suggérés qui feraient comme une synthèse de l’écologie en prenant en compte l’importance de la cause animale, du véganisme antispécisme, mais je leur fais confiance pour la pertinence, les arguments, idées, respect de la cause animale. Donc si vous avez du temps de lecture, pour quand vous en aurez, je vous conseille de vous y intéresser ;

                                          • et il y a les livres que j’ai déjà à disposition, pris en photo il y a quelques semaines, notamment :

                                          – « Planète malade, 7 leçons du Covid, L’urgence de repenser le système » de Michel Collon, composé d’un tome d’enquête et d’un tome d’entretiens de diverses personnalités, autour des questions :

                                          « 1. Comment certains pays s’en sont-ils mieux sortis ?
                                          2. Qui a affaibli nos soins de santé ?
                                          3. Le Big Pharma nous protège-t-il ?
                                          4. 40 ans de néolibéralisme : quel bilan ?
                                          5. De quelle économie et de quelle écologie avons-nous besoin ?
                                          6. Se faire la guerre ou coopérer ?
                                          7. Avons-nous bien été informés ? »

                                          Un article qui le présente plus en détails : Analyses et témoignages, Les sept leçons du covid à une planète malade : https://investigaction.net/les-sept-lecons-du-covid-a-une-planete-malade/ ;

                                          – « Urgence ! Il faut sauver les océans », livre du capitaine Paul Watson, qui est un manifeste d’une 100ène de pages, assez rapide à lire, qui me semble très efficace pour sensibiliser sur le souci posé par le réchauffement climatique, très bien synthétiser de son parcours, ce qui l’a amené à fonder Sea Shepherd, de sa philosophie, le souci pour les océans, la cause animale et écologique, avec une partie « Que faire » à la fin.

                                          J’y avais consacré une vidéo et réflexions suite à la lecture du livre : Conseil de lecture et commentaire du livre « Urgence ! Il faut sauver les océans » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/conseil-de-lecture-et-commentaire-du-livre-urgence-il-faut-sauver-les-oceans/ ;

                                          Enfin pour aujourd’hui, pour la route, quelques vers :

                                          « Ère – d’instants – critiques »

                                          Camarades, concitoyens, êtres vivants,
                                          de la terre, des airs, des océans,
                                          des montagnes, des plaines et des forêts,
                                          il y a urgence, l’ère est de plus en plus chauffée.

                                          Humanité, par le carnisme, l’Anthropocène, le Capitalocène,
                                          nous avons mis de la physiologie de la planète à mal,
                                          la balance énergétique s’aggrave, des éléments déchaîne,
                                          n’attendons pas pour bien faire, pas besoin de quête du Graal.

                                          Humanité, savez-vous les diverses formes de pollution ?
                                          Qu’avons-nous collectivement fait du trésor de la vie ?
                                          Constat : carnage d’animaux et de semblables entre les parvis, des pandémies,
                                          complices quand consommation non végane, par système, tant que pas d’r-évolution.

                                          Humanité, urgence climat, urgence Gaza, urgence de Terre,
                                          pour les enfants d’aujourd’hui et de demain,
                                          pour le présent et l’avenir, que l’environnement ne soit un enfer,
                                          il est temps d’une civilisation de soins.

                                          Êtres humains, si vous vous souciez de vous, des animaux,
                                          si vous vous souciez des végétaux, de la vie sur terre,
                                          végétalisez votre alimentation et amorçons un système d’idéaux,
                                          un paradigme dont nous et les descendants seront fiers.

                                          Êtres humains, cessons la machine à guerres,
                                          ce qui a mis en péril, met en péril,
                                          élevons notre voix contre les génocides, les faiseurs de déserts,
                                          le carnisme, le néolibéralisme, la subvention des énergies fossiles.

                                          Êtres humains, appliquons-nous à un système pérenne, qui ait cet objectif,
                                          à de la solution à l’urgence pour des populations, tel à Gaza, en Palestine, paix pour effectif,
                                          prenons en compte les limites, les contraintes écologiques,
                                          à mettre en place une économie noblement économique.

                                          Camarades, concitoyens, êtres vivants,
                                          ne décimons plus les forêts et autres lieux de vie,
                                          de beaux rêves faisons une réalité, un avant-goût de paradis,
                                          soyons de dignes êtres de poussières d’étoiles conscients.

                                          Et petite vidéo : La Terre appelle à plus de militants pour le climat (et végans antispécistes anticapitalistes pour une révolution systémique) : https://www.youtube.com/watch?v=tJEz3vTwHOg

                                          Bonne journée, à vendredi prochain !

                                        • #456
                                          Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                          Maître des clés

                                            Bonjour,

                                            pour aujourd’hui, je vais écrire une lettre comme si j’étais un enfant du futur écrivant à ses ancêtres, par rapport à ce dont il est confronté, aux soucis de lui et de ses contemporains. Peut-être est-ce en repensant à ce qui est évoqué au cours du livre « Urgence ! Il faut sauver les océans », de ce que pourraient reprocher celles et ceux qui auront à faire face à des chamboulements amorcés par le système de leurs ancêtres, peut-être aussi lié à d’autres sources d’inspirations, diverses préoccupations et informations consultées ces derniers temps, un tout.

                                            Toujours est-il qu’en toile de fond il y a l’urgence, l’actualité du réchauffement climatique, de nouveau des feux de forêts sans précédents, les incendies meurtriers au Chili, et la dévastation par les guerres, telles des scènes des atrocités commises sur des enfants et autres êtres de Palestine. Et ce qui me semble être au mieux une forme d’inertie d’un certain nombre, et au pire une fuite en avant dans les divertissements d’autres. Et la frustration d’avoir l’impression de ne pouvoir rien faire pour aider.

                                            Alors j’avoue que du fait de l’impuissance individuelle vis à vis de certains problèmes collectifs et de ce qui ferait solution, de ce qu’il faudrait, de la théorie à la pratique, collectivement faire, je comprends la tentation, le penchant. Et l’un n’empêche pas forcément l’autre, s’aérer l’esprit et se préoccuper des soucis, de faire sa part de colibri à un moment donné. Après, il y a aussi le souci de propagandes, d’être confronté à de la mal information, de mal sensibilisation, de ce qui fait que de quoi critiquer des médias mainstream par un prisme tel que le fait l’association de critique des médias ACRIMED ; et de ce qui fait être confronté à des murs où difficile de faire entendre raison, de sensibiliser pour de la cause concernée. Et j’ai déjà dû m’exprimer au cours de quelques messages sur ce genre de questionnement existentiel. Surtout que le visionnage de vidéos, des scènes d’horreur, sur de ce qui est rapporté des atrocités commises sur les Palestiniens me ramène à ce genre de préoccupations, de « questionnement ». Car c’est le genre d’images (du genre une petite fille amputée ; une autre de 1 à 2 ans, le visage en sang, tremblotant comme fraîchement traumatisée par un bombardement) qui me semblent pouvoir susciter l’émotion même chez les cœurs les plus endurcis, qui devraient faire s’interroger sur ce qu’il y aurait à faire, à concrétiser de l’action immédiate pour les aider. Mais que faire ? Sans être indifférent, tout un chacun à ses soucis, et celles et ceux qui ont l’impression de ne pas avoir de pouvoir sur le cours des événements auraient tendance à tourner leur attention ailleurs. Alors que faire ? Faire passer le message pour tenter d’amorcer une chaîne de solidarité qui finira(it) par être efficace d’une manière ou d’une autre ? Exprimer publiquement son souci même si pense que c’est vain de par soi ? ; qui sait le cause à effets, l’effet boule de neige ?

                                            Cela me fait penser à ce qui m’a amené à devenir végétalien végan. Je ne suis pas certain de ce qui a été le déclic de ma remise en question. De la même façon que de ce m’a amené à une alimentation végé, c’est peut-être de la concordance, plusieurs étapes, suite de périodes où l’idée m’avait traversé l’esprit sans que je prenne le temps de bien m’informer avant de finalement faire l’effort, de faire le dernier bon pas sur le chemin, sans retour en arrière. En tout cas, de ce que je me souviens, la prise de conscience que c’était pas si compliqué de s’alimenter de manière 100 % végétalienne (Tableau nutritionnel : les clés d’une alimentation végétale variée et équilibrée, en bref : https://visuels.l214.com/sites/vegan-pratique.fr/2020/tableau-nutritionnel/tableau-nutritionnel-web/tableau-nutritionnel.pdf

                                            Conseils et astuces pour bien débuter : https://vegan-pratique.fr/conseils-pratiques-vegan-pratique/ ),

                                            avec auparavant la prise de conscience de la souffrance vécue par les vaches laitières, les poules pondeuses, et cetera, ainsi que le lien avec le sort d’abattoirs, y a contribué. Juste que je ne me souviens plus trop de ce qui a déclenché mon passage à l’acte, à l’évolution, ma deuxième révolution intérieure : une ou plusieurs publication(s) d’une association sensibilisant sur le manque d’éthique concernant tout ce qui a trait à l’exploitation animale ; des commentaires sur un groupe de végan ; une partie du discours et des images partagées au cours de la conférence de Gary Yourofsky qui aussi controversée soit-elle pour certains propos de vulgarisation contestable a résonné à faire prendre conscience ; des passages de documentaires tel que TERRIENS (Earthlings) ; du propos de connaissances faisant douter de la viabilité d’être végétalien et pas seulement végé et qui m’ont poussé à vérifier l’exactitude et amené à apprendre qu’en fait c’était tout aussi viable, que c’était pas tellement plus compliqué ; ou de visionnage de vidéos ou de lectures d’articles partagés par des contacts sur les réseaux ? Peut-être une concordance, une sorte de synergie de tout cela.

                                            Bref, cette anecdote pour signifier qu’il est difficile de mesurer l’efficacité d’un essai de sensibilisation à une cause, que même si pas l’élément déclencheur principal, le propos le plus pertinent, ce qui produit le déclic à un moment donné, dans ce qui amène ce déclic, à de la remise en question, à de l’évolution, de la révolution, il y a un tout qui y contribue. Un tout composé de divers instants, de diverses réflexions, un cheminement parsemé de graines, de fleurs et d’arbres. Métaphore pour qualifier des citations, des pensées, des envolées textuelles, des courtes vidéos, des articles, des livres, des conférences, des créations vidéos et des documentaires conséquents.

                                            Et donc que l’essentiel, à la base, quand sensibilisé à de la cause, est de s’informer au mieux puis de s’exprimer pour, d’une manière ou d’une autre ; de passer à l’action en conséquences d’une manière ou d’une autre.

                                            Après, certes, l’audience maximise l’efficacité. J’avais lu une théorie comme quoi un passage dans un média mainstream, à un moment où très regardé, écouté, pouvait être plus efficace qu’un grand nombre de militants en terme de « faire passer le message ».

                                            Il n’en reste pas moins que je pense qu’il y a intérêt à faire sa part de colibri. Reste que si il peut être facile de devenir végétalien et tendre vers le véganisme ; que de le vouloir en action, après s’être un minimum bien informé, cela peut être rapide, et plus ou moins facile de l’expliquer à d’autres, de leur en faire prendre conscience, partager sa propre prise de conscience et ses connaissances mises à jour, ne serait-ce qu’à travers des recettes végétaliennes véganes, des programmes conseillant pour la transition, des articles, conférences, entretiens, podcasts ; d’autres causes nécessitent une action qui n’est pas dans le pouvoir individuel à court terme, et que pour des habitants de la Palestine, comme pour le climat, il y a Urgence.

                                            Si ce n’est que c’est aussi plus complexe que juste devenir végétalien quand le mobile est pour le respect de la vie animale. Et sachant que comme pour la cause animale, quand on a compris l’intérêt pour les animaux, cultivé de l’altruisme, il ne s’agit pas que du changement par la consommation, de boycott, et pas que autre action individuelle. Leur souci impliquerait de la mise en place par le « plan politique », la « sphère politique économique », d’y aboutir, d’arriver à concrétiser un système adapté. En l’occurrence, par exemple, comme déjà expliqué, argumenté, pour la cause animale de la solution serait de l’application de la philosophie antispéciste, un autre système que le capitalisme / Capitalocène / Anthropocène, genre de l’idéal de l’antispécisme, de la Zoopolis :

                                            Pour la Palestine, dans l’immédiat, cela, de la « solution », en prémices, peut peut-être être faire passer des messages de sensibilisation à tous ses contacts, des liens tel que :

                                            • Et : L’esprit du temps de Gaza avec Peter Joseph et Abby Martin (pour la vostfr, activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) : https://www.youtube.com/watch?v=RoMuEBcusSk

                                            « Il vous appartient de vivre ! », HK chante le dernier poème de Refaat Alareer poète palestinien de Gaza : https://www.youtube.com/watch?v=w6vdQJNwcxY

                                            « Naci en Palestina », chanson de EMEL : https://www.youtube.com/watch?v=NQFNcfUygqA

                                            « Souty » (« My Voice »), de EMEL, chanson qu’elle a dédié au courageux peuple de Palestine : https://www.youtube.com/watch?v=7t2YS7wI5Wc

                                            Et contacter les politiques, s’intéresser aux chaînes de solidarité, des actions faisant pression sur de ce qui a du pouvoir, sur de ceux qui ont du pouvoir, une forme de pouvoir, d’une manière ou d’une autre. Un peu de tout cela ?

                                            Ceci écrit, précision, au passage : le genre de discours qui me semble contre-productifs, en plus d’être considérés hors la loi, condamnables, c’est ceux qui font de l’antisémitisme. Même compris comme une réaction à la tragédie en cours du point de vue palestinien, ils reflètent à mon sens l’inconscience de ce qui y a conduit, ce qui a fait le jeu du sionisme par opposition outrancière, criminelle, par la même logique guerrière. Et en fait, tant que pas de révolution de système, des meilleurs alliés à la paix et au respect de l’intégrité des Palestiniens me semblent être des Israéliens objecteurs de conscience militant pour la Palestine et des Juifs antisionistes.

                                            Pour ce qui est du réchauffement climatique, c’est un peu la même problématique, le même souci. Cf. l’entretien « L’esprit du temps de Gaza » avec Peter Joseph et Abby Martin (pour la vostfr, activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) : https://www.youtube.com/watch?v=RoMuEBcusSk

                                            En action individuelle réalisable rapidement, facilement quand possible, d’aucuns prônent la végétalisation de l’alimentation et la sensibilisation autour de l’urgence, de besoin de prendre en compte certaines contraintes, les « limites planétaires », dont par la fin de la subvention des énergies fossiles et puis donc le besoin de révolution du « système politique » et de l’économie, du « système économique », vers une « économie économique ».

                                            C’est la sensation de cette urgence, les trolls internet du climato-scepticisme et les critiques qui me semblent légitimes à l’encontre des COP, et la difficulté de mise en place de solution(s), de faire acter, contrer une forme de statu quo, qui m’a aussi donné envie de claviarder une lettre l’évoquant.

                                            Re bref, la voilou :

                                            « Lettre d’amer »

                                            Chers ancêtres,

                                            alors que j’ai regardé de la nature se déchaîner, puis les comptes rendus de drames s’enchaîner les uns après les autres sur mes lunettes connectées, et lu quelques analyses, je me pose des questions, tente de penser par moi-même après avoir tenté de m’informer le mieux possible.

                                            Bon, rien de nouveau sous le soleil, comme qui dirait. Cela fait des années que je tourne en rond autour de ces réflexions, et je ne me suis pas donné le temps de bien y penser par vanité de vous exprimer mon opinion qui ne peut rien changer à ce qui s’est passé, se passe. Juste qu’une force intérieure me pousse à vous écrire cette lettre, tel un besoin cathartique.

                                            D’ailleurs me vient à l’esprit une question existentielle : même si ancrer ces mots n’a pas d’effets immédiat, n’empêchera pas la continuation d’extinctions de masse, la périclitation de la civilisation, de l’avènement de l’apocalypse, ils ne seront pas lettre morte vis à vis de l’absolu ? Si il y a une vie après la mort, un au-delà, une forme de suite comme je le crois, peut-être qu’un esprit absolu, un(e) être transcendantal(e), reverra ses a priori et prendra en considération l’avis d’êtres incarnés ? Un peu comme le concept de la sainte colère, le droit à la sainte colère ?

                                            Non que je sois en colère en ce moment, pendant que j’écris ces lignes. Plus d’humeur désolé. Encore que, repenser au carnage fait remonter en moi des effluves d’indignation, de reproches.

                                            Bref, chers ancêtres,

                                            je sais qu’un certain nombre d’entre vous ont fait tout ce qu’ils pensaient pouvoir faire pour tenter d’endiguer des effets délétères amorcés par la civilisation industrielle, le Capitalocène, que de vous n’avaient rien à se reprocher. Mon reproche concerne plus les inconscients que vous n’avez pas réussi à sensibiliser à de la cause, dont sur les soucis posés par le réchauffement climatique, le funeste, les tragédies qui allaient en découler, et potentielles solutions.

                                            D’ailleurs, et c’est peut-être parce que j’écris en écoutant en boucle la chanson « Plus rien » des Cowboys Fringants : https://www.youtube.com/watch?v=ZMxAdn7w0fY

                                            et 8 secondes : https://deezer.page.link/NgbRxmf36KmLWhpi8

                                            je me dis qu’il y avait peut-être du mektoub, de l’inéluctabilité, du fait du système, des conditions par des choix impulsés depuis une époque antique. Non pas qu’il n’en aurait pas pu être autrement. Je suis convaincu que même si il y a eu influences des circonstances, tel un cours d’eau qui finit par suivre un parcours du fait du terrain, il y a eu des décisions arbitraires qui auraient pu être autre, changer de la trajectoire, faire « solution ».

                                            Reste qu’il n’a pas été pris acte des signaux d’alerte, pas bien écouté des lanceurs d’alerte, pour diverses raisons, et que le réchauffement climatique s’est aggravé, les catastrophes se sont succédé, des villes et des îles sous les eaux, des famines, des réfugiés climatiques, de plus en plus de conflits. Le Royaume-Uni a notamment bien morflé.

                                            Et j’ai récemment lu un constat qui avait été fait en 2019 par un certain Nathaniel Rich  :

                                            « Presque toutes les conversations que nous avons en 2019 sur le changement climatique se tenait en 1979. Cela inclut non seulement les prédictions sur les degrés de réchauffement, l’élévation du niveau de la mer et les conflits géopolitiques, mais aussi les spéculations sur la technologie de géo-ingénierie, les appels à aider les pays en développement à surmonter la famine et la maladie sans s’appuyer, comme nous l’avons fait, sur des augmentations massives de la consommation de charbon et sur des analyses coûts-avantages qui semblent toujours favoriser l’inaction. Il y a quarante ans, les politologues, économistes, théoriciens sociaux et philosophes qui étudiaient la menace lente du changement climatique a généralement convenu qu’on ne pouvait pas compter sur nous pour nous sauver. »

                                            Citation tirée du livre ‘Losing Earth: A Recent History‘ (page 200) de Nathaniel Rich.

                                            Et : Je suis Climatologue. Don’t Look Up expose la Folie que j’observe chaque jour ! : https://mrmondialisation.org/je-suis-climatologue-dont-look-up-expose-la-folie-que-jobserve-chaque-jour/

                                            Et : Tribune : Urgence écologique, on nous roule dans la farine ! : https://mrmondialisation.org/tribune-urgence-ecologique-on-nous-roule-dans-la-farine/

                                            Et mais j’ai beau me dire que les connaissances sociologiques expliquent des mécaniques du souci, le pourquoi du comment de la situation critique et d’inactions, ces études auraient pu servir à réfléchir à des solutions, impulser une révolution paradigmatique.

                                            Et je me demande si vous étiez, qui d’entre vous étaient, de ces courageux militants cherchant à sensibiliser pour une cause, de la masse des divertis, ou des lobbies complices ? Et de quoi étiez-vous au courant, de quels soucis et potentielles solutions aviez-vous conscience ?

                                            En défense, peut-être aviez-vous pas bien compris en votre âme et conscience tout ce que cela allait impliquer pour vos descendants et ce qu’il aurait fallu faire sur le plan systémique ? Quelle propagande vous a empêché de voir l’évidence à un moment donné et vous préoccuper de l’essentiel pour « assurer le minimum » pour le bon déroulement de la vie sur Terre ? La même, du même genre qui avait fait de nombre d’entre vous les complices de carnages d’animaux avant que la législation condamne fermement les écocides – un peu trop tard pour modifier la trajectoire civilisationnelle, du déclin, du fait des boucles de rétroaction – et la mise à mort d’animaux, mette fin à l’ère des abattoirs ?

                                            Quand des notes d’études, de près d’un siècle, liées aux industries fossiles évoquaient le souci, de quoi en déduire que des au courant et ayant du pouvoir étaient dans l’état d’esprit « après moi le déluge ». Quid de celles et ceux qui ont écouté des scientifiques comme Carl Sagan, des scientifiques qui s’étaient exprimés et avaient porté à la connaissance de politiques et du public, lors d’une audience, le souci lié au réchauffement climatique ? Aviez-vous été bien informés des implications ? Mis au courant ? Bien conscients ? Et eux, se sont-ils sentis démunis contre des forces systémiques, la difficile tâche de révolutionner l’économie ? Peut-être étaient-ils trop en avance sur leur temps, comme alerter que le Titanic va heurter un Iceberg alors qu’il a pas encore été mis à l’eau n’aurait pas l’effet attendu, ne serait pas pris au sérieux ? Toutefois, petit à petit le péril et des effets délétères se sont manifestés. Comment le climato-scepticisme a-t-il pu rester important, et de ceux convaincus attendre que d’autres se bougent ?

                                            Et de quoi vous croyiez-vous libre ? De ruiner le futur ? Ne valiez-vous pas mieux, ne valions-nous pas mieux en tant qu’êtres suffisamment conscients des conséquences des « actes », du système alimenté par ceux-ci d’une certaine façon ?

                                            Si grâce à une machine à voyager dans le temps vous aviez été mis au courant des catastrophes dans les années de votre avenir, de manière certaine, si rien ne changeait comme il aurait fallu pour les éviter, cela aurait-il eu l’effet nécessaire ?

                                            Cela me fait penser à la chanson « Le jour d’après » chantée par Chimene Badi, chanson qui a maintenant près d’un demi-siècle. Le genre de chanson qui aurait dû faire mouche, qui a peut-être sensibilisé certains, éveillé des gens à la cause. Et après ? Il aurait pu être tout fait, mais cela n’a malheureusement pas été suffisamment le cas sur le plan collectif, systémique, pour un système plus pérenne.

                                            Au final, il s’est passé ce qu’il s’est passé. Et après, j’espère qu’au moins les erreurs qui ont été commises serviront à éviter de les commettre sur d’autres planètes, voire dans un au-delà, si elles peuvent y être commises, que les idées sur le cause à effets, de la solution pour les éviter, peuvent y être communiquées et comprises.

                                            A méditer :

                                            • Le film long métrage « InterReflections » (des sous-titres français peuvent être activés (cliquer sur « CC » à droite du réglage du volume et sélectionner la langue de votre choix)) : https://www.interreflectionsmovie.com/watch

                                            dont le Documentaire pièce de théâtre « Écocide changer ou disparaître » : https://www.youtube.com/watch?v=eoTgjCTuPOw

                                            Bref, notre génération a de quoi l’avoir mauvaise contre de celles qui auraient pu agir et r-évolutionner à temps, contre celles et ceux qui étaient bien au courant et avaient du pouvoir de changement collectif, systémique, mais sont restés dans l’expectative.

                                            Mais je termine cette lettre le cœur léger, bien qu’indigné par ce que je trouve « pas glop » et que peiné par les divers drames rapportés de par le monde (à l’instant : New-York KO !),

                                            en pensant à des paroles de sagesse qui m’amènent à penser que la haine, que la colère sont mauvaises conseillères, que les mauvaises humeurs sont un état d’être froissé par « l’extérieur », par le côté obscur de la force comme disent les adeptes de la fiction autour de l’ancêtre Luke Skywalker,

                                            et que les bonnes humeurs, les bons sentiments, dont l’amour, des actes constructifs, c’est de par soi, un état d’être apaisé, absolu.

                                            Je vous souhaite d’y arriver, je nous souhaite d’y arriver, par-delà les événements mortifères,

                                            que les échecs et « bonnes idées » du point de vue de la vie terrestre serviront des idéaux, de l’idéal, au moins dans l’au-delà dont l’existence me semble avérée.

                                            Cordialement,
                                            Un de vos jeunes descendants qui écrit aux portes de l’été 2060

                                          • #457
                                            Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                            Maître des clés

                                              Bonjour,

                                              Mercredi 14 février 2024, c’était la Saint-Valentin (ce sera la Saint-Valentin). Fin janvier, j’avais hésité entre l’évoquer en avance ou en retard, puis j’y ai plus pensé du fait de l’actualité. Alors je l’évoque en retard ce vendredi (ou tout du moins par rapport à quand cela arrivera à vos yeux, à ce vendredi ; au sens que j’aurais pu écrire autour pour celui de la semaine dernière si j’y avais pensé), ou alors considérez que c’est en avance de près d’un an sur l’année prochaine (ou du fait que je scribouille à ce sujet avant vendredi, et en l’occurrence je suis en train d’écrire cette introduction en début de semaine, donc avant la Saint-Valentin 2024). À vous de voir, de considérer comme vous le voulez.

                                              Toujours est-il qu’avant d’évoquer plus en détail ce jour, la Saint-Valentin, de scribouiller autour du symbole, je voudrais évoquer de nouveau le souci pour la Palestine. Au départ, je comptais plus le faire en improvisant à la guitare et en lisant un poème déjà écrit, ce sera peut-être pour la semaine prochaine. Du fait de la Saint-Valentin et la tragédie, le carnage qui continue et l’urgence, me viennent à l’esprit diverses réflexions.

                                              Bref, sans prétendre avoir complètement pris conscience de l’aspect « héroïque » en de pareilles circonstances,

                                              je trouve éprouvant de voir les images des tragédies qu’ils ont vécu, vivent.

                                              Et même en restant prudent sur l’instrumentalisation des images, je pense notamment à un cas où il avait été fait croire que des pouponnières avaient été décimées, je crois bien que c’était un des médiamensonges en lien avec : Rôle des médias dans le génocide des Tutsi au Rwanda : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%B4le_des_m%C3%A9dias_dans_le_g%C3%A9nocide_des_Tutsi_au_Rwanda

                                              ici, il me semble clair que :

                                              – si il devait y avoir propagande du côté Palestinien, elle ne sert pas un discours de va-t-en-guerre mais de défense, de préoccupation de leur sort ;

                                              sur le plan de la propagande, un élément de langage qui me semble propagandiste, contestable, c’est les titres qui évoquent guerre contre le Hamas alors que nombreux sont les civils palestiniens qui sont victimes ; que se joue d’une certaine façon le sort de la bande de Gaza et du peuple de Palestine et pas seulement d’un groupe de terroristes qui serait attaqué au « cas par cas ». Si ces journaux avaient titré les mobiles de la Russie et la complexité du dossier autour du Donbass, que c’était pas tant une guerre contre l’Ukraine, les gens auraient-ils accepté cette version ou fait un scandale, conspué les journalistes l’évoquant ? Et je pose pas tant la question pour signifier qu’il y a un parallèle à faire entre les deux « guerres ». Concernant l’histoire et les débats autour du conflit en Ukraine, je vous renvoie à ce que j’ai déjà exprimé à ce sujet et aux conférences et analyses publiées par le collectif Investig’Action : https://www.youtube.com/@michelcollon/search?query=Ukraine

                                              Concernant la situation en Palestine, réflexions critiques de médias, voir les vidéos de Télé-Palestine : https://investigaction.net/category/tele-palestine/

                                              et analyses, conférences et entretiens diffusées sur : https://www.youtube.com/@michelcollon/search?query=Gaza ;

                                              – je n’ai pas encore beaucoup pris le temps de faire une recherche, de l’investigation pour m’informer sur l’authenticité de vidéos de scènes de drames partagées sur les réseaux, mais des organismes crédibles ont fait état de la situation dramatique, et ne serait-ce que les déclarations belliqueuses d’anti Palestiniens attestent de la plausibilité, après, si vous voulez faire la recherche par vous-même, voir des publications liées à #Gaza, dont celles partagées par Aymeric Caron : https://twitter.com/CaronAymericoff ;

                                              Bref, je ne sais si j’ai complètement pris conscience de l’aspect « héroïque » en de pareilles circonstances,

                                              en tout cas je trouve éprouvant de voir les images des tragédies qu’ils ont vécu, vivent.

                                              Par « héroïsme », je pense entre autres au slam de la poétesse Rafeef Ziadah : « Nous enseignons la vie, monsieur ! »  (vostfr) : https://www.youtube.com/watch?v=-LGCTw5wj8U

                                              Au sens que je dirais qu’il faut arriver à avoir une extraordinaire force de cœur positive pour ne pas sombrer dans l’amertume, les émotions négatives, garder la tête haute.

                                              Chapeau.

                                              Après, étant donné ce qui se passe pour la Palestine, les crimes, et ce qui se passe et ne se passe pas sur le plan international, la difficulté de concrétiser de l’aide, le souci pour la Palestine et compagnie, je comprends ceux qui perdent foi en l’humanité, même de ceux qui prennent en compte les jeux d’influences, les circonstances systémiques, les connaissances sociologiques, les comprennent, tel que l’a écrit Peter Joseph :

                                              « une fois de plus, chaque jour je me demande pourquoi j’ai un quelconque respect pour la société humaine – pourquoi tout travail activiste a un sens en général.

                                              Qu’est-ce qu’on essaie de sauver exactement à ce stade ?

                                              c’est toute une planète d’automates surtout narcissiques auto-indulgents.

                                              et l’apathie que nous voyons à l’échelle mondiale face à cette circonstance prouve à quel point la société est en faillite morale. »

                                              Extrait d’un message qu’il a partagé sur son compte Instagram : https://www.instagram.com/p/C3N-nJdPrJT/

                                              Et je dirais que cela rejoint la préoccupation de comment rendre sensible à une cause, la difficulté de contrer les propagandes, les lobbies de la doxa néolibérale, dont les trolls séides inconscients, et faire « passer le message », d’être écouté et compris à travers la masse de diversions, de divertissements.

                                              Et le parallèle vous paraîtra certainement trivial si vous n’êtes pas encore tellement sensible à la cause animale, mais c’est un peu cette désolation face aux catastrophes de l’histoire de l’humanité, que je ressens, que je pense, quand je vois que tant de gens ont encore du mal à prendre conscience que les animaux sont des êtres sentients qui mériteraient de pouvoir vivre leur vie, et que les carnistes sont complices de leur mise à mort par leur consommation alors qu’ils pourraient être végétaliens si ils s’informaient mieux, élevaient leur niveau de conscience.

                                              Et certes, des sondages évoquent un très grand % de population affirmant être sensible à la cause animale. Sauf que entre le sondage et l’acte, l’action, il y a la différence de la théorie à la pratique. Et peut-être que la plupart font de la dissonance cognitive, ignorent encore que cela peut être assez simple de végétaliser à 100 % son alimentation (voir informations, recettes et « astuces », conseils nutritionnels sur des sites dédiés, tel que : https://vegan-pratique.fr/ ).

                                              Toujours est-il que ce qui compte, c’est pas que les bonnes intentions mais surtout le concret. Et au niveau concret, les militants d’associations pour la défense des animaux sont souvent confrontés à un entourage qui est comme le reste de la population, formaté par le carnisme, et il faut parfois rassembler beaucoup d’énergie et du temps pour arriver à traverser les murs de la doxa carniste et les faire évoluer vers le végétalisme, qu’ils remettent en question leurs mauvaises habitudes jusqu’à tendre vers le véganisme. Ce n’est pas mission impossible, mais parfois très compliqué.

                                              Et quand je repense à mon cheminement, mon évolution, je me dis que c’est facile tout en étant complexe. Parce que je pense être naturellement sensible et « bon public » vis à vis de ce qui titille la fibre émotionnel et mais qu’il m’a fallu du temps avant d’en prendre pleinement conscience, d’être cohérent en acte, dont par mon alimentation, apprendre et comprendre que c’était pas si compliqué de végétaliser, à être végan à en défendre de la cause, militer pour à ma façon.

                                              Encore que, Internet facilite le partage des connaissances, permet de rendre le déclic et le passage à l’action plus rapide, si ce n’est qu’il faut pouvoir « capter du temps de cœur et de cerveau disponible » et qu’il y a la mal-information, la propagande des lobbies carnistes et d’exploitations d’animaux à contrer (certains vont à traiter des végans d’extrémistes, sauf qu’il n’y a rien d’extrémiste à respecter les vies animées, à vouloir épargner des vies, et de mon point de vue l’extrémisme c’est leurs trolls de carnistes et se complaire dans ce qui participe de la mise à mort, ne pas arriver à bien en prendre conscience, ne pas bien chercher à comprendre les bonnes raisons d’être végan et d’en prendre acte et évoluer en connaissance de cause).

                                              Pour ce genre de raison, dans l’idée d’arriver à « rendre sensible », les militants et les associations animalistes multiplient en général les différents types de publications. Sachant que le déclic peut venir par l’humour, des images chocs, des témoignages de fond, des articles, documentaires, conférences, des « astuces » pour rendre ses recettes préférées végétaliennes véganes, des recettes végétaliennes véganes de base et / ou des conseils nutritionnels évoquant que c’est assez simple d’adopter un régime végétalien, totalement végétal, végan.

                                              Aussi, j’ai vu des témoignages d’anciens éleveurs, d’anciens employés d’abattoirs, d’anciens pêcheurs, d’anciens chasseurs, d’anciens amateurs « chevronnés » de cadavres d’animaux cuisinés, changer radicalement, qui laissent à penser l’espoir que tout un chacun pourrait avoir le déclic à un moment ou un autre, peut l’avoir, l’aura, ne plus être dans une sorte de dissonance cognitive, faire de même, évoluer à en devenir végan.

                                              Toutefois, dans certains pays comme en France le % de végétalien serait encore peu élevé, le chemin semble très long, si ce n’est jamais si la 6ème extinction de masse continue sur sa lancée, avant d’espérer que se concrétise l’abolition des abattoirs, l’idéal de la Zoopolis.

                                              Si je me souviens bien, Victor Duran-Le Peuch, l’auteur du podcast « Comme un poisson dans l’eau », évoque une forme de lobby, explique du souci, ce genre de « situation » au cours de cet épisode de lecture : « Les humanistes ont de quoi trembler ! » : https://www.youtube.com/watch?v=kae26j10vHQ

                                              Et quand on comprend l’urgence à agir contre le réchauffement climatique (cf. les messages partagés par des spécialistes du sujet tel que : https://twitter.com/PCarterClimate ), l’urgence pour des animaux non humains, l’urgence pour des habitants de la Palestine et d’ailleurs, et la majorité de la population la tête ailleurs, abreuvé par un système considéré délétère, et l’alimentant par leur collaboration (Comment les think tanks sponsorisés par l’industrie de l’armement promeuvent la guerre permanente : https://investigaction.net/comment-les-think-tanks-sponsorises-par-lindustrie-de-larmement-promeuvent-la-guerre-permanente/ ),

                                              il y a de quoi devenir catastrophiste, défaitiste, découragé.

                                              Si ce n’est que même si par « réalisme », il y a de quoi être découragé, défaitiste, par « logique », bon sens, rester dans cet état d’esprit, ne pas arriver à le transcender, il me semble que cela ferait, cela fait les affaires de ce qui est déploré : le laisser faire, l’attentisme, les diversions ; tout ce qui fait le jeu d’une sorte de statu quo, d’un système capitaliste, de climato-sceptiques, de criminels, de va-t-en-guerre, de pollueurs, de génocidaires, de faiseurs d’extinctions de masse, et détourne de solution(s).

                                              Donc, même si cela semble mission impossible, j’ai envie d’écrire qu’à l’instar de gens comme la poétesse Rafeef Ziadah, nous n’avons d’autre choix que de faire du mieux possible pour ne pas sombrer à devenir défaitiste, pour servir de la cause, tenter de rendre sensible à de la cause, impulser de l’action, éveiller de l’empathie, susciter de la compassion et de l’action altruiste pour de la cause, à en arriver à de la révolution, l’impulsion vers un nouveau système, un système végan antispéciste anticapitaliste pour l’humanité.

                                              Tel que l’invite le sage Matthieu Ricard, telle qu’avec sa pensée de la semaine :

                                              « Les images de souffrance, de persécution, d’abus et de maltraitance abondent et sont nécessaires pour éveiller les consciences. Mais il faut maintenir un équilibre pour ne pas tomber dans le ” syndrome du mauvais monde ” qui mine notre espoir et nous convainc que l’être humain est foncièrement mauvais. En vérité, nous avons au plus profond de nous, à la manière d’une pépite d’or dans sa gangue, un extraordinaire potentiel de bonté, de connaissance et d’éveil. Il importe de prendre conscience de ce potentiel, de l’actualiser et de l’amener à son point optimal… »

                                              Source : https://www.instagram.com/p/C3SJb9JsMQa/

                                              Au passage, j’ai évoqué plus haut les éléments de langage contestables, au service d’une propagande déplorable, et le genre que je considère comme tel, c’est les expressions sous-estimant les animaux, dépréciant les animaux. Certains défenseurs de la Palestine déplorent à juste titre « l’animalisation des Palestiniens » comme langage génocidaire, si ce n’est qu’il y aurait aussi à déplorer le mépris sous-entendu pour les animaux et l’extinction de masse dont ils sont victimes ; autant par ceux qui usent et abusent de ce langage que celles et ceux qui s’en offusquent sans rappeler que la plupart des animaux sont plus intelligents, plus conscients que beaucoup présupposent, ont diverses qualités qu’un certain nombre auraient tendance à sous-estimer. Et je pense que l’humanité concrétisera son « potentiel de bonté, de connaissance et d’éveil » quand tout un chacun aura pris conscience que les animaux ont aussi un potentiel que les amateurs de leurs cadavres sous-estiment, ignorent.

                                              Des intervenants du podcast « Comme un poisson dans l’eau » : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                              développent ce genre de thèse ; le souci de « l’animalisation », des éléments de langage, l’implication pour les causes communes contre le racisme, pour du féminisme, de l’écologie et lutte des classes ;

                                              Maintenant que j’ai évoqué le souci pour la Palestine et la cause animale, passons à la Saint-Valentin. J’imagine que vous avez déjà dû lire au moins une fois une publication synthétisant de l’histoire autour de ce jour, du symbole, de l’origine, de l’évolution des coutumes, selon les pays, des hypothèses se complétant d’une certaine façon. Si non, une petite recherche avec « Saint-Valentin » en mot-clé et vous devriez trouver. Là, mon intention c’est plus d’évoquer le symbole. Encore que, j’ai écrit en introduction de ce message que je scribouillerai autour de ce jour symbolique, mais c’est plus / surtout au sujet de « l’amour » qui n’est pas lié qu’à un seul jour en particulier dans les cœurs aimants.

                                              Aussi, en fait, vous trouverez peut-être un peu niais de l’évoquer de la sorte, mais tous ces « éléments », sujets (morts d’êtres à Gaza, guerres de l’humanité, vidéos informant autour, scènes d’horreurs aussi dans les abattoirs, la désespérance que cela peut susciter, et la Saint-Valentin), me font penser au film le 5ème élément de Luc Besson, le moment où Leeloo apprend de l’histoire de l’humanité, dont visualise du cauchemar, réalise la côté atroce dont sont capables les humains, se met à douter de l’intérêt de sauver la terre, et où c’est une forme de l’amour qui sauve d’un sort funeste.

                                              Et en fait, à mon sens, la Saint-Valentin est un prétexte, une occasion. Le mobile, l’essence-ciel c’est l’amour, et pour l’essence de l’amour, que l’amour se vit, cela s’ancre par une histoire. La Saint-Valentin serait donc l’élément non essentiel / non indispensable d’une histoire d’amour, mais pouvant en être du sel, s’inscrivant en anecdote dans un scénario, un élément, une occasion pouvant enrichir le scénario que deux êtres chercheraient à écrire en commun, par « interactions ».

                                              Trois vidéos du journal de Personne qui me semblent chacune à leur façon très bien le cristalliser :

                                              Et euh, ceci écrit, j’en ai peu honte mais j’avais gribouillé il y a plus d’une 10 d’années un comic strip spécial Saint-Valentin que voilou :

                                              comic strip Saint-Valentin, humour au sujet de coeur offert à une amour à l'occasion de la Saint-Valentin

                                              Et il y a trois ans j’ai composée une vidéo de recette de chocolats végans pour l’occasion. Un peu aussi honte du résultat, en partie parce que la vidéo générée ne correspond pas au montage, à l’intention, dû au fait que le logiciel vidéo que j’utilisais avait bugué et qu’à cette époque je n’avais pas encore pris le temps d’identifier le pourquoi du comment. Toujours est-il que voilou  :

                                              Cuisine, art, politique et compagnie. Recette de chocolats à la crème d’avocat et au citron vert : https://www.youtube.com/watch?v=Zh5sBqqrvAI&list=PLWG3MhJ7E0kjmx-Ti1ZSfgsa1JBlMIXeB&index=3&pp=iAQB

                                              Bon vendredi, bonne fin de semaine !

                                            • #458
                                              Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                              Maître des clés

                                                Bonjour,

                                                pour aujourd’hui, ce sera lecture de trois poèmes avec improvisation musicale en accompagnement, un peu beaucoup à l’arrache. J’aurais certainement mieux fait d’accompagner sans impro, de la sorte, on va dire que c’est pour faire mumuse.

                                                A ce propos, je pense entre autres à la thèse du « jeu comme outils de résistances pour contourner ou surmonter le cadre imposé ». Cela mériterait d’être explicité, d’y consacrer un « message ». Peut-être que je le ferai au cours d’un vendredi, si ce n’est que j’aurai rien à vous dire de plus que de ceux qui ont fait des conférences, exprimé de l’historique et des réflexions, tel qu’au cours des vidéos partagées sur :

                                                Conférence gesticulée : Capitalisme et Sport : jeu, set et match ! : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/conference-gesticulee-capitalisme-et-sport-jeu-set-et-match/

                                                Aussi, si vous voulez par avance comprendre, avoir de mon et de leur point de vue, si vous souhaitez être proactif(ve), à écouter notamment la vidéo titrée : « Le jeu comme outils de résistances pour contourner ou surmonter le cadre imposé ».

                                                Ceci écrit, avant de prendre la guitare puis le micro et de faire travailler ma voix, il y a récemment eu la mort d’un « opposant » au président russe qui a fait pas mal de vagues sur les réseaux, et diverses sortes de réactions m’ont de nouveau amené à me requestionner sur les partis pris, le lien entre les médias regardés et les considérations, les variations de points de vue. Aussi sur ce qui semble être en trame de fond de leurs préoccupations, ce qui fait réagir, et ne fait pas réagir, un certain nombre, pas que eux, comme eux.

                                                Et en fait, c’est surtout de constater une tendance sur des comptes « d’influenceurs(euses) », qui m’a amené à me requestionner à ce propos. Notamment des publications d’une auteure à succès connue pour certains engagements, de ses « marottes », et vertement conspuée par une communauté. Au passage, cela m’a aussi fait penser à des critiques qui pourraient être émises contre certaines stratégies militantes, par rapport au fait qu’on pourrait considérer que certains militants ont été contre-productifs vis à vis d’elle, s’en faisant comme une antagoniste pour le moment. Encore que, pour être juste, bien juger de l’efficacité, c’est à voir sur le long terme.

                                                Toujours est-il que cette auteure et d’autres « influenceurs(euses) » dont j’ai zyeuté les publications sur des réseaux sociaux, ont le courage de leurs opinions, de s’engager pour certaines causes, si ce n’est qu’ils semblent plus sensibles à la fin tragique d’un « opposant » au président russe qu’au peuple de Palestine, ainsi qu’à la cause animale, qu’à l’extinction de masse, qu’à ce qui provoque des écocides. Comme des féministes et autres -istes qui chercheraient à être « capitaliste compatible », ne remettant pas en question le paradigme « économique non économique », et semblent ne pas se préoccuper des soucis écologiques, des écocides, des effets du réchauffement climatique et de la cause systémique. Et je trouve donc de leur « communication » (et non communication) critiquable par ce prisme.

                                                Et que cela m’a mené à ce genre de réflexion : « Dites-moi quel média vous lisez et / ou regardez (et ce que vous partagez / retenez en tant que personnalité publique sur les réseaux), et je vous dirai ce que vous ignorez, que vous ne savez pas encore, ce que vous auriez à apprendre et à comprendre. »

                                                Cela peut paraître arrogant, mais d’un point de vue critique des médias et puis sociologique, il me semble qu’il y a de quoi faire ce genre de déduction, avoir ce genre de considération, de constat critique.

                                                Alors certes, on pourrait considérer qu’il est normal que chacun prêche pour la chapelle, le paradigme dans lequel il croit. Si ce n’est que si on prend du recul sur nos croyances (et c’est aussi valable pour les adeptes de la zététique qui prétendent exercer de la méthodologie), pour certaines, pour certains sujets, il y a l’importance de la « matière à penser », et quand on prend le temps d’approfondir se constate les bases solides de départ et / ou les carences, les préjugés, les intox, les biais, l’ignorance de faits ou de versions plausibles.

                                                Et si en matière de sujets non traités, divers camps pourraient se renvoyer le balle, que malheureusement il n’y a pas qu’en Palestine où des atrocités sont commises sur de la population (condoléances aux familles de victimes), sur des êtres vivants (voir entre autres divers conflits considérés peu traités ou mal traités par des médias, évoqués au cours de l’émission « Le monde vu d’en bas », émission d’analyse de l’actualité par le sociologue Saïd Bouamama : https://www.youtube.com/playlist?list=PLKRJPEdkidUou8Wd8_hhRa9u6vkGmUmp_ ),

                                                il n’en reste pas moins que je trouve que des « influenceurs(euses) » évoqués se trouvent une ou des causes à défendre en passant à côté du « cause à effets », ne militant pas pour une solution systémique, d’un point de vue plus ou moins holistique ; quand ce n’est pas faire le jeu d’une certaine propagande contestable ; quand ce n’est pas semblant ignorer des soucis qui concernent tous (y compris les animaux non humains) et donc semblant ignorer de la solution qui devrait être systémique, paradigmatique.

                                                Et que la façon dont certains évoquent la mort de Navalny tout en se souciant peu ou pas d’autres cas, des imbrications entre sujets qui devraient les faire s’en soucier et les évoquer aussi à un moment ou un autre, sans le faire, à en être – au moins en apparence – dans une certaine ignorance ou forme d’inconscience, reflète ce genre de souci, de problème, je pense.

                                                Un point de vue à ce propos : La mort de l’opposant russe Alexei Navalny : https://investigaction.net/la-mort-de-lopposant-russe-alexei-navalny/

                                                Extrait introduction : « La mort de l’opposant russe Alexei Navalny dans une prison de l’Arctique vendredi a été immédiatement incorporée à une vaste campagne de propagande anti-russe menée par le gouvernement Biden et ses alliés de l’OTAN, et par les médias qui leur sont associés. Sans autopsie, et encore moins d’analyse factuelle des circonstances de la mort de Navalny, la position unifiée des puissances de l’OTAN est: « Poutine a tué Navalny ». »

                                                Aussi, cela m’amène à la façon dont les opinions se forment, ce qu’on sait et ne sait pas, peut et ne peut pas savoir.

                                                Thèse : à brûle pourpoint d’une actualité, on pourrait considérer qu’il est normal de réagir à chaud, d’autant quand s’abreuve « d’infos instantanées ». Sauf que bien souvent, dans ce cas, l’inconscient collectif passe d’un drame à l’autre, et il y a alors beaucoup de préjugés, de mal-information. Et dès lors que se gobe des intox, que commence à y adhérer, on aurait tendance à se construire des barrières, des « logiques idéologiques » pour tenter d’invalider ce qui pourrait venir contredire nos croyances, ou de ne pas tenir compte de « nuances », avant tôt ou tard remise en question.

                                                La guerre en Ukraine et ce qui est arrivé à Alexeï Navalny (paix à son âme) me semble être un cas d’école. On peut déplorer la guerre et ce qui arrive à des « opposants » dans un pays, sans pour autant prendre parti pour certaines forces, un camp, et chercher à comprendre des mobiles, des motifs d’un pouvoir sans pour autant soutenir des gouvernements belligérants, sans pour autant faire dans le « pro » ou « anti ».

                                                Pour le signifier autrement : qui parmi les « influenceurs » qui ont évoqué le cas de Navalny en relayant des articles d’un média de masse, a pris du temps pour investiguer et se poser des questions du genre : « Pourquoi est-ce que je relaye cette information et pas une autre ? » ; « Que sais-je vraiment de ce qui s’est passé ? » ; « Quels sont les divers points de vue existants sur ce sujet ? » ; « Les arguments sont-ils fiables ? » ; « Quelle propagande je sers par ma communication ? ».

                                                En général, j’aime bien les exercices de l’esprit, réfléchir à diverses théories, contradictions, à en faire un jeu d’esprit, de l’esprit. Par pour prétendre, pas pour signifier que j’ai la prétention d’avoir atteint un niveau 100 % objectif dans mes considérations, dans mes convictions. C’est peut-être mission impossible d’échapper à toute composante arbitraire. Encore que, à voir au cas par cas.

                                                En tout cas, je pense important d’exercer son esprit critique, de réfléchir à ce qui nous fait défendre ou pas telle ou telle cause, et de ne pas s’abreuver d’un seul média.

                                                A ce propos, dans mon entourage, il y a des gens que je qualifierais d’intelligents, ayant diverses formes d’intelligence, dont l’intelligence pratique, du concret. Mais quand je réfléchis à ce qui a été mes préjugés et des leurs, je me redis que la matière à penser est importante, et que même en sachant faire la part des choses, en gardant son « libre arbitre », du recul, de sa réserve, de son quant-à-soi, les informations dont on s’abreuve façonnent un prisme sur les événements, l’histoire du monde, les problèmes et potentielles solutions, et que tout le monde n’ayant pas le temps d’approfondir certains dossiers / sujets, que pour certains sujets il est contenté d’une version superficielle en ignorant de possibles contradictions, ou nuances, du fait du fonctionnement de certains médias critiqués par ACRIMED (lire entre autres : Démocratiser les grands médias : https://www.acrimed.org/Democratiser-les-grands-medias ), il en résulterait des partis pris pouvant être « inconscients » / pas tellement « en connaissance de cause » sur le plan politique.

                                                Bref, je pense important d’exercer son esprit critique, ou tout du moins de réfléchir, se poser des questions, et aussi s’informer au mieux, sachant qu’avoir du recul sur les informations diffusées par un média de masse (et même alternatif) ne suffit pas forcément pour bien comprendre certains cas traités.

                                                Cela peut paraître purement ou trop théorique expliqué de la sorte, mais je me suis déjà exprimé sur des sujets concernés par la discutabilité du traitement par de nombreux médias (pour évoquer le souci pour la Palestine, le sort des Palestiniens ; l’intérêt de la philosophie végane, antispéciste, anticapitaliste ; par rapport au réchauffement climatique contre les climato-sceptiques ; le souci et idées systémiques, de paradigme), et vous avez plus haut une thèse d’exemple concret avec l’article – évoquant la façon dont d’aucuns ont réagi à la mort de Alexeï Navalny – et des vidéos publiées sur Investig’Action, et voilou.

                                                Ceci écrit, cette histoire de savoir ou / et ne pas savoir ; de réfléchir à ce qui fait que les gens militent et ne militent pas pour telle ou telle cause ; de s’exercer à analyser ce qui participe des considérations, à ce qui validerait ou invaliderait telle ou telle considération ; les infos-rouages pouvant manquer ou compléter, à composer de nouveaux prismes / un nouveau prisme sur le monde ; à en faire un « jeu de l’esprit » ; me fait repenser au concept de « l’ignorance éclairée ». Dont une thèse, un épisode du Podcast de Peter Joseph où il l’explicite, explique de son importance dans la quête du savoir, de la compréhension de la « réalité ».

                                                Si vous n’aviez pas encore pris le temps de l’écouter ou de le lire, revoilou le lien, avec le passage où je l’évoquais :

                                                « Un épisode du podcast « Révolution Maintenant ! » de Peter Joseph qui évoque le fait qu’avoir tort devrait être « célébré », qu’on ne devrait pas se sentir déprécié du fait d’avoir dit ou écrit des faussetés (tel que je le comprends, au sens de prise de conscience, de l’acceptation à en témoigner, de la difficulté de le faire, de la lutte contre la tendance à la mauvaise foi pour se donner raison dans une discussion en s’arrangeant parfois avec les « faits » et leur interprétation), et le rôle de « l’ignorance informée » en science, des degrés d’ignorance :

                                                Traduction française de la transcription de l’épisode 36 du podcast « Revolution now ! » de Peter Joseph (la traduction de la transcription se trouve après la vidéo, si ce n’est que à savoir que la traduction automatique de google ne traduit pas complètement certains passages, pour une traduction complète, traduire à partir de la page d’origine, chapitres par chapitres) : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc-8yztc?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                L’article d’origine : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode34-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl-fngdf-jn9pp-zsp5y-mzpbc-8yztc »

                                                Et enfin, au passage, je n’ai pas encore pris le temps de re-lire en entier cet autre article, je n’ai lu pour le moment qu’environ le premier tiers, mais je trouve très intéressant la réflexion et puis c’est à propos de ce qui façonne nos points de vue, les croyances, considérations, convictions : Notre réalité post-vérité (Croyances non fondées sur des preuves, culture du complot et limites du débat) : https://peterjoseph-substack-com.translate.goog/p/our-post-truth-reality?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                L’article d’origine : https://peterjoseph.substack.com/p/our-post-truth-reality

                                                Maintenant que c’est exprimé, comme promis, lecture de trois poèmes (de ceux écrits au fil des vendredis : « Prières pour la paix » ; « Réflexions cathartiques » ; « Ère – d’instants – critiques ») avec improvisation musicale en accompagnement : https://www.youtube.com/watch?v=xVk87zJWeUM&list=PLWG3MhJ7E0kiAZOzNc9-0czU5hIvYrM6_&index=1&pp=gAQBiAQB

                                                Bonne journée, à la semaine prochaine !

                                              • #459
                                                Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                Maître des clés

                                                  photo avec livres pour un monde meilleur : livre Vous êtes l'évolution de Mr Mondialisation, livre Planète Malade de Michel Collon, livre Julian Assange parle de Karen Sharpe, livre de cuisine végan pour étudiants, livre sur l'Antispécisme de Aymeric Caron, livre The new human rights movement de Peter Joseph, livre Animal de La relève et la peste, livre 10 de la Revue Ballast, livret Ensemble créons de nouveaux jours heureux, et Comment allons-nous sauver le monde, manifeste pour une justice climatique

                                                  Tel le symbole d’une minute de silence, aujourd’hui, ce sera un « vendredi silence ». En hommage à toutes et à tous les militant(e)s écolo qui ont été maltraités, qui ont été assassinés et qui ont rendu l’âme ces dernières années ; à toutes et tous celles et ceux qui œuvrent pour le bien commun, pour d’autres êtres, pour la cause animale, le véganisme, l’antispécisme, l’anticapitalisme, contre le néo-libéralisme ; aux « clowns tristes » ; aux victimes des guerres, dont des Palestiniennes et des Palestiniens, à Gaza ; aux victimes du sionisme ; aux animaux non humains et humains victimes de l’inconséquence d’une civilisation, des « bêtises » (euphémisme) de contemporains ; aux victimes de ce qui provoque une 6ème extinction de masse ; à toutes celles et à tous ceux qui ont essayé / sont à tenter de rendre le monde meilleur, à toutes celles et à tous ceux qui ont œuvré / œuvrent pour tenter de rendre le monde meilleur à leur façon, quitte à se sacrifier d’une manière ou d’une autre. Condoléances, paix aux âmes des mourus, bon courage aux survivantes et survivants.

                                                  Vidéo un Vendredi silence : https://www.youtube.com/watch?v=65saqyyWCEI&list=PLWG3MhJ7E0kiAZOzNc9-0czU5hIvYrM6_&index=2

                                                • #460
                                                  Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                  Maître des clés

                                                    Pascal Lamachère dans cuisine avec livres écologiques, dont un végan antispéciste, de politique, pour une révolution de l'économie, enquête journalistique sur la covid 19, Julian Assange, avec tasse doctor who à côté, prise en mars 2024

                                                    Bonjour,

                                                    pour aujourd’hui, je comptais vous continuer l’histoire dont le titre provisoire est « Dans l’ombre du monde »,

                                                    mais finalement,

                                                    • je partage, entre autres, pour commencer, deux publications qui résument « l’actualité » lié au réchauffement climatique et ses effets :

                                                    « Lorsque l’effondrement d’une civilisation commence à se manifester visiblement et finalement à être enregistré sur le radar humain, il est déjà trop tard pour arrêter ce qui est désormais devenu une cascade écrasante et accélérée d’effets domino.

                                                    L’effondrement n’est en réalité que la dernière étape. C’est le résultat de mauvaises décisions et d’indécisions survenues il y a très longtemps.

                                                    Nous vous avons prévenu.

                                                    – Les “Doomers” »

                                                    Celle-ci dessus est de George Tsakraklides : https://twitter.com/99blackbaloons/status/1764043692946378887

                                                    Et celle ci-après la publication commentaire réflexion d’un scientifique de la rébellion accompagnant un résumé vidéo avec graphique :

                                                    « Nous devons nous rassembler en tant qu’espèce dans une révolution mondiale. Car tout ce qui est en deçà de cela constitue une forme de spécisme et d’écocide mondial intentionnel. De quel côté de l’histoire serez-vous ? »

                                                    Pour voir la vidéo synthèse du compte « Rébellion des scientifiques », rendez-vous sur : https://twitter.com/ScientistRebel1/status/1759995742121492885

                                                    Pour rappel, si vous n’avez pas encore pris le temps de lire cet article, à lire : « Top 40 des impacts du changement climatique » : https://climatecasino-net.translate.goog/2021/10/top-40-impacts-of-climate-change/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                    Pour être tenu au courant de l’évolution, de la « situation », de publications autour du souci réchauffement climatique, un compte à suivre que je vous ai déjà suggéré, celui de Peter D Carter, « Directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité » : https://twitter.com/PCarterClimate

                                                    • Et puis maintenant que c’est fait, partage d’une publication concernant la situation dramatique en Palestine :

                                                    « 15 minutes.
                                                    Prenez 15 minutes pour regarder cette vidéo et comprendre ce que subissent les Palestiniens de #Gaza depuis plus de 4 mois.
                                                    Des médecins et une infirmière ayant travaillé en mission humanitaire sur place décrivent ce qu’ils ont vu dans leur hôpital.
                                                    Leurs témoignages sont bouleversants.
                                                    Ils racontent l’horreur infligée aux civils, majoritairement des enfants et des femmes.
                                                    Regardez et diffusez.
                                                    Le massacre doit cesser. »

                                                    Publication commentaire de Aymeric Caron. Vidéo à voir sur : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1759368908941787274

                                                    Et si pas encore pris le temps de l’écouter, je vous suggère de nouveau d’écouter « L’esprit du temps de Gaza » avec Peter Joseph et Abby Martin (pour la vostfr, activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) : https://www.youtube.com/watch?v=RoMuEBcusSk

                                                    • Et ensuite, puisque c’est bientôt le début du Ramadan et Pâques, quelques liens en lien avec la cause animale, la spiritualité végane antispéciste :

                                                    Un Ramadan Végan : https://greenhalal.over-blog.com/d2968fe5a0d1f438183bf4c8cc3ae1a7

                                                    UNE MAISON POUR L’AÏD : https://www.facebook.com/l214.animaux/videos/997779547310360/

                                                    L’Islam, les animaux et la rahma : https://lamorce.co/lislam-les-animaux-et-la-rahma-bonnes-feuilles-du-recueil-la-pensee-vegane-2020-dirige-par-renan-larue/

                                                    Extrait : « Alors que ces passages mystiques et égalitaristes établissent indéniablement les droits de tous les musulmans non humains, les passages évoquant une hiérarchie entre êtres humains et animaux autorisent quant à eux qu’on tue et mange ceux qui ont été traditionnellement domestiqués, chassés, pêchés. Malgré cela, un certain nombre de musulmans humains, suivant leurs intuitions morales et leur conscience, ont renoncé à manger les animaux. Leur végétarisme ou leur véganisme ne repose pas toujours sur des fondements théologiques très assurés et ils se voient parfois reprocher par leurs coreligionnaires de « considérer comme interdites (haram) des choses qui sont, d’après la volonté d’Allah, permises (halal) ». D’autres musulmans véganes, meilleurs connaisseurs de la théologie islamique des droits des animaux, rappellent qu’il existe une distinction importante entre ce qui est permis ou légal (halal) et ce qui est sain ou bon (tayyib [7]). Ils soutiennent qu’une nourriture halal peut dans certains cas s’avérer nocive et doit en conséquence être évitée. Si un morceau de pain tombe par terre, il est conforme à la loi (sunna) de le ramasser, de l’essuyer et de le manger. Cela est en effet une marque de respect envers la nourriture, de gratitude envers le Grand Pourvoyeur et une manière très efficace de cultiver l’humilité. Mais si le même morceau de pain glisse des mains du fidèle et tombe dans une flaque d’eau sale, alors il n’est plus sain (tayyib), même s’il est halal, et il ne doit pas le manger. De la même façon, bien qu’il soit halal de manger de la viande, il n’est pas bon (tayyib) de le faire étant donné la manière épouvantablement cruelle avec laquelle sont traités les animaux de boucherie aujourd’hui, les effets dévastateurs de l’élevage sur notre conscience et sur l’environnement, ainsi que son rôle central dans les famines et dans la raréfaction des réserves d’eau potable. »

                                                    Dalila Awada, à propos de sa foi et sa militance pour l’abolition de l’exploitation animale : https://www.revue-ballast.fr/dalila-awada-si-la-justice-exclut-les-animaux-elle-demeure-partielle/

                                                    Musulmane et végan : la quête de Sahar pour respecter toutes les vies : https://blog.l214.com/2021/07/19/musulmane-vegan-quete-sahar-respecter-toutes-vies

                                                    Recettes de cuisine Orientale & végétale : https://vegan-pratique.fr/cote-cuisine/oriental-vegetal/

                                                    Par rapport à Pâques :

                                                    Témoignage • Cécile : épargner les agneaux de Pâques : https://blog.l214.com/2018/03/28/temoignage-cecile-epargner-agneaux-paques

                                                    Pour de joyeuses Pâques, laissons leurs vies aux agneaux : https://www.petafrance.com/actualites/pour-de-joyeuses-paques-laissons-leurs-vies-aux-agneaux/

                                                    La fondatrice de PETA demande au Pape François d’inciter au véganisme pour Pâques : https://www.petafrance.com/espace-media/la-fondatrice-de-peta-demande-au-pape-francois-dinciter-au-veganisme-pour-paques/

                                                    Autres publications liées à Pâques et au véganisme : https://www.petafrance.com/?s=p%C3%A2ques

                                                    6 raisons pour lesquelles les chrétiens devraient devenir végans : https://www.petafrance.com/vivre-vegan/6-raisons-pour-lesquelles-les-chretiens-devraient-devenir-vegans-a-careme/

                                                    L’éthique de Léon Tolstoï : https://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/

                                                    • Presque enfin pour aujourd’hui, j’hésite à théoriser de nouveau autour de la critique de médias n’évoquant pas ou mal le péril climatique, des thématiques liées, des idées de solution, dont de système d’une « économie qui serait économique au sens propre ». Pour tout dire, ou presque, j’avais commencé à claviarder une entrée en matière expliquant pourquoi il y avait de quoi se sentir comme dans le film « Melancholia » de Lars von Trier, évoquant entre autres une citation de Malcom X et l’importance de la « matière à penser », avant de me raviser, de me dire qu’il valait mieux que je me concentre sur la sensibilisation à l’urgence et les idées. Peut-être que je développerai la semaine prochaine.

                                                    Pour le moment, pour aujourd’hui, juste ajouter, pour résumer de la préoccupation, de ce qui symbolise le souci, le sorte de « cas de conscience », des réflexions à l’origine :

                                                    Que savez-vous / saviez-vous des soucis liés au réchauffement climatique, de la situation, des indicateurs liés ? Beaucoup de gens seraient encore de nos jours climato-sceptiques, et sans l’être, on ne prend pas forcément le temps de bien s’informer sur le sujet. Moi-même, avant que je prenne le temps de potasser, je dirais que j’avais pas bien conscience de toutes les implications, le cause à effets systémique, et cetera.

                                                    Et puis j’ai constaté une certaine « droitisation » de la parole dans certains médias et la défense d’un média qualifié de droite mis sur la sellette, par des internautes (et / ou trolls) ignorant finalement tout du dossier, du pourquoi du comment, reflétant à mon sens une inconscience, mal-information, maltraitance du sujet écologique, les partis pris fondés sur des biais, de l’ignorance, entre autres.

                                                    Contre cela, en remède, un docteur et enseignant en philosophie explique le souci, le « fascisme fossile », l’importance de lutter contre la « tentation éco-fasciste », critique « l’écologie de droite et d’extrême droite » : Discussion avec Paul Guillibert : vers un « communisme du vivant » ? : https://www.revue-ballast.fr/discussion-avec-paul-guillibert-vers-un-communisme-du-vivant/

                                                    Et à propos du risque d’écofascisme, cf. les 3 volets de l’épisode 21 du podcast « Comme un poisson dans l’eau » : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                                    Concernant la situation à Gaza, en Palestine, l’impact du traitement médiatique sur les prismes de lecture, de compréhension, la conscience de ce qui se trame, il y aurait de quoi critiquer nombreux médias. Cf. les publications d’ACRIMED (observatoire des médias, dont le nom vient de : Action Critique Médias) sur le sujet : https://www.acrimed.org/

                                                    Et une publication de Aymeric Caron :

                                                    « Trop de gens se sont tus depuis près de 5 mois, complices par lâcheté, ignorance ou idéologie.
                                                    L’acteur Liam Neeson s’engage avec @UNICEF
                                                    pour les enfants de Gaza. »

                                                    Vidéo à voir sur : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1764587510129201542

                                                    Et investigations et analyses de Jacques Baud et de Michel Collon et du collectif Investig’Action : https://www.youtube.com/@michelcollon/videos

                                                    Et puis quand on considère qu’au final, c’est l’action – en conscience bien éveillée des soucis et des solutions – qui compte, de ce qui me titille et reflète l’inquiétude à en donner raison aux doomeurs défaitistes :

                                                    – les gens dans l’ignorance ont l’excuse de leur ignorance, mais combien de celles et ceux qui savent que c’est pas si compliqué de végétaliser leur alimentation, que c’est vraiment viable, le font ? Je puis comprendre que certains sont dans l’ignorance, ont gobé de la mal-information, n’ont pas mis leurs connaissances à jour, ou qu’il faille du temps à certains pour changer ses habitudes, et il y a l’excuse de la mauvaise influence de lobbies, paradigmatique, mais bon ;

                                                    les soignants ont été applaudis lors de la crise engendrée par la covid 19, des artistes invitant à les soutenir par ce symbole et par des chansons, mais non tellement soutenus politiquement venu le temps de leurs revendications, et la plupart des « chanteurs influenceurs » semblant ensuite se dépolitiser d’une certaine façon, et de quoi critiquer le tort collectif, de penser que la « leçon » n’a pas été collectivement bien apprise

                                                    (la faute en partie aux discours covido-sceptique et de leurs antagonistes faisant diversion par rapport aux problèmes et solution, pourrait-on considérer, de même que de l’avis de certains, les carnistes, les discours climato-sceptiques et les médias de masse sensibilisant mal sont fautifs par rapport à la difficulté de prise de conscience collective de la potentialité de certaines idées, d’idéaux ; pour ce qui est de « leçons » dans le combat contre le coronavirus, la covid 19 : Analyses et témoignages, Les sept leçons du covid à une planète malade : https://investigaction.net/les-sept-lecons-du-covid-a-une-planete-malade ),

                                                    par rapport à l’opportunité de changement civilisationnel que cela aurait pu être, en prenant acte de divers soucis écologiques et idées en solution, sachant que même si individuellement pas mal ont concrétisé de leur révolution personnelle, le souci est systémique ;

                                                    – dans une civilisation de divertissements aboutis, généralisés, et tout un chacun ayant ses soucis quotidiens et ses propres préoccupations pour ce qui reste du temps de cerveau disponible, il devient de plus en plus compliqué d’alerter de périls, de sensibiliser pour des causes, de « faire passer le message » à susciter de l’action, une révolution systémique (au passage, à propos de réflexion sur soucis et potentielles solutions systémiques, si pas encore écouté ou lu, cf. le podcast « Révolution maintenant ! » (« Revolution Now ! » – c’est en anglais mais publiées après les vidéos, il y a des transcriptions qui peuvent être traduites, et l’option de sous-titres français peut être activée sur youtube) de Peter Joseph : https://www.revolutionnow.live/episodes ) ;

                                                    Bref, même si de quoi comprendre la difficulté de passer de la théorie à la pratique, le concept de la « stupidité institutionnelle », la thèse autour ancrée par Noam Chomsky, des alarmistes ne me semblent pas exagérer le péril, et de quoi s’inquiéter de ce qui est collectivement fait et pas – encore – fait.

                                                    Alors bon courage !

                                                    • Enfin pour aujourd’hui, pour finir sur une note positive, quelques mots :

                                                    Ô monde, péril de civilisation,
                                                    des montagnes aux océans, ère de tribulations,
                                                    entendez-vous, comprenez-vous ?
                                                    De l’urgence, des soucis jusqu’au cou.

                                                    En des lieux, une guerre, un génocide,
                                                    ailleurs, des incendies historiques,
                                                    tel au Texas, des moments tragiques,
                                                    des zones de plus en plus humides-arides.

                                                    Ô monde, alternance d’états critiques,
                                                    avez-vous conscience de la potentialité ?
                                                    Contre écocides, des idéaux avec esprit pratique ?
                                                    Qu’arriverons-nous à faire, à acter ?

                                                    Sur Terre, les flots, de l’humanité courage,
                                                    des végans, soyons-en, soyez-en, haut les cœurs,
                                                    en rébellion contre les extinctions et la torpeur,
                                                    en paix avec et par soi et l’éternel rivage.

                                                  • #461
                                                    Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                    Maître des clés

                                                      Bonjour,

                                                      depuis environ une semaine, une phrase, une parole de chanson me passe dans la tête plus ou moins quotidiennement : « n’attends rien que de toi ».

                                                      Ce sont quelques mots d’une chanson de Fauve, découverte, il me semble, via une création du journal de Personne : Une chanson pour tous et pour Personne : https://www.youtube.com/watch?v=LIWEWmT0yAQ

                                                      Et toujours est-il que ces mots me sont certainement venus à l’esprit comme un écho à des préoccupations, et une sorte de consolation, une parole de sagesse qui pourrait être préconisée aux jeunes générations qui hériteront d’une planète dans un état de plus en plus écocidaire si on n’arrive pas à inverser la tendance, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui tentent de limiter les dégâts, la catastrophe, s’engagent pour des causes éthiques.

                                                      Et en fait, j’admire les engagé(e)s pour les causes pacifiques, contre les belligérants, contre le colonialisme, tel que pour l’épanouissement de la Palestine ; pour les causes véganes antispécistes ; contre le réchauffement climatique, pour des causes écologiques, pour l’application de certaines idées ; mais au niveau action directe, je ne sais pas trop où est ma place. Au sens que l’urgence écologique me donnerait envie de me joindre à des militants alertant autour, sauf que j’ai cru comprendre qu’ils militaient pas forcément clairement pour le végétalisme véganisme antispécisme, et les militants pour le végétalisme se concentrent en général uniquement dessus, et les militants pour une révolution de l’économie ne sont pas forcément végétaliens, n’ont pas forcément conscience de son importance et de sa facilité quand il n’est pas fait de nombreuses allergies, et n’ont pas forcément conscience de certaines urgences ; et que je me vois mal privilégier une cause quand je considère qu’il devrait y avoir complémentarité.

                                                      Et en tout cas, à ma connaissance, de ce que j’ai compris, pour le moment, pour des raisons telle de concentration sur une thématique / cause qui a sa raison d’être, aucun mouvement en France ne fait synthèse entre ces diverses causes, diverses revendications, surtout des livres manifestes de militants tel le capitaine Paul Watson avec son livre « Urgence ! Il faut sauver les océans » et des médias comme https://www.revue-ballast.fr/ qui traitent de ces divers sujets, ont un traitement que je qualifierais d’holistique et honnête, même si parfois des nuances, des divergences.

                                                      Ce qui est « logique » du fait du fonctionnement de la sphère « politico-médiatique », et on ne peut pas reprocher à des associations de se concentrer sur une cause, comme l’explique à un moment donné Jérôme Segal : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                      Par contre, à titre individuel, personnel, il y a de quoi faire complémentarité. Et il me semble qu’il manque un collectif qui serait dans la convergence des luttes, des causes, des revendications, sans compromission.

                                                      Alors il y a bien le parti politique « Révolution Écologique pour le Vivant » qui se rapproche de la perfection pour ce qui est de faire synthèse d’idéaux que je considère essentiels, si ce n’est sur le plan économique, je les trouve pas assez « radicaux », pas assez révolutionnaires. Et puis c’est un parti politique.

                                                      Aussi, en fait, si « Révolution Écologique pour le Vivant » est le seul parti politique qui me donne encore envie de voter, je ne me sens pas l’âme, pas le courage d’un politicien, d’une personnalité publique, et personnellement, au niveau militance d’idéaux, je préfère militer pour tout ce dans lequel je crois, quitte à être cavalier solitaire et être considéré comme un utopiste, que de faire du compromis et me plier à de ce que d’autres ont défini et avec lesquels je ne serais pas entièrement d’accord.

                                                      Et certes, à un moment donné, dans le système actuel, contre le système, pour un autre système, il faut bien que cela se concrétise sur le plan « politique », politiquement d’une manière ou d’une autre. Et il faut avoir de « l’intelligence stratégique » dans une telle situation. Juste que voilou. Dans ces conditions, je préfère jouer les « idiots utiles » (ou « inutile », selon le point de vue) pour un parti politique tel que celui mentionné, que d’en rejoindre un, ou que d’en fonder un.

                                                      Et puis étant donné l’urgence climatique et des causes comme pour la Palestine, comme qui dirait l’autre : Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                      Bref, comme déjà écrit plusieurs fois, à titre personnel, individuel, je rêve de fonder ou rejoindre un écovillage ou écolieu végan dans l’état d’esprit de Eotopia (Les piliers : https://www.eotopia.org/wordpress/fr/les-piliers/ ), et pour ce qui est d’engagement militant, je ne sais donc toujours pas trop si j’ai ma place dans un des divers mouvements qui ont un ancrage dans le réel. Peut-être à faire, une voie à tracer. En attendant, même si vous êtes certainement que deux ou trois à continuer de lire ce « au fil des vendredis » (merci de votre attention), j’ai exprimé le fond de ma pensée ici, et je continuerai probablement tant que j’aurai un accès à internet.

                                                      Et mais toujours est-il que si vous deviez voter, je vous suggère « Révolution Écologique pour le Vivant », à leur laisser une chance.

                                                      Pour presque finir le message d’aujourd’hui, je souhaite évoquer ce qui me semble être un cas d’école sur le souci de et posé par la « sphère complotiste », du montage en épingle de l’information théorique biaisée à coup d’abus d’arguments d’autorité pour présenter l’information comme véridique, le détournement d’attention sur les problèmes et les solutions sociales / systémiques : les préjugés sur l’identité / non identité de Brigitte Macron.

                                                      Si vous menez une petite enquête sur les arguments d’autorité de celles et ceux qui vous disent que preuve est faite qu’ile serait une misteur, ne sachant visiblement par reconnaître une femme quand ils en voient une, vous constatez vite que c’est contestable : aucune preuve n’est faite d’un trucage, ils se basent actuellement sur des déclarations en grande pompe d’un soi-disant journaliste vedette américain mais qui dans certaines de ses interprétations idéologiques et des informations qu’il aurait mal-traité a de quoi être considéré très douteux, dont la fiabilité a de quoi être mise en doute, et donc dont les déclarations sont à prendre avec des pincettes, n’ont pas à être présentées comme une vérité qui serait révélée.

                                                      En bref, niveau arguments et preuve, il me semble qu’ils sont dans le vide sidéral, à l’image de la trumperie.

                                                      Alors il y a matière à excuser, au sens d’expliquer les ressorts du « complotisme », comme le fait un Frédéric Lordon dans cet article : Conspirationnisme : la paille et la poutre : https://blog.mondediplo.net/2012-08-24-Conspirationnisme-la-paille-et-la-poutre

                                                      ou Peter Joseph ici : Notre réalité post-vérité (Croyances non fondées sur des preuves, culture du complot et limites du débat) : https://peterjoseph-substack-com.translate.goog/p/our-post-truth-reality?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                      L’article d’origine : https://peterjoseph.substack.com/p/our-post-truth-reality

                                                      Mais il n’en reste pas moins problématique que les amateurs de théories conspi ne soient pas plus prudents dans le rapport à l’information et fassent par là le jeu de « puissants ». Et je pense que le principal « complot » est de « classe », qu’il faut rester prudent avec les « info-sensations » faisant diversion de certaines problématiques et idées de solutions ; diversions qui iraient à l’encontre des intérêts de certaines classes sociales (voire de plus ou moins tous si on considère qu’in fine, personne en bonne santé n’aurait intérêt à l’apocalypse délétère, que tous s’y retrouveraient d’une certaine façon dans un paradigme basé sur une aspiration de pérennité). Ce qui – de la diversion, des intox, info-sensations – est causé, commis à mon sens par les propagandes néolibérales, et souvent de droite. Et ne pas oublier le fait que « Des milliardaires américains financent discrètement des campagnes de désinformation en Europe », ce qui se fait probablement autant par le truchement de médias conventionnels que d’alternatifs.

                                                      Un article qui me semble synthétiser le souci : A propos des Dominants : https://investigaction.net/A-propos-des-Dominants/

                                                      Il n’y est pas question de complotisme en soi, mais de ce que je me souviens, je l’avais trouvé pertinent par rapport au souci de certains complotistes qui par leur tendance conservatrice, leur prisme politique, avaient le tort qui y est critiqué.

                                                      Et je ne veux pas dire par là que toute théorie qui en émanerait (de la « sphère complotiste ») est fausse, à étudier au cas par cas, surtout qu’il faut être prudent dans les implications, le prisme, le traitement, éviter les biais, les sophismes, ne pas prendre pour argent comptant ce qui est clairement douteux. Et en l’occurrence, c’est le genre de dossier qui remet moins – et même pas du tout – en question l’idéologie servie par des politiciens, des gouvernants, que les apparences dont se serviraient aussi de ces « faux opposants » sur le « plan idéologique », du point de vue des intérêts des « classes populaires ».

                                                      Et en fait, ce qui me fait réagir, l’évoquer, c’est pas pour défendre les politiciens concernés, c’est que c’est ce genre de dossier, de théorie qui fait le buzz, fondée sur de la propagande et non du factuel, où l’usage du faux, de la désinformation est, de ce qu’il me semble (peut-être que j’ai tort sur ce coup, mais de mon investigation, me semble que j’ai raison de plus que douter), du côté de celles et ceux qui vous font croire qu’il y aurait du factuel ; et alors qu’il y aurait tant à dire, à écrire, à ne pas oublier de divers scandales français, par rapport à des causes sociales, écologiques, éthiques à défendre.

                                                      Après, ensuite, un autre cas d’école sur la prudence à avoir vis à vis des informations écrites, montrées, diffusées, c’est par rapport à l’Ukraine, certaines contradictions.

                                                      Un internaute a partagé une vidéo extraite, de ce que j’ai compris, d’un documentaire qui date d’un an, mettant en scène des conseillers écoutant une conversation avant le début de la guerre en Ukraine, pour donner le beau rôle du pacifique diplomate médiateur à Macron et celui va-t-en-guerre à Poutine. Sauf qui si on contextualise sans parti pris, même en prenant pour authentique ce qui est montré, fait écouter, en mettant de côté qu’il y a de quoi être méfiant à notre époque sur ce qui est diffusé (si ce n’est sur le coup pas de quoi en douter) :

                                                      – le président Français a semblé très bien tenté de jouer la carte diplomatique sur ce coup, à vouloir faire respecter le droit international, si ce n’est certains propos sujets à débat, où de quoi saisir que Poutine ne se satisferait pas de certaines réponses, d’une certaine posture ;

                                                      – contrairement à la façon dont essaye de le présenter l’internaute, Poutine semble clair dans ses soucis, et sans excuser l’entrée en guerre, la situation ne peut être présenter de manière manichéenne, où la seule solution serait que les « bons » fassent la guerre parce que pas d’autre choix ;

                                                      – l’internaute loue le côté pacifique à l’époque de Macron, montre cette vidéo, cet extrait de documentaire à cette fin, pour lui donner le beau rôle qu’il mérite probablement sur ce coup dans la mesure où de quoi en déduire qu’il aurait fait à l’époque de son mieux pour tenter la voie diplomatique, si ce n’est voie diplomatique qui ne dépendait pas que de lui ni que de la Russie, ou disons que de Poutine, où d’autres forces ont peut-être joué trouble jeu, et il n’en reste pas moins que l’internaute loue le côté pacifique d’à cette époque non pas pour inviter à tenter de faire de son mieux pour rétablir un dialogue diplomatique mais pour faire genre « voyez, il a été tout tenté pour la voie pacifique, Poutine est malgré tout entré en guerre, et comme il n’a rien voulu entendre, il faut soutenir l’effort de guerre pour l’Ukraine quitte à entrer en guerre officiellement contre la Russie, et si on doit le faire, si il doit en être ainsi, c’est la faute à Poutine qui n’en fait qu’à sa tête ». Sauf qu’à certaines époques après le début de l’invasion, des tentatives d’accord auraient été sabordées par certaines « forces » qui seraient non russes, d’après des enquêtes journalistiques, et cela ne légitime pas de toutes façons le fait d’en devenir va-t-en-guerre à risquer une guerre mondiale et nucléaire ;

                                                      – le dossier me semble assez complexe, trop pour être présenté de la façon dont l’a présenté cet internaute en se contentant de cet extrait, la façon dont il l’a présenté : à un moment donné de l’entretien téléphonique, Poutine évoque le souci autour du Donbass, et en lisant entre les lignes, de quoi comprendre « l’erreur » commise par Macron, la trop grande confiance en la réponse apportée qu’affichaient ses conseillers, la méprise, les amabilités sauvant les apparences mais qui ne résoudraient pas le souci, et « l’erreur » de celles et ceux qui veulent maintenant jouer les va-t-en-guerre : il y aurait eu trouble jeu de certaines forces, il ne s’agirait pas du va-t-en-guerre parano Russe versus le gentil gouvernement Ukrainien et leurs soutiens non corrompus, et il y aurait toujours d’autres recours pour mettre fin au conflit que par l’armement, la guerre ;

                                                      Plus facile à dire qu’à faire, je ne sais pas ce qui pourrait / pourra être concrétisé de nos jours. En tout cas je vous renvoie au débat contradictoire « Ukraine : il faut débattre ! » : https://www.youtube.com/watch?v=drgjOH3v7Pk

                                                      Aux diverses vidéos d’Investig’Action sur le sujet : https://www.youtube.com/@michelcollon/search?query=Ukraine

                                                      dont : Michel Collon met K.O les pro-OTAN : https://www.youtube.com/watch?v=Kl2fzChJOv0

                                                      Et publications : https://investigaction.net/?s=Ukraine

                                                      Et à ces 3 articles cristallisant divers points de vue :

                                                      Ukraine : le regard de Noam Chomsky : https://www.revue-ballast.fr/ukraine-le-regard-de-noam-chomsky/

                                                      Libertaires et pacifistes en Ukraine : le choix des armes ? : https://www.revue-ballast.fr/libertaires-et-pacifistes-en-ukraine-le-choix-des-armes/

                                                      Manifeste : socialistes et communistes russes contre la guerre : https://www.revue-ballast.fr/manifeste-socialistes-et-communistes-russes-contre-la-guerre/

                                                      Et à des réflexions évoquées au fil des vendredis par rapport à cette guerre et sur divers soucis de civilisation desquels on devrait se sentir concernés, dont le sort des Palestiniens, le besoin de prendre en compte divers soucis pour penser une solution systémique, paradigmatique.

                                                      Et en bref, toujours est-il que je suis de l’avis de Andreas Malm : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                      Et si vous n’avez toujours pas encore pris le temps de bien lire cet article : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                      Avant de finir pour aujourd’hui avec quelques vers, m’est revenu à l’esprit le souci de certains slogans, l’importance d’avoir conscience des nuances et des divergences entre défenseurs d’une même cause, d’apporter des précisions. Par rapport entre autres au fait que le vendredi 8 mars 2024, c’était la journée du droit des femmes, qu’il y a plusieurs courants féministes, comme il n’y a pas qu’un seul véganisme, pas qu’un seul anti-capitalisme, et cetera. Et avec tout le respect que j’ai pour mesdames, pour permettre l’épanouissement des êtres, pour les droits des femmes, je pense qu’il ne faut pas le réduire à un « mot d’ordre » sans une pensée systémique, qu’il y a un contexte et un système à re-mettre en question. Pour le dire autrement : revendiquer le droit des femmes, pour l’amélioration du sort fait aux femmes en général, se revendiquer féministe sans se soucier du cadre, de ce qui va avec, et de ce qui vivent certaines populations telle que les Palestiniennes, est-ce que cela a du sens ? Toutes les féministes ne sont pas d’accord avec d’autres :

                                                      La cause des femmes instrumentalisée par Israël : https://www.youtube.com/watch?v=KcLmNwizSMw

                                                      Et maintenant que c’est précisé, en fin, quelques vers

                                                      Action

                                                      Imaginez un monde où de ruse l’on n’abuse,
                                                      un monde où l’on cherche des solutions
                                                      plutôt que de se trouver des excuses,
                                                      où la volonté est bonne, le cœur à l’action.

                                                      Imagine, imaginez, imaginons, actons,
                                                      pour les enfants d’hier et d’aujourd’hui,
                                                      un monde où la Palestine, Gaza libre, belle vie ;
                                                      bouddhistes, juifs, chrétiens, musulmans, concordons.

                                                      Imaginez une culture, un monde, une planète,
                                                      où une espèce ne mettrait pas tout en péril,
                                                      où des balles ne feraient des trous dans les têtes,
                                                      fin des heures assassines et des corps sur grills.

                                                      Imagine, imaginez, imaginons, et agissons,
                                                      pour de la justice sociale, contre le réchauffement climatique,
                                                      les écocides, les génocides, le carnage planétaire, systémique,
                                                      une humanité digne, mise en place d’une belle civilisation.

                                                      Imaginez, sous les cieux, passées les intempéries,
                                                      la vie s’animant, le regard éveillé, conscient, sans peur
                                                      de l’horizon, des lendemains, saveur d’un instant de grâce au cœur ;
                                                      à concrétiser, au jour le jour, des idées contre des soucis.

                                                    • #462
                                                      Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                      Maître des clés

                                                        Bonjour,

                                                        pour aujourd’hui, je comptais surtout vous inviter à découvrir quelques créations, dont des vidéos informatives, mais Leïla Huissoud, une chanteuse francophone dont j’aime beaucoup la voix, la qualité de plume, la créativité, a publié la semaine dernière une chanson qui a résonné par rapport à de mes préoccupations, et quelques réflexions me sont venues à l’esprit.

                                                        Bref, la chanson : « La Maladresse » : https://www.youtube.com/watch?v=fVHwatwxrJw

                                                        Concernant les réflexions, c’est tout d’abord, principalement, en pilier, par rapport à la quête d’authenticité, autour de cette considération, de cette quête, cette aspiration. Avec tout ce que cela implique, peut impliquer de cause à effets.

                                                        Car en fait, à mon sens, la quête d’authenticité s’accompagne par une quête de vérité, ou disons de compréhension, de prise de conscience, impliquant mise en lumière sur la part d’inconscience, autant que possible, autant que faire se peut.

                                                        Ce qui me fait penser à que :

                                                        • la pensée est « vivante », relative, une interprétation de données, et l’écriture, la communication permet une mise au clair, une mise au point, temporaire, relative au cheminement de la conscience, de l’état de la conscience vouée à évoluer.
                                                          Cela vous paraîtra certainement de l’onanisme intellectuel de le présenter ainsi, une exagération, une complexification, une généralité conceptuelle, dogmatique, contestable au cas par cas. Probablement que cela l’est par rapport à certaines considérations, à certaines connaissances, tel que 1+1=10 en base 2.
                                                          Toutefois, les points de vue sont relatifs aux connaissances, et pour certains sujets où vous avez dû en apprendre plus, vous avez dû réaliser de vos préjugés, remettre en question de vos avis. Et j’écris cela par rapport aussi au fait qu’il y a quelques mois, un internaute avait partagé sur un groupe une pensée de Nietzsche relativisant l’importance de la vérité par rapport à ce qui permet aux « forces vitales » de s’épanouir, quitte à user d’artifices. Je vulgarise la philosophie, le texte, toujours est-il que c’est ce que m’a semblé vouloir faire dire à Nietzsche l’internaute, par rapport à ses préoccupations sur le plan politique, pour de sa contrée. Et que je trouve contestable de se servir de pensées d’auteurs humains de siècles passés quand celles-ci sont relatives à un contexte et des connaissances qui ont grandement évolué, pour leur faire dire ce sur quoi ils ne seraient pas forcément d’accord si ils étaient vivant de nos jours, à continuer de penser et revoir leurs copies. Alors si ce n’est que je pense fortement que le Nietzsche qui a écrit les textes du passé est mort et qu’il serait sûrement agacé en tant qu’être ayant évolué de savoir ce qu’un certain nombre ont fait de ses textes pour justifier des idéologies politiques, ainsi que contre des philosophes qui s’en revendiquent tel qu’un Onfray, je n’ai pas la prétention de savoir avec certitude ce qui pourra être fait politiquement, pratiquement, mais j’ai mes convictions sur ce qui devrait être fait, sur le plan systémique, et cela implique une compréhension, une quête de vérité, d’authenticité. Et en vérité, je me contrefiche de ce qu’un Nietzsche ait pu en penser. Sans exclure le recours à de ce qu’évoquait Nietzsche dans ce texte, mais sans en faire une philosophie de vie, encore moins les bases d’un programme politique, une considération de dogmatique. D’ailleurs, je crois aux vertus de l’art, de la « mise en scène ». J’expliciterai tout à l’heure, en fin de message du jour. Surtout que je ne pense pas bon d’en tirer un principe de vie, une conduite à tenir, une généralité avec ses implications sur le plan politique, systémique, tel que m’a semblé vouloir le présenter cet internaute avec du texte de Friedrich Nietzsche, me semblant sous-estimer le pouvoir constructif et vital, nécessaire pour régler certains soucis, d’une certaine « vérité » ;

                                                        au sens que, par exemple, vouloir trouver une solution à un souci dans un paradigme, se concentrer dessus, est en général très différent que de considérer les imbrications entre divers soucis, avoir un point de vue plus holistique qui permet de prendre en considération un tout, de penser une solution plus pérenne, plus viable sur le long terme, de système, de paradigme, même si plus difficile, demande de mobiliser plus « d’énergie » sur le court terme.

                                                        En bref, c’est ce qui fait toute la différence entre des politiques contestables, voire nuisibles, écocidères, et des idéaux souhaitables. Et c’est tout le défi, toute la difficulté de penser les solutions au réchauffement climatique, contre ce qui met en péril les conditions de vie sur terre. Un jeune scientifique l’a très bien exprimé au cours d’une conférence titrée « La fin de leur monde » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/compilation-en-rapport-avec-lecologie/ ;

                                                        • dans une quête d’authenticité, de vérité, il y a le souci du respect de l’information à sa source, quitte à devoir composer avec sa part de mystère, d’inconnaissable, en évitant de surinterpréter, de mésinterpréter la part d’inconscience, la respecter, si je puis dire. Ce qui implique une sorte de synergie entre particulier et universel, une rencontre entre subjectivité et objectivité, du cas par cas et de l’holistique. Telle au cours d’une enquête journalistique. Et ce qui fait que je pense important une certaine quête de vérité pour certains soucis, c’est que même si difficile d’être certain de toutes les implications de certaines idées, de certaines considérations, nombreux sont les médias-mensonges, les hoax, les intox, les mal-informations, les biais de lobbies qui mettent des battons dans les roues d’idéaux, d’idées, servent des propagandes de guerre, à du mortifère, assez facilement identifiables pour peu qu’on prenne le temps d’écouter les débats contradictoires et de bien y penser, et dont des « journalistes », des « personnalités télé » ne se feraient pas l’écho tel qu’ils l’ont fait, si ils prenaient le temps d’une enquête honnête plutôt que de tordre l’information pour le présenter à une sauce que contestait un Malcom X, par exemple.

                                                        Un cas d’école de nos jours, c’est la propagande servie par certains médias et « intellectuels », pour justifier le carnage contre les Palestiniens, et diffamer de leur soutien, monter en épingle de l’info à les en diffamer, tel que le déplore d’une certaine façon https://www.acrimed.org/ et tel que le critique Aymeric Caron ici (par rapport à l’affaire « science po », entre autres) :

                                                        https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1769662484779065425

                                                        Et reprennent en chœur d’autres, tel qu’ici : https://twitter.com/GuillaumeQ1T1/status/1769690836965417443

                                                        ici : https://twitter.com/Jeanbat31/status/1769672564324872263

                                                        et ici : https://twitter.com/AniceLajnef/status/1769802311285555218

                                                        Et en bref, de ce qui me pose souci par rapport au traitement / mal-traitement de l’information, comme vous l’aurez compris, c’est ce qui me semble être une tendance à la maltraitance par certains médias de sujets « objectivables », tel par de ceux évoqués, critiqués, avec le fait de subir des discours, quand il n’y pas de courageux contradicteur, sur des sujets où l’on trouve à redire en potassant un minimum, en prenant suffisamment le temps d’approfondir et de réfléchir. Et à ce niveau d’implications, dans ce genre de cas, les propagandes guerrières, ne s’intéressant pas à des solutions pacifiques, ainsi qu’à l’urgence d’aides à apporter aux Palestiniens, ainsi qu’à l’urgence liée au réchauffement climatique, aux soucis écologiques, m’en deviennent intolérables.

                                                        Après, c’est certainement un peu hypocrite de ma part de le reprocher de façon généraliste, en dehors d’évoquer des cas pratiques, particuliers tel que le souci pour la Palestine et le réchauffement climatique, et l’importance à accorder à la cause animale, au véganisme, à la philosophie antispéciste. Au sens, dans la mesure où je ne connais pas forcément tous les arguments contre-arguments, certaines complexités de tous les sujets que j’ai évoqués. Et de la même façon que j’ai arrêté de regarder des informations télés et de médias dont je trouvais qu’il y avait une certaine maltraitance de sujets que je maîtrisais un minimum, si dans 10 ans je devais relire tout ce que j’ai écrit ici, j’aurai peut-être du mal à aller au bout, je n’aurai peut-être pas envie de tout lire, et au moins peut-être des contradictions et critiques ou compléments à apporter à certaines réflexions, à l’aune des connaissances à jour, de rouages mieux compris, d’évolutions, de progrès sur le chemin de la « connaissance en conscience ».

                                                        Toujours est-il que je trouve problématique, consternant les biais, les intox, la maltraitance autour du soutien apporté à la Palestine, de ce qui relève de la calomnie de pacifistes pro-Palestiniens, ainsi que d’écologistes (vive le courage de Greta Thunberg et de ses pairs), de végans, et cetera. Et que dans une quête d’authenticité, prendre le temps de bien s’informer me semble important, ainsi que de pouvoir être entendu « en connaissance de causes », quand l’information a été pris le temps d’être bien « digérée » ;

                                                        •  ceci écrit, un souci, c’est la masse d’informations, où il y a pas mal d’intox, de hoax de lobbies, de biais. Bon, en général, c’est pas si compliqué. Pour certains sujets, je pense qu’on peut assez facilement se faire une idée, même si il peut toujours s’apprendre certaines « nuances », des subtilités. C’est potentiellement plus compliqué quand se greffe les « opinions ». Par exemple, des arguments de climato-scepticisme peuvent assez facilement être contredits au niveau factuel. Même avec de ceux qui vous prétendent contre-argumentés, si vous prenez le temps de faire une recherche, vous trouverez le contre contre-argumentaire, tel que sur les cycles de réchauffement solaire et des mouvements du noyau de la planète (du genre, quand un « doomeur » évoque la courbe sur une décennie, un climato-sceptique a évoqué une courbe sur deux, arrangeant les données à son interprétation biaisée, mais sur plusieurs siècles, plusieurs millénaires, millions d’années, la courbe prend encore une toute autre allure, et in fine le tendance du réchauffement climatique du fait de l’impact humain via le Capitalocène me semble établie, prouvée) et cetera. En revanche, impression que c’est plus compliqué dès lors qu’il s’agit d’idéologies qui se construisent autour de justifications anthropocentriques, de croyances. Pas au sens de ne pas pouvoir contredire, mais être bien compris, faire prendre conscience du danger des écocides, du dérèglement de l’environnement, de l’impact nocif de certaines activités. Par exemple contre les adeptes d’une apocalypse, d’une prophétie apocalyptique auto-réalisatrice si ils devaient réussir à la faire se concrétiser et non pas parce que mektoub du point de vue de l’absolu, non pas parce qu’il devrait en être ainsi et pas autrement.

                                                        En tout cas, ce n’est pas évident de rester prudent vis à vis de toutes les informations diffusées, auxquelles vous vous intéressez quand vous êtes éclectique. D’autant que chaque jour voit son lot de nouvelles informations.

                                                        Aussi, il y a le souci de subir des discours de propagandistes et / ou de mal-informés / mal-informateurs qui compliquent la tâche, mais aussi d’arriver à faire passer ses considérations, participer à ce qui fait la culture collective, contemporaine, même si des outils sur internet permettent une certaine interactivité. Ainsi que comme exprimé à un moment de la chanson « La Maladresse », la difficulté à se parler en temps normal, qui rejoint la difficulté de communiquer exprimé, théorisé par Bernard Weber.

                                                        Ce qui fait que plus vous en apprenez, plus vous en savez, plus vous en comprenez, moins vous avez envie de participer aux conversations de comptoir, ou plus il devient compliqué d’y participer à moins d’avoir fait un travail d’orateur, mis au clair les arguments. Encore que, c’est pas forcément suffisant pour bien rendre hommage à une pensée systémique, quand les débats impliquent une pensée systémique. Ce qui est souvent le cas du fait des imbrications entre sujets, du point de vue holistique. Il peut alors être suggéré des articles et des conférences, des docs, mais encore faut-il que les gens prennent le temps de les regarder, de les consulter, et cela ne simplifie pas les conversations à brûle pourpoint où il est rare qu’il n’y ait pas de jeu de volonté de puissance, des jeux d’egos ;

                                                         

                                                        Au final, cela me fait penser aux sages paroles d’une Personne exprimées il y a une 10 ène d’années, sur le fait que pour contredire de manière honnête, de bonne foi, un auteur théoricien, il faut bien comprendre son œuvre, son prisme, et le faire par rapport à ce prisme. Car si des contradictions peuvent être apportées à certaines réflexions, certains passages, cela ne contredit pas forcément le fil de son raisonnement, le bien fondé de son prisme, de ses idéaux. Et il me semble que savoir écouter l’autre, chercher à comprendre, cela devient de plus en plus une forme de luxe que l’on ne peut accorder à tous et toutes, mais nécessaire pour bien juger, si l’on veut éviter de mal juger.

                                                        En écrivant cela, je pense en partie à un certain nombre de personnalités qui sont calomniées sur internet par de leurs opposants, où il y a de quoi les défendre, démonter la simplification des critiqueurs, et mais où les défendre peut vous valoir d’être assimilé à un certain parti politique « pas glop », et être à votre tour calomnié.

                                                        Et je pense aussi à « L’Art d’avoir toujours raison » d’Arthur Schopenhauer, où il est évoqué d’une certaine façon ce genre de souci, le fait de pouvoir être contredit sur des détails mais n’en avoir pas moins raison in fine. Entre autres.

                                                        Mais pour revenir à la difficulté de communication, de se parler, une de mes principales préoccupations depuis un certain temps en tant que militant aspirant à servir au mieux des idéaux : pouvoir faire passer le message, et être certain d’être bien compris. Et l’efficacité en terme d’action concrète, d’un point de vue systémique et non pas juste action individuelle.

                                                        Ce qui, au passage, m’a amené à réfléchir sur l’évolution d’internet, des usages. Ce n’est probablement pas forcément pertinent de se forger un avis de son expérience personnelle, tant internet est une vaste toile. L’on pourrait considérer que chacun utilise internet à sa façon, qu’il y a pléthore d’usages, comme une richesse de comportements sociaux. Si ce n’est qu’entre l’essor des plateformes de streaming, des réseaux, des applications sur smartphones, il me semble qu’on peut y voir les grandes lignes de l’évolution des usages. Et la difficulté de capter l’attention, du temps de cerveaux disponibles, en de pareilles circonstances.

                                                        Par rapport à cela, si vous êtes comme moi à ne pas utiliser d’applications en vogue sur smartphone et à ne pas interagir sur les réseaux / pages des autres, vous vous retrouvez vite en marge. D’autant que les gens doivent de moins en moins passer de temps à consulter leur fil d’actualité sur les réseaux, quand ils ne sont pas surchargés et ne peuvent accorder du temps qu’à une infime partie des publications, et se consacrer plus aux échanges sur des applications qui ont remplacé les messageries instantanées type d’AOL, Caramail, Msn.

                                                        Bon, la difficulté de communiquer autour d’idéaux et de certains sujets propices à tensions n’est pas forcément dû à cette évolution, à la part plus importante accordée collectivement aux diversions.

                                                        Il y a quelques mois, j’ai écouté un entretien de personnalités affiliées au « Club de Rome ». A un moment, quand ils ont évoqué la difficulté de sensibiliser les citoyens, au-delà d’être confronté aux intox, contre l’action insuffisante des politiques, un monsieur a témoigné, a expliqué que sa fille ne s’est intéressée à de ses vidéos que quand elle est venue lui rendre visite, qu’elle a pris le temps d’écouter une conférence qu’il lui avait conseillé pendant qu’il lui massait les pieds. Peut-être pas de quoi en tirer une conclusion générale, on pourrait y voir le reflet comme qui dirait que « nul n’est prophète en son pays », toutefois, il y a des contenus « prises de tête » auxquels peu de gens semblent avoir le courage de sérieusement s’intéresser.

                                                        Après, cela vient peut-être aussi du fait que le développement des smartphones, des applications, a fait du plus grand nombre des créateurs de contenu, et que sans mettre en place une stratégie de développement de l’audience, de moins en moins de chance d’être lu ou entendu. Même par de ses proches.

                                                        Ce qui n’est pas forcément tant dû à l’évolution des usages d’internet d’un certain point de vue. A l’époque où les forums et les blogs étaient très fréquentés, en vogue, je me souviens avoir lu des auteur(e)s dont j’appréciais la qualité d’écriture qui n’avaient que peu de réactions à leur partage alors que quand publié(e)s par des qui reprenaient de leurs textes, avec ou sans autorisation, précisant pas forcément qui étaient les auteur(e)s, recevaient une pléthore de louanges parce que ces blogueurs s’étaient constitués une audience, une communauté, en interagissant avec des uns et des autres.

                                                        Ce qui me fait penser qu’il y a quelques années j’ai ouvert un groupe dédié au cinéma sur un réseau, plutôt que d’en rejoindre un, dans l’idée d’y partager du contenu d’artistes et de conférenciers abordant des thématiques qui me tiennent à cœur, dans l’espoir que de mes contacts s’y intéresseraient et auraient aussi envie d’en partager. Petit à petit certains créateurs de contenu y sont venus, sauf qu’au final, peu de gens s’intéressent au contenu des autres. Alors cela vient probablement du fait qu’en ce moment, depuis quelques temps, il y a un concours de courts métrages organisé par une entreprise, qu’ils font leur auto-promotion. Ce qui exacerbe la tendance. Si n’est qu’il me semble que ce genre de fonctionnement peut aussi se constater en dehors, que c’est symptomatique de l’usage fait par un grand nombre des groupes où se partage divers contenus. Peut-être aussi parce que je ne fais pas d’effort pour animer le groupe, mais bon, la tendance à partager sur un groupe sans s’intéresser à ce que d’autres partagent se ferait quand même certainement par la majorité. D’ailleurs, j’évoque pas tant pour les critiquer, pour déplorer ce rapport aux groupes sur certains réseaux a-sociaux. Je serais hypocrite de le faire. Considérez que je l’évoque plus comme un constat et un peu comme une auto-critique, car je fais un peu la même chose sur les groupes de ces réseaux : partager du contenu sans en général m’intéresser attentivement à ce que les autres partagent. Pour ma défense et la défense de celles et ceux qui font pareil : j’ai déjà pas mal à faire avec les artistes que je suis et les podcasts que j’écoute, pour ce qui me reste de temps de cerveau disponible.

                                                        Ce qui me fait me questionner par rapport aux méthodes de militance. Sachant que même dans la rue, c’est pas forcément plus évident de capter l’attention que de commenter et d’interpeller sur internet, pour peu qu’il y ait fait un effort de communication çà et là sur les réseaux et sites.

                                                        Et ceci écrit, à propos de stratégie de développement de l’audience qu’il faudrait probablement mettre en place quand on cherche à communiquer autour d’idéaux, et même pour contester et changer ce mode de fonctionnement : j’ai l’impression que des plateformes de publications de contenus ont elles-mêmes certaines pratiques « étranges », des « stratégies » de développement. Je ne sais plus si TikTok était concerné par une enquête journalistique autour de la mise en avant de contenu, encore que me semble bien que oui, j’ai d’ailleurs souvenir qu’ils avaient contesté des conclusions, toujours est-il qu’au-delà de la critique du fonctionnement des algorithmes et de la suspicion de fonctionnalités qui permettraient de mettre arbitrairement en avant du contenu par des employés, j’ai constaté une « étrangeté » qui n’était pas évoqué dans l’enquête, de ce que je m’en souviens :

                                                        •  alors que sur youtube il n’y a pour le moment aucune vue de ma publication la plus récente, de mes premières publications sur TikTok, que je me suis récemment mis à utiliser, y ont suscité des centaines de vue et des dizaines de cœurs / « like », sans effort de communication du lien de ma part. De quoi m’encourager à l’utilisation de TikTok.
                                                          Mais ensuite, pas eu de nombreux likes sur les autres publications, et une vidéo dont le compteur reste bloqué à 2 vues. Ce qui pourrait s’expliquer par le fait que la deuxième que j’y ai partagée était apolitique et qu’ensuite je me suis mis à y partager des poésies militantes, si ce n’est que la toute première était la présentation toute bête du site web « cuisine-art-politique-et-compagnie.com » et que j’imagine mal des internautes liker une telle vidéo sans même avoir pris le temps de consulter le site, ce qui a été le cas de la majorité si je m’en tiens aux chiffres, aux stats, et ce qui me fait soupçonner l’utilisation de « bots » pour des visionnages et du likage de publications ;
                                                        •  encore que, c’est peut-être pas tant une étrangeté du fait du fonctionnement des algorithmes et éventuel recours à des bots, il y a aussi le rapport des usagers de TikTok qui doivent surfer rapidement, s’intéresser à une pléthore de contenu, peut-être aussi cherché à attirer l’attention par du « likage » (si ce n’est que explication pas convaincante pour les « likes » sur la vidéo de présentation du site pourtant peu consulté et le peu de réactions sur d’autres) : il y a des comptes de créateurs qui ont des millions d’abonnés et des centaines de milliers , voire des millions de vues sur des vidéos, et juste quelques centaines sur d’autres, ce qui laisse à penser que la grande majorité ne va pas sur les profils des créateurs même quand ils s’abonnent, qu’ils consultent surtout leur fil d’actualité tiktok et ne prennent pas le temps de voir les autres vidéos des comptes auxquels ils se sont abonnés, ce qui reflète la tendance à l’instantané sur les réseaux, la masse de contenus partagés, ce qui participe à mon sens de la difficulté de « se parler » entre « concitoyens » ;

                                                        Bref, cela me fait penser à des réflexion de Boris Cyrulnik, et j’en viens aux vertus de l’art auxquelles je crois. Des réunions autour de l’art. Et ce qui je pense pourrait faire solution pour servir des causes communes, à en mettre fin à des intox.

                                                        Boris Cyrulnik sur le terrorisme, le complotisme, les guerres, évolution de l’Allemagne et relativité de comportements en fonction de l’organisation sociale : https://rutube.ru/video/cbec499ef62437077627f04e3e74c121/

                                                        Vers 5 mn 07 secondes, il commence à parler du rôle du théâtre, de la fiction, d’une agora constituée autour, de ce qui pourrait permettre de se cultiver tout en pouvant potentiellement participer, apprendre à se connaître et forger un avis bien éclairé par une phase de discussions en « connaissance de cause », favorisant les prises de conscience, plutôt que de subir le discours de la doxa politicienne et de « journalistes » n’ayant pas le temps d’investiguer, déformant des informations au cours d’un condensé des nouvelles du jour par un prisme d’info de masse au 19h – 20 h, tel que le font / consomment certainement encore beaucoup de gens.

                                                         

                                                        Re bref, j’ai fait une longue digression autour de cette notion de quête d’authenticité via le souci de l’information / mal-information, la difficulté de militer pour des idéaux, sans évoquer de notion d’être au monde, de philosophie sur l’être, la vie, mais cela me semble lié d’une certaine façon, et pour finir le message d’aujourd’hui, voilou les liens vers les créations et vidéos informatives, divers docs que je voulais vous inviter à découvrir, à prendre connaissance si pas encore fait :

                                                        •  les épisodes récents (et des anciens si pas encore tout écouté) du podcast « Comme un poisson dans l’eau », podcast contre le spécisme qui fait synergie avec les soucis écologiques, éthiques, connaissances philosophiques, sociologiques et scientifiques  : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos ;
                                                        •  Maxime Ginolin, le créateur de l’extraterrestre le plus déjanté de toute la galaxie, a sorti avec sa « Magic Jack Production » une nouvelle enquête de l’Inspecteur Magic Jack : ZOODYSTOPIA : https://www.youtube.com/watch?v=4vVw4Aad20I ;
                                                        •  sur le souci posé par le réchauffement climatique, des indicateurs autour, des infos sensibilisant, alertant sur la situation de plus en plus inquiétante, les publications et partages de Peter D Carter « Directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité » : https://twitter.com/PCarterClimate ;

                                                         

                                                        Bonne fin de semaine !

                                                         

                                                      • #463
                                                        Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                        Maître des clés

                                                          Bonjour,

                                                          pour aujourd’hui, je voudrais évoquer à nouveau l’illustration d’une « pensée vivante », d’une évolution de point de vue relative aux connaissances. Par rapport, entre autres, au drame à Moscou, les théories autour, et le traitement médiatique de la situation en Palestine. Et plus généralement les thèses autour de terrorismes, leurs implications sur le plan géo-politique, dont les créations de casus belli, et le problème que posent les biais informatifs pour une bonne compréhension de la situation, des problèmes et des solutions.

                                                          Mais pour commencer le fil de la réflexion d’aujourd’hui, ce qui m’est venu à l’esprit en premier, il me semble que c’est en partie de ce qui m’a fait écrire la semaine dernière l’invitation à éviter de surinterpréter, de mésinterpréter la part « d’inconscience » dans une création, ainsi que les attitudes, les comportements, la communication, de ce qui peut participer de la difficulté de se comprendre.

                                                          Bref, il y a quelques semaines, j’ai écouté un monsieur développer une thèse sur ce qui serait du code secret, une quête de sens au cours de laquelle il se tente d’éclaircir des mystères, une voie ésotérique qui ne pourrait se faire qu’individuellement, personnelle.

                                                          J’ai trouvé son exposé très intéressant et plausible, si ce n’est que des objections me sont venues à l’esprit, ou disons des doutes, ou plutôt de la prudence, de la précaution à avoir sur l’interprétation des données. Car cela revenait à donner une intention à de ce qui peut relever de l’inconscience, et voir le monde à travers un prisme d’illusions tout en pensant se sortir de l’illusion mais en l’alimentant par ce genre de considération, in fine.

                                                          Avec le fait que dans une quête ésotérique, on peut tout autant être manipulé, un peu comme dans la série Mr. Robot où « Whiterose » tente de le manipuler.

                                                          D’autant qu’il évoquait de l’interprétation de chiffres en poussant à faire des corrélations improbables, tel un changement de base de calcul pour tenter de trouver des signes ésotériques en s’arrangeant / changeant au cas par cas, entre des cas non forcément liés, et évoquait de l’ésotérisme via des films de Hollywood comme une intention d’un collectif-groupe occulte et quelque chose de « positif ».

                                                          Ce qui m’a fait penser aux diverses façons dont notre « esprit » peut nous manipuler, telle que le coup des « corrélations illusoires », et où il faut faire preuve de prudence dans les analyses si on veut tenter de comprendre au mieux la « réalité ».

                                                          Par exemple, le fait qu’il y ait en impression de l’ésotérisme dans des films, des points communs et une évolution qui peut faire penser à un plan de révélation, un agenda occulte, ou une piste à suivre telle dans Matrix, peut s’expliquer par juste le fait que les auteurs scénaristes sont des éponges de leur époque, partagent des références communes, un inconscient collectif commun.

                                                          Pour s’en rendre compte, si vous vous mettez à écrire une histoire, en cherchant à faire des clins d’œil, vous inspirant ou pas de références de la culture pop’, au cours d’un processus de création, créatif, « original », après écriture, si vous êtes comme moi à fonctionner par « association de pensées », vous pouvez réaliser que des parties de ce que vous avez écrit peut faire penser à d’autres références, connues de vous mais auxquelles vous ne pensiez pas consciemment, ou inconnues de vous à priori et dont le parallèle est fait à posteriori, une fois que vous en prenez connaissance. Ce qui pourrait s’expliquer de plusieurs façons (principe de la double causalité, noosphère commune dans laquelle on se plonge, on « voyage » quand on écrit, simple synchronicité liée au fait que l’imagination est une recréation de la « réalité », de perception que tout être conscient à en base commune), et de même l’évolution au fil des ans, des créations, des générations. Où pas besoin d’une intention délibérée, décidée par un groupe occulte, pour que les créations humaines soient ce qu’elles sont, et où des amateurs d’ésotérisme voient des signes conscients de ce qui relèverait de l’inconscient, et se tromperaient. De même que chaque lecteur ou spectateur peut s’approprier une histoire, l’interpréter selon son propre cheminement, son propre vécu, sa « noosphère », sans que cela soit celui de l’auteur original. De ce qui fait qu’il y a un certain nombre d’histoires, de films jouant sur le mystère qui ont de multiples interprétations, théories, où des camps se forment pour défendre telle ou telle version, où nul ne pourra être certain de la bonne, ou du moins de l’intention implicite originel, si telle est la volonté du créateur de rester secret, de ne pas en dire plus.

                                                          Aussi, on pourrait parler de sorte de « test de rorschach », le considérer de la sorte, sans qu’il y ait de « bonne réponse », de bonne réponse à un « code secret » du point de vue de l’absolu, d’un ensemble dont la corrélation est subjective, où chaque considération, prisme, du point de vue de l’existence, de la « pensée en vie », est relative à un instant t.

                                                          Après, si je pense que de la thèse du monsieur sur le code secret repose sur certaines corrélations illusoires, que de sa démonstration repose sur du décryptage « hasardeux », qu’il voit des intentions d’ésotérisme liées là où il n’y en a peut-être pas, rien ne dit qu’il ait tort dans les grandes lignes et sur le fond. Ce qui me fait penser au film « Under the Silver Lake », où de ce que je me souviens, par delà les doutes le protagoniste fait quelques découvertes de ce qui était ésotérique.

                                                          Si ce n’est que même si l’un n’empêche pas l’autre (un groupe occulte aux « nobles intentions » et des manipulations de lobbies « pas glop »), que c’est pas tant du « code secret », voire pas du tout, au sens que c’est une intention de propagande et non forcément occultiste, je serais plus critique, ou disons plus prudent, moins enthousiaste que lui vis à vis de ce qui peut être clairement identifié comme des empreintes « occultes », de l’influence de groupes sur les scénarios : « Hollywood propaganda » : la fabrication du consentement au cinéma : https://investigaction.net/hollywood-propaganda-la-fabrication-du-consentement-au-cinema/

                                                          L’Empire vous divertit. Comment la CIA et le Pentagone utilisent Hollywood : https://investigaction.net/boutique/lempire-vous-divertit-comment-la-cia-et-le-pentagone-utilisent-hollywood/

                                                          Re après, je m’étais dit « et puis au-delà de la « discutabilité » de l’interprétation des « signes », de la thèse autour, avec rôle ou non de sociétés secrètes, il y a le souci par rapport aux discours « individualistes », où il est considéré l’effort que doit faire l’individu pour élever sa conscience, le chemin alchimique fondement de l’ésotérisme sous-estimant le souci systémique, le besoin de révolution systémique plus qu’individuelle, même si synergie entre les deux »,

                                                          si ce n’est qu’il faut bien des individus qui fassent des efforts, évoluent, fassent de leur révolution pour impulser des changements souhaités, être au service d’un idéal, d’idéaux. Et qu’à travers l’Histoire terrestre, des sociétés ont eu de très bonnes raisons d’être secrètes, d’être occultes. Telles que pour éviter les bûchers de l’inquisition, l’instrumentalisation par les egos et la corruption, le dévoiement, pour plus de pérennité, s’assurer un minimum de constance à travers des générations, de respect d’un objectif, de chemin vers un horizon.

                                                          Dans le genre, si Jésus avait pu savoir toutes les divergences qu’il y aurait autour de son « enseignement », de sa personne, de son histoire, de sa légende, toutes les implications, le cause à effets, qu’il aurait pu penser et mettre en place une stratégie en connaissance de causes, en connaissance de tout cela, aurait-il fait différemment, mis en place une société plus secrète, ou considéré que son martyr servirait la cause in fine, comptant éventuellement sur des garde-fous, une société secrète, une entité « arbitre » pour s’assurer que l’humanité cultiverait de la spiritualité impulsée, tendrait vers son idéal ?

                                                          Et en fait, je suis revenu à cette réflexion, sur cette réflexion, considération, en lisant les diverses théories autour de l’attentat terroriste survenu au Crocus City Hall à Moscou, en Russie (paix aux âmes des victimes). Beaucoup semblant persuadés et persuader de leur version, alors qu’en théorisant à partir de ce qui est su avec certitude, il peut se glisser de nouvelles données, à en faire une sorte de twist, telle la fin du 6ème sens. Et que cela peut être considéré comme spéculation contre spéculation, même quand il y a des « faits fiables ».

                                                          ‘fin, précision avant de développer, au cas-où vous vous méprenez, pour l’éviter : le parallèle, la transition entre sujets, la comparaison peut paraître foireuse, tendancieuse, douteuse, c’est parce que je ne compare pas ; le point commun c’est l’aspect secret, des données inconnues de prime abord, le besoin d’enquête, de quête d’informations pour en savoir plus, avec probablement impossibilité d’être certain d’avoir raison à 100 % de son interprétation ; et que pour servir un idéal, un objectif, pour que le groupe ne soit pas corrompu par des intentions malveillantes, cela peut être compliqué, il faut principalement compter sur soi, son bon sens, tel qu’au cours d’une enquête, d’une quête, où il faut faire le tri entre les diverses versions et où la bonne n’est pas nécessairement celle que d’aucuns présentent comme tel, même si ils sont persuadés d’avoir raison.

                                                          Précision faite, si vous vous êtes intéressé(e)s aux diverses versions et que vous avez une certaine connaissance de cas où les apparences ont été trompeuses, de manipulations avérées, il me semble que vous devez être d’accord au moins sur l’idée qu’il y a de quoi être prudent sur l’identité des commanditaires.

                                                          Et cela me fait penser aux mafias, à de l’historique de l’évolution des mafias, une thèse autour des mafias-états. Et des débats sur les révolutions au cours des printemps du début des années 2010, des sophismes, des raccourcis, des biais.

                                                          Si j’évoque les mafias, c’est en pensant au livre de Michel Bounan « Logique du terrorisme », du moins à un long extrait que j’en avais lu où il est évoqué l’évolution de mafias, de l’état d’esprit autour, d’une « logique du terrorisme » au service d’intérêts mafieux. J’ai pas encore lu son livre en entier, de ce que je me souviens, il généralisait sur tous les actes terroristes et « l’étatisation » des mafias, et il y a peut-être des cas lui donnant tort sur de ses généralités, des réflexions, des parties de sa thèse.

                                                          Et toujours est-il qu’en fait, à la différence de thèses complotistes au sens péjoratif, il ne s’agit pas de désigner un camp bouc émissaire, plus d’une réflexion systémique tentant de considérer une certaine complexité dans les jeux de pouvoir, les volontés de puissance, divers intérêts.

                                                          C’est-à-dire que quand vous cherchez de la vérité sur certains « faits », « actes », suffit pas de savoir « à qui profite le crime », ni « où va l’argent » ; il faut éviter les biais d’interprétation, les sophismes ; il y a des limites à ce que vous pouvez savoir et il faut prendre en compte que certains services secrets ont pu commettre des erreurs, ou disons des agents corrompus, des infiltrations d’infiltration, des agents doubles, triples, ou que sais-je du genre.

                                                          Par exemple, d’aucuns voient un aveu de culpabilité le fait qu’en France il y ait le plan Vigipirate relevé à son niveau maximum suite à l’attentat à Moscou. Sauf que savoir qu’on pourrait être considéré coupable, une cible, voire jouer dessus, est très différent d’être réellement coupable. Et il pourrait y avoir rôle de groupe d’apatrides liés à divers pays, dont la France, sans que cela soit de la volonté du pays, du gouvernement, et de même qu’une revendication d’attentat a de quoi être prise avec des pincettes, d’autant quand il y a des commanditaires et des « mercenaires ». Au passage, du livre blanc du terrorisme d’il y a plus d’une décennie, il ressortait qu’après enquêtes les implications et les intentions dans de nombreux actes terroristes se sont avérés ne pas être de ce que les premières informations véhiculaient. Et si les % de camps impliqués / des mobiles serait probablement différents sur la décennie écoulée (avant, les séparatistes régionaux étaient majoritaires, si je me souviens bien), pour illustrer que prudence est de mise.

                                                          Il y a d’autant plus de quoi être prudent, que tout ne peut pas forcément être su par une enquête poussée. Et ce qui compte en l’occurrence, dans l’immédiat, c’est ce qui est fait et pas fait sur l’échiquier géopolitique.

                                                          Mais et d’ailleurs, avant de plus extrapoler, petite réflexion : j’ai lu certains se réjouissant de la rapidité d’action, du sort fait aux terroristes arrêtés, à ceux présentés comme tel dans un état de torturés. Se réjouiront-ils si les « aveux » devaient servir de mobiles de guerre, de casus belli, d’attaque contre leur pays ? Et puis nombreux ont passé en pâture la revendication officielle, qu’en est-il des commanditaires ? Des commanditaires des commanditaires ? La vérité, saura-t-on vraiment la vérité des commanditaires un jour ?

                                                          Et par rapport aux extrapolations à partir de ce qui est su, de ce qui peut s’apprendre : saviez-vous l’implication américaine, de la CIA, au cours de l’Opération Cyclone, de l’aveu même de Hillary Clinton « nous avons contribué à créer le problème que nous combattons aujourd’hui. » ? D’autres groupes auraient été financés pour déstabiliser ce qui ne faisait pas de leurs intérêts, provoquer des « false flags », des attaques sous faux drapeaux.

                                                          Bon, le fait de financer des groupes ne veut pas dire que vous êtes maître de tout ce que vont faire ces groupes, il y a peut-être même eu des cas où le financeur s’est retrouvé être le dindon du crime, si je puis dire. Il n’en reste pas moins qu’en matière de terrorisme, il y aurait eu des cas où les apparences ont été trompeuses.

                                                          A ce propos, une situation abracadabrantesque que j’imagine bien : un agent d’un service secret d’un pays x se fait passer pour un radical afin de former une cellule dans l’objectif d’infiltrer un groupe occulte, d’arrêter des membres, des radicalisés aspirant au terrorisme, et au moment de l’arrestation, avant l’action, il s’avère que des membres les plus assidus sont des agents au service de pays y et z ayant le même objectif d’infiltration, mais avant que preuve soit faite, il y a une sorte de suspicions, de capharnaüm, de binz.

                                                          « X : – Haut les mains, vous êtes en état d’arrestation !

                                                          Y : – Haut les mains vous-même, je vous arrête !

                                                          Z : – Euh, idem !

                                                          X : – Vous vous fichez de moi ? J’ai dit en premier, et je suis le premier à avoir pointé l’arme sur vous !

                                                          Y : – Ce qui compte, c’est là, et là, qu’importe qui a été le premier à mener, d’autant que je suis comme Lucky Luke, ma rapidité va faire de vous des Dalton en prison !

                                                          Z : – Euh, à propos de ce qui compte, pourquoi voulez-vous nous arrêter ?

                                                          X : – Pour vous empêcher de commettre l’irréparable !

                                                          Y : – Euh, c’est vous le terroriste qui dites cela ?

                                                          Z : – Terroristes vous-même ! Je suis un innocent agent Z au service de sa majesté !

                                                          X : – Innocent, innocent, ça reste à prouver !

                                                          Y : – Euh, attendez, ne se trouverait-il pas que nous soyons tous des agents cherchant à débusquer des aspirants terroristes ? Poutine va bien rigoler quand je lui raconterai l’imbroglio !

                                                          Z : – Poutine ? Vous êtes au service de Poutine ?!

                                                          X : – Euh, qui me dit que vous êtes pas des terroristes intelligents jouant maintenant aux agents pour vous sortir de ce guêpier ?

                                                          Y : – Vous pouvez appeler ma hiérarchie ! Tenez, le numéro…

                                                          Z : Mais qui est au service de Poutine, ne faut-il pas lui sortir les vers du nez ?

                                                          X : Cela pourrait être utile, mais à des forces qui ne concernent pas mon pays, encore que, qui sait ? Vous avez peut-être raison, mais à ce propos, et vous ?

                                                          Y : – Déconnez pas !, j’ai toujours l’arme pointée, je suis rapide comme Lucky Luke, et…

                                                          Z : Moi ? Si je devais vous l’avouer, je devrai vous tuer dans la foulée.

                                                          X : Allons, allons, si nous sommes tous de faux terroristes, ou disons des agents d’infiltration, nous pouvons nous comporter comme des gentlemans !

                                                          Y : Euh, minute, si il a dit qu’il devrait nous tuer si il devait nous dire son employeur, c’est que… Bang !

                                                          Z : Ouch !!! C’était une blag…

                                                          Bang ! Bang !

                                                          Z avait voulu faire un trait d’esprit, une pointe d’humour d’espion, entre espions. Les trois moururent. Quelques jours plus tard, des journaux titrèrent le démantèlement d’une cellule de terroristes, ces 3 présentés comme tel. »

                                                          Et si dans les pays où les groupes mafieux se sont organisés efficacement à se « démocratiser », on peut supposer peu de possibilités, de risques que cela arrive, entre le besoin de financement, de moyens, de menus services, sans forcément être infiltrés, tous les membres d’une organisation ne partagent pas forcément la même idéologie. Certains peuvent chercher à tirer la couverture pour telle ou telle cause et y avoir des dissensions et des actions qui seraient mues par des intentions divergentes, des conséquences imprévisibles et les commentateurs à se tromper.

                                                          Je veux dire, c’est peut-être un peu confus, trop théorique, mais par exemple, parmi les militants aspirant à un changement de mode de fonctionnement du système politique et économique, parmi les indignés, ou parmi juste des commentateurs, des analystes en herbe, il y a eu des débats sur les révolutions au cours des printemps du début des années 2010, dont ce qui me semble être des sophismes, des raccourcis, des biais, des raisonnements contestables, et en tout cas des divergences d’analyses basées sur l’interprétation de l’implication de forces étrangères. Pour vulgariser, certains ont considéré de ces « révolutions » financées, influencées par intérêt géopolitique, pour remplacer des gouvernants gênants par des qui seraient plus coopératifs, là où d’autres y ont vu intérêt potentiellement convergeant même si de l’opportunisme, même si il y a pu y avoir des ingérences et ensuite des tentatives de récupération des élans, mais en tout cas raison d’être de dissidents qui étaient légitimes dans leurs revendications, dans leurs aspirations de changement de régime politique et économique. Et l’analyse holistique, une compréhension bien consciente du tableau d’ensemble, des implications, des raisons, est rendue difficile du fait qu’au cours d’une révolution, les mobiles et les êtres, des individus et des groupes, peuvent rapidement évoluer.

                                                          Et par rapport au terrorisme, vous savez sûrement les suspicions d’implication du FSB dans des attentats qui ont servi à un casus belli, à la deuxième guerre de Tchétchénie.

                                                          Attentats de 1999 en Russie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_de_1999_en_Russie

                                                          Je n’ai pas entièrement confiance dans ce qui est publié sur wikipedia, c’est un dossier que je connais peu, peut-être que pour certains spécialistes il y a certitude sur le résultat d’enquêtes, mais malgré les enquêtes depuis 1999, il semblerait qu’il reste des zones d’ombre, du fait de la difficulté voire impossibilité de connaître toutes les informations, toutes les implications.

                                                          D’aucuns « soutiennent que ces attentats sont le fait du gouvernement russe, pour justifier la seconde guerre de Tchétchénie, à la fin du régime de Boris Eltsine, et établir le pouvoir de Vladimir Poutine en Russie ».

                                                          Et pour des spécialistes il est en tout cas affirmé qu’est établie la responsabilité du FSB et non de la République tchétchène.

                                                          Mais qui sait si le FSB n’a pas été infiltré par des agents de la République tchétchène, ou d’autres, afin de jouer « trouble jeu » ? C’est peut-être mission impossible, mais pas impossible que des services secrets soient dévoyés par des agents doubles ? Ou qu’il soit fait croire que c’est des gens au service de telle organisation qui commettent des attentats.

                                                          Tel que cela a été le cas au cours des « années de plomb » en Italie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_de_plomb_(Italie)

                                                          Où l’extrême droite a fait porter le chapeau à de l’extrême gauche dans une stratégie de tension : « Autre composante essentielle à la dynamique spécifique des années de plomb en Italie : alors que la guerre froide bat son plein, certains éléments déviants des services de l’État (police, sécurité, renseignement), parfois manipulés par des organisations étrangères, s’emploient à faire monter la tension en imputant à l’extrême gauche des attentats organisés (parfois à leur instigation) par l’extrême droite. Cette « stratégie de la tension » est destinée à traumatiser l’opinion, à fragiliser les institutions et à favoriser l’avènement d’un régime autoritaire, propre à repousser ce que certains perçoivent alors, étant donné la puissance et l’ambiguïté du PCI, comme une réelle menace communiste. »

                                                          Aussi, une des principales justifications que l’on pourrait trouver, c’est de tenter d’influencer d’une manière ou d’une autre vers l’idéologie à laquelle aspirent des troubles fêtes, ou alors des mobiles personnels, individuels, qui rend sensible à de la corruption à des intérêts privés, occultes.

                                                          Toujours est-il qu’il y a des situations complexes où difficile d’être certain de quelle « lecture » est la bonne. Entre les infiltrations, les infiltrations d’infiltration, la possibilité d’agent double, voire triple, et cetera, il y a de quoi être prudent avant d’accuser et d’agir en conséquence.

                                                          Je veux dire, en terme d’être vigilent vis à vis de la « logique » de terrorisme de groupes et d’états, et d’intérêts privés, les journalistes et les citoyens devraient être prudents là où on cherche à les amener, par rapport aux intérêts collectifs, à une pérennité de civilisation.

                                                          Peut-être que je complexifie de trop, et j’ai à plusieurs reprises évoqué au fil des vendredis l’importance du cas par cas plutôt que des thèses et considérations généralistes. Toutefois, cela s’y prête. A la différence d’un attentat qui serait commis par des séparatistes, et d’ailleurs même dans ce genre de cas particulier, il me semble que quand on joue aux enquêteurs, il faut être prêt à tout envisager, à envisager les divers « degrés de vérité », les influences, possibles instrumentalisations, les mobiles collectif et individuels. Et donc être prudent dans son analyse, ses conclusions.

                                                          Alors de notre point de vue de lambda n’ayant pas toutes les cartes en main ; encore que même en matière d’enquêteurs en ayant suffisamment pour une vue d’ensemble mais cherchant à toutes les avoirs, à avoir une vue d’ensemble complètement holistique, à démêler toutes les ficelles en prenant en compte d’éventuelles particularités, cela peut revenir au même, à être pas tellement plus avancé ; ces histoires de groupes pouvant éventuellement infiltrer d’autres groupes et d’individus au trouble jeu, faire telle une poupée russe avec des imbrications, de l’encastrable jusqu’à l’atome, peut rendre impossible toute certitude. Mais il me semble plus sain d’être prudent, s’accorder une part de doute, que d’être dans la réaction et mal juger par certitude fondée sur une part de préjugés.

                                                          D’autant quand la « vérité », instrumentalisée ou non, a des implications sur le plan idéologique, systémique.

                                                          Car ce qui compte, au final, ce qui compte en acte, c’est ce qui est et n’est pas fait, sera et ne sera pas fait.

                                                          Du genre, par rapport à l’attentat à Moscou, il est possible que des forces cherchent à provoquer une guerre armée plus générale. Et diplomatiquement, du fait des alliances entre telles et telles puissances, certains pourraient chercher à se venger de la mafia poutinienne et / ou tenté de le pousser à la « faute » quitte à ce que cela dégénère en nucléaire, et le meilleur coup que le gouvernement de Poutine, que la Russie pourrait en faire, c’est de ne pas être l’instigatrice d’une nouvelle guerre mondiale, se concentrer sur leurs intérêts régionaux, tenter d’aboutir à un accord en limitant les dégâts.

                                                          A noter que je commente juste par rapport à la théorie, en théoricien réfléchissant sur la stratégie géopolitique, que je veux pas dire par là que ce serait bien qu’ils continuent la guerre, s’en serve de prétexte pour ne pas trouver d’accord de paix. En ce qui me concerne, je serais pour une révolution mondiale, impliquant que la plupart des gouvernements, donc dont celui de la Russie, fonctionnent autrement ; qu’il y ait mise en place d’un système prenant en compte les soucis écologique, l’urgence climatique, le besoin de « justice sociale », de respect de certains principes – tel que l’épanouissement du véganisme – pour de la pérennité.

                                                          Dans un autre genre, il y a de ceux qui se la jouent va-t-en-guerre au nom de la paix in fine, et / ou de la « justice », par rapport à la lecture qu’ils font de la guerre en Ukraine. J’en ai vu aller jusqu’à faire une comparaison entre pacifistes américains avant l’entrée en guerre contre le plus grand génocideur du 20ème siècle, participation à la seconde guerre mondiale, et les pacifistes contre les va-t-en-guerre de la guerre en Ukraine, pour signifier que les pacifistes faisaient le jeu du mal, qu’il n’y avait pas de négociation possible, que le remède serait en tout cas du mal.

                                                          Ce qui me ramène à la réflexion autour de la complexité dans les jeux de pouvoir, les volontés de puissance, divers intérêts. A l’évoquer aussi à la fois comme un exercice de l’esprit, de la pure théorie, et la pratique, pour mettre en exergue l’intérêt et « limites », la contestabilité, voire le non sens de certaines comparaisons, avec les questions que je me suis posées sur la situation :

                                                          – si un pays limitrophe à la France avait des vues sur l’Alsace, arguait qu’il y avait de la population aspirant à que leur région, leur ville, leur zone, se joigne à eux, et rentrait en guerre dans le nord-est de la France sous prétexte de souci pour des dissidents, est-ce que je n’espérerais pas que des pays permettent à ce que l’Alsace reste Française ? ;

                                                          – à quel point la comparaison est-elle pertinente ? ;

                                                          – peut-on comparer la guerre en Ukraine à ce qui se fait dans d’autres conflits, aux puissances qui ne respectent pas le droit international, tel qu’Israël vis à vis de la Palestine, les colonies illégales, et cetera ? ;

                                                          Pour y répondre, in fine, je pense que l’importance est :

                                                          – de connaître son « ennemi », dont les alliances, les forces dont il dispose, la nuisance, le carnage dont il est capable ;

                                                          bien connaître la situation, les implications, l’histoire particulière, les opportunismes, les mobiles, les éventuelles tentatives d’instrumentalisation par des forces externes au conflit ;

                                                          connaître les forces pouvant chercher à mettre des bâtons dans les roues d’idéaux, à des accords, un processus de négociations, de paix d’une manière ou d’une autre ;

                                                          A partir de là, il me semble que si vous y réfléchissez bien, les comparaisons sont foireuses, et clairement un non sens de comparer des pacifistes américains d’avant leur implication dans la seconde guerre mondiale aux pacifistes d’aujourd’hui. Déjà parce que les implications ne sont pas les mêmes, la situation est plus complexe ; et ensuite parce que certaines forces autre que les directement impliquées auraient sabordé des initiations de processus de paix ; et enfin que quand il y a risque d’usage de bombes nucléaires, il convient de tout faire pour ne pas y arriver, pour ne pas envenimer le conflit, ne pas alimenter ce qui fait le jeu des blocs militaro-industriels.

                                                          Aussi, c’est ce que j’aurais à reprocher à tout un tas de théoriciens, internautes commentateurs blogueurs persuadés de tout bien comprendre, s’étant forgées des convictions, usant, abusant de propagande, prenant parti à en devenir belligérant, à faire le jeu de belligérants, car autrement dit :

                                                          il y a une différence qui me semble fondamentale, à faire, à comprendre, à prendre conscience, entre résoudre un problème posé au cours d’un contrôle, d’une énigme de chasse aux trésors, où vous avez une certitude sur les données sur lesquelles plancher ;

                                                          et des problèmes géopolitiques où il y a des données sur lesquelles vous avez probablement été mal informé, ou que vous ignorez, et dont les analyses, la « résolution », des enquêtes telles sur les actions terroristes, et l’implication quant aux décisions qui doivent en découler, sont à mener avec prudence, doivent prendre en considération un tout, autant que faire se peut.

                                                          Cela me semble d’autant plus important, vital, que quand on regarde généralement les thèses autour de terrorismes, les manipulations pour la création de casus belli qui seraient avérées au cours de l’histoire de conflits, et les tentatives d’instrumentalisation, les causes et effets, les mobiles, il n’est pas dans l’intérêt des populations qu’il y ait plus d’armements, plus de bombardements, plus de morts.

                                                          Bref, la meilleure attitude pour ne pas se tromper, pour ne pas réaliser qu’on s’est fait eu, me semble d’être pacifiste, de chercher à concrétiser une voie pacifique. Certes plus facile à théoriser qu’à concrétiser, je ne sais pas quel accord pourra être mis en place dans l’immédiat, à court terme, je vous renvoie aux idées de politiciens et de journalistes ayant fait un travail de réflexion et d’enquête de fond, telle que Diana Johnstone : La voie française vers la guerre nucléaire : https://investigaction.net/la-voie-francaise-vers-la-guerre-nucleaire/

                                                          Et à ce que j’ai écrit et liens partagés dans d’autres messages où aussi question de l’Ukraine.

                                                          Pour finir le message d’aujourd’hui, en lien avec ce souci de quête de bonne compréhension des événements, en lien avec ce qui est relayé et sert de base théorique et de parti pris aux uns et autres, je vais évoquer le traitement et mal traitement médiatique de la situation en Palestine.

                                                          ‘fin, avant, un « cas d’école » de mal-traitment de l’information par des internautes qui prennent parti, sont des militants au service d’un parti politique « contestable », en s’arrangeant avec les informations, faisant des biais, à moins que la déformation de l’information soit intentionnelle, malveillante, les deux torts étant probablement liés d’une manière ou d’une autre par des membres de la « communauté militante » concernée :

                                                          il y a quelques jours, il y a eu dans les tendances sur un réseau social, un mot clef en lien avec Médiapart, j’avais failli retenir ma curiosité me disant qu’il était peut-être encore question d’Edwy Plenel quittant la présidence, puis j’ai pris le temps d’en savoir plus et vu que le buzz du moment était autour de la condamnation de deux journalistes.

                                                          J’ai trouvé douteuse l’accusation, la façon dont la présentaient ces polémistes, et d’une autre petite recherche j’ai pu me rendre compte qu’il s’agit bien d’une déformation de l’information dont certains militants de droite semblent friands, adeptes :

                                                          D’une information de ce genre : Un avocat et deux journalistes condamnés après avoir voulu aider des jihadistes à quitter l’Etat islamique pour se rendre : https://www.msn.com/fr-be/actualite/monde/un-avocat-et-deux-journalistes-condamn%C3%A9s-apr%C3%A8s-avoir-voulu-aider-des-jihadistes-%C3%A0-quitter-l-etat-islamique-pour-se-rendre/ar-BB1kmrC7

                                                          Ils l’avaient réduite à des « islamo-gauchistes collaborant avec des jihadistes ».

                                                          Un manque de précision sur le contexte qui change toute l’histoire, m’a semblé relever d’une sorte de diffamation, de malhonnêteté intellectuelle. Et clairement de la mal-information.

                                                          Ce genre d’information-mal-information me semble aussi légion pour tenter de diffamer les soutiens à la Palestine et distiller une propagande sous couvert x ou y.

                                                          Par exemple, ce qui aurait été un media-mensonge, des allégations de viols commis par Tsahal à l’hôpital Shifa, par une accusatrice qui voulait « susciter la ferveur de la nation » et temporairement médiatisée par Al Jazeera, devient, sous les mains de certains claviers, un : « voyez, Al Jazeera sont des menteurs, ils véhiculent de la propagande pour le Hamas ».

                                                          Mais à quel moment le fait que cette information ait été un média-mensonge rend plus « acceptable » le massacre de citoyens, des tragédies documentées que subissent les Palestiniennes et les Palestiniens, dont la « politique de la terre brûlée », les colonies illégales, les provocations et actes « pas glop » dont elles et ils se sont retrouvés victimes ?

                                                          C’est à Nabi Saleh que j’ai abandonné le sionisme : https://ujfp.org/cest-a-nabi-saleh-que-jai-abandonne-le-sionisme/

                                                          Les médias mensonges et mal-information, les biais, les inexactitudes, le manque de contextualisation, de compréhension plus large peuvent être reprochés à divers camps, divers médias. Ou du moins divers articles, au cas par cas.

                                                          Il n’en reste pas moins qu’il faut se poser les bonnes questions, si je puis dire. Qu’il y a des informations fiables : Gaza, Israël et médiamensonges : https://www.youtube.com/watch?v=AV3SIgwOWRE

                                                          Aussi, de la part des accusateurs et simplificateurs du média-mensonge temporairement véhiculé par Al Jazeera sur ce coup (ils ont retiré la vidéo ensuite, évoquant le pourquoi du comment), j’y vois une diversion, le pointage du doigt sur la paille dans l’œil du voisin pour détourner l’attention de la poutre nucléaire dans le sien.

                                                          Car je me répète, mais en fait, le fait qu’il y ait eu un média-mensonge, démenti / avoué par le média qui en est à l’origine, est-ce que cela rend moins crédible les chiffres de la tragédie ? La menteuse a pensé que cela renforcerait l’aspect tragique de la situation, mais en soit, elle est terrible, tragique.

                                                          Et si vous n’avez toujours pas compris, au-delà du carnage documenté, du génocide qu’ont subi les Palestiniens qui a légitimé la résolution de l’ONU sur un cessez-le-feu (malheureusement non respectée pour le moment), être antisioniste ce n’est pas être antisémite. Et si vous avez besoin d’arguments, à lire le dossier : La lutte résolue de l’UJFP contre l’antisémitisme : https://ujfp.org/la-lutte-resolue-de-lujfp-contre-lantisemitisme/

                                                          Et à lire l’autre article évoqué plus haut, « C’est à Nabi Saleh que j’ai abandonné le sionisme », publié aussi sur le site de L’Union Juive Française pour la Paix.

                                                          Et si vous n’avez toujours pas encore pris le temps de bien lire cet article d’un qui s’est revendiqué juif de culture et athée par croyance : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l‘intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                          Enfin, je termine sur un exemple de vidéo de massacre (âme sensible s’abstenir) non contextualisée par nombre d’internautes, et non contextualisée d’un point de vue de lambda si vous ne faites pas de petite recherche autour, mais qui à mon sens cristallise une des horreurs dont sont victimes les Palestiniens : https://twitter.com/PrimeNewsDigest/status/1770929015307534844

                                                          Ici, le compte qui l’a relayé l’a contextualisée par : « Images d’Al Jazeera : des terroristes sionistes assassinent 4 Palestiniens non armés à Khan Yunis à l’aide de frappes de drones. »

                                                          Le responsable du compte qui l’avait re-relayé, par qui je suis arrivé sur cette vidéo, avait cru bon de préciser : « Corrigeons : « Images d’Al Jazeera : des terroristes sionistes assassinant 4 terroristes palestiniens confirmés non armés » »

                                                          Alors qu’en fait, il ne sait rien des cibles en question, et de la petite recherche que j’ai faite, il semblerait que l’armée israélienne n’ait pas encore communiqué sa conclusion de l’enquête. Et cette façon de présenter coupable des victimes non armées résonne comme une sentence, et me fait penser au ciblage par l’intelligence artificielle qu’aurait utilisé de l’armée israélienne.

                                                          Et en fait, dans la vidéo d’info d’un internaute qui m’a appris ce recours à l’intelligence artificielle dans un certain nombre de cas en Palestine, il y a d’évoqué l’intensification des bombardements israéliens par le recours à l’IA, et l’inquiétude autour de la multiplication de massacres d’innocents, de bavures que cela peut engendrer. Même en mettant de côté qu’il devrait y avoir un cessez-le-feu et la contestabilité du sionisme, il y a de quoi inquiéter même les (ex-)alliés américains de Netanyahou.

                                                          Tel qu’évoqué dans cet article : Le ciblage par intelligence artificielle de l’armée israélienne embarrasse le gouvernement américain : https://www.geo.fr/geopolitique/l-utilisation-de-l-ia-par-larmee-israelienne-pour-viser-ses-cibles-embarrasse-le-gouvernement-americain-219130

                                                          Extrait : « La réglementation des IA militaire, une question en suspens

                                                          Pour rappel, ces outils servent d’abord à augmenter les capacités militaires des armées. Et l’IA étant largement tournée vers l’élimination plutôt que la protection des civils, cette dernière fait de plus en plus débat au sein des hautes sphères politiques, tant au niveau des États que des instances internationales. »

                                                          Bref, j’espère que le cessez-le-feu sera respecté ; qu’une solution pacifique pour le long terme finira par être concrétisée ; qu’il ne sera plus fait le jeu de lobbies tel le lobby militaro-industriel et le pétrolier ; que sera pris en compte les soucis écologiques, l’éthique végane antispéciste, besoin de révolution de l’économie, et cetera.

                                                        • #464
                                                          Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                          Maître des clés

                                                            Bonjour,

                                                            Le 1er avril, c’était le jour du « peace and love rigolo » d’avril, annuel. Vous en avez sûrement été un(e) auteur(e) et / ou commis contre vous.

                                                            De mon côté, j’avais hésité à en faire, pour faire de l’humour tout en rappelant opportunément que :

                                                            « Les poissons : une sensibilité hors de portée du pêcheur » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/les-poissons-une-sensibilite-hors-de-portee-du-pecheur/

                                                            Toutefois, depuis un certain temps, j’ai la sensation d’être tel un funambule à devoir composer entre insoutenable légèreté et insoutenable gravité. Et si l’humour peut avoir des effets cathartiques, est recommandé pour rester en bonne santé, pas facile d’avoir la plume chatouilleuse quand vous avez en tête diverses atrocités commises par l’in-humanité, conscience de l’urgence climatique, écologique, pour des populations telles qu’en Palestine, pour des êtres vivants animés sur Terre, et de la difficulté de faire « bouger les lignes ».

                                                            Bref, ceci écrit, expliqué, à propos des poissons, et plus généralement de l’importance de la cause animale, du véganisme pour l’humanité, de la philosophie antispéciste, pour rappel, si pas encore fait, à écouter divers épisodes du podcast « Comme un poisson dans l’eau » sur le sujet (tel que les deux volets de l’épisode 20, « Les poissons plient le game », et l’épisode spécial journée mondiale pour la fin de la pêche de 2021 « Laissons les poissons dans l’eau ! ») : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                                            Et au passage, entretien accordé à la Revue Ballast par Aurélien Barrau, astrophysicien poète : « Le combat animalier est frère des combats d’émancipation » : https://www.revue-ballast.fr/aurelien-barrau/

                                                            Sa chaîne YouTube où vous retrouverez un mixage d’écologie, de science, d’art philosophique et de poésie : https://www.youtube.com/@aurelien_barrau/videos

                                                            Et bientôt, c’est les européennes, je vous invite à soutenir un parti politique qui me semble faire synthèse entre les problématiques écologiques, économiques et planification d’une voie antispéciste, pour l’intérêt des animaux et de la vie en général :

                                                            « Révolution Écologique pour le Vivant » : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/programme

                                                            Le Pdf de leur base programmatique : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/storage/app/media/programme/PDF-DE-LA-BASE-PROGRAMMATIQUE-REV-JUIN-2023.pdf

                                                            Et recette découverte de la semaine que j’essayerai de faire un de ces jours et que vous je vous invite aussi à faire si vous pouvez avoir à disposition des pommes non traitées : du vinaigre de cidre (à faire avec des épluchures et trognons de pommes non traitées et lavés) : https://www.instagram.com/p/C323_oIiGWm/

                                                            Enfin, pour aujourd’hui, je termine avec ce petit poème :

                                                            « Ramdam »

                                                            Taïwan très secoué,
                                                            Gaza ensanglanté,
                                                            des ex-terriens trucidés,
                                                            des vivants malmenés.

                                                            2024, sous le signe de détresses ?
                                                            Yoda, son chemin de sagesse,
                                                            de vaincre la peur, devoir est,
                                                            ne pas oublier, il faut, santé.

                                                            2024, de jour en jour,
                                                            au fil des mois, au cours,
                                                            des (auto-)prophéties funestes,
                                                            à contrer, leçons en têtes.

                                                            Mais avenir est compliqué,
                                                            ère des plus grands dangers,
                                                            de l’apocalypse en contingence sur récifs,
                                                            sous, couvent guerre(s) et climat(s) à l’explosif.

                                                            2024, en tout cas, va se dérouler,
                                                            et en tout cas, de la bonne volonté,
                                                            de la réflexion à de l’action,
                                                            de son mieux, des êtres vers l’horizon.

                                                            2024, l’art de diplomatie, de médiateurs,
                                                            et des audacieux activistes, haut les cœurs,
                                                            pour des idées de solution, des idéaux tenaces,
                                                            vive, la flamme espoir jusqu’à des jours de grâce.

                                                            « Salut, monde, r-éveillé, l’hiver est fini,
                                                            la Terre n’est pas le Trône de fer, savez-vous ?!
                                                            Mais de nombreux mystères de la vie,
                                                            tel trésor spirituel, régime végan, régalez-vous. »

                                                            Et même si d’aujourd’hui à demain,
                                                            ça risque encore, çà et là, de secouer,
                                                            qu’il va falloir, avec conscience, de courage s’armer,
                                                            2024, comme toujours, des instants destins.

                                                          • #465
                                                            Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                            Maître des clés

                                                              Bonjour,

                                                              pour aujourd’hui, je commence en partageant un clip-chanson titré « C’est aujourd’hui que ça se passe », d’un chanteur-slameur – dont j’aime la plume, le punch littéraire, la voix – baptisé « Grand Corps Malade » : https://www.youtube.com/watch?v=HHd1gBWjKmo

                                                              Il cristallise très bien à mon sens certaines urgences, le courage qu’il faudrait individuellement et collectivement avoir.

                                                              Ceci écrit, ensuite, au-delà / en plus de la difficulté de bien communiquer pour bien se comprendre (tel que théorisé par Bernard Weber), une réflexion sur par rapport à ce qui me semble freiner, voire me semble être contre productif pour l’avènement d’idéaux : « l’égotisme », qui se retrouve sous diverses formes, variantes. Encore que, c’est peut-être pas tant les jeux d’égos qui pose souci en soi, plus une certaine inconscience, ou disons une prétention sans être à la hauteur de cette prétention. Encore que, peut-être pas juste de juger de façon généraliste sans relativiser au cas par cas. D’aucuns évoqueraient la ruse de la raison. Toujours est-il que je dirais que tout un chacun, à un moment ou un autre, a (eu) des efforts à faire d’une manière ou d’une autre, pour tendre, prétendre être à la hauteur de sa prétention, être cohérent de l’être aux apparences, de bout en bout. Tout en sachant cultiver une certaine indulgence, de l’humilité, ne pas être « plus royaliste que le roi et que la reine » et mal juger, trop juger à en être dans l’erreur, à faire de « l’erreur », de « l’ hypercontestabilité », une forme d’hypocrisie.

                                                              Ce que je veux dire, signifier, c’est que ce qui me semble participer de la force de lobbies et de la « doxa » versus de l’éthique, des idéaux, pour en théorie un mieux être collectif, c’est à la fois rien et tout. Au sens que cela pourrait juste tenir de la volonté d’être à la hauteur de ses aspirations et de tenter de s’y tenir. Pour le dire autrement : sois pur et tu l’es. Et encore autrement « C’est aujourd’hui que ça se passe ».

                                                              Plus facile à dire qu’à faire dans un paradigme où tout un chacun a ses soucis quotidiens. Noam Chomsky en a pensé le concept de la « stupidité institutionnelle » :

                                                              Noam Chomsky et la stupidité institutionnelle : https://www.les-crises.fr/noam-chomsky-et-la-stupidite-institutionnelle/

                                                              Toutefois, je dirais que le souci qui y participe, l’alimente, est parfois autant ce qu’on se raconte individuellement pour s’arranger avec sa conscience, chercher à ne pas se donner trop mauvaise conscience.

                                                              Par cette critique / pensée / considération / constat, je pense, entre autres :

                                                              – au parterre de grands patrons français, du Medef, à des agents de rouages du système n’ayant pas encore su évoluer, prendre acte de la pertinence du discours de Aurélien Barrau : Aurélien Barrau donne une bonne leçon au MEDEF : https://www.tiktok.com/@intervues/video/7336886749676817697 ;

                                                              – à la mauvaise foi ou l’inconséquence de celles et ceux qui diffament, font des biais contre les défenseurs de la cause Palestinienne ; certains allant jusqu’à s’attarder sur des titres d’articles et s’en servir sans avoir pris le temps de lecture, de voir que le contenu, les nuances, les détails ne va pas dans leur sens, leur donne tort de toutes façons et donne raison à leurs cibles, tel que l’explique, le dénonce Aymeric Caron : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1777474826099212451 ;

                                                              dans un autre genre, il y a ceux qui évoquent ce qui serait la réaction de Haniyeh au Qatar apprenant la mort de ses enfants, en s’en servant pour le présenter comme un sans cœur, sans savoir ce qui s’est passé avant et après, et comme si le fait que si il était un psychopathe, coupable de divers travers, devait « excuser » le massacre des Palestiniens, les crimes de guerre qui seraient attestés, un non sens ; et quitte à interpréter sa réaction, je trouve plus juste de la considérer dans l’esprit de la citation de Paul Valéry, même si y a eu des exceptions : « la guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas » ;

                                                              – à l’hypocrisie, la bêtise de certains « écologistes » et compagnie qui ont mis des bâtons dans les roues d’une proposition de loi pour faciliter la transition vers des productions végétales : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1776260115722629486 ;

                                                              au passage, à écouter : Carnisme, l’angle mort des écolos ? : https://www.youtube.com/watch?v=q5Xj1R2ZBXc

                                                              et : L’écologie est-elle spéciste ? La “Nature” contre les animaux… : https://www.youtube.com/watch?v=knvgqVO6R4c ;

                                                              – à l’hypocrisie, l’inconscience ou la mauvaise foi de celles et ceux qui évoquent la sensibilité des plantes alors qu’ils ne sont pas (encore) végans, pas encore végétaliens ; semblent ne rien faire concrètement pour les êtres animés dont on est pourtant certain qu’ils sont doués de sentience. Sachant que si la souci pour les plantes devait être de bonne foi, il devrait impliquer aussi le souci pour les animaux, et comme il faut bien se nourrir dans ce monde incarné, il resterait la possibilité d’être végan frugivore, à en croire certains. Et qu’en tout cas, pour être le moins complice de la mise à mort d’individus sentients, il y aurait intérêt à être végétalien, végan, antispéciste. Et puis sur le plan spirituel, intellectuel, important de ne pas faire de sophisme, de comprendre la différence entre sensibilité et sentience.

                                                              Pour comprendre la différence à faire, la notion de sentience, cf. le dossier de ce site : https://sentience.pm/

                                                              Et puis pour rappel, si pas encore lu, ou à relire si oublié l’essence du texte : Quelques réflexions au sujet de la sensibilité que certains attribuent aux plantes : https://www.cahiers-antispecistes.org/quelques-reflexions-au-sujetde-la-sensibilite-que-certainsattribuent-aux-plantes/

                                                              Et : A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                              Et : Pourquoi devenir vegan ? Animaux, environnement, santé, humains : 4 bonnes raisons de faire le choix vegan ! : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/

                                                              Et : « Le combat animalier est frère des combats d’émancipation » : https://www.revue-ballast.fr/aurelien-barrau/ ;

                                                              Alors au cours d’une vie, difficile d’être toujours irréprochable ne serait-ce que vis-à-vis de soi-même. A un moment ou un autre, on a sûrement tous eus nos moments d’inconscience ; d’hypocrisie ; de mauvaise foi ; d’ignorance qui se croit plus sachant qu’en réalité ; de petites et grandes lâchetés ; de divers défauts. Aussi, de ce prisme, il importe d’être lucide vis à vis de ses forces et de ses faiblesses, être authentique tout en sachant évoluer à la hauteur de ses idéaux, avec une certaine indulgence sans non plus s’y complaire.

                                                              Après, le fait qu’avec internet tout un chacun en sait probablement plus sur les uns et les autres, d’un certain point de vue cela fait de nous des agents d’un « big brother » avec « effet loupe », et cela accentue peut-être plus la mise en lumière des défauts que des qualités.

                                                              Je pense notamment à la conférence d’une dame adepte de la communication non-violente où elle explique ce genre de souci : « Je ne suis pas une Girafe ! » : https://www.youtube.com/watch?v=yfObh93krmE

                                                              Et toujours est-il que d’aucuns diraient : « Errare humanum est, perseverare diabolicum ».

                                                              Toutefois, si l’erreur est humaine, je pense important de cultiver sa conscience, de prendre conscience de ses « erreurs », d’approfondir ses connaissances, de comprendre les problèmes de civilisation et potentielles solutions pour de la viabilité, et d’évoluer en conséquences, en connaissance de cause.

                                                              Et puis il y a des erreurs qui sont du fait d’ignorance, qui peuvent s’excuser d’une manière ou d’une autre. Qui sont vraiment des erreurs.

                                                              Et il y a des « erreurs » qui sont du fait de la mauvaise foi, de l’hypocrisie, de l’inconscience entretenue par mauvaise volonté, d’une forme d’irresponsabilité. Certaines moins graves que d’autres.

                                                              Quand cela justifie et engendre des génocides humains tels que des Palestiniens et d’animaux (« Chaque année, on tue plus d’animaux qu’il y a eu de morts durant toutes les guerres de l’humanité » : https://coteboudreau.com/2014/03/12/morts-danimaux-par-annee-et-morts-durant-guerres/ ),

                                                              des écocides (documentaire pièce de théâtre à propos des écocides et entretien à propos de la Biodiversité : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/documentaire-piece-de-theatre-et-entretien-a-propos-de-la-biodiversite/ ),

                                                              cela me semble « diabolique ».

                                                              Ceci dit, à propos de l’importance de savoir reconnaître ses erreurs quand on en apprend plus : la semaine dernière j’ai évoqué l’humour bon pour la santé, sauf que j’ai appris il y a quelques jours que le « Mdr » qui s’emploie souvent sur internet pouvait être littéral.

                                                              Il semblerait qu’il soit possible de pouvoir réellement mourir de rire, du fait que le cœur peut s’arrêter à trop rire. Celui que j’ai écouté a évoqué un phénomène du nom de valsalva.

                                                              De la petite recherche que j’ai faite pour en savoir la véracité, j’ai trouvé : Manœuvre de Valsalva : https://fr.wikipedia.org/wiki/Man%C5%93uvre_de_Valsalva

                                                              et : On peut réellement mourir de rire, voici comment ça se passe : https://www.gqmagazine.fr/pop-culture/article/on-peut-reellement-mourir-de-rire-voici-comment-ca-se-passe

                                                              Mea culpa.

                                                              Sauf que le genre d’information mal-information que j’ai commis par manque de précisions ne prête à priori pas trop à mauvaises conséquences, car je doute que le fait de vous dire que l’humour est bon pour la santé – ce qui serait avéré du moment qu’on en abuse pas jusqu’à être « Mdr » – vous ait poussé à trop rire, à risquer votre vie.

                                                              Et vous pourriez me dire, non sans humour : mais alors si c’est vrai qu’on peut mourir de rire, les humoristes sont de potentiels serials killers, et si ils ne le sont pas, c’est qu’ils doivent heureusement pas être drôle à ce point, et celui ou celle qui aurait trouvé la blague ultime à faire travailler les zygomatiques au point d’en succomber, il vaut mieux qu’il ou elle l’emporte dans sa tombe ? Peut-être que c’est le cas si il est rigolé de ses propres farces. Ce qui expliquerait que le trait d’humour à « Mdr » ne fasse pas d’émules, ne se propage pas telle une épidémie ?

                                                              Plus sérieusement, par rapport à ce qui me semble être les soucis de civilisation, et à propos de choisir ses combats dont il est question au cours de la chanson « C’est aujourd’hui que ça se passe », une citation récemment lue partagée par Peter Joseph :

                                                              « Beaucoup d’entre nous aiment se demander : « Que ferais-je si j’étais en vie pendant l’esclavage ? Ou le sud de Jim Crow ? Ou l’apartheid ? Que ferais-je si mon pays commettait un génocide ? »… « La réponse est que vous le faites. Tout de suite. » – Aaron Bushnell

                                                              Source : https://www.instagram.com/p/C5OeoQ0ABla/

                                                              avec laquelle je suis d’accord, si ce n’est que j’ajouterais que la cause animale est aussi l’opportunité de prendre parti, de se positionner par rapport à cette considération de « que ferais-je en situation « d’injustices », de « crimes systémiques » ». Que quand il n’est pas fait de nombreuses allergies (encore que peut-être existe-t-il des alternatives végétaliennes en tout cas, consulter peut-être un(e) nutritionniste spécialiste végétalisme si vous êtes dans ce cas et en avez les moyens), l’ignorance de la facilité de pouvoir végétaliser son alimentation à en devenir végan n’est pas / plus une excuse quand vous avez de l’information disponible sur internet, des programmes pour faciliter la transition de régime tel que celui de L214 : https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/

                                                              Conseils et astuces pour bien débuter : https://vegan-pratique.fr/conseils-pratiques-vegan-pratique/

                                                              Tableau nutritionnel : les clés d’une alimentation végétale variée et équilibrée, en bref : https://visuels.l214.com/sites/vegan-pratique.fr/2020/tableau-nutritionnel/tableau-nutritionnel-web/tableau-nutritionnel.pdf

                                                              Pour recevoir gratuitement le guide du végan en herbe de l’association PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) : https://secure.petafrance.com/page/34633/data/1

                                                              Vous trouverez aussi diverses informations sur le site de l’association Vegan Impact : Le guide de l’alimentation végétalienne : https://www.veganimpact.com/guide-vegan

                                                              Et en fait, j’ai beau être d’accord avec Peter Joseph sur de sa thèse systémique, trouvés pertinents nombre de propos exprimés au cours de son podcast « Révolution maintenant ! » (« Revolution Now ! » – c’est en anglais mais publiées après les vidéos, il y a des transcriptions qui peuvent être traduites, et l’option de sous-titres français peut être activée sur youtube) : https://www.revolutionnow.live/episodes ),

                                                              son idée de paradigme en « solution », en alternative au capitalisme,

                                                              je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il y a exprimé et c’est le genre de « thématique » où j’aurais à redire, à le contredire. Où il me semble sous-estimer la gravité de l’idéologie spéciste, carniste, et la possibilité et l’intérêt du végétalisme quand lié à une considération systémique, paradigmatique telle que la Zoopolis, l’antispécisme.

                                                              Et car ce qu’on fait subir aux animaux, à la vie animée en général par diverses pollutions ; surexploitation ; tueries ; réchauffement climatique à cause du Capitalocène, de l’anthropocentrisme, énergies fossiles et carnisme ; du non véganisme ; c’est aussi un génocide, un écocide, il y a extinction de masse d’espèces.

                                                              Et si je comprends que cela soit très difficile de remettre en question de ses habitudes, j’ai déjà exprimé une réflexion à ce sujet, des réflexions au fil des vendredis, et des liens vers d’informations pour aider,

                                                              et je pense que de militer pour le véganisme antispécisme anticapitalisme ce n’est pas plus difficile, peut-être plus facile en théorie que d’appeler à la paix en temps de conflit (prière pour la paix, j’espère bien entendu qu’il y aura un cessez-le-feu de respecté à Gaza, en Palestine, qu’une solution pacifique sera mise en place, que l’humanité aura la sagesse d’apprendre à vivre sans se faire la guerre, en objectif à mettre en place un paradigme pérenne autant que faire se peut), et en tout cas complémentaire de causes à effets, d’une certaine façon, et c’est le genre de cause sur laquelle tout un chacun et chacune pourrait « ici et maintenant », tout de suite, pour peu que de bonne volonté, avoir une action concrète dans l’état d’esprit « C’est aujourd’hui que ça se passe ».

                                                              Bien entendu, comme déjà expliqué, je ne sous-estime pas le problème systémique, paradigmatique, je pense que cela devrait être compris, aller de pair avec révolution économique et politique, juste que voilou.

                                                              Et bref, je pense important de se concentrer sur les idées de solution, et le véganisme (du moment que possible si pas fait trop d’allergies, encore que peut-être existe-t-il des alternatives végétaliennes en tout cas, consulter peut-être un(e) nutritionniste spécialiste végétalisme si vous êtes dans ce cas et en avez les moyens) antispécisme anticapitalisme me semble en être, alors voilou.

                                                              Recette découverte de le semaine (j’en suis pas fan, faudra que j’essaye en ajoutant des épices, mais testé et approuvé, avec en accompagnement de la sauce tomates et légumes grillés au four ; et à savoir que vous pouvez remplacer la levure sèche par environ 12 g de levure de boulanger fraîche, et que vous pouvez utiliser comme moi un blender classique, en mettant 20 cl d’eau tiède aux alentours des 38 °c et mixant bien) : PAIN EXPRESS AUX LENTILLES CORAIL : https://www.healthyjulia.com/2023/10/pain-express-aux-lentilles-corail-vegan.html

                                                              Et ne pas oublier : « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                              Et idées de paradigme économique évoqué au fil des vendredis, dont les idées de Bernard Friot avec le réseau salariat, de Peter Joseph au cours de sa conférence « Une société viable » (A Viable Society), et le programme du parti politique « Révolution Écologique pour le Vivant ».

                                                              « Action »

                                                              Pour la Paix en Palestine, en Ukraine et en Russie,
                                                              pour la Paix sur terre, pour la Vie,
                                                              accordons, stop massacre d’innocents,
                                                              cessez-le-feu, stop bombardements.

                                                              Pour que la vie sur Terre ne soit un enfer,
                                                              pour ne plus polluer les environnements,
                                                              pour un avenir viable, bel et bon air,
                                                              pour les générations présentes et avenir au temps,

                                                              Action,
                                                              véganisez, si pas encore fait, votre alimentation,
                                                              mobilisons-nous pour un système pérenne,
                                                              à l’application de solutions à des soucis, aux peines.

                                                              Merci, bonne fin de semaine.

                                                            • #466
                                                              Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                              Maître des clés

                                                                Bonjour,

                                                                pour aujourd’hui, je commencerai avec un moment nostalgique, de spleen, en partageant trois chansons d’auteurs compositeurs interprètes dont j’ai apprécié l’univers musical, la plume, la voix, en bref le talent.

                                                                La première, « Jusqu’à mes yeux » de Marina : https://www.youtube.com/watch?v=kjDihDr08IM

                                                                De ce que j’ai compris, elle a cessé le chant il y a quelques années, et à mes yeux, elle fait partie des artistes qui ont galéré à cause du système capitaliste, auxquels je pense quand je lis et évoque cet article de l’économiste philosophe Frédéric Lordon :

                                                                « Garantie économique générale et production culturelle » : https://blog.mondediplo.net/garantie-economique-generale-et-production

                                                                La deuxième, « Mon époque » de Pascal Mono : https://www.youtube.com/watch?v=DfF90mLdaf4

                                                                Dont la bribe de parole « Mon époque épilogue » me semble plus que jamais d’actualité. J’évoquerai ci-après le pourquoi du comment.

                                                                Pour terminer ce partage de chansons d’aujourd’hui, voilou « Le Monde Est A Rendre » de Louis Delort : https://www.youtube.com/watch?v=YPLfbjfVuJM
                                                                qui évoque aussi à sa façon un des soucis de la civilisation : le pouvoir de l’argent, le pouvoir des incitations. Et le pourquoi il faudrait une « Garantie économique générale et production culturelle » d’une manière ou d’une autre. Autrement dit de la « démocratie économique ». Au passage, le mot « démocratie » a tendance à être utilisé, instrumentalisé à tort et à travers selon des professeurs qui ont à cœur son essence, son idéal, dont sous-estimé l’importance du « pouvoir économique », du besoin de « démocratie économique ». J’aurais probablement le temps de développer pour aujourd’hui sur la définition de « l’essence démocratique » et critiquer, évoquer ce qui est considéré être certains enfumages, certaines tartufferies, mais j’ai des conférences et documentaires à partager pour étayer, cela mériterait probablement que j’y consacre un vendredi, même si j’aurai probablement du mal à n’y évoquer que cette « thématique ».

                                                                Toujours est-il qu’en attendant, l’article « Garantie économique générale et production culturelle » explicite très bien de l’argumentaire pour de la « démocratie économique ».

                                                                Et toujours est-il qu’il y aurait plusieurs façons d’orchestrer de la « démocratie économique ». Via des sécurités sociales sectorielles telles que le théorise Bernard Friot et le réseau salariat, le programme de « Révolution Écologique pour le Vivant » en palier, ou via l’idée de paradigme de Peter Joseph.

                                                                Mais que pour y arriver, quand on milite pour des idéaux, pense les problèmes et les solutions, un horizon, il y a le souci des incitations, et le concept de « conatus » de Spinoza à prendre en considération, en théorie. J’ai déjà dû l’évoquer au cours d’un message, sans toutefois l’expliciter, vous renvoyant à de la lecture et visionnage de docs.

                                                                Ce qui m’a donné envie de l’évoquer à nouveau, c’est que c’est le genre de considération qui m’est venu à l’esprit et me viendra encore à l’esprit à la lecture ou l’écoute de certains discours, de certains propos. Tel qu’avant-hier le début de visionnage d’une vidéo où une jeune « business woman » a commencé son accroche avec une technique de communication pour tenter d’appâter le chaland avant d’enclencher sur une phrase du genre « si vous ne partagez pas cet état d’esprit, si vous n’avez pas d’ambition, vous pouvez zapper, et si vous restez, maintenant que nous sommes entre gens ambitieux… ». Ce que j’ai fait, la zapper, après avoir hésité l’espace d’un instant à laisser un commentaire pour militer pour mes idéaux, lui expliquer ce que je considère être de la bêtise, bêtise qui revenait à actualiser un « Si à tel âge ans on n’a pas une montre super cher, c’est qu’on a raté sa vie par manque d’ambition », ou à un « si vous êtes sans emploi et précaire, c’est parce que vous n’avez pas fait l’effort de traverser la rue ».

                                                                Bref, je comprends que les gens veuillent gagner de l’argent d’une manière ou d’une autre dans ce paradigme. Le souci, c’est que nombre de gens comme elle semblent ne pas comprendre les problèmes de civilisation, que ce qui semble être de leur intérêt ne le fait pas toujours à long terme. Mais aussi que pour penser des idéaux et concrétiser, il faut le prendre en considération, le comprendre et l’exprimer à en être suffisamment efficace.

                                                                Aussi, il aurait probablement fallu que je m’adresse directement à elle, mais sur certains réseaux, difficile de retrouver des vidéos quand on a effacé l’historique, et puis il y a le souci de la limite du nombre de caractères, et puis je suis un peu beaucoup fatigué de jouer les « Don Quichotte », et en tout cas j’exprime ici ce que j’aurais voulu dire à cette « business woman » du monde de la finance, à celles et ceux dans son genre :

                                                                – l’ambition dans la vie n’est pas tant de vouloir une bonne situation sociale, de la richesse monétaire, ce qui comble momentanément un vide existentiel ; être pauvre en richesse et s’en satisfaire dans une certaine mesure dans un « paradigme contestable », ce n’est pas manquer d’ambition ; pour le dire autrement, l’ambition des ambitions cela me semble être aspirer à un monde où il y a un mieux être collectif, pour soi et les autres, en comprenant les soucis et les solutions, où de la solution nécessiterait une révolution de l’économie et des rouages politiques, et non pas faire le jeu du système financier, non pas y jouer ;

                                                                – tant que le paradigme est ce qu’il est, je comprends les artistes, les personnalités, associations et médias qui conditionnent leurs créations, la poursuite de leur entité, de ce qu’ils font, à des dons, à le budgéter, fixer des objectifs, des paliers à atteindre. Je trouve que c’est un mode de fonctionnement normal, qu’ils ont raison tant que le paradigme est ce qu’il est. Toutefois, ce mode de fonctionnement a ses limites, comme l’explique d’une certaine façon Fréderic Lordon au cours de sa réflexion « Garantie économique générale et production culturelle », et je trouve dommage quand ils ne militent pas au moins à un moment ou un autre pour un paradigme autre, ne semblent pas comprendre le souci systémique, le besoin de révolution de l’économie, même si devait être mission impossible, pour une raison ou une autre, à révolutionner au stade où nous en sommes ;

                                                                – si il faut être un peu couillon comme moi pour passer autant de temps à ce qui ne lui rapporte rien, ne pas s’appliquer à une stratégie pour pérenniser un minimum sa propre situation, au point de se sacrifier, de pouvoir être Sdf du jour au lendemain, ce n’est pas totalement désintéressé, au sens que les élans fraternels, amicaux, par compassion, par passion, pour des idéaux, c’est un centre d’intérêt, le plus noble à mon sens, et puis cela me semble moins couillon in fine que chercher à se forger des succès financiers où il est participé in fine à son propre mal être ainsi que la destruction de l’environnement, de la pollution, à faire le jeu du statu quo, et cetera travers ;

                                                                en attendant un changement de paradigme, sans attendre car peut-être mission impossible, ma raison me dit qu’il vaudrait mieux trouver le « juste équilibre », c’est-à-dire réfléchir et s’appliquer à de quoi s’y retrouver tout en tentant de concrétiser ses idéaux, un peu comme le planifie Peter Joseph, par exemple ; et car même si il serait possible de « vivre sans argent » d’une certaine façon même dans le paradigme actuel (si vous en doutez, faites une recherche avec en mots clés « vivre sans argent », vous trouverez témoignages et conseils), c’est délicat, et dans ce genre de cas il est consacré du temps à sa relative autonomie, dépendante indirectement en général du système monétaire ; mais la quête de financement est alors un moyen et non une fin en soi ;

                                                                – pour vulgariser, même si il peut se trouver et se penser des exceptions, un des soucis vis à vis de l’intérêt financier, de quête de succès financiers, des ambitieux « businesseurs », du souci du paradigme qui fonctionne de la sorte, c’est que quand vous faites les choses par intérêt financier et / ou pour un certain statut social, il me semble que l’essentiel des efforts et du temps est consacré non pas à ce qui fait de votre intérêt ni l’intérêt du bien commun sur le long terme, se transforme en perte de sens, il n’est pas incité à une élévation de conscience personnelle et collective, cela rend moins propice à la remise en question, à une quête de vérité, plus vulnérable à des défauts, à diverses formes de corruptions, aux lobbies, notamment car le temps nécessaire pour transcender ses préjugés et le formatage civilisationnel, comprendre le mieux possible de façon holistique, jusqu’à l’élévation de son niveau de conscience, ne peut alors être « rentabilisé », et je pense que les promesses « d’argent facile » qui permettraient de se consacrer à ce qui fait sens reposent de toutes façons sur un « système financier contestable », une pyramide de Ponzi, un attrape nigauds ;

                                                                Cela me fait penser à la vidéo du journal de Personne : « Pourquoi travailler ? » : https://www.youtube.com/watch?v=AJ8XKSuLUA4

                                                                – j’ai bien conscience du souci, du scepticisme autour de la question des motivations, des mobiles, la facette « incentive », des doutes sur pouvoir fonctionner autrement, sauf que l’argument de gain d’argents comme carotte a conduit à une « financiarisation », de la virtualisation, et les travailleurs essentiels au fonctionnement de la civilisation sont moins bien payés que les spéculateurs, que nombreux emplois que d’aucuns jugent contre-productifs et délétères pour une pérennité de civilisation mais qui sont mieux rémunérés pour une raison x ou y, une raison mauvaise à mon sens ; et si vous doutez de la possibilité de s’organiser autrement, de la viabilité, que vous considérez que des idéaux sont utopie, vous ignorez probablement du succès, de la concrétisation à certaines époques, tel qu’évoqué sur l’aspect purement économique au cours de ce documentaire : « Vivir la Utopia / Vivre l’Utopie » : https://www.youtube.com/watch?v=-wLH8veaVrw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=65

                                                                et sur le plan économique et éthique, si je me souviens bien, au cours, entre autres, du deuxième volet de l’épisode 21 du podcast « Comme un poisson dans l’eau » : https://www.youtube.com/watch?v=knvgqVO6R4c
                                                                , deuxième volet de l’épisode autour du risque d’écofascisme ;

                                                                et puis en tout cas, si cela peut paraître un casse-tête et compliqué de révolutionner la civilisation, ce ne pas sans solution théorique, il y a des réflexions sur la stratégie à mener, sur les paliers à atteindre, des idées prenant en compte le conatus, le souci des incitations ;

                                                                – j’ai l’impression que nombreuses et nombreux sont les gens qui sous-estiment la gravité de la situation « environnementale », et n’ont pas bien bien conscience de ce qui y a conduit, et de ce qui pourrait faire solution (dont le véganisme, mais pas que, pas un changement uniquement par la consommation sans révolution de paradigme économique, en bref en solution : le véganisme + antispécisme + anticapitalisme avec application de la Zoopolis via idées de Bernard Friot et du réseau salariat ou l’idée de paradigme de Peter Joseph), de ce qu’il faudrait faire, que le souci n’est pas tant la surpopulation qui pourrait arriver un jour mais ne serait pas encore le cas. Je vous ai invité à lire et voir de nombreux docs à ce propos, sur ces sujets, au fil des vendredis, qui étayent, tels que la semaine dernière : Aurélien Barrau donne une bonne leçon au MEDEF : https://www.tiktok.com/@intervues/video/7336886749676817697

                                                                « Top 40 des impacts du changement climatique » : https://climatecasino-net.translate.goog/2021/10/top-40-impacts-of-climate-change/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                                les publications et partages de Peter D Carter
                                                                « Directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité », autour de l’actualité concernant les indicateurs, leur évolution : https://twitter.com/PCarterClimate

                                                                A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                                « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                                Le programme de « Révolution Écologique pour le Vivant » : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/programme

                                                                Le Pdf de leur base programmatique : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/storage/app/media/programme/PDF-DE-LA-BASE-PROGRAMMATIQUE-REV-JUIN-2023.pdf ;

                                                                Pour plus ou moins finir cette réflexion autour de l’intérêt d’une « démocratie économique orientée éthique », un des arguments forts, c’est d’éviter autant que faire se peut les écocides, la surexploitation, les mobiles de pollutions, de crimes environnementaux, les pratiques mafieuses qui vont à l’encontre des intérêts collectifs, du bien commun, mettent en péril les conditions de vie sur terre, provoquent des extinctions de masse.

                                                                A ce propos, j’en ai vu qu’un extrait, faudrait que je prenne le temps de les regarder avant de les conseiller, mais il semblerait que la série de documentaires « Mafias et banques » de ARTE évoquent de ce souci. Et puis il y a le documentaire « La Face Cachée du Pétrole » qui évoque d’une certaine façon ce dont a parlé Boris Cyrulnik au cours d’un interview : https://rutube.ru/video/cbec499ef62437077627f04e3e74c121/

                                                                N’ayant pas encore vu « Mafias et banques », je ne vous mets pas aujourd’hui la trilogie en lien. Concernant « La Face Cachée du Pétrole » :

                                                                1ère partie : Le partage du monde : https://www.dailymotion.com/video/xewkez

                                                                Présentation : « La première partie du documentaire qui balaye la première moitié du XXè siècle (jusqu’en 1945) montre, documents à l’appui, la volonté d’hégémonie des grandes compagnies pétrolières mondiales et leurs ententes commerciales illégales. Dès 1928, dix-sept ans avant Yalta, les dirigeants des compagnies pétrolières se partageaient le monde au terme d’un accord dont les termes resteront cachés jusqu’en 1952. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les compagnies américaines n’ont pas hésité à fournir en pétrole les nazis sans que l’Etat fédéral américain ne les accuse jamais de haute trahison. Business is business. »

                                                                2ème partie : Les grandes manipulations : https://www.dailymotion.com/video/xewm92

                                                                Présentation : « Le seconde partie du documentaire dissèque les tractations secrètes qui ont eu lieu au Proche-Orient entre les États-Unis, la CIA et les grandes monarchies du Golfe. Des témoins directs expliquent notamment comment le choc pétrolier de 1973 ne fut qu’une gigantesque manipulation orchestrée par les compagnies pétrolières américaines qui souhaitaient, en favorisant la hausse des prix du baril, dégager d’importants bénéfices pour favoriser leurs investissements en mer du Nord et en Alaska. Le documentaire explique également comment l’administration Reagan a utilisé l’arme du pétrole saoudien pour faire chuter les cours mondiaux et provoquer l’effondrement de l’Union soviétique… »

                                                                Ceci partagé, ne pas oublier le souci posé par l’exploitation massive des énergies fossiles pour l’énergie.

                                                                « Initiative du Traité de non-prolifération des combustibles fossiles » : https://fossilfueltreaty.org/fra/

                                                                TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION DES COMBUSTIBLES FOSSILES : https://fossilfueltreaty.org/fra/#endorse

                                                                Concernant le souci d’extinction de masse, la sixième extinction de masse et problème paradigmatique : « Sixième extinction de masse et inégalités sociales sont liées » : https://www.revue-ballast.fr/jean-marc-gancille-sixieme-extinction-de-masse-et-inegalites-sociales-sont-liees/

                                                                Ceci écrit, le pourquoi du comment « Mon époque épilogue » me semble plus que jamais d’actualité est en lien avec les guerres dans le monde, le génocide en Palestine, l’attaque par l’Iran, de ce qui serait des mobiles du pouvoir de l’Iran et de sionistes, et les urgences écologiques.

                                                                Avec les raisons de ce qui freinerait les idéaux pour / vers l’absolu, ou pourrait en favoriser l’avènement : les points communs, enchevêtrements, divergences, dissonances, oppositions, entre sphère politique, médiatique, « économique » et religieuse.

                                                                Cela me fait penser à cet épisode du journal de Personne qui l’évoque d’une certaine façon : « Le diable et les banlieues » : https://www.youtube.com/watch?v=2BSj4o58ECg

                                                                Et en fait, la sphère médiatique pourrait être considérée incluse dans tout ce qui englobe « l’économique », car une des excuses du « journalisme » quand il y a mal-information, autant professionnel que amateur qui s’y dévouerait plus que les professionnels, me semble être le jeu des influences lié au pouvoir de l’argent et les efforts à faire pour une quête de vérité où il y a besoin de moyens, dont pouvoir prendre beaucoup de temps de bien s’informer, de faire le tri et prendre le temps de réflexion, de bien y penser. Mais il y a question de volonté politique et individuelle, d’individus non totalement formatés voire dissidents, de lanceurs d’alertes tel Julian Assange, qui fait qu’elle peut et pourrait être considérée encore comme relativement à part. A ce sujet, lire entre autres cette tribune : « Démocratiser les grands médias » : https://www.acrimed.org/Democratiser-les-grands-medias

                                                                Toujours est-il que pour un certain nombre, le plus problématique est la « religion capitaliste », avec l’anthropocentrisme, et lié des dogmes religieux qui en font le jeu d’une certaine façon.

                                                                Après, je trouve de l’athéisme aussi problématique d’une certaine façon, autant que des adeptes de dogmes religieux qui se comportent en agents au service d’un système que d’aucuns considèrent délétère, font le jeu du carnisme, des écocides, des inégalités sociales.

                                                                Je veux dire, il y a des gens qui se définissent athée de croyance qui me semblent partager et servir des idéaux qui me semblent essentiels, tels que Jérôme Segal :

                                                                A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                                Et des adeptes de toutes les religions idem.

                                                                Comme feu Léon Tolstoï : « L’éthique de Léon Tolstoï » : https://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/

                                                                Et des musulmans et musulmanes telle Dalila Awada : « Dalila Awada à propos de sa foi et sa militance pour l’abolition de l’exploitation animale » : https://www.revue-ballast.fr/dalila-awada-si-la-justice-exclut-les-animaux-elle-demeure-partielle/

                                                                De ce que j’ai constaté, nombreuses et nombreux se mettent au service d’idéaux sur la base d’une sorte de foi, y puisent de leur énergie, sont de leur mobile, de leur incitation à agir en acte, sorte de foi qui concerne aussi des athées quand ils ne sombrent pas à en devenir nihilistes.

                                                                Mais je trouve dommage de se définir athée alors qu’il y a tant de mystères qui auraient de quoi remettre en question à suivre un cheminement un minimum « spirituel », que cela me semble important dans une quête de sens, de « vérité » ;

                                                                et si ce n’est que les certitudes mal fondées et ce que je qualifierais de la mauvaise foi, de l’hypocrisie ou de « l’obscurantisme » de certains dogmatiques religieux, ou d’aucuns diraient faussement religieux, me semble aussi poser souci dans cette quête.

                                                                Digression : en fait, concernant la critique de l’athéisme, c’est plus par rapport à la posture qui me semble revenir à une forme d’imposture, de ce qui me semble être le manque de probité intellectuelle, ou tout simplement le manque de curiosité et les préjugés, et mis à part pour ceux qui en deviennent des terroristes nihilistes sur le plan philosophique, sont athées à en devenir terroristes, c’est probablement injuste de les mettre d’une certaine façon dans le même panier que les terroristes, les criminels par obscurantisme.

                                                                Comme expliqué, sous-entendu, j’ai une certaine admiration pour des gens qui se définissent athée tout en servant des idéaux, tel Jérôme Segal. Et j’ai lu, appris qu’il y aurait des études qui révéleraient que des athées auraient tendance à être plus altruistes que certains « dogmatiques religieux ».

                                                                Reste que « intellectuellement », de l’athéisme me semble autant obscurantiste que du non athéisme, au cas par cas.

                                                                Alors je n’ai pas la prétention d’avoir la « science infuse », réponse à toutes les questions existentielles, de certitudes sur tout. Surtout que si certes, dans un prisme de lutte des classes, pour certains idéaux, il y a de quoi se méfier, rester prudent vis à vis de la spiritualité new âge, et cetera, l’athéisme en tant que posture d’être au monde n’est pas plus « véridique » / pas plus « éveillée ».

                                                                Et aussi qu’en tout cas des raisonnements d’athées sont contestables, me semblent basés sur une certaine ignorance, et que de ceux qui se prétendent et se vendent comme « zététiciens » ne sont pas aussi irréprochables dans leur posture, l’application de leur méthodologie, leur raisonnement, qu’ils le prétendent.

                                                                Bon, pour tout dire, ici, la critique de l’athéisme est pour moi plus un prétexte pour évoquer ce qui me semble n’avoir pas encore évoqué : il y a quelques temps j’ai écouté une série de courts épisodes d’un petit podcast diffusé sur le site d’une radio, France Culture du groupe Radio France, si je me souviens bien, prétendant vulgariser par le prisme de la zététique, de la « pensée critique », certaines thématiques du « paranormal ». Sauf que c’était si généraliste que me sont venues des objections que je considère crédibles, à l’aune de ce que j’ai appris en ayant potassé ce genre de sujets. Et que ce genre de « pensée critique » m’a semblé plus du rabâchage de préjugés qu’un travail de journaliste à qui on aurait demandé de mener une quête d’investigations en lui accordant tout le temps nécessaire de faire toute la lumière possible avant d’en faire un compte rendu. Et cela reflétait à mes yeux la tendance à donner un job avec pour principal objectif de faire du contenu et non pas une quête de vérité, dans un temps d’investigation limité, ne cherchant pas à faire le cas par cas nécessaire pour ce genre de sujets. Et le propos que j’ai trouvé le plus pertinent, c’était celui pour conclure sa série : reconnaître qu’il n’était pas forcément le plus qualifié pour parler de ces sujets, mais que voilou. Ce qui se comprend du fait du système, et c’est plus le système politico-médiatique et l’athéisme par ignorance des « mystères » que je critique, que le journaliste qui a fait ce pour quoi il était payé.

                                                                Et ce qui me ramène sur l’importance de la matière à penser, de pouvoir avoir le temps d’en savoir plus sur les thèses et anti-thèses, et cetera, avant de se forger une opinion, pour comprendre le mieux possible plutôt que de juger à en préjuger par de l’ignorance.

                                                                Au sujet de la critique de « zététiciens », de la critique de certains adeptes du courant de la soi-disant « pensée critique », et si vous voulez en savoir plus sur qui me semblent être des études crédibles de certains phénomènes qualifiés de « paranormaux », voir des partages sur le groupe : « Phantasmagoria : paranormal, hantises, poltergeists et apparitions » : https://www.facebook.com/groups/1192040898138293

                                                                Bref, fin de la digression.

                                                                Et si j’ai évoqué le souci posé par des dogmatiques religieux, c’est que certains chercheraient à provoquer l’apocalypse pour faire venir le messie. Ce qui reviendrait à de l’auto-prophétie et non une authentique prophétie, il me semble. Et en tout cas, cela peut paraître dingue, un pari dangereux, criminel, l’apogée de l’obscurantisme, et il n’en reste pas moins que tel serait l’objectif de certains, tel qu’expliqué ici : https://twitter.com/PaulMoreiraPLTV/status/1780197196257808801

                                                                Judaïsme messianique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Juda%C3%AFsme_messianique

                                                                Sionisme chrétien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme_chr%C3%A9tien

                                                                Et bien entendu, je ne mets pas non plus tous les religieux, tous les croyants dans le même panier. Tous ne sont pas sionistes, il n’est pas dans leur plan de faire la guerre et de tuer leurs opposants. Et des plus fervents sont antisionistes : Antisionisme juif : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antisionisme_juif

                                                                Et ce qui me fait penser à un documentaire sur des racines du sionisme, de la stratégie, où de ce que je me souviens il est évoqué l’alliance entre athéisme, la religion du veau d’or, d’intérêts financiers plus que culturels, des velléités d’utiliser des groupes antisémites dans certains pays pour pousser à l’alya sioniste, et des religieux. Mais où donc il était question que des fondateurs n’étaient pas des plus religieux. Et si difficile d’être certain de qui instrumentalise qui quand les intérêts convergent et que les camps ont chacun une forme de pouvoir qui font qu’il y a intérêt à s’accorder sur de la stratégie, un agenda à mener, il était laissé entendre que c’étaient des fondateurs athées qui menaient. Ce aussi pourquoi j’ai une certaine méfiance vis à vis d’un certain athéisme, dans le cause à effets.

                                                                Et re toujours est-il que le lien avec la situation actuelle dans le moyen orient, c’est que de quoi avoir l’impression que les adeptes de l’apocalypse messianique sont prêts à provoquer leur momentum, qu’il est plus ou moins arrivé à l’apogée de leur objectif. Si ce n’est qu’ils ne sont pas les seuls et difficile d’être certain de la suite des événements.

                                                                Au passage, un autre cas d’école de l’importance de la « matière à penser » et difficulté de savoir quoi en penser quand on s’intéresse aux diverses thèses, anti-thèses, contradictions, sans parti pris : le rôle de l’attaque de l’Iran suite au bombardement de leur consulat et morts d’occupants, le jugement sur l’acte et les conséquences.

                                                                Aussi, je dirais qu’un des travers de l’info-consommation sur les réseaux et « conversations de comptoir », me semble être la tendance à s’exprimer à brûle pourpoint sur la base d’informations biaisées, à s’en écharper quand prend partis, commence à adhérer à une propagande, à un prisme, même si réfutable.

                                                                Car en fait, entre les adeptes de Trump en mode sioniste qui ont relayé sa propagande ; les adeptes à la BHL justifiant l’attaque du consulat iranien par rapport à ce qu’ils ont considéré leur entente avec des agents du Hamas et tentant d’éluder tous les cadavres sous le tapis à cause des « crimes de guerre sionistes » ; celles et ceux qui se sont réjouis sans penser aux conséquences potentiellement cataclysmiques ; celles et ceux qui ont annoncé le début de la 3ème guerre mondiale ; et cetera ; divers avis se sont opposés, certains facilement contestables, et beaucoup de temps utilisé par tout un chacun pour finalement des zones d’incertitudes plus que de chercher à mieux s’informer, à prendre le temps de comprendre des opinions, sachant aussi qu’il y avait de quoi être prudent vis à vis de nombreuses « informations ».

                                                                Et quelques questions qui m’étaient venues à l’esprit, sur le coup : les adeptes de Trump qui ont gobé et relayé sa propagande, sa mauvaise foi, ont-ils conscience que son remède pourrait être pire que le mal, et puis qu’il n’est pas crédible dans sa prétention à pouvoir empêcher l’Iran ? Quel intérêt d’infliger une « gifle » à coup d’explosions coûteuses et polluantes, quand l’efficacité du dôme de fer est connue de tous ? Faire fonctionner le dôme de fer coûte cher, mais n’est-ce pas l’exemple typique où les coûts sont collectifs mais où certains tirent profit du business de la défense, que cela fait les intérêts d’un complexe lobby militaro-industriel, même si quelques victimes ? Bon, d’aucuns ont évoqué des percées, des explosions contre des bâtiments, un service des agents du Mossad à la base aérienne de Nevatim (paix aux âmes des mourus), peut-être que l’Iran a atteint de ses objectifs immédiats, mais bon. Et des commentateurs ont évoqué que c’était une tentative pour saper la « normalisation » en cours des rapports entre Israël et l’Arabie Saoudite. Après, n’est-ce pas plutôt propice à renforcer les alliances ? Et à ce propos, quid de la participation d’autres pays à la défense d’Israël ? Je veux dire, je ne suis pas pour la guerre, je suis pour la défense, mais la défense de l’intégrité de toute vie, de tous et de toutes, pas un « deux poids deux mesures inique ».

                                                                Ainsi, la réflexion qui m’a paru la plus sensée à brûle-pourpoint : « La REV condamne l’attaque iranienne contre Israël, tout en notant qu’elle est une réponse à l’attaque d’Israël contre le consulat iranien en Syrie le 1er avril qui avait fait 16 morts, attaque provocatrice destinée à créer la risposte iranienne, et donc l’escalade. »

                                                                Source : https://twitter.com/REVPourLeVivant/status/1779439878549143671

                                                                Aussi, n’y a-t-il pas injustice flagrante contre les Palestiniens ? La résolution de l’ONU pour un cessez-le-feu est pour le moment restée lettre morte. Des cyniques pourraient en conclure que c’est parce que défendre la Palestine ne rapporte rien en terme financier, que les payeurs sont des sionistes.

                                                                Alors cela me fait penser à cette chanson : « La fille aux cheveux blancs » : https://www.youtube.com/watch?v=pxxqxtcKbhE

                                                                Et il n’en reste pas moins qu’avec un peu de recul, pour certains : « Le général Vincent Desportes : “Netanyahu était en train de perdre la guerre avec le Hamas, il avait totalement perdu le soutien de l’opinion publique internationale. Netanyahu veut la confrontation avec l’Iran. Netanyahu a monté une machination. Nous sommes piégés une nouvelle fois par Netanyahu” »

                                                                Source : https://twitter.com/oumma/status/1779562587560030365

                                                                Pour d’autres : « Pourquoi l’attaque de représailles de l’Iran contre Israël n’a pas été un « échec » ? » : https://investigaction.net/pourquoi-lattaque-de-represailles-de-liran-contre-israel-na-pas-ete-un-echec/

                                                                Et puis : « La riposte tout en relief de l’Iran contre Israël » : https://investigaction.net/la-riposte-tout-en-relief-de-liran-contre-israel/

                                                                Extrait : « La forme de l’attaque est en elle-même un message. Elle contraint à la comparaison avec le génocide à Gaza qui touche essentiellement des civils, qui détruit des hôpitaux, des mosquées, des établissements scolaires… et qui souligne une disproportion indéniable entre le but annoncé, détruire le Hamas, et les moyens utilisés. »

                                                                Aussi, en attendant, sans attendre, pendant que la parole dans les médias de masse semble trustée en majorité par le « deux poids deux mesures inique », de la propagande sioniste, la souffrance d’êtres en Palestine continue (condoléances, paix aux âmes des victimes), les bombardements et morts de Palestiniens ont continué, le chemin vers la paix, vers la prise en compte de divers soucis, de l’éthique, d’idéaux, semble encore long à devoir être tracé alors qu’il y a urgence.

                                                                Et en fait, on pourrait considérer la géopolitique tel un jeu d’échecs aux règles particulières, fluctuantes, où y a de nombreux tricheurs, divers intérêts, des désaccords et des accords qui font que le résultat est plus ou moins imprévisible, pas forcément de gagnants.

                                                                Et il n’en reste pas moins que même dans une considération de lutte des classes où des puissants de tous les camps auraient de leurs raisons et de leurs torts divergents d’avec les citoyens, les crimes de guerre semblent avérés, l’injustice envers les Palestiniens flagrante (au passage, pour la petite histoire, de ce qui a aussi motivé ma critique de certains athées au cours d’aujourd’hui, c’est que même si il se trouve des athées soutenant la cause palestinienne, j’ai récemment lu des s’affichant athées prétexter la lutte des classes, leur idéologie politique et opposition aux religions pour ne pas soutenir la cause Palestinienne, s’arrangeant avec leur conscience de manière assez spécieuse, je dirais même clairement contestable, critiquable, peut-être parce que des sionistes cherchant à se faire passer pour des anars marxistes, ceci expliquerait cela), et qu’importe la crainte que suscite ce que pourrait faire l’Iran sur le long terme, l’heure devrait être au respect du cessez-le-feu en Palestine, à l’aide aux Gazaouis (je ne sais pas si l’opposition sera aussi forte qu’avant l’attaque de l’Iran, mais l’injustice, les « crimes de guerre » sont tellement flagrants, qu’avant l’attaque de l’Iran, nombreux Israéliens ont manifesté contre le gouvernement d’extrême droite de Netanyahu), et puis à l’application de la concrétisation de solutions aux problèmes de civilisation.

                                                                Comment se fait-il que nombreux médias français continuent d’être complices de tant de crimes en donnant essentiellement la parole à des soutiens de Netanyahu, à des climato-sceptiques, à la criminalisation de militants écologiques et / ou de ce qui ne résoudra pas la crise climatique, la crise environnementale, à cultiver ce « deux poids deux mesures » ? Vous pouvez y réfléchir, mais question pour la forme, l’association ACRIMED explique les ressorts : https://www.acrimed.org

                                                                Tel qu’au cours de la tribune évoquée plusieurs fois : « Démocratiser les grands médias » : https://www.acrimed.org/Democratiser-les-grands-medias

                                                                Et puis quand on voit que pas mal ont du mal à remettre en question leur carnisme, leur non véganisme, ce sur quoi ils pourraient avoir une action concrète, même si de quoi le considérer en lien avec le souci systémique, au sens que besoin de révolution de l’économie et de la politique et pas uniquement du véganisme, que tout devrait être lié, de quoi se dire que la civilisation est comme face à un Titanic qui a coulé mais se rêve encore dessus.

                                                                Enfin, pour terminer, pour conclure le message d’aujourd’hui, il sera probablement temporisé vis à vis de l’Iran, du fait de son alliance avec la Russie et du risque de guerre nucléaire qui ne ferait pas l’intérêt des Terriens, mais au moment où j’écris ces lignes :

                                                                – l’armée Israélienne serait en marche vers Rafah, il continue d’être tué des Palestiniens, le massacre par l’armée Israélienne n’a pas encore cessé malgré la résolution de l’ONU ;

                                                                – dans un autre genre, la Suisse compte organiser les 15 et 16 juin une conférence sur la paix en Ukraine, et peut-être que c’est de bonne augure, qu’ils réussiront à être efficaces pour instaurer de la paix, mais pendant ce temps, la centrale de Zaporijia s’approcherait « dangereusement d’un accident nucléaire », la guerre continue, de quoi avoir l’impression que chaque grande puissance avance ses pions, les lobbies militaro-industriels à leurs intérêts, qu’il ne tient à pas grand-chose pour les contrer et basculer vers de la paix comme s’y soumettre et basculer vers un conflit plus généralisé ;

                                                                – il y a des pays qui font des efforts pour la transition énergétique comme des individus font des efforts pour être le plus cohérents possible dans leur mode de vie, leur rapport au monde et conscience des soucis et solutions théoriques, mais les plus grands pollueurs, dont les industries les plus polluantes, semblent continuer comme si de rien était, les limites planétaires de plus en plus franchies, les indicateurs de quoi inquiéter, être pris acte sur le plan paradigmatique du besoin de s’appliquer à des solutions et non pas d’abuser de green-washing. Cf. si pas encore fait les publications et partages de Peter D Carter « Directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité », autour de l’actualité concernant les indicateurs, leur évolution : https://twitter.com/PCarterClimate ;

                                                                Aussi, tout cela me fait penser à une parole de feu Martin Luther King :

                                                                « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

                                                                Quand l’humanité atteindra-t-elle « l’âge de raison », de la « sagesse », de prendre acte des problèmes et des solutions ? De concrétiser des idéaux, pour une certaine pérennité, autant que faire se peut ? Et non pas à se trouver des prétextes tels les va-t-en-guerre ; et non pas au service d’une idéologie délétère.

                                                                Plus facile à dire qu’à faire, à théoriser qu’à concrétiser, je rabâche certainement inutilement, il n’en reste pas moins que voilou,

                                                                « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                                Et si pas encore vu, je vous invite de nouveau à voir le film long métrage « InterReflections » de Peter Joseph (des sous-titres français peuvent être activés (cliquer sur « CC » à droite du réglage du volume et sélectionner la langue de votre choix)) : https://www.interreflectionsmovie.com/watch

                                                                Et si pas encore écouté : « Approche intersectionnelle de l’animalité : entre racisme et spécisme » : https://www.youtube.com/watch?v=nERrpDq3q8A

                                                                « Antiracisme et antispécisme peuvent-ils s’allier ? » : https://www.youtube.com/watch?v=dizsz0crC5U

                                                                Et à lire le livre du capitaine Paul Watson : « Urgence ! Il faut sauver les océans » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/conseil-de-lecture-et-commentaire-du-livre-urgence-il-faut-sauver-les-oceans/

                                                                Ainsi que de prendre le temps de lire, d’écouter, de regarder, d’étudier les autres docs évoqués ci-avant.

                                                                Merci de votre attention,

                                                                Bonne fin de semaine.

                                                              • #467
                                                                Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                                Maître des clés

                                                                  Bonjour,

                                                                  pour aujourd’hui j’aimerais évoquer l’idéal démocratique, les bases pour l’essence d’une démocratie « digne de ce nom », l’idée de constituante par des citoyens, d’importance de « processus constituant populaire », et la défense d’une personnalité – titulaire d’une maîtrise en droit et professeur d’économie-gestion – qui en a été et en est encore le chantre, pas mal chahuté, pour ne pas dire calomnié, par certains militants et certains médias. Avec l’expression de quelques réserves.

                                                                  Pour la petite histoire, pour vulgariser, pour certains militants se vendant sur Internet comme « antifa », dès que vous commencez à avoir un certain succès médiatique et à débattre avec des personnalités politiquement à droite sur l’échiquier politique, vous êtes assimilé à la fachosphère, à être jugé « rouge-brun », confusionniste quand il est préjugé que vous « brouillez les pistes ». Ils en ont fait un graphique, une liste « d’indésirables » et un « wiki militant » qui essentialisent selon leur prisme.

                                                                  Hors, à mon sens, c’est des étiquettes relativisables dans certains cas, et le confusionnisme est un terme qu’on pourrait considérer comme favorisant lui-même la confusion, tant il recouvre des projets, des programmes très différents, incluant le président Macron comme de ses opposants : https://fr.wikipedia.org/wiki/Confusionnisme

                                                                  et est en tout cas une simplification contestable qui stigmatise sans mise en débats des idées au cas par cas.

                                                                  Et dans son cas, à la différence des sujets dont la résolution serait clairement politiquement de gauche sur « l’échiquier politique classique », telle que contre le réchauffement climatique, les soucis économiques, pour les environnementaux et la cause animale (dont certains partis soi-disant animalistes voudraient présenter comme « apolotique », ni de gauche ni de droite, alors que des implications sur le plan économique, et que pour la mise en place de l’idéal de la Zoopolis, passerait nécessairement par favoriser le végétalisme, le véganisme, avec révolution de « l’économie », planification économique d’une manière ou d’une autre), l’antispécisme,

                                                                  telle que je la comprends, son idée part d’une très bonne intention : celle de vouloir que les gens s’assument en tant que citoyen, au sens de participer à la vie politique de la cité ; réfléchissent au contrat social, aux règles, aux rouages, s’abreuvent d’une matière à penser conséquente, se « politisent » d’une certaine façon, et débattent, discutent entre eux à transcender les préjugés. Ce qui peut potentiellement élever la conscience collective aux problèmes et solutions, et n’a pas danger en soi d’éventuellement « droitiser », il me semble. Ni de brouiller les pistes in fine. Et pourrait même « gauchiser », favoriser la gauche par une nouvelle république.

                                                                  Alors il y a la question de la transition, du temps qui serait nécessaire pour éviter de faire n’importe quoi, et donc peut se dire que le projet devrait être porté par un programme qui n’est pas exclusivement centré dessus, si ce n’est respectant l’idée d’une constituante populaire, telle que, si je me souviens bien, l’a suggérée madame Mabrouka M’Barek, députée constituante tunisienne, lors des auditions programmatiques menées par Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise, pour la présidentielle de 2017 :

                                                                  « Audition programmatique – ConstituanteMadame Mabrouka M’Barek, députée constituante tunisienne, aux auditions programmatiques de JLM2017 » : https://www.youtube.com/watch?v=I3yUcq2_umA

                                                                  Ceci écrit, concernant la définition de la démocratie : « Les propos d’Alain : démocratie, anarchie, monarchie, oligarchie, constitution, abus de pouvoir » : https://youtu.be/v1GJfK6IJIg

                                                                  Et en bref, les principaux reproches qu’on pourrait faire à la représentativité dans le cadre de la 5ème République :

                                                                  – imposition de choix au moment des élections, sans que ces choix cristallisent forcément ce pour quoi les gens voudraient voter, par rapport à la conscience de ce qui ferait leurs intérêts, dont non pollution des environnements, une civilisation ayant pour objectif de la pérennité sur le long terme, autant que faire se peut, et non pas de la croissance économique pour principe moteur ;

                                                                  – et en plus, pas de mandat impératif, ce qui favorise l’électoralisme, les stratégies et les calculs électoralistes dupeurs, ou disons contestables, du filoutage ;

                                                                  – et en plus, le résultat de l’élection ne représente pas nécessairement le choix des votants, au sens que le résultat d’une élection est parfois relatif non seulement au budget et aux réseaux médiatiques qui portent des candidats, mais aussi à des règles qui font que le résultat pourrait être différent en fonction de celles-ci, tel qu’expliqué dans :

                                                                  « Monsieur le président, avez-vous vraiment gagné cette élection ? » : https://www.youtube.com/watch?v=vfTJ4vmIsO4

                                                                  « Election.rm » : https://www.youtube.com/watch?v=B2JvW8ma9Vc

                                                                  et « L’élection présidentielle au Jugement Majoritaire — Les résultats » : https://articles.laprimaire.org/l%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-au-jugement-majoritaire-les-r%C3%A9sultats-373e089315a4 ;

                                                                  – cela ne me semble pas trop vulgariser de considérer qu’il y a interaction entre pouvoir sur des lois, des règles de vie et pouvoir monétaire, pouvoir économique, et de ce point de vue, le pouvoir n’est pas que de pouvoir décider ce qu’on fait de son « pouvoir économique », mais de pouvoir en avoir, qu’il y ait une « démocratie économique » d’une manière ou d’une autre, en lien avec le respect du « bien commun », non provocation d’extinctions du fait des crimes civilisationnels, par surexploitation, pollutions, divers travers, manques d’incitations à respecter l’environnement, et cetera.

                                                                  Au passage, à propos de la notion de pouvoir, une conférence d’un professeur de philosophie qui, de ce que je me souviens, évoque les jeux de frictions autour des aspirations des uns et des autres, la difficulté de s’accorder : Master Class sur la notion d’ « autorité » : https://www.youtube.com/watch?v=jHfTJe4-XLQ

                                                                  Présentation : « Tout pouvoir corrompt, paraît-il, et tout pouvoir n’est pas légitime. Mais l’autorité, qui ne se décrète pas, est autre chose sans doute. Une façon d’ordonner plutôt que de hiérarchiser. »

                                                                  Et puis concernant la « démocratie économique », argumenter autour et des idées, je vous ai déjà invité à consulter, lire, écouter, regarder divers docs, dont : « Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie » : https://www.youtube.com/watch?list=PL9C4E9847954BBFF4&v=Fb6vZ7-XiNI

                                                                  Ah, et cela me fait penser à une que je n’avais pas encore partagé ici : Audition programmatique : « Uberisation et salaire à vie » – Sarah Abdelnour et Bernard Friot : https://www.youtube.com/watch?v=tpyQp_9txE0 ;

                                                                  Bref, ceci précisé, je pense qu’il ne vaudrait mieux pas dissocier l’aspect politique, orchestration pour de l’« éthique » au sens de justice social, de valeurs fondatrices, d’idéaux, et économique, mais de la même façon qu’il y aurait en théorie plusieurs façon de mettre en place de la « démocratique économique », la démocratie, la république, en tant qu’établie par une constitution, des règles, est plus ou moins respectée, un idéal perpétuellement remise en question, à faire, relative aux efforts d’individus (tels que les lanceurs d’alertes et militants pour des causes communes) et d’institutions. Où concrètement, c’est le résultat qui importerait.

                                                                  Il me semble qu’il l’évoque avec le politologue Yves Sintomer au cours de l’entretien : « J’AI PAS VOTÉ – Le tirage au sort en politique » : https://www.youtube.com/watch?v=xiDpyNtasGQ

                                                                  qui fait suite au film documentaire « J’AI PAS VOTÉ » : https://www.youtube.com/watch?v=uzcN-0Bq1cw

                                                                  Pour aller plus loin sur la théorie, approfondir le sujet, une « Conférence sur le référendum d’initiative populaire » où de ce que je me souviens, à un moment donné il répond avec une certaine patience à de ses « opposants » : https://www.youtube.com/watch?v=sjDUr3I-En0&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=75&t=1121s

                                                                  Et vous pouvez consulter son blog, ainsi que divers docs sur ce site qui promeut l’idée : https://www.le-message.org/actualites?lang=fr

                                                                  Et la conférence de Loïc Blondiaux, politologue et professeur de science politique, « Comment passer de la démocratie représentative à la démocratie directe » : https://www.youtube.com/watch?v=JYaO1rJ9TNw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=75&t=913s&pp=gAQBiAQB

                                                                  Et de ce que je me souviens, il avait été évoqué à un moment donné du documentaire « Larry Lessig : la rébellion du professeur de Harvard », documentaire présentant une tentative de révolutionner le système américain avec pour principale idée de décorréler le pouvoir monétaire des élections. Le documentaire semble ne plus être en ligne, un article qui l’évoque en détail : « Larry Lessig : la rébellion du professeur de Harvard » : https://www.les-crises.fr/larry-lessig-la-rebellion-du-professeur-de-harvard-par-flore-vasseur/

                                                                  Aussi, j’ai été assez admiratif de la patience, de la pédagogie, capacité de Etienne Chouard à répondre, bien que à brûle pourpoint, calmement à certains tel qu’il l’a fait au cours de la conférence sur le référendum d’initiative populaire mis en lien plus haut. Et je pense que son idée, son concept pour un processus constituant populaire est très intéressant.

                                                                  Si j’ai des réserves, c’est parce que :

                                                                  – je pense que son idée est une bonne amorce, une bonne accroche pour « politiser », inviter à réfléchir et à actualiser les règles politiques et économiques, pour le bien commun, la vie sociale, mais si l’on considère que pour concrétiser l’idée, il faut suffisamment de prêts à, de convaincus, c’est valable pour toute idée de paradigme, et si je pense que tôt ou tard son idée pourra être appliquée, plusieurs chemins peuvent y mener, et je ne suis pas totalement convaincu que cela soit « la cause des causes » à défendre, la priorité de notre époque ;

                                                                  – je pense que comme quelques autres personnalités dissidentes, il a injustement été « stigmatisé » ; on pourrait parler du scandale autour des « Fonds Marianne » et des associations subventionnées telles que « Conspiracy Watch » qui y ont probablement contribué ; par contre, si cela ne remet pas en question l’intérêt de l’idée de « processus constituant populaire », et que je n’ai pas suivi et étudié tous les « dossiers / thématiques annexes » sur lesquels il s’est exprimé, je ne suis pas d’accord avec sa mise en avant d’un candidat à la présidentielle qui m’a semblé être tendance climato-sceptique et pas faire solution sur le plan « économique », ainsi que sur un certain nombre de prises de position. Dont sur la covid 19. Et donc dont il me semble clairement surestimé la pertinence sur des sujets pourtant cruciaux pour penser les solutions par un programme politique qui y serait adapté, en favoriserait l’avènement, la concrétisation.

                                                                  Et en fait, il me semble être tombé, comme nombreux dissidents, « médias alternatifs », dans le « piège » de la réaction, de l’admiration d’un Raoult, d’une opposition sans nuances à la gestion de la pandémie. A sous-estimer le souci des zoonoses et gober et diffuser certains discours « contestables ».

                                                                  Et en fait, là, c’est certes pas tant son idée de constituante, de processus pour la constituante que je remets en question, en doute, je m’efforce d’ailleurs de la dissocier et de ne pas l’assimiler lui à la sphère politique contestable de laquelle il peut faire le jeu de sorte, mais je pense que pourrait aussi considérer qu’il sous-estime certains problèmes civilisationnels et sort de son sujet pilier ;

                                                                  Par contre, pour sa défense :

                                                                  – dans une vidéo qu’il a partagé où un politique évoque la déclassification de documents sur la gestion de la pandémie en Allemagne et qui révélerait des scandales, il serait notamment question d’une imposition d’un discours médiatique qui serait faussement scientifique pour faire le jeu de lobbies, de corruption à cette fin, et donc le reproche du recours à l’argument d’autorité sans fondement scientifique indiscutable, et si de la petite recherche que j’ai faite pas trouvé d’article autour de la publication / révélation de ces documents, il me semble bien que le discours politico-médiatique a été critiquable par ce prisme, notamment par le manque de pédagogie et surtout d’humilité vis à vis de la prudence nécessaire plutôt que se la jouer savant quand beaucoup d’incertitudes, qu’ils ne maîtrisaient pas encore / pas suffisamment le sujet, tel que le reproche ce professeur de philosophie qui critiquait des philosophes médiatisés dans des « médias de masse » : https://www.youtube.com/watch?v=jSWFkGY6O-0

                                                                  Après, cette excuse concerne un manque de « pédagogie » politico-médiatique qui n’a pas favorisé des débats sereins et une conscience éclairée, excusable par le manque d’expérience (moins excusable quand sous la pression de lobbies, par intérêts financiers), mais à mon sens ils ont eu et ils semblent avoir encore le même travers qu’ils dénoncent, reprochent : de croire que leur considération vis à vis de la covid 19 était et est représentative de la « science révélée », de chercher à imposer eux-aussi à leur façon un « récit covido-sceptique », par adhésion à une version, pas forcément aussi bien informés qu’ils le pensent / le prétendent / le présentent.

                                                                  Hors, aussi, quand vous avez des notions, des connaissances en pharmacovigilance, il y avait de quoi être plus prudent vis à vis des arguments d’autorité, même émanant d’un prix Nobel, dont ce n’était d’ailleurs pas le domaine d’étude.

                                                                  Par exemple, quand il est contesté, à juste titre, l’interprétation de courbes de mortalité, c’est aussi valable pour l’interprétation que les covido-sceptiques en ont fait où il n’est pas bien pris en considération le contexte, relativiser selon le contexte.

                                                                  Et il y avait de quoi être prudent vis à vis des études, de l’interprétation des études. Dont sur les effets de la covid 19, des possible soucis du fait de contaminations à répétition quand pas prise de précautions, sur le long terme, comme du vaccin.

                                                                  « La science n’est pas capitaliste, mais son usage l’est » : https://www.investigaction.net/fr/la-science-nest-pas-capitaliste-mais-son-usage-lest/

                                                                  Aussi, par cette critique, considération, je renvoie dos à dos covido-sceptiques et pro-vendeurs-de-vaccins covid 19, anti et pro, chaque camps dogmatique, car il me semble que le tort concerne les uns et les autres qui n’ont pas été prudents dans leurs « conclusions », promotion d’une « thèse contestable / relativisable ». Pour le dire autrement : chacun a de ses torts et de ses raisons.

                                                                  Et en fait, c’est le sujet typique où la matière à penser a une importance essentielle, cruciale, où il faut pouvoir y consacrer suffisamment de temps afin de faire le tri entre infos crédibles et mal-information, où besoin d’une certaine culture, où il y a de quoi critiquer le manque de prudence vis à vis des interprétations, et la prétention à savoir de quoi il en retournerait sans avoir pris le temps de suffisamment s’informer sur les diverses thèses et anti thèses. Et puis où il faut probablement encore attendre avant que la science puisse faire toute la lumière, sans doutes, sans incertitudes.

                                                                  Et donc le sujet typique où si vous prenez le temps de recherches et d’y penser, vous pouvez trouver de quoi contredire ou relativiser les arguments d’autorité, les assertions d’un certain nombre.

                                                                  Et mais aussi où la stigmatisation de versions sans mise en débat sérieuse n’a pas aidé à se faire un avis forgé en « connaissances de cause ». A pousser les gens à camper sur leurs positions, à se cantonner dans une sphère de médias alternatifs ou de masse propre à favoriser des biais, de la dissonance cognitive, faute d’être confronté à des arguments conséquents, crédibles, un « discours honnête », à reconnaître les incertitudes, le besoin d’approfondir les études, la prudence sur les interprétations, et cetera.

                                                                  Pour approfondir le souci autour de la covid 19 :

                                                                  quand vous êtes convaincu du bien fondé de votre idée, que vous l’avez honnêtement potassé, êtes confronté à ce qui vous semble pas mal de mauvaise foi, diverses formes de corruption, mis à part les gens corrompus de base, financés par un lobby pour faire diversion avec de « fausses solutions », au service d’un groupuscule sectaire qui les mettrait sous pression quand bien même ils finiraient par avoir des désaccords à vouloir s’en détacher, vous vous tournez naturellement vers celles et ceux qui y trouvent un intérêt, et donc dans son cas, par ce prisme, on ne peut pas lui reprocher de chercher à aller au bout de son idée, de chercher à la concrétiser en débattant avec tout un chacun, de penser et d’appliquer une stratégie dans l’espoir d’y arriver, de faire bouger les lignes, de tenter de mettre fin au statu quo, et pas à l’assimiler à une sphère militante controversée / douteuse, je pense ;

                                                                  – le scandale autour du fonds Marianne me semble refléter ce souci, ce problème, qui conduit à la stigmatisation de personnalités, jetant l’opprobre sur des idées qui ont de quoi inquiéter des mafias, des lobbies, même si pourtant pas les individus en tant que tels (dont les convictions, les opinions, considérations, les réflexions, les pensées peuvent potentiellement évoluer), par rapport à des idéaux qui devraient concerner tous (aucun être vivant n’aurait intérêt à une extinction de masse, à la pollution de son environnement, à la précarisation au sens de mise en danger des conditions de vie sur terre, non ? Alors ne faudrait-il pas tout faire contre les écocides, et cetera ? Plutôt qu’une chasse aux conspis, aux écolos, et cetera militants, contre-productive, et cetera méthodes contestables) ;

                                                                  autrement dit, à lire si pas encore fait : « Noam Chomsky et la stupidité institutionnelle » : https://www.les-crises.fr/noam-chomsky-et-la-stupidite-institutionnelle/ ;

                                                                  Re bref, tout cela me fait penser que la force de certaines idées et thèses controversées est peut-être parfois alimentée par de la stigmatisation plutôt que pouvoir en débattre de « bonne foi », une bonne fois pour toutes. Si je puis dire. Alors je ne fais pas de la liberté d’expression par principe, sans contextualisation, une cause prioritaire, même si je pense qu’important de se mobiliser pour éviter de la criminalisation de certains cas. Pour argumenter en détails, de l’argumentaire sur la relativité du concept de liberté d’expression, à écouter ou lire l’épisode 40 du podcast « Revolution Now ! ».
                                                                  La transcription après la vidéo sur : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode40asdf
                                                                  peut être facilement traduite (mais attention à la traduction automatique de certains passages qui tronquent parfois le texte original), ou sinon il y a l’option de traduction automatique de YouTube.

                                                                  Enfin, plutôt que de préjuger pour raison x ou y, je pense important de se faire un avis sur son idée en écoutant au moins de ses conférences mis en lien plus haut, telles que celle sur le référendum d’initiative populaire, ainsi que de lire son livre « Notre Cause Commune – Instituer nous-mêmes la puissance politique qui nous manque » ; et pour presque terminer le message d’aujourd’hui, à lire un article d’antithèse et un article de thèse :

                                                                  Mais je termine le message d’aujourd’hui en rappelant que :

                                                                  « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                                  Et que plutôt que de privilégier un candidat qui sous-estime le souci même si c’est principalement par stratégie, en pensant en terme de palier, en priorisant l’idée de constituante citoyenne à concrétiser dans l’espoir de révolutionner la sphère politique-médiatique-économique et combattre plus efficacement l’influence de certains lobbies qui iraient à l’encontre du bien commun, de l’intérêt général, d’une certaine éthique,

                                                                  je pense plus pertinent d’inviter à une nouvelle forme de gouvernance qui favoriserait la prise en compte des soucis qui concernent tous, présents et à venir, pour la cause animale, et cetera, autant que faire se peut :

                                                                  « Le philosophe de l’environnement, Glenn Albrecht, propose une nouvelle forme de gouvernance » : https://www.dailymotion.com/video/x7tvlkt

                                                                  et en palier d’appeler au vote pour le parti politique « Révolution Écologique pour le Vivant ».

                                                                  Pour rappel, leur programme : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/programme

                                                                  Bonne fin de semaine !

                                                                  P.S. : Si pas encore vu, vidéo petit délire avec lecture d’un poème écrit début avril : « Danse et poème « Ramdam » pour la Palestine » : https://www.youtube.com/watch?v=fMKx55_Gn0k&list=PLWG3MhJ7E0kiAZOzNc9-0czU5hIvYrM6_&index=3&pp=gAQBiAQB

                                                                • #468
                                                                  Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                                  Maître des clés

                                                                    photographie Pascal Lamachère avec tshirt de sport Vegan Runer de l'association L214, dans cuisine, avec divers livres tel que Le mal du sucre, Urgence ! Il faut sauver les océans, Vous êtes l'Evolution de Mr Mondialisation, Antispéciste, recettes de cuisine végane pour étudiants, le nouveau mouvement pour les droits humains de Peter Joseph, et cetera

                                                                    Bonjour,

                                                                    pour aujourd’hui, j’aimerais vous rendre sensible, si ce n’est pas encore fait, à la cause animale, au véganisme, à l’antispécisme, que vous preniez conscience de son importance, de ce pourquoi d’aucuns – dont moi – considèrent que c’est primordial. Mais si c’est déjà fait, tant mieux !

                                                                    Intention écrite, j’ai déjà partagé pas mal de liens à ce propos, je ne sais si vous avez pris le temps de bien les consulter, je pourrais vous en conseiller d’autres argumentant encore de manière conséquente, mais pour commencer, continuer ce commencement, une réflexion :

                                                                    Il y a des mèmes humoristiques, des illustrations caricaturales qui circulent sur comment telle et telle type de population voient ce que les végétaliens mangent et ce que nous mangeons vraiment, ou du moins un exemple de plat plus ou moins sophistiqué de ce qui peut être au menu. Encore que, j’ai un doute si c’est le repas ou le paraître, ou les deux, cela fait longtemps que j’en ai pas regardé, je confonds peut-être. En tout cas, j’ai souvenir d’un qui caricature sur ce que des gens non végans peuvent penser ou suggérer pour charrier, et ce qu’un végan type peut réellement manger.

                                                                    Bref, ce qui m’a inspiré en y repensant un mème plus sérieux, moins caricatural : on pourrait en faire un sur comment les végans, des groupes de végans pour telle ou telle raison, voient les non végans.

                                                                    Bon, j’ai d’ailleurs hésité à le faire en image, mais ce serait gore, probablement censuré sur les réseaux, ou donnerait encore moins envie de lire la suite, alors je l’écris, je le décris :

                                                                    Sur cette planche d’images, il y aurait une case représentant comment les « végans pour les animaux » voient les non végans : des criminels ; il y a aurait une deuxième où comment les « végans pour l’environnement » voient les non végans : des irresponsables et des pollueurs ; une troisième case où comment les « végans pour la santé » voient les non végans : des fumeurs mangeant leurs cigarettes ; et une quatrième et dernière case où les « végans pour les humains » voient les non végans : des voleurs d’assiettes, des affameurs.

                                                                    Et mis à part le mobile « pour la santé », je pense que c’est pas tant des caricatures. Si ce n’est que certains végans militants considèrent que la seule raison, le seul mobile non relativisable et qui fait qu’on s’y tient définitivement, est celui pour les animaux. J’ai déjà dû plus ou moins l’expliciter dans un message.

                                                                    C’est-à-dire que si l’on peut s’intéresser à l’alimentation végétale, et plus largement aux produits végans, à en devenir végan, pour plusieurs raisons, suivant le mobile, certains finissent par se démotiver. Lu des témoignages dans ce sens. Non pas que cela soit compliqué, quelques astuces assez simples à savoir. Encore que, même si, du fait des préjugés que l’on peut avoir avant de franchir le pas, ou auxquels on est confrontés quand on en parle autour de soi pour la première fois, on est en général poussé à bien s’informer et manger plus équilibré que quand on était pas végan, ce n’est pas forcément le cas de tous. Je me souviens avoir lu une anecdote à propos d’une artiste chanteuse assez connue qui avait végétalisé un temps son alimentation avant de se reconvertir, du fait de mal assimilation d’omegas, d’un type d’omegas, truc du genre. Je ne sais plus si histoire de maladie faisant qu’elle assimilait mal / synthétisait pas ce qu’il lui fallait par une alimentation végétale « généraliste », si ce n’est que je me souviens que certains expliquaient que de leur point de vue c’est parce qu’elle s’était mal informée, qu’il existait une solution végane pour ce qu’il lui fallait et recommandaient de ne pas se contenter de sensibiliser autour de la b12 mais aussi sur ce genre de « subtilités ». Et si il faut l’artiste a re-végétalisé son alimentation ensuite, si ils lui ont expliqué et qu’ils avaient raison. Toujours est-il qu’en général peut y avoir des solutions pour bien équilibrer mais qu’on pourrait en conclure de cette anecdote que des gens ne vont pas chercher si cela leur semble trop compliqué et que leur mobile n’était pas tant d’être végan pour le respect de la vie animale, qu’ils n’ont pas (encore) eu une ouverture d’esprit, une prise de conscience, une sensibilisation à cela, à cette fin.

                                                                    Au passage, à propos des omegas : https://vegan-pratique.fr/conseils-nutrition-vegetalienne/les-lipides-et-les-acides-gras/

                                                                    D’autres fiches de conseils nutritionnels en liens sur : https://vegan-pratique.fr/conseils-nutrition-vegetalienne/

                                                                    Bref, après, le mobile pour l’environnement, la santé et les humains est relatif mais vrai dans une certains mesure, et comme déjà expliqué, pour les animaux – et aussi pour les autres mobiles en fait – suffit pas juste d’être végan. Au sens qu’il n’y a pas qu’un seul type de véganisme, et que c’est important de ne pas être la cause de leur mort, d’être le plus possible végan, mais il y a aussi histoire d’environnement, de lieux de vie, d’orchestration de la Zoopolis. Donc besoin de révolution de système, paradigmatique, pour un ayant cet objectif, qui le permette, le mette en place.

                                                                    « Zoopolis — penser une société sans exploitation animale » : https://www.revue-ballast.fr/zoopolis-penser-une-societe-sans-exploitation-animale/

                                                                    « Les animaux avec nous, nous avec les animaux » : https://www.revue-ballast.fr/les-animaux-avec-nous-nous-avec-les-animaux/

                                                                    « Luttes animales et luttes sociales » : https://www.revue-ballast.fr/luttes-animales-et-luttes-sociales/

                                                                    D’autres articles sur l’éthique animale : https://www.revue-ballast.fr/category/lutter/ethique-animale/

                                                                    Au passage, à propos des arguments contestables, réfutables des chasseurs qui tentent de se donner bonne conscience, ou pas trop mauvaise conscience :

                                                                    « « Quand tu réalises que ce que tu prenais pour des vérités sont des mensonges, et quand tu prends tout ce raz-de-marée dans la figure, c’est très fort : l’une des choses principales pour les nouveaux militants est de gérer cette rage et de pas exploser. » se souvient Alexandra Morette »

                                                                    Extrait de : « Il faut cesser de considérer les animaux comme des objets de consommation » : https://lareleveetlapeste.fr/il-faut-cesser-de-considerer-les-animaux-comme-des-objets-de-consommation/

                                                                    Et toujours est-il que vous trouverez des fiches de réponses à diverses idées reçues en lien sur : « Les idées reçues les plus courantes passées au crible » : https://vegan-pratique.fr/pourquoi/idees-recues/

                                                                    Et si vous doutez de la possibilité de généraliser en masse pour une raison x ou y, dites-vous que des gens ont végétalisé leur alimentation, se sont véganisés alors qu’à une époque ils ne s’imaginaient pas pouvoir se nourrir de la sorte.

                                                                    « Sylvie Guillem – Danseuse étoile et végane pour les animaux » : https://www.youtube.com/watch?v=lhKVHa0ejuA

                                                                    Il y a même des témoignages d’anciens éleveurs, travailleurs dans des abattoirs et bouchers ayant fini par se convertir et végétaliser leur alimentation, à devenir végan.

                                                                    Alors quand je constate que pour le moment autant de gens de mon entourage ont du mal à remettre en question leurs habitudes alimentaires, à s’éveiller en acte au souci pour les animaux, bien qu’ils aient pu manger de très bons repas végans et constater la viabilité sur le long terme, des fois je me dis que l’hypersensibilité, ou disons avoir au moins un niveau d’empathie bien éveillé rend plus propice à franchir le pas vers le véganisme, mais de quoi considérer que c’est plus un manque de cohérence, de probité de leur part, et que ce que je considère être de l’inconscience, de l’inconsistance, de l’inconséquence, est en partie liée à la doxa, un système, un mode de fonctionnement civilisationnel, des mauvaises influences d’une culture qui évoluera en fonction des efforts de tout un chacun et la fin des dissonances cognitives.

                                                                    Car nombreux et nombreuses se disent sensibles à la cause animale, sont contre la maltraitance animale, la maltraitance et crime contre les animaux, condamnés – en dehors des abattoirs – au niveau du droit, par la loi, dans de nombreux pays. Et de quoi en déduire que c’est surtout des mauvaises habitudes alimentaires prises, avec peut-être quelques préjugés face à de l’inconnu, et l’inconscience de certains soucis et de la potentialité, qui font qu’il est difficile d’en sensibiliser, d’en motiver à végétaliser.

                                                                    Au passage, j’ai appris il y a quelques temps qu’il y a eu des périodes dans l’histoire de l’humanité où les animaux étaient mieux considérés au niveau du droit, dans certains pays, jusqu’à interdire de les tuer, où c’était considéré comme criminel, et que leur reconnaissance par le statut juridique peut être une façon de révolutionner le système, le rapport aux animaux. Cela a été évoqué au cours d’un épisode avec une enseignante-chercheuse en droit des animaux : « Les animaux sont-ils des personnes ? » : https://www.youtube.com/watch?v=_NMT6TpRB7w

                                                                    Et au passage, si je parle de végan, de véganisme, d’alimentation végétalienne sans évoquer de régime veggie, c’est parce que les industries d’exploitation animale sont liées au carnisme. Et le respect de la vie animale implique sa non exploitation à des fins de consommation dans de telles circonstances.

                                                                    Je l’ai déjà évoqué au cours du message du vendredi 22 décembre, dont le fait que si Léon Tolstoi était en vie de nos jours, en exprimant sa citation qui lui est attribuée en 1891 :

                                                                    « S’il cherche sérieusement et sincèrement la voie morale, la première dont l’homme se privera sera la nourriture animale ; car […] son usage est tout simplement immoral, car il exige une action contraire au sentiment de moralité – l’assassinat – et il n’est provoqué que par la gourmandise, la voracité. »

                                                                    il préciserait certainement que par « nourriture animale » il ne pense pas qu’aux cadavres mais aussi à ce qui n’entraîne pas leur assassinat immédiat.

                                                                    Pour les arguments, voir les liens partagés au cours du message du vendredi 22 décembre, et puis vous avez des réponses sur « Les idées reçues les plus courantes passées au crible ».

                                                                    Si ce n’est que je crois que je n’avais pas encore évoqué certaines « subtilités » sur ce fil, entre végétalisme et véganisme, telles que la maltraitance des singes pour la récolte de noix de coco dans certaines exploitations, et donc à privilégier des sources véganes : « Mise à jour : le travail des singes est dissimulé dans l’industrie thaïlandaise de la noix de coco » : https://www.petafrance.com/actualites/dissimulation-du-travail-des-singes-dans-lindustrie-thailandaise-noix-de-coco/

                                                                    Et le souci des cosmétiques testés sur les animaux, voir le « dossier de PETA », où est évoquée la possibilité d’alternatives aux expériences, de l’alternative à de la torture sur les animaux : https://www.petafrance.com/nos-campagnes/experimentation/

                                                                    Pour s’assurer que les produits cosmétiques n’impliquent pas de l’exploitation et de la souffrance animale non humaine, vous avez le label « cruelty-free and vegan ».

                                                                    Et puis il y a le souci des divertissements utilisant les animaux, et où donc cela illustre que le souci pour les animaux ne se limite pas seulement à la végétalisation mais implique un tout, un souci systémique.

                                                                    Et pour revenir au droit, à la loi comme levier, incitation, amorce à la prise de conscience jusqu’à prendre acte et respecter la vie animale, cela me fait penser à ce que d’aucuns préconisent pour lutter contre les écocides, tel qu’évoqué vers la fin de ce documentaire pièce de théâtre « Écocide : changer ou disparaître » : https://www.youtube.com/watch?v=eoTgjCTuPOw

                                                                    Ainsi, toujours est-il qu’en attendant, pour le moment, il n’en reste pas moins que j’en veux terriblement à celles et ceux qui savent qu’ils pourraient végétaliser leur alimentation, ont l’opportunité de le faire mais se trouvent des excuses pour ne pas encore avoir franchi le pas, à ne pas tendre vers le véganisme, à « véganiser » leur mode de vie. Je les considère tels des complices des crimes de l’humanité.

                                                                    Si vous pensez que c’est un jugement excessif, c’est que vous n’avez probablement pas pris le temps de lire, d’écouter, de regarder les documents que je vous ai conseillés au fil des vendredis.

                                                                    Si vous avez encore besoin de matière à penser pour être convaincu :

                                                                    •  à lire le livre « Antispéciste – Réconcilier l’humain, l’animal, la nature » de Aymeric Caron ;
                                                                    •  à lire le livre « Plaidoyer pour les animaux » de Matthieu Ricard ;
                                                                    •  à lire le livre « Urgence ! Il faut sauver les océans » du capitaine Paul Watson ;
                                                                    •  à lire, à consulter divers livres et sites internet dédiés aux recettes véganes, des rapides à faire pour le quotidien aux plus élaborées pour les fêtes, tels que :

                                                                    « Recettes Véganes de divers chefs végans compilées sur le site de L214 » : https://vegan-pratique.fr/recettes/
                                                                    « Patate et cornichon » : https://patateetcornichon.com/
                                                                    « La cuisine de Jean-Philippe » : https://www.lacuisinedejeanphilippe.com
                                                                    « Pigut, petites idées pour grandes utopies » : https://pigut.com/
                                                                    « La poussière d’étoiles, cuisine végane » : https://loetitiacuisine.com/
                                                                    « 100 % végétal, cuisine végane » : https://www.100-vegetal.com/ ;

                                                                    et vous pouvez vous inscrire à un « programme d’accompagnement en douceur vers une alimentation végétale » : https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/ ;

                                                                    •  il y a des livres que je n’ai pas encore à ma disposition mais qui sont recommandés par des antispécistes, présentés comme traitant très bien le sujet, tel que « Comment l’humanité se viande » de Jean-Marc Gancille ;
                                                                      la revue contre le spécisme « L’Amorce » : https://lamorce.co/ qui vient de faire un premier numéro papier ;
                                                                      diverses recommandations de lectures en fin d’épisodes du podcast « Comme un poisson dans l’eau » et évoquées dans des publications dédiées sur les réseaux sociaux du podcast, cf. liens listés sur : https://linktr.ee/poissonpodcast ;
                                                                    •  il y a régulièrement de nouvelles publications sur le podcast « Comme un poisson dans l’eau » de Victor Duran-Le Peuch, de nombreuses thèses développées et qui devraient avoir de quoi vous encourager à végétaliser votre alimentation, vous « véganiser », vous faire comprendre l’intérêt, le pourquoi du comment : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                                                    tel que récemment « Table ronde : Où sont les animaux dans les luttes écologistes ? » : https://www.youtube.com/watch?v=CuAABuGCDy8 ;

                                                                    Aussi, si pas encore pris le temps de lire, d’écouter, de regarder, si vous pensez que mon jugement envers les « non végans pour le moment » est dur, plus ou moins injuste, d’autant que je ne suis pas né végan, que j’ai une alimentation végétalienne « que » depuis plus d’une dizaine d’années, et que quid de mon regard sur les espèces animales non véganes et qui ne peuvent pas l’être ?, réponse, explication :

                                                                    j’aurais aimé naître dans une civilisation végane (hormis bien entendu le stade nourrisson où l’on doit boire le lait de notre mère ;

                                                                    « Âges de la vie et sportifs – On peut être végan à tous les âges de la vie et en étant sportif : suivez le guide ! » : https://vegan-pratique.fr/info_nutrition/ages-de-la-vie/ ;

                                                                    au passage, un « slogan » pour inviter à se passer de lait et faire comprendre que l’espèce humaine vole le lait des bébés des autres espèces : « pas ta mère, pas ton lait » ) antispéciste anticapitaliste s’appliquant au paradigme de la Zoopolis,

                                                                    et contrairement aux animaux, hormis certains animaux de compagnie dont l’alimentation peut être végétalisée, y compris les chats même si de ce que j’ai compris peut être plus compliqué pour eux (avec le fait que toutes les marques de croquettes et pâtées véganes ne se valent pas, comme les non véganes, en fait) :

                                                                    « Sur l’alimentation végétarienne des chats et des chiens » : https://david.olivier.name/fr/sur-l-alimentation-vegetarienne-des-chats-et-des-chiens

                                                                    « Marques de croquettes, pâtées et compléments vegan pour chat » : https://www.veganimalis.com/croquettes-patee-vegan-chat/

                                                                    nous avons en général, sauf peut-être certaines exceptions pour cause d’allergies, de maladies ou risques de famine, la capacité, le pouvoir de « choisir ».

                                                                    Si ce n’est que cela ne devrait pas tant être une question de choix considérant que le carnisme implique des crimes, et cetera.

                                                                    « Manger des animaux (ou pas) est un choix personnel, non ? » : https://vegan-pratique.fr/pourquoi-devenir-vegan/manger-animaux-choix-personnel/

                                                                    Réponse : idéalement, cela ne devrait pas l’être, la civilisation devrait être végane.

                                                                    Et en fait, d’un certain point de vue, la principale, seule différence avec les autres animaux n’est pas l’intelligence, l’âme, la mobilité, des qualités qu’auraient aussi les animaux non humains, au niveau cognitif, conscience, sentience

                                                                    (un éthologue va jusqu’à considérer qu’il n’y aurait pas vraiment de différence : « L’inconsistante Apologie du carnivore de Dominique Lestel » : https://www.cahiers-antispecistes.org/apologie-de-la-mauvaise-foi/  ),

                                                                    mais des pouces préhenseurs permettant de manipuler des objets, de fil en aiguille développer diverses compétences, d’affiner les connaissances, le savoir, de la compréhension.

                                                                    Encore que, les animaux n’en sont pas moins dénués de cultures. Diverses études auraient mis en évidence que « les animaux ont leurs propres culture et traditions ».

                                                                    Et puis d’aucuns considèrent que l’alimentation végétalienne humaine est une potentialité « depuis la nuit des temps », que la découverte de la b12, et cetera, a surtout permis de comprendre comment éviter des carences et leurs conséquences, d’avoir une alimentation équilibrée.

                                                                    Donc peut-être pas des plus pertinents de l’évoquer de la sorte, s’agit pas tant de vanter l’intérêt d’un développement culturel.

                                                                    Toujours est-il que la plupart n’ont pas d’excuses valables comme des animaux non humains, qu’en général, depuis un certain temps, en tant que civilisation, nous aurions la capacité d’avoir une alimentation végétalienne et de véganiser, et de respecter la vie animale par des sanctuaires, et cetera, à concrétiser de la Zoopolis.

                                                                    Alors, vous me direz, ou pas, nous sommes pour le moment encore infoutus de respecter globalement la vie humaine pour éviter des crimes de nos congénères d’une manière ou d’une autre. Ce qui va des morts à cause de la précarité

                                                                    (« Comment les inégalités économiques nuisent aux sociétés » (vostfr disponibles, sous-titres à activer s’ils ne s’affichent pas, bas droite de la barre de lecture, à gauche du ptit engrenage)  : https://www.youtube.com/watch?v=cZ7LzE3u7Bw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=50 ;
                                                                    « Inégalités : ce que vous ne saviez pas que vous ne saviez pas » : https://www.youtube.com/watch?v=K3sUJyyX4cg ),

                                                                    aux morts du fait des pollutions

                                                                    (

                                                                    « Étant donné que la pollution de l’air est aujourd’hui l’une des principales causes de mortalité systémique sur cette planète, mis à part le changement climatique, qui lui-même s’avance déjà sur un territoire apocalyptique, il est très difficile de voir les agents de ces industries comme de véritables êtres humains. Compte tenu de la façon dont ils ont menti au public, entraînant une fois de plus d’innombrables décès, sans parler des décès futurs. Et puis, vous reculez encore plus loin, et vous regardez la nature de l’ensemble du système. Et comment l’industrie du tabac et l’industrie des hydrocarbures et de nombreuses autres industries se comportent de la sorte en raison d’une mentalité et d’une logique de jeu renforcées et inhérentes au système économique lui-même. »

                                                                    Extrait traduction française de l’épisode 31 du podcast « Revolution now ! » : https://www-revolutionnow-live.translate.goog/episodes/episode31-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=nui

                                                                    La transcription après la vidéo sur peut être facilement traduite (mais attention à la traduction automatique de certains passages qui tronquent parfois le texte original), ou sinon il y a l’option de traduction automatique de YouTube.

                                                                    L’article d’origine : https://www.revolutionnow.live/episodes/episode31-staycationing-9jlk7-kbr23-98fgl ),

                                                                    aux mutilés et morts lors de manifestations (articles à ce propos : https://www.revue-ballast.fr/?s=violences ),

                                                                    aux morts par terrorisme, par conflits, lors des guerres.

                                                                    Une tâche ardue, un vaste chantier, si ce n’est pas une mission impossible mais nécessaire pour les pacifistes, par toutes celles et tous ceux qui comprennent et comprendront qu’il ne devrait pas en être autrement, qu’il en va de la dignité humaine, de la vie.

                                                                    Mais mis à part la catastrophe climatique, la pollution, les écocides qui se sont aggravés, si il y a beaucoup à faire et que nous sommes dans une ère de grands périls, d’aucuns considérant même que la 6 ème extinction de masse est devenue plus ou moins inéluctable, d’autres considèrent que l’humanité a progressé. Au moins par rapport aux conflits guerriers, une mise en perspective des morts lors des guerres sur la fresque de l’histoire connue. Et si vous prenez le temps de lire ne serait-ce que l’épisode 31 du podcast « Revolution now ! » de Peter Joseph, ainsi que l’article

                                                                    « A propos du souci économique, écologique, politique et éthique, de la cause animale, la cause palestinienne, un article où est abordé la critique de la part de certains et l’intérêt du véganisme antispéciste anticapitaliste » : https://www.revue-ballast.fr/jerome-segal-qui-sont-les-animaux/

                                                                    vous devriez comprendre le souci systémique et la potentialité par une révolution de système. Et ne serait-ce que végétaliser son alimentation par souci des autres espèces, c’est accorder de la valeur à la vie animée en général et à l’environnement permettant de son épanouissement. Dont aux autres humains.

                                                                    Ceci écrit, je crois toujours en l’intérêt d’une généralisation du véganisme, en l’intérêt de militer pour, d’inviter les gens à végétaliser leur alimentation, à vous inviter à végétaliser votre alimentation si pas encore fait, et puis la potentialité de limiter les dégâts du réchauffement climatique.

                                                                    Reste qu’il y a urgence, comme il y aurait urgence à faire cesser les guerres.

                                                                    Et quand je lis qu’il est fait pression sur la CPI (cours pénale internationale) pour ne pas concrétiser ses velléités d’émettre un mandat d’arrêt ; qu’il n’est pas respecté l’appel au cessez-le-feu de l’ONU ; ce qui serait des mensonges exprimés, distillés par des personnalités sur des plateaux télévisés qui sont parfois contredites uniquement sur les réseaux :
                                                                    https://twitter.com/jpmignard/status/1786053698772242614

                                                                    ou dans d’autres émissions par des courageux contradicteurs mis sous pression : https://twitter.com/REV_Bretagne/status/1785694744707739846 ;

                                                                    alors que diverses instances et associations crédibles font état de la situation tragique, dramatique, désastreuse,

                                                                    je suis consterné et dubitatif face au peu de souci pour les vies humaines en péril, aux « justifications » que peuvent se trouver certains pour nier l’évidence, s’arranger avec leur conscience, se croire du « bon côté de l’histoire ».

                                                                    Peut-être que dans le passé certains n’ont pas condamné assez fermement les morts et la prise d’otage par le Hamas, mais cela ne devrait pas justifier le génocide, ni les « crimes de guerre », ni servir à minimiser la gravité de ce qui est commis contre les Palestiniens, il me semble.

                                                                    Si vous ne vous tenez pas bien au courant de la situation en Palestine, à voir, écouter les témoignages exprimés via l’émission « Télé Palestine », et enquêtes et conférences publiées sur la chaîne YouTube Officielle d’Investig’Action : https://www.youtube.com/@michelcollon/videos

                                                                    Et les publications sur le site « Investig’Action » : https://investigaction.net/

                                                                    Et les publications de Aymeric Caron qui fait le lien entre souci pour la cause animale et l’humanité en général : https://twitter.com/CaronAymericoff

                                                                    Et pour les anglophones ou celles et ceux qui utiliseront un outil de traduction, un monsieur, Peter D Carter, spécialisé sur le dossier du réchauffement climatique (directeur du Climate Emergency Institute, expert réviseur du GIEC, co-auteur de Unprecedented Crime, publié sur le changement climatique, le développement durable, la biodiversité), qui a évoqué parfois l’intérêt du véganisme et a aussi évoqué la situation à Gaza, dont je vous ai déjà invité à suivre le compte, les publications : https://twitter.com/PCarterClimate

                                                                    Et un cas de sanction qui me semble très bien refléter certaines contradictions, de l’injustice flagrante, un « deux poids deux mesures » :

                                                                    « C’est l’histoire d’un mec, il est poursuivi pour une blague sur un mec qui fait un génocide. La justice dit qu’il y a rien de mal dans la blague. Du coup le mec il refait la blague. Et là il est viré. Elle est bonne, non ?

                                                                    @GMeurice et @radiofrance

                                                                    à la manière Coluche. »

                                                                    Publié sur : https://twitter.com/d_schneidermann/status/1786069870578159793

                                                                    Au passage, à propos de la difficulté de révolutionner le système, quand bien même cela relève du bon sens, de ce que l’humanité devrait logiquement faire, et de réchauffement climatique, une pointe d’humour que je viens de lire et qui me semble être une assez bonne métaphore :

                                                                    « Imagine, tu es en voiture avec trois potes, et au loin, au bout d’une ligne droite, tu aperçois un mur. Un grand mur. Qui barre toute la route. Genre 20 m de haut.
                                                                    Évidemment, la seule chose logique à faire c’est de freiner. Pour ne pas te fracasser contre le mur. (1/8) »

                                                                    La suite à lire sur : https://twitter.com/Nain_Portekoi/status/1783893108175917173

                                                                    Et pour de l’humour concernant la cause animale, à lire des planches de bandes dessinées sur : https://insolente-veggie.com/

                                                                    Pour conclure le message d’aujourd’hui, je dirais qu’il y a de quoi douter que nous arrivions à faire la voie de la paix, difficile de convaincre celles et ceux qui ont du mal à changer leurs habitudes, qu’il y a des urgences sur lesquelles on peut avoir l’impression de ne pas avoir d’emprise, que la situation est plus que délicate pour la civilisation ; mais que nous pouvons toujours faire notre part de colibri, et part après part, qui sait ?!

                                                                    Et déjà évoqué plusieurs fois, mais si vous avez besoin d’un résumé, d’une synthèse pour les conseils nutritionnels, franchir le pas :

                                                                    Et j’ajoute un autre article dont je vous conseille la lecture : « L’antispécisme ? une politique de l’émancipation » : https://www.revue-ballast.fr/lantispecisme-une-politique-de-lemancipation/

                                                                    Et à savoir que si vous avez des plats préférés non végans dont vous pensez que vous auriez du mal à vous passer, dites-vous qu’il existe des alternatives véganes même pour des meringues véganes et des « fromages végans ». La possibilité d’adapter les plats, de toutes les recettes, de « véganiser ». Et de nombreuses très bonnes recettes véganes de base à découvrir qui pourraient devenir de vos recettes favorites. Cf. les liens vers les sites plus haut et les alternatives, les « astuces » pour adapter évoquées au cours du message du 22 décembre.

                                                                    Et si pas encore lu : « L’éthique de Léon Tolstoï » : https://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/

                                                                    Et enfin je vous suggère de vous intéresser au concept de l’altruisme, à l’entraînement du « cerveau » à l’altruisme, aux recommandations de Matthieu Ricard, « Moine bouddhiste, Humanitaire, Auteur et Photographe » : https://www.matthieuricard.org/

                                                                    Merci de votre attention,
                                                                    Bon courage,
                                                                    Bonne fin de semaine !

                                                                  • #469
                                                                    Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                                    Maître des clés

                                                                      Bonjour,

                                                                      c’est probablement vain de l’exprimer ici, à nouveau, mais dans l’idée du sorte d’exutoire politiquement engagé, de vous exprimer certaines préoccupations, le réchauffement climatique avec le souci pour la cause animale est le genre de sujet qui risque d’être toujours d’actualité jusqu’à la fin de nos vies. Comme déjà dû l’écrire.

                                                                      Bref, ce qui m’amène à de nouveau vouloir en « parler » et insister dessus, c’est encore et toujours l’impression que la plupart sous-estiment la gravité, comme si de rien n’était. Et les messages d’alertes tels que ceux du directeur du « Climate Emergency Institute » qui me semblent crédibles quant à la situation critique.

                                                                      Alors je ne vais pas encore et toujours vous inviter à lire et regarder les mêmes docs pour de l’argumentaire, surtout évoquer pour aujourd’hui la réflexion qui m’y a ramené :

                                                                      – les réactions suite à la réélection du maire à Londres, dont de nombreuses publications d’un compte soit-disant dédié à un fil « d’actualités internationales » mais qui n’évoque jamais la thématique du réchauffement climatique, tout au plus l’évocation de tragédies lors de déchaînements d’éléments, de « l’info-consommation » à base de drames, sans faire le lien qui pourrait être fait avec les effets du réchauffement climatique et les soucis systémiques ;

                                                                      – ce qui me semble être une forme d’hystérie (et d’hypocrisie) collective dans de la sphère polico-médiatique française, manifestée par une sorte de chasse aux personnalités soutenant la cause Palestinienne, telle que Guillaume Meurice en a fait les frais, avec ce qui me semble être à l’œuvre : de la mauvaise foi, un « deux poids deux mesures », de ce que dénonce l’association ACRIMED : https://www.acrimed.org/ ;

                                                                      – avec aussi toute l’attention que captent ces contre les manifestations de soutien à la Palestine, alors qu’il y aurait urgence à faire cesser le massacre, la guerre, les guerres, que des instances internationales vont dans ce sens ; et puis après, si je trouve admirable toutes les mobilisations pour un cessez-le-feu, en soutien à des populations en péril, cela pourrait être l’opportunité de faire synergie entre les causes, de rappeler le lien avec d’autres urgences, des causes liées dans le cause à effet ;

                                                                      Et au passage, si je n’ai pas fait une étude poussée de ces médias, que je n’ai pas fait une veille médiatique comme ACRIMED le fait, surtout vu des extraits d’émissions commentés par des activistes, il me semble qu’ils (les médias critiqués) ont en commun d’aussi maltraiter le sujet « réchauffement climatique », la cause animale et sociale. Ce qui renforce mon impression qu’il faudrait une convergence des causes, une synergie de militance, si je puis dire. Dans l’esprit de ce que propose « Révolution Écologique pour le Vivant ».

                                                                      Ceci dit, avant d’expliciter un peu au sujet de l’urgence climatique et des soucis et potentialité de causes à effets, du point de vue holistique, je suis assez perplexe face aux calomnies, discours d’opposition et répressions en France contre celles et ceux qui alertent sur la tragédie que subissent les Palestiniens, se mobilisent contre.

                                                                      On pourrait faire le rapprochement avec aussi le mauvais traitement d’autres sujets, analyser des mêmes raisons, toujours est-il qu’en l’occurrence, ce qui me semble assez flagrant dans le « deux poids deux mesures », en plus de ce que dénoncent des instances internationales, c’est les déclarations d’anciens présidents français, à l’époque d’où ils étaient présidents, en soutien à la Palestine, versus des discours, les répressions et calomnies contre des soutiens à notre époque. En dehors de la critique qu’on pourrait faire de la politique que ces anciens présidents ont mené, qui fait que j’irais pas jusqu’à considérer que ceux d’il y a plus d’une décennie seraient à « glorifier » de par là, l’histoire des qui se font du souci pour la Palestine a retenu de leur courage dans leur prise de position.

                                                                      Et on pourrait aussi évoquer la contradiction entre les discours et les actes à notre époque (et pas qu’à notre époque, mais bon), le fait que des politiciens aient reconnu des crimes de guerre et avaient évoqué une opposition à l’invasion de Rafah mais n’aient finalement rien fait. Ou rien pu faire ? Et qu’il continue d’être réprimé des manifestations de soutien à la Palestine, y compris en Israël.

                                                                      Bon, certes, il y a question de la menace de cesser de fournir des armes, mais ce n’est pas une opposition claire et ferme, et pendant ce temps, à l’heure où j’écris ces lignes, Rafah continue d’être bombardée, des images dramatiques diffusées, il semble que le massacre continue à Gaza.

                                                                      Et je me suis demandé si c’était de la culpabilité de la France, dans « l’inconscient collectif », tel un égrégore impactant sur le plan « politico-médiatique », vis à vis des parts sombres de son histoire, ainsi que si c’était du fait de la dette morale envers la population juive qu’ont nombreux pays occidentaux, comme on pourrait considérer qu’il y en a envers des pays de l’Afrique, les pays qui ont été colonisés, envers des populations d’humains ainsi qu’envers les animaux non humains.

                                                                      Si ce n’est qu’on a creusé et est en train de creuser une « dette morale » aussi envers la Palestine, il me semble. Et d’aucuns contestent que le passé ne peut justifier le présent, situation présente, « crimes de guerre » considérés injustifiables de toutes façons. Et puis les bombardements ne mettent-ils pas aussi en péril, en danger, la vie des otages ? Peut-être pensent-ils qu’ils sont ailleurs ?

                                                                      Toujours est-il que si d’aucuns n’ont peut-être pas bien fermement condamné les morts et la prise d’otage par le Hamas, la situation actuelle fait que de quoi considérer qu’il y a injustice envers la Palestine et de leurs soutiens, tel que le considère ce député David Guiraud :

                                                                      « 🇵🇸 Le jour anniversaire de la liberté de la presse dans le monde, l’incapacité du gouvernement à dénoncer clairement les atrocités perpétrées par l’armée israélienne contre les journalistes le rend complice du drame.

                                                                      Et ce pendant qu’en France, on censure ceux qui s’opposent au génocide. Qu’il est triste ce service public, qui se dit Charlie mais qui bâillonne la bande à Charline.

                                                                      On se croirait dans un sombre cauchemar au pays des Lumières, mais c’est une triste vérité, ceux qui contrôlent les matraques cherchent souvent à faire taire ceux qui ont des idées. »

                                                                      Source : https://twitter.com/GuiraudInd/status/1787849496598089737

                                                                      Et qu’un exemple de ce qui contraste avec le gouvernement :

                                                                      « Espagne versus France :

                                                                      INFO : La ministre de l’innovation d’Espagne, Diana Morant, sur les manifestations dans les universités et la guerre à Gaza « En tant que ministre des Universités, je dois montrer ma fierté envers les étudiants qui ont un esprit critique, l’exercer et le transmettre à la société » »

                                                                      Source : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1788120924052422951

                                                                      Et quand on voit une vidéo du Premier ministre israélien dans les années 80 où il est présenté « affirmant qu’Israël possède et contrôle les États-Unis, y compris son gouvernement », ceci expliquerait les pressions sur la CPI, et cetera, et de quoi se demander si certaines injustices en France ne prennent pas leurs sources dans ce même genre « d’alliance ».

                                                                      Après, contre les calomnies contre les pro-Palestiniens, pour ne pas attiser l’antisémitisme qui est condamnable et ferait d’une certaine façon le jeu du sionisme, peut-être que stratégiquement, si pas encore fait, il devrait être songé à un rapprochement avec « L’Union juive française pour la paix » : « À Paris, rassemblement en soutien au peuple palestinien » : https://ujfp.org/evenements/a-paris-rassemblement-en-soutien-au-peuple-palestinien/

                                                                      développer avec eux une « stratégie médiatique » pour faire taire les accusations calomnieuses,

                                                                      cf. le dossier : « La lutte résolue de l’UJFP contre l’antisémitisme » : https://ujfp.org/la-lutte-resolue-de-lujfp-contre-lantisemitisme/

                                                                      et faire porter la voie de la cause Palestinienne en France en évitant les répressions, ou au moins en démontrant aux yeux de tous que les accusations d’antisémitisme ou autre qualificatif « pas glop » relèvent d’un non sens, de la mauvaise foi, voire d’une complicité des calomniateurs avec des « pas glops ».

                                                                      Ceci expliqué, concernant l’urgence climatique, peut-être est-ce encore pour vous de l’exagération, du catastrophisme, une forme d’hystérie, mais avez-vous pris le temps de lire, d’écouter, de regarder de ce que je vous ai suggérés ?

                                                                      Car même si nous avons une certaine capacité d’adaptation, quand vous êtes cuits, vous êtes cuits ; quand vous êtes noyés, vous êtes noyés ; quand vous êtes sur un volcan qui explose, vous êtes explosé ; quand il y a extinction de masse d’espèces, dont des butineurs, des robots butineurs ne pourront peut-être pas être suffisamment déployés, et puis stress hydrique et stress thermique impactent les rendements, et de cause à effets les risques de famines renforceraient les conflits, et cetera.

                                                                      Et bref, si pas encore lu : « Top 40 des impacts du changement climatique » : https://climatecasino-net.translate.goog/2021/10/top-40-impacts-of-climate-change/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                                      Et le rapport entre les réactions suite à la réélection du maire à Londres et la préoccupation pour le réchauffement climatique, c’est pas pour critiquer le choix de maire. Les électeurs ont probablement bien choisi.

                                                                      Reste que j’ai (ré)appris il y a quelques temps qu’une bonne partie de Londres pourrait être inhabitable, sous les eaux, dans quelques décennies, dans moins longtemps qu’il avait été théorisé avec les données mises à jour, comme de nombreuses autres villes, zones pour le moment émergées, dans le monde.

                                                                      D’aucuns ont contesté, ergoté sur le surnom du glacier Thwaites, surnommé le « glacier de l’apocalypse », mais si c’est peut-être un peu exagéré en tant que tel, je pense qu’il peut être considéré comme un repère d’une forme « d’apocalypse », que vivent déjà dans une certaine mesure des populations.

                                                                      Aussi, si il faut savoir aussi vivre l’instant présent, ne pas mésestimer l’importance de causes à défendre à notre ère, ne pas les délaisser via des politiques à mener, nous n’avons pas forcément le luxe d’attendre de se préoccuper des conséquences en se disant que nous pourrons nous adapter.

                                                                      Aussi, donc, il me semble qu’il faudrait en prendre acte, ne plus tergiverser, et que nombreux scientifiques spécialistes du climat sont de plus en plus alarmistes, considèrent que les politiques des pays les plus pollueurs sont toujours loin d’être à la hauteur, que collectivement il y aurait beaucoup à faire (généralisation de l’alimentation végétalienne, du véganisme, mise en place d’une économie favorisant de la « démocratie économique », n’aspirant pas à de la croissance par principe, ayant des principes éthiques, écologiques en moteur) et à ne pas faire (dont cesser des pollutions, dont fin de l’utilisation des combustibles fossiles pour l’énergie).

                                                                      Ce qui me fait penser à des vidéos d’un jeune journaliste qui critiquait la plupart des journalistes d’être mal informés et de mal informer sur ce sujet. J’ai dû partager une de ses vidéos au cours du message du 22 décembre, ainsi que sur ce fil de réflexions dédiées au réchauffement climatique :

                                                                      « Urgence – info climat – Le saviez-vous ? – Et cetera brèves » : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/urgence-info-climat-le-saviez-vous-et-cetera-breves/

                                                                      Mais comme l’a expliqué Aurélien Barrau face aux membres du medef, ce n’est pas le seul problème « écologique / environnemental », aussi, je ne vais pas insister en relayant à nouveau le propos de ce jeune journaliste. Si vous n’aviez pas pris le temps de l’écouter et que vous voudriez l’écouter maintenant, cf. le message du 22 décembre.

                                                                      En tout cas, il n’en reste pas moins qu’il y a le souci du réchauffement climatique, des conséquences, et qu’il faudrait se mobiliser aussi pour ce genre de sujet, de souci.

                                                                      Ce qui me fait penser à des propos du capitaine Paul Watson dans son livre manifeste « Urgence ! Il faut sauver les océans », tels que de cette citation réflexion qui y figure, si je me souviens bien :

                                                                      « Ne soyez jamais déprimé ou pessimiste à propos de l’avenir. Vous n’avez aucun pouvoir dans le futur. Vous n’y existez pas encore. Vous n’existez que dans le présent. Votre pouvoir est dans le présent. C’est ce que vous faites aujourd’hui qui façonnera l’avenir » – Capitaine Paul Watson

                                                                      Source : https://www.instagram.com/p/C5tOwpnKNUA/

                                                                      Et dans ce présent, je pense que nous devrions peser de tout notre poids collectif pour la prise en compte du réchauffement climatique, et cetera, pour des politiques, de l’économie adaptées autant que faire se peut ; la généralisation du végétalisme ; l’application à des idéaux de l’antispécisme, de la Zoopolis, et cetera.

                                                                      Et donc s’appliquer à une convergence des luttes, des causes.

                                                                      Un peu comme le font Greta Thunberg et de ses pairs avec des affiches pour diverses causes lors des manifestation, incluant le souci pour le climat, la Palestine et le Congo, entre autres : https://www.instagram.com/p/C6gAqCVil3e/

                                                                      Si ce n’est en y ajoutant d’autres causes telles que le véganisme, l’antispécisme, qui ne me semblent pas figurer sur leurs pancartes, pas être de leurs revendications affichées.

                                                                      Et à propos de souci pour la Palestine et paradigmatique, il lui manque à lui aussi, de mon point de vue, la préoccupation pour la cause animale, l’encouragement à la végétalisation, au véganisme, la philosophie antispéciste, l’aspiration à la Zoopolis en « corde à son arc de pacifiste », mais si pas encore pris le temps de l’écouter, je vous suggère d’écouter « L’esprit du temps de Gaza » avec Peter Joseph et Abby Martin (pour la vostfr, activer sous-titres, cliquer sur l’engrenage, puis sur “Traduire automatiquement” et puis sur “Français”) : https://www.youtube.com/watch?v=RoMuEBcusSk

                                                                      Bref, j’ai conscience que c’est plus facile à théoriser qu’à s’appliquer à de la solution, mais j’espère qu’au moins vous aurez compris mon avis, pourquoi je pense qu’il y a urgence, des gravités, que je trouve crédibles les alarmistes, qu’il ne faudrait pas attendre pour bien faire, telle que mise en place d’une « convergence » des luttes, de sensibiliser autour, de la Palestine au climat, en passant par la cause animale, la philosophie antispéciste.

                                                                      Et dans ce qui rend compliqué de passer de la théorie à la pratique, qu’il y a ce qu’il faudrait faire et la tendance qui ne va pas dans ce sens, j’ai aussi conscience du souci des préoccupations quotidiennes, des galères, des soucis de tout un chacun, ainsi que des diversions.

                                                                      Le genre de trucs qui fait que nombreux alarmistes sont devenus catastrophistes, des « doomeurs », à force de s’informer, de se tenir au courant de l’évolution, de tenter de sensibiliser les autorités et le public et de constater le chemin pris par la civilisation qui semble ne pas en prendre acte.

                                                                      A ce propos, pour la petite histoire, avant-hier, j’ai consulté des publications qui m’ont semblé refléter une certaine inconscience, un captage d’attention dans les diversions, et relever d’une certaine « indécence » compte tenu des morts en Palestine et du risque de l’usage du nucléaire dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine Otan :

                                                                      l’utilisation du terme « Jour de guerre » pour le soutien à une équipe sportive, un élément de langage de « va-t-en-guerre ».

                                                                      Vous trouverez peut-être que c’est une simple maladresse, une blague de fans qui n’engagent qu’eux, sans conséquences, et peut-être est-ce récurent, au sens d’annuel quand des grandes rencontres, et un tort de l’analyser en préjugeant, mais j’y vois l’impact d’une ère de conflits, qu’ils entretiennent de la sorte. Et qu’ils servent de la sorte l’intérêt d’un système contestable. Avec la critique qu’on peut faire des compétitions qui exacerbent le chauvinisme, l’instinct grégaire, source du hooliganisme.

                                                                      Au passage, digression : j’ai lu il y a quelque temps une publication vantant l’ouverture d’esprit de Poutine :

                                                                      « Les pays comme Israël, l’Ukraine, la France ou les USA sont les bienvenus aux Jeux des BRICS en Russie.

                                                                      A la différence des JO2024, le Président Poutine ne mélange pas sport et politique. L’Iran, la Chine, l’Inde, le Brésil et d’autres ont déjà confirmé leur présence. »

                                                                      Que j’ai trouvé très contestable : les compétitions « politisent » les jeux, le sport, les « jeux olympiques » ne sont pas un moment de franche camaraderie. Et la seule façon de ne pas mélanger sport et politique, il me semble que cela serait de s’amuser sans faire le « jeu » de sponsors, sans le jeu de l’esprit de compétition, le jeu des diversions aux soucis de civilisation, aux urgences.

                                                                      Vous me direz, si vous jouez sur le concept, les mots, s’opposer à ce mélange entre « sport et politique », qui revient plutôt à vouloir rendre au terme « jeu » toutes ses lettres de noblesse, cela relève d’une intention politique. Sauf que cette intention n’est pas l’objectif. Et quand bien même cela le serait d’un certain point de vue, pour celles et ceux qui ne voudraient pas qu’il en soit autrement, qui ne voudraient rien changer au système, j’espère que vous aurez compris la logique.

                                                                      Si pas bien, voir les conférences que je vous ai déjà invitées à voir :

                                                                      « Conférence gesticulée : Capitalisme et Sport : jeu, set et match ! »

                                                                      « Une autre histoire du sport ou pourquoi je ne serai jamais Luis Fernandez »

                                                                      et « Le jeu comme outils de résistances pour contourner ou surmonter le cadre imposé »

                                                                      Évoquées ici : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/conference-gesticulee-capitalisme-et-sport-jeu-set-et-match/

                                                                      Fin de la digression.

                                                                      Bref, j’espère qu’un cessez-le-feu sera bientôt en vigueur, que le génocide sera stoppé, que les crimes cesseront, que le « conflit » Israélo-palestinien trouvera une issue pacifique, que Gaza plus sous blocus, que les Palestiniens pourront vivre leur vie sans craindre que le ciel leur tombe sur la tête.

                                                                      Et pour l’instant, je vais m’en aller faire des « Prières pour la Paix » : https://www.youtube.com/watch?v=xVk87zJWeUM&list=PLWG3MhJ7E0kiAZOzNc9-0czU5hIvYrM6_&index=1&pp=iAQB

                                                                      Mais avant, je termine le message d’aujourd’hui en évoquant l’intérêt de recettes végétales pour s’assurer que des enfants réfractaires aux légumes en accompagnement, en mangent. Car il n’est pas rare que des enfants aient du mal avec les légumes et certaines recettes végétaliennes véganes sont une très bonne occasion de « filouter », leur faire manger des légumes avec un certain plaisir.

                                                                      Telle qu’une recette de « steaks aux haricots rouges » :

                                                                      vous mixez 500 grammes de haricots rouge cuits, refroidis, avec environ 100 grammes de crème de soja ;
                                                                      puis vous ajoutez environ 230 g d’oignons (plus ou moins l’équivalent de 2 oignons), deux poivrons (ou l’équivalent en autres légumes) coupés en morceaux, du sel, du poivre et éventuellement d’autres épices, vous mixez bien le tout ;
                                                                      puis vous ajoutez environ 150 grammes de farine (en ce qui me concerne, je mets environ 100 g de t110 et 50 g de farine de sarrasin et environ 12 g de gluten, mais vous pouvez mettre 150 g de la même farine) et vous remixez à nouveau ou mélangez bien le tout dans un saladier ;
                                                                      vous préchauffez le four à 180 °c et faites avec la préparation 12 tas sur un tapis de cuisson, à l’aide d’un emporte-pièce, puis faites cuire environ 10 minutes ;
                                                                      ensuite et enfin, faites revenir à la poêle environ 3-4 minutes chaque face des steaks végans qui seront au menu, et faites éventuellement déguster avec une sauce de tomates. Vous pourrez conserver les steaks végans restants au congélateur pour faire cuire ceux dont vous aurez besoin un autre jour, sans forcément de temps de décongélation.

                                                                      Et il y a aussi des focaccias véganes où vous pouvez ajouter des légumes à la pâte, et pas mal d’autres recettes véganes.

                                                                      Dans un autre genre, c’est moins intéressant pour faire manger des légumes, mais il est possible d’ajouter de la purée de légumes dans les pâtes à crêpes véganes et pancakes véganes. De même dans les Crumpets dont je vous avais mis la recette ici : https://www.cuisine-art-politique-et-compagnie.com/forums/sujet/crumpets-vegans-au-beurre-de-cacahuete-et-chocolat-ou-autre-a-personnaliser/

                                                                      et où peut être remplacé les liquides ou une bonne partie des liquides par une sorte de purée de légume(s) végane. J’avais testé avec de la purée de potimarron dans les Crumpets et c’est resté appréciable pour des neveux réfractaires aux légumes en accompagnement.

                                                                      Voilou pour aujourd’hui,
                                                                      Merci de votre attention,
                                                                      Bonne fin de semaine !

                                                                    • #470
                                                                      Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                                      Maître des clés

                                                                        Bonjour,

                                                                        pour aujourd’hui, cela va être une réflexion sur les idéaux, de la « stratégie », des stratégies, et sur un aspect « non négociable » qui peut permettre d’être ferme dans ses aspirations et important du fait des urgences, mais aussi risques autour, dont le souci des divisions que cela peut engendrer par rapport à l’idée qu’il y aurait en théorie besoin d’une convergence de luttes. Et puis une réflexion sur les outils, les moyens pour y arriver, dont les logiciels et sites.

                                                                        Mais avant, concernant les urgences, il y a la situation en Palestine, à Gaza, et comme déjà expliqué, le souci de la mal-information, des biais, de la propagande jouant dessus.

                                                                        Et « un cas d’école » qui permet d’identifier une « propagande intox » flagrante : la relativisation des chiffres tout en décontextualisant d’une certaine façon, et puis la fuite argumentative. Comme si il était cherchait à vendre un produit, à maximiser un profit (fixation d’un prix en fonction de critères arbitraires, psychologiques, prix total relativisé par jour ou tel quel quand avantageux de le comparer à la concurrence), voire par le recours à des techniques commerciales sans préoccupation pour la « vérité historique ».
                                                                        Qu’appliqueraient certains médias plus soucieux d’attirer l’attention par des titres mensongers, l’utilisation de techniques de com’ marketing, qu’une « honnêteté informative ».

                                                                        Et ce que d’aucuns considèrent que c’est ce que font des gens qui cherchent à minimiser la tragédie que vivent les Palestiniens, dont par l’ergotage sur le décompte des victimes.

                                                                        J’avais déjà partagé un message de Aymeric Caron à ce sujet : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1777474826099212451

                                                                        Et l’évoque à nouveau car des continuent de tenter d’impacter l’opinion public, de minimiser la gravité, tel qu’il l’explique ici : https://x.com/CaronAymericoff/status/1789988980533968988

                                                                        Et ici : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1790312347623407774

                                                                        Et il est question de la tentative de jouer sur la mise en échelle / perspective contestable ici : https://twitter.com/glupatate/status/1789640852286894390

                                                                        Et puis pendant que des journaux ont entretenu la confusion avec des titres comme « Gaza : l’ONU prend ses distances avec les chiffres de victimes annoncés par le Hamas »

                                                                        j’ai lu qu’un premier employé international de l’ONU a été tué lors d’une attaque à Gaza, par l’armée Israélienne.

                                                                        Et dés lors qu’il est mis en évidence que cesser de relayer les chiffres du Hamas ne remet pas en question le total, la tragédie, d’aucuns cherchent à se trouver d’autres arguments, tels que les « enfants soldats », sans prise en compte du contexte et présumant, voire désinformant : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1790432660294099426

                                                                        Et la fuite d’argument bancal en argument bancal fait que certains iraient jusqu’à le « justifier » par l’injustifiable : https://twitter.com/AlbertLvy1/status/1790357137970839956

                                                                        Si ce n’est que ne pourrait-on pas conclure que c’est cet « injustifiable » qui est le mobile de l’invasion de Rafah et que les journaux qui le font devraient cesser de titrer « guerre Israël-Hamas » quand le chef du Hamas est ailleurs, que des otages seraient à Gaza et que les Palestiniens sont autant massacrés ?

                                                                        Bref, difficile de ne pas s’emporter face au recours à la mauvaise foi, des propos plus que spécieux, captieux, aussi, de quoi saluer le courage, le sang-froid et la probité de Aymeric Caron : https://twitter.com/GuiraudInd/status/1789364036955484612

                                                                        « Plateau plus que déséquilibré sur @BFMTV
                                                                        pour parler de Gaza et des sanctions possibles contre Israël, face à cinq contradicteurs soutiens du gouvernement israélien.

                                                                        « 15 000 enfants tués en 7 mois: n’importe quel autre État coupable de ces crimes aurait été mis au ban de la communauté internationale ». »

                                                                        Source : https://twitter.com/CaronAymericoff/status/1788988000317116859

                                                                        Et entre la tragédie en cours à Gaza, au Soudan, la guerre Russie Ukraine Otan, et cetera ; les scènes de massacre en Palestine, les scènes de violences physiques lors des manifestations pour la cause palestinienne en Israël, en France et ailleurs, et d’une certaine façon morale contre des qui alertent et cherchent à informer à ce propos ; et constater autant de mauvaise foi et de mal-information dans des médias, avec aussi la complicité des carnistes et des non végans dans le carnage d’animaux ; et cetera ; difficile de ne pas succomber au « syndrome du grand méchant monde » : https://www.youtube.com/watch?v=8WiiqssAME4

                                                                        Aussi, ce pourquoi j’essaye de me concentrer sur le « positif », les idées de solutions, dont la cause animale, le véganisme antispécisme, et le besoin de révolution de la « sphère politique et économique ». Sans compromissions.

                                                                        « UNICEF France

                                                                        Pour une aide humanitaire et solidaire aux enfants de Gaza.

                                                                        Pour un cessez le feu immédiat.

                                                                        Pour la libération des otages.

                                                                        Ensemble nous pouvons sauver et protéger les enfants de Gaza.

                                                                        Rejoignez le mouvement ! ➡️ https://alleyesongaza.unicef.fr »

                                                                        Source : https://twitter.com/UNICEF_france/status/1790766589350130128

                                                                        Sans oublier le souci pour les femmes et les hommes (et idéalement non plus les animaux non humains) : « La cause des femmes instrumentalisée par Israël » : https://www.youtube.com/watch?v=KcLmNwizSMw

                                                                        Bref, ce qui fait que je conserve un certain « optimisme », c’est que d’expérience, je dirais que n’importe qui à un moment a pu faire preuve de mauvaise foi et sembler inflexible dans la justification d’une mauvaise habitude telle que le carnisme, ou d’un formatage culturel tel que l’idéologie néolibérale ou du consumérisme, de même que du sionisme :

                                                                        « C’est à Nabi Saleh que j’ai abandonné le sionisme » : https://ujfp.org/cest-a-nabi-saleh-que-jai-abandonne-le-sionisme/

                                                                        finir malgré tout par évoluer, se convertir et tenir un « discours inverse ». Si je puis dire.

                                                                        Après, quand vous vous éveillez à certaines valeurs, une éthique, certains idéaux, en général se cristallise une facette « non négociables ».

                                                                        Tel qu’exprimé dans ce billet du journal de Personne : « Non Négociables » : https://www.youtube.com/watch?v=h4-PjQy3CUw

                                                                        Au passage, un conseil donné à celles et ceux qui sont convaincus par l’intérêt de la végétalisation de l’alimentation et « véganisation », c’est de ne pas chercher à convertir leur entourage en insistant de trop. Au sens de camper sur ses positions, expliquer de ses mobiles et convictions à l’occasion, mais se faire à l’idée qu’il est plus facile de convaincre des inconnu que de sa famille, que « nul n’est prophète en son pays ».

                                                                        De ce que je me souviens, Victor Duran-Le Peuch, l’auteur du podcast « Comme un poisson dans l’eau » évoque ce souci et conseil du genre au cours de l’épisode :

                                                                        « T’es pas seul·e, on est là, on est plein, et on va rien lâcher ! » : https://www.youtube.com/watch?v=K2jkj7bt8jA

                                                                        Aussi, quand vous êtes pour le moment le seul végan de votre famille, de votre entourage, de quoi se sentir seul. Si ce n’est que le plus dur, c’est que plus le temps passe, mieux vous vous informez, plus vos convictions s’affermissent, plus il est difficile d’accepter que d’autres restent complices des crimes de l’humanité en ne végétalisant pas leur alimentation et ne véganisant pas alors qu’ils constatent que c’est faisable. Même quand vous comprenez que le souci est systémique, paradigmatique. Et pour ma part, j’en suis à préférer manger seul et à ne pas être des réunions quand je ne puis préparer un repas végétalien pour les convives / quand le menu n’est pas végétalien végan pour toutes et tous.

                                                                        Mais pour la sociabilisation, et pour l’engagement, vous avez des associations véganes antispécistes, et puis des communautés basées sur ces idéaux sur Internet. En politique, le parti « Révolution Écologique pour le Vivant », et des événements tels que « L’UniREVcité » : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/evenement/unirevcite-2024

                                                                        Aussi, même si je ne suis pas pour les compétitions, j’admire l’esprit d’équipe à végétaliser l’alimentation de tous : « Un club de football fait le choix du véganisme » : https://www.vegemag.fr/actualite/un-club-de-football-devient-100-vegan-6546/

                                                                        Au passage, probablement à cause du lavage de cerveau – à coup de slogans publicitaires – qu’a tenté de faire subir des lobbies carnistes / non végans, et peut-être aussi du fait de certains faits divers sur des gens qui ne cherchaient pas à équilibrer leur alimentation, et préjugés issus d’études biaisées, de connaissances non mises à jour,

                                                                        certains s’imaginent qu’il est plus difficile d’être végan et sportif de haut niveau.

                                                                        Par exemple, même parmi les végans depuis plusieurs années, il y en aurait encore à penser qu’il faut se préoccuper de la composition en acides aminés des protéines. J’ai pas encore retrouvé l’article qui évoquait des études sur les rats dans les années 60 qui a conduit à ce genre de préjugés, mais à savoir :

                                                                        « Sauf cas particulier, il n’est pas nécessaire de se préoccuper de la “qualité” et de la composition en acides aminés des protéines que nous consommons. La diversité des sources et la quantité suffisent amplement. (ANSES, 2017) »

                                                                        Fiche sur Les protéines : https://vegan-pratique.fr/conseils-nutrition-vegetalienne/les-proteines/

                                                                        Et toujours est-il que :

                                                                        « Le véganisme au menu du quotidien de plus en plus d’athlètes » : https://ici.radio-canada.ca/sports/1149737/sport-alimentation-veganisme-athletes-institut-national-sport

                                                                        « Sport et véganisme, un duo gagnant ! » : https://vegan-pratique.fr/conseils-nutrition-vegetalienne/les-sportifs/

                                                                        Et qu’il y a des sportifs de haut niveau connu pour leur véganisme et qui ont évoqué l’intérêt de l’alimentation végétalienne, tels que :

                                                                        Novak Djokovic, Venus Williams, Lewis Hamilton qui considère que c’est l’un des facteurs de son succès sur la piste, Carl Lewis (en 1991, un an après avoir changé son alimentation, il a établi un nouveau record du monde au 100 mètres, que Carl Lewis attribue à son mode de vie végétal), et Scott Gordon Jurek qui est un ultra-marathonien et champion d’ultra-trail (allant jusqu’à faire des courses de plus de 200 km) et qui « considère que cette alimentation lui permet d’avoir un organisme suffisamment sain pour courir de très longues distances. »

                                                                        « Petite liste de sportifs et athlètes végans » : https://proteines-vegetales.fr/les-sportifs-et-athletes-veganes/

                                                                        Ceci dit, comme déjà expliqué plusieurs fois, il n’y a pas qu’un seul « véganisme ».

                                                                        Si ce n’est que j’allais évoquer une des figures françaises les plus médiatiques et les plus controversées de la cause animale et son soutien à une candidate de l’Eurovision 2024 très chahutée du fait du carnage en Palestine, pour le mettre en exergue, partant du principe que malgré son peu de souci pour des humains elle était végane, mais en fait, je viens de lire qu’elle ne l’était pas, du moins pas au moment où l’article qui se penche sur son cas a été publié.

                                                                        Aussi, on pourrait faire le rapprochement entre son manque de cohérence dans son alimentation et son souci pour des animaux, avec son manque de cohérence entre ce qu’on pourrait considérer son aspiration à un monde meilleur et son racisme.

                                                                        Et il n’en reste pas moins que cela illustre des divergences même parmi celles et ceux qui s’affichent défenseurs de la cause animale.

                                                                        Ce qui se retrouve sur le plan politique : il y a plusieurs partis autour de la cause animale mais tous n’ont pas le même programme, le même positionnement sur l’échiquier politique.

                                                                        Le seul qui me semble cohérent, ayant en programme un horizon antispéciste, est allié à « La France Insoumise », c’est le parti « Révolution Écologique pour le Vivant » : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr/programme

                                                                        Bref, l’aspect « Non Négociables » me semble important, pour ne pas dire essentiel.

                                                                        Reste que je m’interroge sur la stratégie, pour de l’efficacité concrète, sans être contre-productif vis à vis de ses idéaux.

                                                                        Les divers partis politiques autour de la cause animale comme des qui ont à cœur l’écologie, de même que les difficultés qu’ont rencontré la NUPES, illustrent la difficulté de faire converger les luttes.

                                                                        Ce qui m’amène à la réflexion sur le casse-tête que tout cela peut être.

                                                                        D’autant plus en incluant dans le « problème à résoudre » le fait que :

                                                                        « L’urgence climatique rend caduc le réformisme » : https://www.revue-ballast.fr/andreas-malm-lurgence-climatique-rend-caduc-le-reformisme/

                                                                        Et ce qui m’amène à ce qui peut faire converger, les points communs, mais surtout ce qui divise, empêche de faire synergie. Car avant de penser stratégie, qui dit recherche de convergence, dit mettre à plat les désaccords, ou du moins les divergences entre militants et citoyens, adhésions à des opinions à un moment donné.

                                                                        Aussi, sans la prétention de faire un tour d’horizon holistique de tous les profils existants dans la population humaine, de toutes les variantes, pour vulgariser, une petite liste d’étiquettes, de « cases » :

                                                                        – il y a les non végans et les végans ;

                                                                        – il y a les racistes et les antiracistes ; les spécistes et les antispécistes ;

                                                                        – il y a les qui ne remettent pas en question l’économie classique et les aspirant à une révolution de l’économie (au passage, un article de Peter Joseph qui évoque le besoin de révolution de l’économie pour éviter de verser dans le fascisme :
                                                                        « Du capitalisme au fascisme » : https://peterjoseph.substack.com/p/nexus-from-capitalism-to-fascism );

                                                                        – des planifiant diverses sortes de réformes mais sans volonté de favoriser de la « démocratie plus directe », et des remettant en question des rouages politiques, des règles républicaines, pour un référendum d’initiative populaire, voire l’idée d’une nouvelle république ;

                                                                        – des sous-estimant les soucis environnementaux ayant gobé des thèses des lobbies climato-sceptiques, des écolos tendance « green washing », « capitaliste-compatibles », instrumentalisant le souci, et des « vrais écologistes » ;

                                                                        – des « réalistes » qui se croient réalistes par inconscience des problèmes civilisationnels et potentielles solutions nécessaires, des réalistes au sens de conscience des difficultés, et des utopistes au sens de conscience des difficultés mais considérant que malgré tout il faut faire tout son possible pour arriver à concrétiser des idéaux quand bien même c’est mission impossible ;

                                                                        – des qui s’intéressent à des « thèses complotistes » sans remettre en question le système qui donne du pouvoir aux comploteurs ni les soucis civilisationnels,
                                                                        des qui se trouvent des populations « bouc émissaire » sans remettre en question le fonctionnement civilisationnel,
                                                                        des qui stigmatisent le complotisme sans remettre en question le système qui provoque les soucis civilisationnels,
                                                                        des qui considèrent certaines théories et problèmes géopolitiques au cas par cas, en faisant la part des choses, remettant en question un mode de fonctionnement considéré cause d’injustices sociales, d’écocides, de pollutions, de dépassement des limites planétaires, de phénomènes délétères, et cetera ;

                                                                        – les individualistes, les « tout va bien madame la marquise », les catastrophistes survivalistes, les sur tous les fronts, les catastrophistes misant sur les écolieux, les cherchant à limiter les dégâts pour le bien commun planétaire ;

                                                                        Bref, toutes ces « étiquettes » ne sont pas forcément toutes des plus pertinentes pour définir des accords et désaccords paradigmatiques, par rapport à une pensée systémique, de civilisation, j’ai écrit ce qui m’est venu là, pour le moment, à l’esprit, toujours est-il que voilou.

                                                                        La remise en question du spécisme, l’antispécisme à lui-seul, avec tout ce que cela sous-tend comme remise en question, dont la généralisation du véganisme pour l’humanité autant que possible et mise en place de la Zoopolis, pourrait être la base commune à la civilisation. Qui n’aspire pas à un monde le moins pollué possible (pollution qui serait l’une des principales causes de mortalité systémique sur cette planète), où la civilisation a un mode de fonctionnement basé sur des principes pour de la pérennité, avec respect des autres espèces animales et lieux de vie pour l’épanouissement ?

                                                                        « L’antispécisme ? une politique de l’émancipation » : https://www.revue-ballast.fr/lantispecisme-une-politique-de-lemancipation/

                                                                        Et si pas encore écouté, pour le développement d’argument et thèse, cf. le podcast « Comme un poisson dans l’eau » de Victor Duran-Le Peuch : https://www.youtube.com/@poissonpodcast/videos

                                                                        Et : « Révolution Écologique pour le Vivant » : https://revolutionecologiquepourlevivant.fr

                                                                        Difficile de combattre la propagande spéciste tant sa prégnance à des racines lointaines dans certains pays comme en France, tel qu’évoqué si je me souviens bien au cours de cet épisode de lecture titré « Les humanistes ont de quoi trembler ! » : https://www.youtube.com/watch?v=kae26j10vHQ

                                                                        Mais il y a intérêt à le faire, je pense.

                                                                        Et par rapport à ça, dans cet objectif, j’ai fait mon deuil d’une forme de « paix » d’avec le monde mais j’ai fait la paix avec moi-même, si je puis dire.

                                                                        En terme de stratégie, une forme de « démocratie économique » orientée éthique pourrait y participer, je pense.

                                                                        Après, ce qui reflète la difficulté de converger pour une cause commune, c’est que quand bien même il y aurait intérêt à de la « démocratie économique », revoir un mode de fonctionnement, ne serait-ce que pour l’intérêt des classes les moins aisées dans une perspective de lutte des classes, il s’en trouve à défendre ce qui ne ferait pas de leurs intérêts, à relayer des théories conspis contre des idées qui pourraient faire de leurs intérêts. Sans être à priori eux-mêmes des « agents du système » sous couverture, faisant de l’intox. Peut-être plus des lambda qui se sont faits eus par des intox, une théorie de conspi.

                                                                        En fait, à une époque, à l’époque où le mouvement des indignés tentait de prendre en France, capitalisant sur la médiatisation d’ « Occupy Wall Street » et du livre « Indignez-vous ! » de Stéphane Hessel, constatant qu’un certain nombre avaient du mal à remettre en question leurs habitudes alimentaires que je considère de criminels, je m’étais dit que remettre en question le fonctionnement de rouages politiques et de « l’économie », du capitalisme, du libéralisme, du néolibéralisme, cela pourrait être être un des meilleurs moyens de convaincre certains camps de faire synergie, cause commune. De mettre plus ou moins tout le monde d’accord.

                                                                        On aurait pu faire autrement pour être plus efficaces, la plupart n’avions pas d’expérience militante, ni bien réfléchi à de la stratégie sur le moyen et long terme, après il y a aussi le fait qu’en France à l’époque le climat social était pas tellement contestataire, dans l’expectative. Diverses théories sur le pourquoi le mouvement des indignés n’a pas tellement fait d’émules.

                                                                        En tout cas, au fil du temps j’ai pu constater la difficulté de lutter pour l’anti-capitalisme.

                                                                        A ce propos, un exemple de « fuite argumentative », d’argument bancal en argument bancal, quand face à ce qui aurait de quoi remettre en question une certaine « posture idéologique », certains amateurs de théories du complot en sont venus à gober et relayer que des remises en question de l’économie telle que pratiquée, contre « l’économie de marchés », d’idées pour de la « démocratie économique », relevait d’un agenda de groupes obscurantistes, type de transhumaniste. Tout en considérant des Bill Gates et autres milliardaires fautifs de certaines problématiques.

                                                                        Mais pour remettre en question ceux qui ont le pouvoir monétaire de nuire au bien commun, ne faut-il pas penser le problème de cause à effets ? Comprendre les principes de la lutte des classes et l’intérêt d’idées pour de la « démocratie économique » ? Plutôt que de croire que stigmatiser des personnalités qui sont eux aussi influencées par un système, des agents d’un « système économique », sans idée de « système économique » alternatif, résoudra quoi que ce soit.

                                                                        Et pour la petite histoire, n’ayant pas trop eu affaire à ce genre de discours lors de discussions au cours d’événements, je m’étais dit que c’est juste du trollage à la base des hoax, car me semblait logique de comprendre le principe, l’intérêt d’une remise en question de l’économie, mais j’ai des connaissances sur les réseaux qui ont fini par relayer ce genre de théorie.

                                                                        Après, dans une remise en question d’un paradigme, il ne faut pas chercher à faire consensus dans l’immédiat.

                                                                        Et déjà partagé des liens qui excusent, au sens d’expliquer les ressorts du « complotisme », du « conspirationnisme », tel que cet article de Frédéric Lordon  : « Conspirationnisme : la paille et la poutre » : https://blog.mondediplo.net/2012-08-24-Conspirationnisme-la-paille-et-la-poutre

                                                                        et Peter Joseph : « Notre réalité post-vérité (Croyances non fondées sur des preuves, culture du complot et limites du débat) » : https://peterjoseph-substack-com.translate.goog/p/our-post-truth-reality?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

                                                                        L’article d’origine : https://peterjoseph.substack.com/p/our-post-truth-reality

                                                                        Toutefois, si je l’évoque, c’est qu’un certain nombre de militants se sont divisés autour de la gestion de la pandémie et le climato-scepticisme semble avoir encore des adeptes. Et j’ai l’impression que cela a fait le jeu de partis politiques « pas glop », que certains s’en sont « droitisés ».

                                                                        Difficile d’avoir une estimation de la population, en terme de nombre d’individus, qui a évolué de la sorte, et c’est probablement pas une priorité, plus efficace de tenter de rassembler sous la bannière de l’antispécisme, de l’idée d’une « démocratie économique », de la prise en compte des soucis environnementaux, celles et ceux qui en comprennent l’importance.

                                                                        Et puis dans la jeunesse, nombreuses et nombreux se mobilisent courageusement pour tenter de contrer des lobbies pollueurs. Ce qui laisse à penser une potentialité d’efficacité.

                                                                        Tels Greta Thunberg et cette jeune dame dont l’intervention a été partagée sur son compte instagram :

                                                                        Extrait :

                                                                        « Nous leur faisons savoir que nous leur ferons obstacle.

                                                                        Nous arrêterons ce champ pétrolier et la violente expansion pétrolière et gazière d’Equinor à travers le monde.

                                                                        Passez à l’action via le lien de @stopcambo dans la bio. »

                                                                        Source : Pour lire le message en entier et écouter le speech : https://www.instagram.com/p/C69FS5No3cS/

                                                                        Et il me semble que de la « majorité silencieuse » soutient ce genre d’initiatives, a conscience du souci du réchauffement climatique, du besoin de révolution qui en prend acte. En théorie. A moins que « l’ubérisation » et la « bollorisation » finissent par accaparer l’attention et les préoccupations des uns et des autres.

                                                                        Ce qui me fait penser à la conclusion d’un article que je n’avais pas encore partagé sur ce fil de discussions :

                                                                        « Quand le Nord s’inspire du Sud… » : https://www.revue-ballast.fr/nord-sinspire-sud/

                                                                        Extrait :

                                                                        « Peut-être même que nous finirons par adopter un suffixe en ‑isme, et ce dans l’objectif clair et précis de rénover les utopies et de détruire le système capitaliste-racial-patriarcal. Cette chimère à trois têtes qui sait parfaitement s’adapter à tous les contextes humains, polymorphe et coriace, changeant d’apparence en fonction de l’environnement et des situations. Attaquées séparément, une des trois têtes prend les commandes, visibilisant un type de domination, les deux autres mises en sourdine continuent à nourrir celle qui fait face tout en assurant les arrières : combattues isolément, les trois têtes constituent une entité invincible. Nous, nous vous proposons de « faire d’une pierre trois coups » en visant le cœur de ce monstre qui terrorise nos vies depuis si longtemps, pour enfin changer d’ère. Rien de moins. »

                                                                        Et sachant que l’écologie et la lutte des classes sans prise en compte de l’importance de la cause animale, de l’étique végane antispéciste, c’est du gaspillage, pourquoi pas le véganisme antispécisme anticapitalisme ?

                                                                        Pour y arriver, je n’ai pas encore évoqué de réflexion sur les outils, les moyens, dont les logiciels et sites. Je me suis plus épanché que je ne comptais sur les autres sujets. Ceci dit, je ne comptais pas tellement développer à ce propos, alors je vais essayer de résumer avant de terminer le message d’aujourd’hui :

                                                                        – pour dénoncer la monétisation des « données personnelles » et des risques qui vont avec la potentialité de ciblage, accrue avec l’utilisation de l’intelligence artificielle, s’est popularisée l’expression « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit », qui se discute, car en fait, beaucoup de services sont gratuits sans pour autant monétiser les données personnelles, sans chercher de contreparties autre que le partage de leurs convictions, de leur passion, et d’aucuns considèrent plus pertinente l’expression  « Si vous êtes le produit, ce n’est pas gratuit », tel que l’auteur de cet article : « Si vous êtes le produit, ce n’est pas gratuit » : https://www.laquadrature.net/2016/08/17/si-vous-etes-le-produit/ ;

                                                                        – pour chercher à militer, à faire convergence, à convaincre des prêts à être convaincus, à sensibiliser à des causes, il ne faut pas rester dans « l’entre-soi », de quoi se dire qu’il faut être prêt à investir tous les champs permettant l’expression de ses opinions, et donc ne pas délaisser les réseaux populaires. Et j’ai souvenir d’un réseau social alternatif que j’avais trouvé parfait à ses prémices, dans l’intention et niveau design, mais où j’ai trouvé que l’autogestion squattée par certains militants rendant indésirables certaines personnalités alors que c’était « discutable », voire injuste, a parasité, gâché, fait que le réseau a périclité. D’un autre côté, cela fait du bien d’être entouré de gens qui comprennent et partagent les mêmes idéaux. Et il s’est développé depuis d’autres réseaux alternatifs, dont « diaspora », où tout un chacun gère d’une certaine façon lui-même son compte comme il l’entend. Et il y aurait un intérêt à des réseaux et des outils non soumis aux GAFAM.

                                                                        Voir arguments et listes sur : « Dégooglisons Internet » : https://degooglisons-internet.org/fr/

                                                                        Et si vous deviez utiliser diaspora, ma page : https://diaspora-fr.org/people/5044160009d4013a5ae07a0e1fe011af ;

                                                                        Pour approfondir la question autour des risques de censures, des tentatives d’influences du pouvoir et des intérêts privés, voir les publications travaux de l’association « La Quadrature du Net » : https://www.laquadrature.net/

                                                                        Et ceci écrit, concernant la remise en question de l’économie, de stratégie, d’outils, comme déjà évoqué, Peter Joseph devrait mettre en place un système accompagnant la sortie de son quatrième film documentaire de la série Zeitgeist, « Zeitgeist | Requiem ». Ce sera certainement l’occasion de tenter de faire converger les aspirant à une révolution de système économique.

                                                                        En attendant, ne pas oublier que « L’antispécisme ? une politique de l’émancipation » : https://www.revue-ballast.fr/lantispecisme-une-politique-de-lemancipation/

                                                                        Enfin, je presque termine le message d’aujourd’hui en évoquant des recettes de « fromages végans ». De nos jours, de toutes sortes en été réinventés, cuisinés, à cuisiner ou à se procurer, des « tartinades » aux plus raffinés, fermentés.

                                                                        Je n’en suis pas un grand amateur à la base mais j’avais cherché des alternatives véganes car père Normand, des amateurs dans la famille, pour les inciter à ne plus être complices des crimes de l’humanité par leur consommation, et puis par curiosité.

                                                                        Bref, pour les pizzas véganes, il existe principalement deux types de fromage végan. Un à râper, tel que celui de cette recette : « Fromage végétal à râper » : https://francevegetalienne.fr/blog/2017/7/14/fromage-vgtal-rper

                                                                        Et un plus crémeux mais qui se gratine aussi à la cuisson, tel que :

                                                                        50 cl de lait végétal, 1 cube de bouillon de légumes, 10 cl d’huile, 60 g de farine de riz, 16 c à soupe de levure de bière, 2 c à c d’ail, 2 c à c d’oignons en poudre, du sel, 4 c à s de vin blanc (facultatif) ; vous faites chauffer l’huile, vous ajoutez la farine de riz, vous mélangez au fouet une bonne minute, puis vous ajoutez le lait végétal, vous fouettez jusqu’à épaississement, puis vous ajoutez le reste des ingrédients, vous fouettez bien, mélangez bien le tout 2 bonnes minutes, et c’est prêt à être utilisé.

                                                                        Et tel que dans cette autre recette : « Pizza végane au fromage maison » : https://patateetcornichon.com/recettes/pizza-vegane-au-fromage-maison

                                                                        Le fromage « végan crémeux » est aussi parfait pour accompagner une soupe à l’oignons, et le râpé pour une recette de poutine végane.

                                                                        Il existe plusieurs recettes de poutines véganes, et pour une occasion spéciale, quand vous recevez pas mal d’invités, si vous avez le temps et la motivation, une recette qui a du succès : « Recette de poutine végane »  : https://www.lapetiteokara.fr/recette-de-poutine-vegan/

                                                                        A noter que pour cette recette, vous pouvez ne pas râper le fromage végan mais le hacher, et vous pouvez remplacer les pommes de terre par des légumes, faire des frites de légumes (avec des betteraves, carottes et panais, coupés en frites, cuits une 10ène de minutes à la vapeur, badigeonnés d’huile et d’épices et dorés une 12ène de minutes au four – préchauffé à 190 °c – étalés sur un tapis de cuisson),

                                                                        et faire vos propres chorizos végans (ce qui ne fait pas en soi de travail supplémentaire si vous en faites plusieurs pour un autre repas).

                                                                        Il existe plusieurs recette de saucisses véganes, de chorizos végans, j’ai pas retrouvé celle que j’avais adaptée, alors voilou la recette ici :

                                                                        vous mixez 400 g de haricots rouges avec environ 1,5 c à soupe de concentré de tomates, 1 c à soupe d’huile, 3 c à s de paprika doux, 1,5 c à s de paprika fort fumé, 1 c à c d’ail en poudre, 1,5 c à c de coriandre en poudre et 1,5 c à c de cumin en poudre ; puis vous ajoutez 100 ml d’eau et vous mixez de nouveau ; puis vous mélangez 210 g de gluten avec 30 g de fécule, vous ajoutez ce mélange et mixez de nouveau ; puis vous ajoutez environ 120 ml d’eau et vous remixez de nouveau ; vous formez 12 saucisses véganes, chacune enveloppée dans un film fraîcheur adapté à la cuisson vapeur, vous faites cuire 1 h à la vapeur puis, une fois déballées, sorties des films fraîcheur, vous pouvez cuire à la poêle quand utilisées telles quelles en plat principal (et congeler les non utilisées sur l’instant), ou en couper en morceaux avant de les faire revenir tels que dans la recette de poutine végane.

                                                                        Un autre type de fromage végan pour d’autres recettes, telles que des salades fraîches : la « Mozzarella végan ». Ah, le site anglophone sur lequel j’avais trouvé la recette n’est plus en ligne, mais je viens de trouver un équivalent en Français qui s’en inspire : « Mozzarella vegan maison » : https://www.mabonnecuisine.fr/mozzarella-vegan/

                                                                        Et il y a les fromages végans fermentés. Je fais de temps en temps une recette assez simple qui nécessite que peu d’ingrédients : noix de cajou nature, eau, sel, jus de citron, et 1 capsule de probiotique, 2 jours de fermentation à l’air libre, le pot à moitié couvert, puis 3 jours au réfrigérateur après éventuellement ajout d’épices, d’aromates, vous trouverez la recette ici : https://marcwelter.com/blogsansgluten/fromage-vegetal-fermente-sans-lactose-sans-caseine/

                                                                        Ceci dit, à faire si vous pouvez trouver une provenance « équitable », j’ai appris il y a quelques temps que le mode de préparation le plus courant n’était pas éthique : « La noix de cajou, pratique mais pas tout le temps éthique » : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1961510/noix-cajou-conditions-travail-difficiles-usines-afrique-asie

                                                                        Et j’ai pas potassé le dossier à fond, pas encore cherché à faire des fromages végétaux fermentés élaborés, si cela vous intéresse, un article qui me semble très bien synthétiser sur les fromages végans :

                                                                        Comment faire du (très bon) fromage vegan maison ? : https://vegetalisetoi.com/blog/comment-faire-du-fromage-vegan/

                                                                        Et je termine le message d’aujourd’hui sur ce petit poème :

                                                                        Je rêve

                                                                        Je rêve d’un monde
                                                                        où les êtres humains
                                                                        se soucient des vies animées
                                                                        et des conditions, d’onde en onde

                                                                        Je rêve d’êtres humains,
                                                                        une civilisation de la dignité,
                                                                        s’attachant à la concrétisation d’idéaux,
                                                                        la paix avec et pour les Palestiniens

                                                                        Je rêve d’une civilisation antispéciste,
                                                                        l’humanité végétalisant, sans crimes dans le lot,
                                                                        tout un chacun ne craignant pour des lendemains,
                                                                        éthique pour essence, pérennité en moteur, piste

                                                                        Je rêve de la solution aux urgences,
                                                                        à l’application, à cœur, éveillées consciences,
                                                                        sans renvoyer aux calendes grecques, sur terre,
                                                                        d’esprit, bons jours, merveilleux univers.

                                                                        Merci de votre attention,
                                                                        Bonne fin de semaine !

                                                                      • #471
                                                                        Pascal LamachèrePascal Lamachère
                                                                        Maître des clés

                                                                          Bonjour,

                                                                          Y a divers sujets qui me passionnent dont j’hésitais à évoquer des thèses, ainsi que continuer une des histoires et des projets créatifs à concrétiser et vous partager au fil des vendredis. Pas encore fait pour me concentrer sur les urgences, et je ne le ferai pas non plus pour aujourd’hui pour vous raconter une histoire, une mésaventure vécue dernièrement.

                                                                          Cela a commencé samedi ou dimanche de la semaine dernière. Un gros bruit, choc en provenance du toit. Et constatation des pierres, une cannette et un gros morceau de bouteille de verre cassé, du goulot, lancés dans la zone de l’arrière du jardin, par, pensait-on, trois jeunes d’une dizaine d’années rigolant de plus belle après engueulade par mon père. Je me suis dit que j’allais m’en mêler pour les intimider, en usant à un moment donné d’un appareil photo pour faire genre pris sur le fait comme preuve. Sans l’intention de faire le délateur mais pensant qu’ils y repenseraient à deux fois avant de revenir jouer les loubards. Et comme ils sont revenus lancés des projectiles, je me suis dit que les intimider plus clairement pourrait être efficace. Dans la foulée, je n’ai pas pu m’empêcher de les traiter de « petits cons » comme mon père l’avait fait quelques minutes avant. En faisant un doigt d’honneur pour faire le cake, alors qu’ils étaient en train de courir. Le genre de truc à ne pas faire, qui n’apaise pas les esprits, mais quand la part reptilien du cerveau rentre en action, difficile de le faire taire.

                                                                          Au passage, un de mes grands défauts, c’est une forme d’hypersensibilité, d’avoir la pression qui monte vite dans le cerveau et de pouvoir être « hystérique ». Pas au point d’être violent en acte, mais en parole je suis capable de sortir tout un tas d’insultes quand je ne me sens pas respecté, que je me sens agressé d’une façon ou d’une autre dans mon « bon sens ». Ce qui me rassure d’une certaine façon, c’est qu’il semble bien que je ne suis pas le seul dans ce cas.

                                                                          Le lendemain, peut-être parce que méprise, difficile d’être certain à cet instant, ils (ou elle ?) sont revenus à la charge, en lançant jusqu’à un gros morceaux de bout de bois.

                                                                          Si j’évoque possible méprise, c’est qu’alors que je cuisinais, avec les écouteurs sur les oreilles, mon père est sorti de la maison pour aller les voir. J’ai compris que des projectiles avaient de nouveau étaient lancés, j’ai grondé en ouvrant la porte du jardin (ils lançaient les projectiles depuis un petit chemin, par dessus la haie, avec bancs çà et là, qui longe un pâté de maisons par derrière) puis je suis retourné finir ce que je faisais. Ne voyant pas mon père revenir au bout de 2-3 minutes, comme il n’est plus trop en âge de se défendre, je suis sorti voir au cas-où (peut-être trop vu de films et lu de faits divers, mais on est jamais trop prudent, même si c’est pas tant de la prudence pour le coup). Le voyant avec les jeunes non loin de lui au bout d’une rue, j’ai commencé à courir par réflexe, sans réfléchir à l’inutilité de chercher à les intimider en l’occurrence (on pourrait dire un tort de ma part), ce qui les a fait fuir.

                                                                          De ce que j’ai compris en arrivant à sa hauteur, ils s’étaient un peu moqués de lui alors qu’il essayait d’établir un dialogue. Après un instant d’hésitation, je me suis mis en tête de retrouver leur piste, dans l’idée de savoir où ils habitaient et d’expliquer à leurs parents les conneries qu’ils faisaient si ils devaient continuer à lancer des projectiles sur la / les maisons, plutôt que d’alerter la gendarmerie. Comme ils étaient déjà loin, qu’il n’y avait plus de bruit pour les repérer, je suis rentré.

                                                                          Quelques minutes plus tard, après débriefing avec mon père et explications de ma mère qu’une trottinette avait été laissée, n’aimant pas les situations stressantes qui durent, je suis sorti en me disant qu’ils allaient revenir pour la reprendre et que cela pourrait être l’occasion d’avoir une bonne discussion, possibilité de jouer les médiateurs.

                                                                          Ce qui était très con de ma part. Car j’aurais dû me douter qu’ils avaient eu peur et qu’ils ne seraient pas revenus seuls. Et que vu mon tempérament, je devrais savoir depuis le temps que je ne suis pas fait pour jouer les médiateurs de la sorte. Si ce n’est que je me pose des questions sur l’intention, si y a pas un côté encore plus loubard des aînés, ou si y a eu vraiment méprise, et / ou part de mensonges de la part des jeunes pour que de leurs aînés s’en mêlent.

                                                                          Bref, ils étaient en train de repartir vers chez eux par le sorte de camino longeant le pâté de maisons lorsqu’ils m’ont vu arriver près du banc d’où les projectiles avaient été lancés. Ils m’ont interpellés de loin à plusieurs reprises. J’ai senti qu’il y avait danger dans l’air, les voyant plusieurs, au nombre de 4, et peut-être aussi surtout dans leur façon d’interpeller. Une forme d’intuition lisant les signes de l’inconscient, pourrait-on dire. Et n’étant pas du genre tête brûlée, j’ai hésité. Mais partant du principe qu’ils n’étaient pas impliqués dans le lancer de projectiles, que cela aurait été l’opportunité de faire cesser la connerie des plus jeunes, je suis allé à leur rencontre. Autre grosse bêtise / inconscience de ma part.

                                                                          Aussitôt à portée de discussion, le frère aîné a commencé par m’accuser d’avoir intimidé avec une arme le groupe de son petit frère et de l’avoir insulté « d’avoir pas de couilles », un truc du genre, et que c’était pas lui le fautif des projectiles lancés mais une jeune demoiselle, et un de ses amis à côté a commencé à me provoquer, se rapprocher de manière assez menaçante.

                                                                          Le pire, si je puis dire, c’est que son petit frère m’a semblé lui-même le contredire de l’accusation. Lui dire que c’était pas moi (il accusait mon père ?). Il a continué malgré tout à être menaçant, à évoquer une arme qu’il avait sur lui qu’il était prêt à sortir. Et son ami a continué de se rapprocher semblant vouloir se défouler, se battre, sans écouter le plus jeune qui me disculpait, ni vraiment me laisser le temps de pouvoir m’expliquer.

                                                                          Après, question que je me pose : c’est si mon doigt d’honneur ou l’appareil photo a été pris pour une arme de loin, ou la petite télécommande du portail à un moment donné en main (beaucoup trop petite pour être confondue avec une arme, et je crois pas l’avoir gardé en main, un doute, si c’est le cas, leur imagination leur a peut-être joué des tours), si il y a réellement eu méprise. Qu’une part des accusations sont fondées sur la méprise et non pas de la provocation. Et la vexation d’avoir été insulté de « petits cons ». Si c’est le cas, qu’il y a eu méprise, je puis comprendre que le sang du frère aîné n’ait fait qu’un tour comme moi j’ai voulu défendre mes parents, voulu empêcher qu’il y ait des projectiles qui ne soient de nouveau lancés et pouvant blesser les têtes, dont le chat de la maison et les oiseaux qui sont de temps en temps dans le jardin. Et j’imagine qu’il bluffait pour l’arme, qu’il n’avait pas réellement d’armes sur lui.

                                                                          Toujours est-il qu’il a continué dans sa menace de sortir une arme et le plus menaçant de ses deux amis de réellement vouloir en venir aux poings, et probablement aux pieds et à la tête. Sans plus cherché à savoir ce qui s’était passé. A partir de là, je ne pense pas avoir eu tort de vouloir maintenir une distance entre eux et moi, si ce n’est peut-être de m’emporter verbalement après menace encore plus explicite de sa part de vouloir se bagarrer. Et pour le coup, je n’ai pas pu m’empêcher de dire aux deux aînés menaçants l’insulte qu’il m’avait accusé à tort d’avoir lancé, mais aux deux et non à son petit frère ni à l’autre de leur ami plus en retrait, tout en courant pour ne pas aller jusqu’à l’affrontement physique, et au cas-où le port d’arme, la menace par le frère de sortir une arme ne soit pas du bluff.

                                                                          Une fois rentré à la maison, j’ai continué à les insulter de manière encore plus virulente, outrancière, mea culpa. Et peu après mon père a eu le courage de sortir pour calmer le jeu, jouer le rôle de médiateur. Ce qui semble-t-il a réussi à faire.

                                                                          Et pour la petite histoire, au départ j’avais pensé que l’accusation sur arme sortie par moi c’était soit un mensonge des jeunes, soit une tentative de provocation, d’accusation pour inverser le rôle des agresseurs et des agressés, mais ils lui ont aussi tenu cette version, et je me suis dit en y réfléchissant qu’il y avait peut-être eu réellement méprise en prenant peut-être l’appareil photo et son objectif (sorti pour faire genre qu’ils sont pris en flagrant délit, identifiables, et décourager de revenir lancer des projectiles ; j’ai peut-être trop regardé la série « Veronica Mars » à l’époque où diffusée, déjà près de 20 ans maintenant), ou autre, pour une arme. Encore que, de gros doutes quand même que l’accusation d’avoir été menacé avec une arme ne soit pas juste un mensonge plutôt qu’une méprise, car on ne peut pas dire que je les ai menacés avec quoique ce soit, d’autant que j’étais resté assez loin d’eux. Si ce n’est que je pense à une université qui a été évacuée, en alerte attentat, truc du genre, il y a quelques temps, parce qu’une étudiante avait pris une housse de trépied pour un engin dangereux et avait contacté son père qui avait des relations, un statut dans les forces de l’ordre, si je me souviens bien, et il y avait eu évacuation par mesure de précautions avant de se rendre compte de la méprise. A l’époque où y avait eu l’attentat en Russie et la peur d’attentats en France, des menaces, où les autorités étaient sur le qui-vive.

                                                                          Par contre, quand les esprits s’échauffent, si je puis comprendre que s’efface l’objectivité, et je reconnais que je n’ai pas été des plus zen verbalement, ils n’ont pas cherché à réellement comprendre ce qui s’était passé, ils n’ont pas été à l’écoute de ce que j’ai pu dire ni même des contradictions apportées par le premier concerné, et ils ont dit à mon père que je les avais « chauffés » alors que c’est clairement, que c’est objectivement l’inverse. Et que ce qu’ils ont fait c’est une forme de harcèlement, de menaces répréhensibles et de fausses accusations.

                                                                          Au final, je m’en veux quand-même de m’être emporté verbalement, pour les insultes. Peut-être que si j’avais pu expliquer calmement et clairement le déroulement des faits, ils auraient cessé leurs menaces. D’autant que peut-être qu’il y a eu réellement méprise. Mais surtout je me suis questionné sur qui a été le(s) responsables des projectiles lancés et d’autres bêtises autour du banc ces derniers temps (poubelles renversées et déchirées certains jours, traces de brûlures sur du plastique). Car il y a bien eu délinquance de l’un / des uns ou de l’une, au départ. Du mal à croire que c’était la jeune fille (il ou elle s’est cru(e) dans « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban », au moment où Hermione lance des projectiles sur la tête de Harry alors qu’ils sont dans la cabane de Hagrid, pour les faire sortir au moment où arrivent Dumbledore, le premier ministre de la magie et l’aspirant bourreau ?) comme l’a prétendu / accusé le jeune homme vu que ce n’est pas la seule « bêtise » qui a été commise, que c’est les enfants qu’on entendait rigoler après atterrissage des projectiles et qui fuyaient quand on sortait de la maison. Peut-être qu’elle était aussi impliquée (pour tenter d’impressionner / amuser de ses amis ?), mais certainement pas seule à lancer des projectiles. J’ai pensé, supposé.

                                                                          D’aucuns diraient qu’on a eu tort de partir du principe que l’attitude de coupable signifie culpabilité, et que l’attitude d’innocence reflétait de l’innocence. On aurait dû attendre d’être certain avant de chercher à les faire cesser les lancers.

                                                                          Et au final, c’est une très étrange synchronicité. Je pourrais l’interpréter comme une concrétisation de paix avec soi-même et du deuil d’une forme de « paix » d’avec le monde que j’avais écrit la veille, au cours du message de la semaine dernière. Que les pensées à un moment donné influent sur la « réalité vécue », d’une manière ou d’une autre. Même en connaissant les explications sur les phénomènes psychologiques qui nuancent les perceptions, relativisent les interprétions, quand vous vivez des « synchronicités » très troublantes, difficile d’être totalement rationnel. Ou pour le dire autrement, de quoi être parano en ces temps troubles et se demander si ce n’est pas des jeunes payés par un lobby pour foutre le boxon. Bon, je doute que ce soit le cas tel que certains en ont été victimes, vous êtes peut-être plus que deux ou trois personnes à lire ce que j’écris ici (merci pour votre attention), et même si certains utilisent certainement un service pour être au courant de ce qui est écrit sur internet sur tel ou tel propos, je les imagine mal tenter d’intimider de la sorte toutes celles et tous ceux qui les critiquent (ce qui me fait penser au film « Guns Akimbo » avec Daniel Radcliffe). D’autant sans revendications. Et cela a juste l’air d’une « délinquance ordinaire » ciblant une maison parce que non loin de là où ils se réunissent.

                                                                          Et en tout cas, si j’avais une leçon à en tirer et un conseil à donner pour qui se retrouverait dans ce même genre de circonstances :

                                                                          – quand vous êtes victime d’une certaine forme d’agression par des jeunes (et aussi des moins jeunes, en fait), ne pas chercher à les intimider dans l’idée que cela pourrait les faire cesser leur connerie ;

                                                                          – et quand il semble pouvoir être instauré un dialogue, que vous voulez bien faire, que vous voulez éviter de faire condamner des jeunes qui pourraient devenir encore plus délinquants plus tard à cause de cela, il est tentant de se dire qu’il vaut mieux tenter de faire cesser l’agression par soi-même, sauf qu’il vaut mieux ne pas présumer que vous êtes capable de jouer les médiateurs si vous êtes d’un des « camps concernés » ou que vous savez que la moutarde pourrait vous monter au nez, et donc se tourner vers une autre solution. Contacter les autorités ou alerter un collectif de vigilance citoyenne est probablement le plus sage pour ne pas se faire d’ennemis (au sens qu’ils ne sauront pas que c’est vous qui aura porté plainte et à l’origine de leurs soucis quand pris sur le fait, si d’autres maisons ont été visées et qu’ils foutent encore le boxon et consomment de la drogue dans le quartier) ;

                                                                          Non que je veuille encourager à la lâcheté et la délation, et probablement que des lancers de projectiles de la sorte ne peuvent provoquer des blessures trop graves aux têtes, encore que pour les oiseaux et chat difficile d’être certain, et puis quand même il y avait des cailloux assez gros dans le lot, ainsi que planches de bois et le gros morceau de bouteille de verre aurait pu faire très mal si reçu sur la tête. Mais cela peut être considéré comme une bêtise puis de la provocation qu’ils ou elle ont fait et cela ne mérite pas de se mettre en danger, il y a des causes plus importantes à défendre, et même si l’idée c’est pas tant de se faire justice soi-même, quand un souci et une menace persistent, si ils doivent être réglés, autant que cela le soit par les autorités compétentes en la matière.

                                                                          Re bref, ils ont tous l’excuse de la jeunesse, il y a peut-être bien une part de méprise et les aînés ont l’excuse de probablement s’être montés la tête à partir de là (ce qui me fait penser à divers faits divers où des gens se sont faits lyncher, tuer à cause de mensonges / intox véhiculés sur des réseaux), mais cela n’excuse pas les projectiles lancés à plusieurs reprises, la mise en danger d’autrui par ces lancers, ni la menace qu’ils m’ont faite quand je suis allé pacifiquement à leur rencontre, et cette mésaventure est pas du genre à réconcilier avec le monde.

                                                                          Après, la paix intérieure se travaille et pour être cohérent avec ses idéaux, cela me semble important d’être pacifiste d’une certaine façon tout en ne se laissant pas agresser. Alors je vais y « travailler » pour ne plus insulter de la sorte. Si ce n’est que j’espère que la menace de sortir une arme était bien du bluff et qu’ils ne vont pas chercher à me faire la peau avec, si ils en ont une ou décident de s’en procurer une et qu’ils me croisent de nouveau. Et que les ou la fautifs des lancers de projectiles arrêteront, qu’ils cesseront de faire des bêtises.

                                                                          Re après, quelques jours plus tard, des pierres ont encore été lancés, ma mère a eu le courage et l’art de la diplomatie d’entamer une conversation de manière assez zen en leur demandant si ils avaient besoin d’aide, que si ils s’ennuyaient, ils pourraient aller à la MJC, et cetera, trucs du genre. Il en est ressorti que c’était bien les enfants et non la jeune demoiselle, si ce n’est qu’elle traînait encore avec eux et n’a rien fait pour les empêcher de continuer leurs bêtises (pour sa défense, on pourrait parler de tendance à laisser faire tant que se sent seul pour empêcher les bêtises, à l’exemple d’une dame plus âgée qui a été témoin des lancers, de leur délinquance, qui observait de loin et qui s’est rapprochée et est intervenue que lorsque mon père est allé face à face – pendant que ma mère leur parlait depuis le jardin – leur dire pacifiquement quelques mots, pour le soutenir face à leur insolence). Et à un moment, sans justifier que c’était le mobile de leur lancer du jour, ils (là, ils étaient deux du trio) ont aussi sorti, comme leur camarade absent, le coup d’avoir eu l’impression d’avoir été menacés avec une arme. Elle leur a expliqué qu’ils ont dû prendre l’appareil photo pour une arme, de là où ils étaient. Et question qu’on peut alors se poser : c’est que si ils avaient vraiment eu peur d’avoir été menacés de la sorte, pourquoi continuer de plus belle ? Ils sont si inconscients et / ou délinquants à ce point ? Tels ceux qui ne veulent respecter la décision de la CPI ?

                                                                          Re re après, en y réfléchissant bien à tête reposée, cela me paraît dérisoire par rapport à des menaces de mort et des dégradations plus frontales et régulières que subissent des personnalités publiques, telle la permanence de Aymeric Caron que des lobbies cherchent à intimider,

                                                                          et puis rapport à ce que vivent les gens en zone de guerre, ce qu’ont vécu les peuples colonisés, et les victimes du Hamas et ce que vivent les Palestiniens à Gaza et dans les « colonies illégales » où subissent de nombreuses intimidations quand ce n’est pas des expropriations forcées, illégales, voire criminelles. Et puis aussi par rapport aux extinctions d’espèces (pour « tout dire », on en est à un tel stade de gravité au niveau des soucis écologiques et ce qui me semble être une telle inconscience collective de cette gravité, que je suis tenté de cesser d’écrire, toute activité liée aux ordinateurs, pour ne plus participer aux diversions, ce que je ne fais pas en me disant que ce serait encore plus vain que de faire ma part de colibri).

                                                                          Ah, et je vais faire comme Amélie Poulain qui est un temps superstitieuse, de ce que je me souviens du film, par cette pensée positive ancrée : tout le monde va être gentil, tout le monde va être beau d’esprit, le monde va être de plus en plus conscient des soucis écologiques, de l’urgence pour les océans et la vie qui y est, du besoin de révolution systémique, de l’économie anticapitaliste, de la philosophie végane antispéciste, la Palestine reconnue par tous les pays, fin des guerres dans le monde, fin des écocides.

                                                                          D’ailleurs, je dirais même plus : tout le monde est déjà gentil, tout le monde est beau d’esprit, le monde est conscient des soucis écologiques, de l’urgence pour les océans et la vie qui y est, de même que pour la terre et les airs, du besoin de révolution systémique, du besoin d’une économie anticapitaliste telle que théorisée par Peter Joseph, du besoin de la philosophie végane antispéciste, l’humanité végétalisant son alimentation, véganisant la civilisation, la Palestine reconnue par tous les pays, fin des guerres dans le monde, fin des écocides.

                                                                          Et ceci expliqué, pensé et écrit, je termine le message d’aujourd’hui en vous invitant à :

                                                                          Bonne journée, bonne fin de semaine.

                                                                      Vous lisez 33 fils de discussion
                                                                      • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.